Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2014

Comme une barrière entre moi et l’autre côté

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La gratuité a disparu de nos moeurs, malheureusement. On trouve de moins en moins de gens disposés à agir “pour rien”, à accomplir un acte désintéressé, un acte pur — un de ceux qui ont pourtant un énorme pouvoir. La France traverse une période de terrible vulgarité louisphilipparde, tout y est corrompu par l’argent, il n’y a plus d’élégance morale. Dans les milieux où je vais parfois, il n’y a que trois sujets de conversation : la vie privée d’abord (qui couche avec qui), la grande politique vue à travers les petits intérêts (la dernière parole du Président va faire baisser nos intérêts), et la vantardise (j’ai récemment ridiculisé monsieur Untel). Bref, c’est la grossièreté. Mais ce n’est pas là mon milieu. Ce n’est même pas la bourgeoisie traditionnelle : je n’ai jamais entendu parler de tout cela chez mes parents.
Il semble d’autre part, que les gens soient rassurés par le fait d’arrêter leurs contours. Le résultat, c’est qu’ils bloquent leurs possibilités en fixant certaines limites. Moi, au contraire, quand j’ai l’impression que quelque chose en moi est figé, stable, arrêté, c’est la panique. Comme une barrière entre moi et l’autre côté. Je n’aime pas les habitudes, le cadre qui a déjà vécu  : je déménage tout le temps, c’est une manie. La vie matérielle m’ennuie à un point qui frise la maniaquerie. Lorsqu’on me demande ce qu’il faut faire pour le dîner, cela me plonge dans des abîmes de perplexité, d’ennui, d’angoisse. »

Françoise Sagan, Je ne renie rien, Entretiens 1954-1992

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Tas de boyaux, tas d’esclaves !

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Même le jour de la fin du monde, on n’oublierait pas l’électeur ! Il a d’ailleurs les chefs qu’il mérite. La classe ouvrière ? Tas de boyaux, tas d’esclaves ! Ça fait la grève pour cinq sous de plus par semaine, que l’État et les patrons leur reprendront le lendemain. Mais il n’y en aura pas un pour se révolter contre l’abattoir, pour dire non aux bouchers ! »

Lucien Rebatet, Les Épis Mûrs

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Trouver la grande issue

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je vois notre art brûler dangereusement les étapes, tout essayer sans en tirer les conséquences, courir tout droit à une impasse. Je pense souvent, et je ne suis pas le seul, que tout est fichu, que toutes les agrégations possibles ont été employées, qu’il n’y a plus d’avenir que pour la fausse note systématique ou le contrepoint détérioré, un triste avenir ! Mais voilà vos partitions. Et je me dis que je ne suis qu’une vieille bête, qu’il y a encore des forces magnifiques, pour secouer les barreaux, trouver la grande issue, qu’il y en a toujours eu, qu’il y en aura toujours. »

Lucien Rebatet, Les Épis Mûrs

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le siècle de la camelote

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Plus que de la laideur, à mon avis, le XXe siècle fut le siècle de la camelote. Et rien n’en témoigne mieux que tous ces pavillons qui éclosent le long de toutes les routes et à l’entrée de toutes les villes, petites ou grandes. Ce ne sont pas des maisons, ce sont des idées de maisons. Elles témoignent pour une civilisation qui ne croit plus à elle-même et qui sait qu’elle va mourir, puisqu’elles sont bâties pour ne pas durer, pour dépérir, au mieux pour être remplacées, comme les hommes et les femmes qui les habitent. Elles n’ont rien de ce que Bachelard pouvait célébrer dans sa poétique de la maison. Elles n’ont pas plus de fondement que de fondation. Rien dans la matière qui les constitue n’est tiré de la terre qui les porte, elles ne sont extraites de rien, elles sont comme posées là, tombées d’un ciel vide, sans accord avec le paysage, sans résonance avec ses tonalités, sans vibration sympathique dans l’air. »

Renaud Camus, Du sens

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/11/2014

Fais-toi un coeur de pierre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« -- Je n'encaisse pas le mensonge de ces gens qui se battent soi-disant pour organiser le bonheur des autres. Le leur peut-être aussi, non ?

Il touchait le sujet secret de mes débats. Je me mis alors à parler avec une ivresse emphatique.

-- Les anarchistes, qui discutent avec eux-mêmes bien plus profondément que les chrétiens et qui se rendent malades à force de sincérité, ont parfaitement découvert ce mensonge. Ils ont tellement peur de leur volonté de puissance que, pour lui supprimer tout aliment, ils imaginent un type de société où le commandement serait inutile. C'est un mensonge encore plus raffiné, dis-je avec force, bien que la démonstration de ce dernier point m'échappât.
-- La volonté de puissance est dans l'homme avant d'être dans la société, et c'est pour cela que les anarchistes ont mauvaise conscience. Ce sont de perpétuels candidats au suicide, mais des candidats ignorants... J'ai horreur de ces gens-là, dit-il. »

« Fais-toi un coeur de pierre, et mets le feu dedans. »

Raymond Abellio, Les Yeux d'Ezéchiel sont ouverts

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'époque qui vient veut l'ultime confrontation de la terre et du ciel

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L'éclat de la lumière qu'un être est capable de tirer de soi en se meurtrissant aux silex de la route se mesure à l'épaisseur de la nuit, à la profondeur des abîmes dans lesquels il peut avancer sans sombrer. »

« L'époque qui vient veut l'ultime confrontation de la terre et du ciel, de l'amour profane et de l'amour sacré, dans une même horreur, l'horreur de l'absence, le sentiment du vide, le besoin de passer de l'autre côté du vide. Seuls comprendront cela, le moment venu, ceux qui vivent sans cesse, au fond d'eux-mêmes, dans la tentation de la mort. »

Raymond Abellio, Les Yeux d'Ezéchiel sont ouverts

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Quand la chair souffre, l'esprit s'enfuit

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il n'est pas communément accordé à l'homme d'être tout entier reçu, esprit et chair, dans ses moments solennels où son destin se fixe, et d'assister, à la fois acteur et spectateur, à son propre vertige, à son cruel enfantement. On a les yeux plus ou moins ouverts. Quand la chair souffre, l'esprit s'enfuit. Quand elle exige, il ne sait d'abord que ce taire. Heureux celui qui finit par abolir en lui cette insupportable distance entre ce qu'il est et ce qu'il devient ! »

Raymond Abellio, Les Yeux d'Ezéchiel sont ouverts

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les idées mêmes de bonheur et de malheur me semblent également futiles

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Quand il m'arrive de m'interroger sur le peu de temps qui nous est donné pour vivre et pour nous bourrer d'expériences qui en vaillent la peine, l'innombrable foule des petites difficultés et des petites satisfactions qui constituent la trame de la vie se perd dans une sorte de lointain gris et indistinct, et les idées mêmes de bonheur et de malheur me semblent également futiles. »

Raymond Abellio, Les Yeux d'Ezéchiel sont ouverts

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

On se sent tellement en avance sur l'immense majorité des mammifères !

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L'état de singe intellectuel a ceci de particulier qu'on s'y connaît de mieux en mieux comme singe. Cet état n'est pas si méprisable. On se sent tellement en avance sur l'immense majorité des mammifères ! Tellement grandi par la sincérité ! »

« La pensée de la violence, quand elle s'ajoute à l'image de la beauté, est celle qui peut le plus bouleverser un adolescent. »

Raymond Abellio, Les Yeux d'Ezéchiel sont ouverts

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/11/2014

Pour l’anarchie ou pour l’aristocratie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nous autres, ne pouvons avoir le choix qu’entre deux attitudes, nous déclarer pour l’anarchie ou pour l’aristocratie. Elles abhorrent l’une et l’autre la fiente égalitaire. Je professerais volontiers que le régime le plus propice à l’épanouissent de notre espèce à nous et à l’accomplissement de son oeuvre, seuls buts qui nous importent, serait celui d’un despotisme vigoureux et éclairé. Je suis d’ailleurs convaincu qu’il est purement utopique de l’espérer d’ici longtemps, et ce n’est pas mon affaire d’y travailler. Régis, lui, arrive à être catholique et démocrate. Car ses penchants pour l’Action Française ne me leurrent point. J’ai aperçu les individus de sa secte : la démocratie est leur raison d’être, ils y collent comme la sangsue, ils en promènent sur eux les relents nauséabonds. Il suffit d’ailleurs de dire catholique pour dire : démocratie. Qui a trempé dans la fange du fraternitarisme évangélique et n’a pas éprouvé le besoin de s’en laver à grands seaux dès l’âge de raison, celui-là se fait citoyen de l’universelle démocrasouille : entendons par là, le gigantesque parti des intestins, des boy-scouts, de Lourdes, de Wilson-les-couilles-gelées, des séminaristes à bérets, des quakeresses du Kansas. La démocratie, c’est la barbarie, au sens romain du mot. »

Lucien Rebatet, Les Deux Étendards

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Où donc est leur Dieu ?

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Repoussez donc sans crainte ces nations qui ne respirent que la guerre, taillez en pièces ceux qui jettent la terreur parmi nous, massacrez loin des murs de la cité du Seigneur, tous ces hommes qui commettent l’iniquité et qui brûlent du désir de s’emparer des inestimables trésors du peuple chrétien qui reposent dans les murs de Jérusalem, de profaner nos saints mystères et de se rendre maîtres du sanctuaire de Dieu. Que la doublé épée des chrétiens soit tirée sur la tête de nos ennemis, pour détruire tout ce qui s’élève contre la science de Dieu, c’est-à-dire contre la foi des chrétiens, afin que les infidèles ne puissent dire un jour : Où donc est leur Dieu ? »

Bernard de Clairvaux, Éloge de la nouvelle chevalerie

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Des raffinés...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le monde est plein de gens qui se disent des raffinés et puis qui ne sont pas, je l’affirme, raffinés pour un sou. Moi, votre serviteur, je crois bien que moi, je suis raffiné ! Authentiquement raffiné. Jusqu’à ces derniers temps j’avais peine à l’admettre... Je résistais... Et puis un jour je me rendis... Tant pis !... Je suis tout de même un peu gêné par mon raffinement… Que va-t-on dire ? Prétendre ?... Insinuer ?...
Un raffiné valable, raffiné de droit, de coutume, officiel, d’habitude doit écrire au moins comme M. Gide, M. Vanderem, M. Benda, M. Duhamel, Mme Colette, Mme Fémina, Mme Valéry, les "Théâtres Français"... pâmer sur la nuance... Mallarmé, Bergson, Alain… troufignoliser l’adjectif... goncourtiser... merde ! enculagailler la moumouche, frénétiser l’Insignifiance, babiller ténu dans la pompe, plastroniser, cocoriquer dans les micros... Révéler mes "disques favoris"... mes projets de conférences...
Je pourrais, je pourrais bien devenir aussi moi, un styliste véritable, un académique "pertinent". C’est une affaire de travail, une application de mois... peut-être d’années...
On arrive à tout... comme dit le proverbe espagnol : "Beaucoup de vaseline, encore plus de patience, Éléphant encugule fourmi." »

Louis-Ferdinand Céline, Bagatelles pour un massacre

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les inconvénients de la chair

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Aussi longtemps que nous vivons ici-bas, nous sommes liés au genre humain par l'identité de notre corps ; c'est par l'esprit que nous nous en différencions. C'est pourquoi nous partageons avec tous les hommes les inconvénients de la chair, jusqu'à ce que "cet être corporel revête l'incorruptibilité, que cet être mortel revête l'immortalité" (1 Co 15,53). Lorsqu'une cité est envahie par l'ennemi, sa captivité touche tous ses habitants sans aucune distinction. Et quand le ciel serein élimine tout espoir de pluie, la sécheresse nous menace tous indifféremment. Quand enfin les rochers enserrent un navire de toutes parts, le naufrage devient le lot commun à tous les passagers, sans exception. Ainsi en est-il de toute douleur, qu'elle affecte nos yeux, nos membres, ou notre corps en général : elle est notre lot à tous, aussi longtemps que nous partageons la même chair en ce monde ! »

Cyprien de Carthage, Sur la mort,8

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Cette humanité ostentatoire et programmatique du littérateur

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’amour ! L’humanité ! Je les connais, cet amour rhétorique, cet humanitarisme doctrinaire, que l’on exprime les dents serrées, pour marquer du dégoût à l’égard de son propre peuple. Je le connais, le cri des littérateurs d’aujourd’hui. Je connais aussi les œuvres d’art où il s’exhale, des œuvres où l’ "humanité" est une exigence intellectuelle, une doctrine littéraire, quelque chose de conscient, de voulu, de didactique et où, en même temps, elle fait défaut, et qui vivotent uniquement de ce que public et critique confondent l’ "humanité" avec une exigence rhétorique et politique de l’humanité. Cette humanité ostentatoire et programmatique du littérateur, qui se sert d’elle pour attaquer et humilier, qui est fier d’elle comme un paon et qui semble perpétuellement crier : "Voyez comme je suis humain, et vous, qu’êtes-vous, sinon d’infâmes esthètes !" - oh ! grand merci pour ce genre d’ "humanité" publicitaire !
Oui, la guerre est atroce ! Mais si, pendant cette guerre, le littérateur politique bombe le torse et déclare que dans sa poitrine passe le souffle d’amour du grand Tout, c’est l’abomination des abominations, – un spectacle intolérable. "En vérité, dit la démence servile, c’est non seulement un grand artiste, mais avant tout un homme admirable..."
N’a-t-il pas honte ? Car il n’est pas admirable et il le sait. Un acharnement mesquin joint à la sentimentalité, un endurcissement doctrinaire, une présomption, une intolérance froide et rigide, l’emphase pharisienne, prête à l’immolation des autres, du "tant pis si vous périssez, moi je demeure dans la lumière", tout cela ne fait pas une humanité admirable. [...]
Tourgueniev a dit une fois du rousseauiste Léon Tolstoï que son suprême et plus terrible secret, c’était de ne pouvoir aimer personne hormis lui-même. C’est le secret de tous ceux qui suivent Rousseau, qui toujours, d’une manière ou d’une autre, fourrent leurs rejetons à l’hospice des enfants trouvés et écrivent des romans éducatifs. [...] L’action publique de quelqu’un qui s’entend très bien à dire "j’aime Dieu" peut être importante ; mais si cependant il hait son frère, alors, selon l’Evangile de Saint-Jean, son amour pour Dieu n’est rien que belle littérature, et une fumée de sacrifice qui ne s’élève point. »

Thomas Mann, Considérations d’un apolitique

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/11/2014

Ce n’est pas contradictoire avec la modernité

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je défends comme vous cet Occident scientifique, ce nouvel empire romain. Mon affaire n’est pas la politique. Je ne me bats pas précisément pour une forme de société. Quoique j’aie une préférence pour la libérale, mais c’est secondaire. Je me bats pour cette civilisation. Je crois qu’elle sera gagnante sur les deux tableaux : le pouvoir et l’esprit… Je m’intéresse à la vie spirituelle. Les gens ne comprennent pas qu’on puisse être spiritualiste et croire en ce monde. La vieille dualité chrétienne les égare… Mais qu’est-ce que la vie spirituelle ? L’ensemble des conduites héroïques et poétiques de l’âme… Ce n’est pas contradictoire avec la modernité. Je peux très bien chercher l’ “état d’éveil”, comme disent les mystiques, et diriger une usine. Je peux être Socrate dans le métro, Héraclite au mont Palomar, ou Marc-Aurèle en fusée… Nous sommes dans la première grande civilisation surhumaniste. Nous reprenons et nous portons plus haut les volontés de Prométhée, de Dédale, de Faust… Comment vous dire ?… Eh bien, mon cher Joseph, je me sens de moins en moins chrétien. Je crois même que je deviens antichrétien. »

Louis Pauwels, Blumroch l’admirable

 

23:55 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook