Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2015

Ressembler à l’absolu

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Tout ce qui nous reste, c’est la liberté du choix de la méthode que nous essaierons une fois rendus face à ce vide de l’action en cours, pendant cet entracte ou nous attendons "l’absolu". De façon ou d’autre nous devons faire nos préparatifs. Que l’on désigne préparatifs sous le nom de "progrès spirituel" est dû au désir qui hante plus ou moins tout être humain de se modeler, fût-ce sans y réussir le moins du monde, sur l’image de l’absolu à venir. De tous les désirs, c’est peut être là le plus naturel et le plus honnête, de souhaiter ainsi que tant le corps que l’esprit en viennent à ressembler à l’absolu. »

Yukio Mishima, Le soleil et l’acier

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une secrète sympathie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les préjugés ont ceci de bon, qu’ils préservent des idées stupides. »

« Entre adversaires intelligents il existe une secrète sympathie, car nous devons tous notre intelligence et nos qualités aux qualités et à l’intelligence de notre ennemi. »

« La tyrannie d’un individu est préférable au despotisme de la loi, parce que le tyran est vulnérable et la loi incorporelle. »

« Seules les éducations austères forment des âmes fines et délicates. »

Nicolás Gómez Dávila, Les horreurs de la démocratie - Scolies pour un texte implicite

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Notre incroyable légèreté, notre ironie provinciale...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Notre incroyable légèreté, notre ironie provinciale, notre inaptitude française à l’uniformisation européenne, notre mégalomanie encrassée, ont toujours exaspéré les peuples qui voulaient vraiment notre intérêt, et Dieu sait qu’ils sont nombreux. [...] Je sais la France et ses horreurs. Mais on ne m’empêchera jamais de me dire qu’un pays où le féminisme anglo-saxon et le déconstructivisme derridien n’ont jamais pu réellement adhérer, prendre racine en profondeur, ne peut être tout à fait mauvais. »

Philippe Muray, L’empire du bien

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Degré de civilisation

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La phrase doit émerger de son habillement verbal, pulpeuse, limpide et fraîche, comme une adolescente qui se met nue. »

« Le christianisme dépasse toute éthique, parce qu’il ne demande pas d’être sans péchés, mais avide de pardon. »

« Rien n’attendrit plus le bourgeois que le révolutionnaire d’un pays étranger. »

« Le degré de civilisation d'une société se mesure au nombre de gestes usuels de politesse dans la vie quotidienne. »

Nicolás Gómez Dávila, Les horreurs de la démocratie - Scolies pour un texte implicite

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le raciste s’exaspère, l’anti-raciste aussi

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le raciste s’exaspère, parce qu’il soupçonne en secret que les races sont égales ; l’anti-raciste aussi, parce qu’en secret, il soupçonne qu’elles ne le sont pas. »

Nicolás Gómez Dávila, Les horreurs de la démocratie - Scolies pour un texte implicite

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/02/2015

Là seulement est la vraie égalité politique

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Sans doute les talents naturels se trouvent en plus grand nombre dans la classe la plus nombreuse, je le crois ; et néanmoins on peut remarquer que ce sont, en général, les nobles qui ont le mieux écrit sur la politique et l'art militaire, comme les magistrats sur la jurisprudence, et les évêques sur les matières religieuses. Aux Etats-Généraux, où tant de forts esprits se trouvèrent en présence, la noblesse ne parut pas inférieure en talent aux autres ordres, et, s'il faut en juger par l'expérience, elle se montra supérieure à tous en connaissances politiques. Tous les autres arts, toutes les autres sciences, appartiennent à l'homme privé plus qu'à l'homme public, et meublent plutôt les académies qu'elles ne défendent la société ; elles peuvent être pour la noblesse un délassement, mais elles sont hors du cercle de ses devoirs.

(...)

Je le répète : la noblesse héréditaire n'est que le dévouement de la famille exclusivement au service de l'Etat. Ce qu'on appelle "la naissance, une haute naissance", n'est que l'ancienneté de ce dévouement ; et si la noblesse n'était pas cela, elle ne serait rien, et le nom même n'en serait pas dans la langue. Toutes les familles pouvaient, devaient même parvenir, avec le temps, à cet honorable engagement. La société  les y invitait, et aucune loi n'excluait aucune famille française même du trône, en cas d'extinction de la famille régnante.
Là seulement est la vraie égalité politique, dont le problème nous a si longtemps occupés. »

Louis de Bonald, Considérations sur la noblesse

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La noblesse n’est ni un ornement, ni une décoration, ni un préjugé, ni une usurpation

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On a exagéré les vices ou les défauts dont les nobles ne sont pas plus exempts que les autres hommes ; jamais, que je sache, on n’a donné la véritable raison de la noblesse.
Les uns ont fait de la noblesse un meuble de la couronne, comme le sceptre ou le manteau royal ; les autres en ont fait une illusion de la vanité, ou une usurpation des temps féodaux. La noblesse n’est ni un ornement, ni une décoration, ni un préjugé, ni une usurpation : elle est une institution "naturelle" et nécessaire de la société publique, aussi nécessaire, aussi ancienne que le pouvoir lui-même ; et c’est par cette raison qu’elle existe, comme le pouvoir, sous une forme ou sous une autre, dans tout état de la société, et sous toutes les formes de gouvernement.

(...)

Ainsi, les nobles sont les serviteurs de l’Etat, et ne sont pas autre chose : ils n’exercent pas un droit, ils remplissent un devoir ; ils ne jouissent pas d’une prérogative, ils s’acquittent d’un "service". Le mot "service", employé à désigner les fonctions publiques, a passé de l’Evangile dans toutes les langues des peuples chrétiens, où l’on dit le "service", "faire son service", "servir", pour exprimer que l’on est occupé dans la magistrature ou dans l’armée. Quand Jésus-Christ dit à ses disciples : "Que le plus grand d’entre vous ne soit que le serviteur des autres ; - quel est le plus grand de celui qui sert ou de celui qui est servi ?" Il ne fait que révéler le principe de toute société, ou plutôt de toute sociabilité, et nous apprendre que tout dans le gouvernement de l’Etat, pouvoir et ministère, se rapporte à l’utilité des sujets, comme tout dans la famille, se rapporte au soin des enfants ; que les grands ne sont réellement que les serviteurs des petits, soit qu’ils les servent en jugeant leurs différents, en réprimant leurs passions, en défendant, les armes à la main, leurs propriétés, ou qu’ils les servent encore en instruisant leur ignorance, en redressant leurs erreurs, en aidant leur faiblesse : le pouvoir le plus éminent de la société chrétienne ne prend d’autre titre que "serviteur des serviteurs" ; et si la vanité s’offense des distinctions, la raison ne saurait méconnaître les services. »

Louis de Bonald, Considérations sur la noblesse

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/02/2015

La première civilisation de l'Histoire sans repères

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nous sommes la première civilisation de l'Histoire sans repères. Sans repères sacrés, spirituels, sans respect pour le patrimoine culturel immatériel. Arthur Rimbaud l'avait annoncé: "Que les oiseaux et les sources sont loin ! Ce ne peut être que la fin du Monde, en avançant". »

Jean Malaurie, Terre mère

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le rapport de l'homme au sacré

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L'histoire des religions touche à ce qui est essentiellement humain : le rapport de l'homme au sacré. L'histoire des religions peut jouer un rôle extrêmement important dans la crise que nous connaissons. Les crises de l'homme moderne sont en partie "religieuses" dans la mesure où elles sont la prise de conscience d'une absence de sens. Lorsqu'on a le sentiment d'avoir perdu la clef de son existence, lorsqu'on ne sait plus quelle est la signification de la vie, il s'agit bien d'un phénomène religieux, puisque la religion est justement une réponse à la question fondamentale : quel est le sens de l'existence ?... Dans cette crise, dans ce désarroi, l'histoire des religions est au moins comme une arche de Noé des traditions mythiques et religieuses. Et c'est pourquoi je pense que cette "discipline totale" peut avoir une fonction royale. Les "publications scientifiques" constitueront peut-être une réserve où se "camoufleront" toutes les valeurs et les modèles religieux traditionnels. D'où mon effort constant pour mettre en évidence la signification des faits religieux. »

Mircea Eliade, L'épreuve du labyrinthe, Entretiens avec Claude-Henri Rocquet

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La noblesse ne doit pas être pouvoir

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Si la noblesse doit être fonction, elle ne doit pas être pouvoir ; encore moins doit-elle être métier : donc elle ne doit pas commercer. Le désir d'acquérir des richesses est le désir d'en jouir ; le désir de jouir est le désir de vivre ; et le désir de vivre s'accorde mal avec une profession qui ordonne de compter la vie pour rien, et son devoir pour tout. »

Louis de Bonald, Théorie de l'éducation sociale

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Retourner à sa racine, c'est s'établir dans la quiétude

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Devant l'agitation fourmillante des êtres ne contemple que leur retour.
De la multitude des êtres chacun fait retour à sa racine.
Retourner à sa racine, c'est s'établir dans la quiétude.
S'établir dans la quiétude, c'est revenir à sa condition originelle.
Revenir à sa condition originelle, telle est la loi commune. »

Lao Tseu, Tao Tö King - Chapitre 16

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Société conviviale

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Passé un certain seuil, l’outil, de serviteur, devient despote. Passé un certain seuil, la société devient une école, un hôpital, une prison. Alors commence le grand enfermement. Il importe de repérer précisément où se trouve, pour chaque composante de l’équilibre global, ce seuil critique. Alors il sera possible d’articuler de façon nouvelle la triade millénaire de l’homme, de l’outil et de la société. J’appelle société conviviale une société où l’outil moderne est au service de la personne intégrée à la collectivité, et non au service d’un corps de spécialistes. »

Ivan Illich, La convivialité

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/02/2015

La civilisation actuelle confère à tout un air de ressemblance...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

« La civilisation actuelle confère à tout un air de ressemblance. Le film, la radio et les magazines constituent un système. Chaque secteur est uniformisé et tous le sont les uns par rapport aux autres. Même les oppositions politiques dans leur manifestation esthétiques sont unanimes pour chanter les louanges du rythme d’airain de ce système. Des pays totalitaires aux autres pays, les bâtiments administratifs et les centres d’expositions industrielles se ressemblent presque tous par leur décoration. […]. Les maisons plus anciennes autour des centres urbains de béton ressemblent déjà à des slums et les nouveaux bungalows en bordure des villes sont comme les fragiles constructions des foires internationales, monuments élevés au progrès technique et invitant à s’en débarrasser après une brève période d’utilisation, comme on se débarrasse de boites de conserve vides.
Mais les projets d’urbanisme qui, dans de petits logements hygiéniques, devraient assurer la pérennité de l’individu comme être indépendant, le soumettant d’autant plus totalement au pouvoir absolu du capital qui est en fait son ennemi. De même que les habitants sont expédiés dans les centres des villes pour y travailler et s’y divertir en tant que producteurs et consommateurs, de même les cellules d’habitation s’agglomèrent en complexes bien organisés. […]. Le film et la radio n’ont plus besoin de se faire passer pour de l’art. Ils ne sont plus que business : c’est là leur vérité et leur idéologie qu’ils utilisent pour légitimer la camelote qu’ils produisent délibérément ».

ADORNO & HORKEIMER, Dialectique de la raison

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Glaive et charrue

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

« A première vue, il est facile de faire la distinction entre technologie salutaire et technologie néfaste ; il suffit, semble-t-il, de voir la fin propre de chaque outil technique. Ainsi, les charrues sont bonnes et les glaives sont mauvais. Avec l’avènement de l’ère messianique, dit l’Ancien Testament, les glaives seront fondus en socs de charrue. En traduisant cette comparaison dans le contexte de la technologie moderne, on dira que la bombe atomique est mauvaise tandis que les engrais chimiques sont bons, puisqu’ils aident à subvenir aux besoins nutritifs de l’humanité.

Cependant, on voit immédiatement que la technologie moderne nous enferme dans un dilemme irritant. Ses "charrues" à elle peuvent être, à long terme, aussi nuisibles que ses "glaives" ! (Et le "long terme" des effets cumulatifs est […] inhérent à la mise en œuvre de cette technologie). Mais alors, ce sont elles, les "charrues" salutaires, qui sont le véritable problème. Car, si on peut laisser le glaive au fourreau, on ne peut laisser les charrues dans la grange. Une guerre atomique totale aurait certes des conséquences effroyables ; or, bien qu’elle puisse se déclancher à tout moment et que cette possibilité pèse sur notre avenir comme un cauchemar, elle ne doit pas se produire nécessairement. En effet, l’écart salvateur entre potentialité et actualisation, entre la possession de l’outil et son emploi, est encore préservé dans ce cas – ce qui permet d’espérer que cet emploi pourra être évité (cette non-utilisation étant la fin paradoxale de la possession de cette technologie précise). Mais il y a là, par ailleurs, de nombreuses choses qui cachent sous leur apparence pacifique un potentiel de dangers apocalyptiques, et que nous somme pourtant obligés d’accomplir, tout simplement pour survivre. Pendant que le mauvais frère Caïn – la bombe – repose dans sa caverne, le bon frère Abel – le réacteur nucléaire pacifique – produit, sans susciter de drame, ses sédiments de poison pour les millénaires futurs. »

Hans JONAS, La technique moderne comme sujet de réflexion éthique

14:38 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le Centre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

« Aujourd’hui,(...), l’adhésion aux modèles imposés par le Centre est totale et sans conditions. Les modèles culturels réels sont reniés. L’abjuration est accomplie. On peut donc affirmer que la "tolérance" de l’idéologie hédoniste, défendue par le nouveau pouvoir, est la plus terrible des répressions de l’histoire humaine. Comment a-t-on pu exercer pareille répression ? A partir de deux révolutions, à l’intérieur de l’organisation bourgeoise : la révolution des infrastructures et la révolution du système des informations. Les routes, la motorisation, etc. ont désormais uni étroitement la périphérie au Centre en abolissant toute distance matérielle. Mais la révolution du système des informations a été plus radicale encore et décisive. Via la télévision, le Centre a assimilé, sur son modèle, le pays entier, ce pays qui était si contrasté et riche de cultures originales. Une œuvre d’homologation, destructrice de toute authenticité, a commencé. Le Centre a imposé - comme je disais - ses modèles : ces modèles sont ceux voulus par la nouvelle industrialisation, qui ne se contente plus de "l’homme-consommateur", mais qui prétend que les idéologies différentes de l’idéologie hédoniste de la consommation ne sont plus concevables. Un hédonisme néo-laïc, aveugle et oublieux de toutes les valeurs humanistes, aveugle et étranger aux sciences humaines. »

Pier Paolo Pasolini, Écrits corsaires

14:31 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook