Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2015

Glaive et charrue

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

« A première vue, il est facile de faire la distinction entre technologie salutaire et technologie néfaste ; il suffit, semble-t-il, de voir la fin propre de chaque outil technique. Ainsi, les charrues sont bonnes et les glaives sont mauvais. Avec l’avènement de l’ère messianique, dit l’Ancien Testament, les glaives seront fondus en socs de charrue. En traduisant cette comparaison dans le contexte de la technologie moderne, on dira que la bombe atomique est mauvaise tandis que les engrais chimiques sont bons, puisqu’ils aident à subvenir aux besoins nutritifs de l’humanité.

Cependant, on voit immédiatement que la technologie moderne nous enferme dans un dilemme irritant. Ses "charrues" à elle peuvent être, à long terme, aussi nuisibles que ses "glaives" ! (Et le "long terme" des effets cumulatifs est […] inhérent à la mise en œuvre de cette technologie). Mais alors, ce sont elles, les "charrues" salutaires, qui sont le véritable problème. Car, si on peut laisser le glaive au fourreau, on ne peut laisser les charrues dans la grange. Une guerre atomique totale aurait certes des conséquences effroyables ; or, bien qu’elle puisse se déclancher à tout moment et que cette possibilité pèse sur notre avenir comme un cauchemar, elle ne doit pas se produire nécessairement. En effet, l’écart salvateur entre potentialité et actualisation, entre la possession de l’outil et son emploi, est encore préservé dans ce cas – ce qui permet d’espérer que cet emploi pourra être évité (cette non-utilisation étant la fin paradoxale de la possession de cette technologie précise). Mais il y a là, par ailleurs, de nombreuses choses qui cachent sous leur apparence pacifique un potentiel de dangers apocalyptiques, et que nous somme pourtant obligés d’accomplir, tout simplement pour survivre. Pendant que le mauvais frère Caïn – la bombe – repose dans sa caverne, le bon frère Abel – le réacteur nucléaire pacifique – produit, sans susciter de drame, ses sédiments de poison pour les millénaires futurs. »

Hans JONAS, La technique moderne comme sujet de réflexion éthique

14:38 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le Centre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

« Aujourd’hui,(...), l’adhésion aux modèles imposés par le Centre est totale et sans conditions. Les modèles culturels réels sont reniés. L’abjuration est accomplie. On peut donc affirmer que la "tolérance" de l’idéologie hédoniste, défendue par le nouveau pouvoir, est la plus terrible des répressions de l’histoire humaine. Comment a-t-on pu exercer pareille répression ? A partir de deux révolutions, à l’intérieur de l’organisation bourgeoise : la révolution des infrastructures et la révolution du système des informations. Les routes, la motorisation, etc. ont désormais uni étroitement la périphérie au Centre en abolissant toute distance matérielle. Mais la révolution du système des informations a été plus radicale encore et décisive. Via la télévision, le Centre a assimilé, sur son modèle, le pays entier, ce pays qui était si contrasté et riche de cultures originales. Une œuvre d’homologation, destructrice de toute authenticité, a commencé. Le Centre a imposé - comme je disais - ses modèles : ces modèles sont ceux voulus par la nouvelle industrialisation, qui ne se contente plus de "l’homme-consommateur", mais qui prétend que les idéologies différentes de l’idéologie hédoniste de la consommation ne sont plus concevables. Un hédonisme néo-laïc, aveugle et oublieux de toutes les valeurs humanistes, aveugle et étranger aux sciences humaines. »

Pier Paolo Pasolini, Écrits corsaires

14:31 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

On s’est fait des "Situâtions" dans la purification

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les haines partisanes sont "alimentaires" !... oubliez jamais ! on s’est fait des "Situâtions" dans la purification, les mises en fosse des "collabos"... des gens qu’étaient juste que de la crotte sont devenus des "terribles seigneurs"... "vengeurs"... avec de ces énormes privilèges !... vous parlez qu’ils "résisteront" jusqu’à leur dernier quart de souffle !... jusqu’à leur dernière petite-fille se soit très gentiment mariée ! le pire malheur des collabos, la providence qu’ils ont été pour la pire horde des bons à lape... dites-moi, Vermersh, Triolette, Madeleine Jacob, qu’est-ce que ça vaut devant une fraiseuse, une feuille de papier ? un balai ?... à la niche, hyènes ! catastrophes ! des aubaines, pas une fois par siècle ! surprise-stupre des épiloconnes ! c’est pas demain qu’ils vont renoncer à être les Très-Hautes-Puissances-Paladines de la plus formid’ colique 39 !... »

Louis-Ferdinand Céline, D’un château l’autre

 

11:17 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/02/2015

Un orage sublime

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La vie des grandes intelligences n’est pas autre chose qu’un orage sublime, et quiconque fait son lit bien symétrique et bien uni, pour s’étendre à jamais dans une bonne position bien correcte et bien commode, s’endort là du sommeil des morts et n’est jamais réveillé par l’inspiration. Allez, synthétique personnage, dormez sur le triste et humide grabat de votre saine logique, et, au lieu d’extases et de rêves, vous n’aurez là que les délices du ronflement monotone. »

George Sand, Autour de la table

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

De cette sainteté spontanée et comme native, Satan a fait une singerie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’une des inversions malignes les plus classiques et les plus meurtrières a donné naissance à l’idée de pureté. La pureté est l’inversion maligne de l’innocence. L’innocence est amour de l’être, acceptation souriante des nourritures célestes et terrestres, ignorance de l’alternative infernale pureté-impureté. De cette sainteté spontanée et comme native, Satan a fait une singerie qui lui ressemble et qui est tout l’inverse : la pureté. La pureté est horreur de la vie, haine de l’homme, passion morbide du néant. Un corps chimiquement pur a subi un traitement barbare pour parvenir à cet état absolument contre nature. L’homme chevauché par le démon de la pureté sème la ruine et la mort autour de lui. Purification religieuse, épuration politique, sauvegarde de la pureté de la race, nombreuses sont les variations sur ce thème atroce, mais toutes débouchent avec monotonie sur des crimes sans nombre dont l’instrument privilégié est le feu, symbole de pureté et symbole de l’enfer. »

Michel Tournier, Le Roi des Aulnes

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Des gens qui se couchent

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« C’est triste des gens qui se couchent, on voit bien qu’ils se foutent que les choses aillent comme elles veulent, on voit bien qu’ils ne cherchent pas à comprendre eux, le pourquoi qu’on est là. Ça leur est bien égal. Ils dorment n’importe comment, c’est des gonflés, des huîtres, des pas susceptibles, Américains ou non. Ils ont toujours la conscience tranquille. »

Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'anarque a banni la société de lui-même

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« D'autre part, il faut bien distinguer le rebelle de l'anarque, bien que l'un et l'autre soient parfois très semblables et à peine différents, d'un point de vue existentiel. La distinction réside en ce que le rebelle a été banni de la société, tandis que l'anarque a banni la société de lui-même. Il est et reste son propre maître dans toutes circonstances. »

Ernst Jünger, Eumeswil

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une vieille âme dont on ne sait plus que faire

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La confession et la pénitence sont décidément les deux merveilles de la religion catholique. Grâce à elles, on jette périodiquement au rebut une vieille âme dont on ne sait plus que faire ; on se retrouve tout neuf, j’oserai presque dire tout autre. Ce qui nous faisait mal, qui nous ligotait à quelque chose que nous n’étions plus, à savoir le péché, ou plutôt le souvenir importun du péché, est effacé ; mieux qu’effacé : aboli. On est prêt de nouveau pour l’aventure. »

Jean Dutourd, Le vieil homme et la France

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/02/2015

Injuste et méthodique

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le monde, que nous habitons, est dur, froid, sombre, injuste et méthodique, ses gouvernants sont ou des imbéciles pathétiques ou de profonds scélérats, aucun n'est plus à la mesure de cet âge, nous sommes dépassés, que nous soyons petits ou grands, la légitimité paraît inconcevable et le pouvoir n'est qu'un pouvoir de fait, un pis-aller auquel on se résigne. Si l'on exterminait, de pôle en pôle,  toutes les classes dominantes, rien ne serait changé, l'ordre instauré voilà cinquante siècles n'en serait même pas ému, la marche à la mort ne s'arrêterait plus un seul jour et les rebelles triomphants n'auraient plus que le choix d'être les légataires des traditions caduques et des impératifs absurdes. La farce est terminée, la tragédie commence, le monde se fera toujours plus dur, plus froid, plus sombre et plus injuste, et malgré le chaos envahissant, toujours plus méthodique : c'est même l'alliance de l'esprit de système et du désordre qui me paraît son caractère le moins contestable, jamais il ne se verra plus de discipline et plus d'absurdité, plus de calcul et plus de paradoxes, enfin plus de problèmes résolus, mais résolus en pure perte. »

Albert Caraco, Bréviaire du chaos

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La flamme d'un mousquet, l'éclair d'une épée, le sang d'un imbécile

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Vous apprendrez, jeune homme, que je ne regarde pas les femmes, fussent-elles jeunes, fussent-elles nues. La flamme d'un mousquet, l'éclair d'une épée, le sang d'un imbécile, voilà l'objet de toute mon attention. »

Roger Nimier, D'artagnan amoureux

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Arrêter l'homme au bord de l'abîme, lui montrer sa vraie vocation

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L'homme guerrier et technicien déshumanise le monde, la femme orante l'humanise en tant que mère qui veille sur toute forme humaine comme sur son propre enfant. Mais la femme n'accomplira sa tâche que si elle accepte le ministère des "vierges sages" de la parabole, dont les lampes étaient remplies des dons de l'Esprit Saint, si, gratia plena, elle suit la Théotokos (...) Aujourd'hui, face à la tragédie du Tiers Monde, face au matérialisme vécu, à la pornographie, à la drogue, face à tous les éléments de décomposition démoniaque..., c'est la femme qui, après avoir formulé avec la vierge le fiat, est prédestiné à dire non, à arrêter l'homme au bord de l'abîme, à lui montrer sa vraie vocation... »

Paul Evdokimov, La Femme et le salut du monde

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Faire saigner les idées...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« C'est un drôle de type. Il a au moins trois caractères différents, il n'est pas facile à résumer. Chez beaucoup, on appelle ça de la complexité, on trouve ça excellent, un signe de richesse, si tu veux... Chez lui, c'est d'une brutalité totale : d'un plan à l'autre, il n'y a rien. ... Il est intelligent, autrefois il avait tout lu. Seulement on ne le voit pas s'intéresser aux "choses de l'esprit" comme dit Edmond. Il est carré, c'est une nature carrée. S'il touche aux idées, c'est en les faisant un peu saigner au passage, pour voir si elles sont vivantes. »

Roger Nimier, Les enfants tristes

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/02/2015

La vie est douloureuse et décevante

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La vie est douloureuse et décevante. Inutile, par conséquent, d’écrire de nouveaux romans réalistes. Sur la réalité en général, nous savons déjà à quoi nous en tenir ; et nous n’avons guère envie d’en apprendre davantage. L’humanité telle qu’elle est ne nous inspire plus qu’une curiosité mitigée. Toutes ces "notations" d’une si prodigieuse finesse, ces "situations", ces anecdotes... Toute cela ne fait, le livre une fois refermé, que nous confirmer dans une légère sensation d’écoeurement déjà suffisamment alimentée par n’importe quelle journée de "vie réelle".
Maintenant, écoutons Howard Phillips Lovecraft : "Je suis si las de l’humanité et du monde que rien ne peut m’intéresser à moins de comporter au moins deux meurtres par page, ou de traiter d’horreurs innommables provenant d’espaces extérieurs." Howard Phillips Lovecraft (1890-1937). Nous avons besoin d’un antidote souverain contre toutes les formes de réalisme.
Quand on aime la vie, on ne lit pas. On ne va guère au cinéma non plus, d’ailleurs. Quoi qu’on en dise, l’accès à l’univers artistique est plus ou moins réservé à ceux qui en ont un peu marre. »

Michel Houellebecq, H.P. Lovecraft contre le monde, contre la vie

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Des vaincus n’ont d’espoir qu’en leur désespoir même

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Des vaincus n’ont d’espoir qu’en leur désespoir même !
Leur fureur les renforce, et, tels des loups rapaces,
Noir de brume, aveuglés, par l’insatiable rage
De leur ventre poussés, qu’attendent, gorge sèche,
Leurs petits, nous marchons sous les traits ennemis
Vers le coeur de la ville et une mort certaine,
Et la nuit, noir creux d’ombre, autour de nos pas vole. »

Virgile, Énéide (Chant II)

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le progrès ? Depuis longtemps on le distingue mal de la régression...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le monde moderne sombre-t-il dans un chaos sanglant ? On pourrait le croire à considérer les affrontements, conflits, guerres actuelles ou possibles. L’ordre nouveau que devait apporter la pratique industrielle ne s’impose pas comme ordre social, mais comme ordre moral et politique. Les connaissances très poussées, très spécialisées, ont engendré une méconnaissance généralisée. La coexistence du génocide et de la sécurité obsessionnelle, du ravage de la nature terrestre et de l’exploration des espaces vides, déconcerte plus qu’elle ne laisse entrevoir une harmonie. Le progrès ? Depuis longtemps on le distingue mal de la régression. L’histoire se tait ; elle n’a plus de sens. Les classes ne s’affrontent pas, mais les peuples, les nations, les tribus, les ethnies, les religions. »

Henri Lefebvre, Le manifeste différentialiste

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook