Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2015

Sous l’influence de la liberté

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Loin que nous entretenions l’absurde pensée d’anéantir la religion, l’éducation, la propriété, le travail et les arts quand nous demandons que l’État protège le libre développement de tous ces ordres d’activité humaine, sans les soudoyer aux dépens les uns des autres, nous croyons au contraire que toutes ces forces vives de la société se développeraient harmonieusement sous l’influence de la liberté, qu’aucune d’elles ne deviendrait, comme nous le voyons aujourd’hui, une source de troubles, d’abus, de tyrannie et de désordre.Nos adversaires croient qu’une activité qui n’est ni soudoyée ni réglementée est une activité anéantie. Nous croyons le contraire. Leur foi est dans le législateur, non dans l’humanité. La nôtre est dans l’humanité, non dans le législateur. »

Frédéric Bastiat, Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas - "IV. Théâtres, Beaux-Arts"

 

18:14 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Rationalisme et scientisme, sentimentalisme et moralisme

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 


Cliquez sur la photo

 

René Guénon

17:56 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La pros­ti­tu­tion des idées est dev­enue dans le monde entier une insti­tu­tion d’État

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« À l’heure actuelle, je ne con­nais pas de sys­tème ni de parti auquel on puisse con­fier une idée vraie avec le moin­dre espoir de la retrou­ver intacte, le lende­main, ou même sim­ple­ment recon­naiss­able. Je dis­pose d’un petit nom­bre d’idées vraies, elles me sont chères, je ne les enver­rai pas à l’Assistance publique, pour ne pas dire à la mai­son publique, car la pros­ti­tu­tion des idées est dev­enue dans le monde entier une insti­tu­tion d’État. Toutes les idées qu’on laisse aller toutes seules, avec leurs natte sur le dos et un petit panier à la main comme le Chap­eron Rouge, sont vio­lées au pre­mier coin de rue par n’importe quel slo­gan en uni­forme. Car tous les slo­gans sont en uni­forme, tous les slo­gans appar­ti­en­nent à la police. »

Georges Bernanos, La lib­erté pour quoi faire ?

 

00:40 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ressembler à des torches

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« "Et vous, maintenant qu’il fait nuit et que ça arrange les choses du côté de la honte, comment êtes-vous avec Dieu ?"

Cher petit Saint-Anne ! Je n’avais pas besoin de me cacher dans la nuit… Les autres répétaient que les puissants de la terre ne formaient qu’une famille, en ce sens je ne pouvais renier Dieu. À mon sens, Jésus-Christ était un coupable jeune homme. Il avait donné aux hommes l’envie de ressembler à des torches. Je préférais les stupides Romains, admirateurs des colonnes, des tombeaux, des murailles et, en général, de tout ce qui sentaient le plâtre ; ils étaient propres, discrets, peut-être un peu chauves sur le chapitre des sentiments. Aujourd’hui, les torches étaient des boites d’allumettes, on brûlait un petit sentiment pour une femme, un autre pour un tableau, ainsi en avait-on pour un long temps et, d’ailleurs, c’était de mauvaises allumettes, la plupart ne prenaient pas feu. De toute façon, ces pensées ne valaient rien, je répondais en persiflant (mais sans gaité, je le jure bien), je répondais que Dieu et le capitaine de Forjac s’ignoraient. Saint-Anne me demandait avec indignation comment je pouvais parler de la sorte ? Un officier qui a tant d’idéal...

Je prenais l’injure en plein visage, sans penser à me défendre, puisque aussi bien je la méritais. Oui, un certain mélange de drapeaux dans le soleil couchant, de proclamations à haute voix, de troupes alignées, de machines furieuses puis apaisées, tout cela formait depuis longtemps sous mon regard une sorte d’horizon qu’il fallait bien appeler l’idéal militaire. Mais je ne me dissimulais pas que cet idéal n’était qu’une sorte de cold-cream dont je me barbouillais l’intérieur de la tête pour éviter des ennuis différents. J’étais donc sincère en défendant la discipline, l’ordre, la vaillance, pareil à celui qui est sujet aux bronchites et trace l’apologie du cache-nez. Pourquoi le nier ? L’armée était le refuge de tous les sentimentaux qui, lassés du monde (le monde si difficile), retournaient vers leur enfance, se mettaient en rang.

Sans quoi les hommes se ressemblaient tous, il était inutile de les regarder comme s’ils se promenaient sur un écran de cinéma. Seuls quelques étourdis se trompaient et sortaient de la vie en se jetant par la fenêtre au lieu de passer par la porte. Ceux-là, on les décorait du nom de héros et, plus tard, on faisait danser leur sacrifice devant les yeux des petits garçons éblouis, afin qu’ils se préparent pour leur vingt ans à la même destinée ; mais les petits garçons, devenus grands, vendaient plutôt des frigidaires. »

Roger Nimier, Le Hussard Bleu

 

00:23 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le bien se définissant comme l’unification des choses dans un monde totalisé

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Toute "transparence" pose immédiatement la question de son contraire, le secret. C’est une alternative qui ne rélève en rien de la morale, du bien et du mal : il y a du secret et du profane, ce qui est une autre répartition des choses. Certaines choses ne seront jamais données à voir, se partagent dans le secret selon un type d’échange différent de celui qui passe par le visible. Lorsque tout tend à passer du côté du visible, comme c’est le cas dans notre univers, que deviennent les choses jadis secrètes ? Elles deviennent occultes, clandestines, maléfiques : ce qui était simplement secret, c’est-à-dire donné à s’échanger dans le secret, devient le mal et doit être aboli, exterminé. Mais on ne peut pas les détruire : d’une certaine façon, le secret est indestructible. Il va alors se diaboliser et passer au travers des instruments mêmes employés pour l’éliminer. Son énergie est celle du mal, l’énergie qui vient de la non-unification des choses - le bien se définissant comme l’unification des choses dans un monde totalisé.

Des lors, tout ce qui repose sur la dualité, sur la dissociation des choses, sur la négativité, sur la mort, est tenu pour le mal. Notre société s’emploie donc à faire que tout aille bien, qu’à chaque besoin réponde une technologie. Toute la technologie est du côté du bien en ce sens là, c’est à dire de l’accomplissement du désir général, dans un état de chose unifié. Nous sommes aujourd’hui dans un système que je dirais en “anneau de Moebius”. Si nous étions dans un système de face à face, de confrontation, les stratégies pourraient être claires, fondées sur une linéarité des causes et des effets. Qu’on utilise le mal ou le bien, c’est en fonction d’un projet, et le machiavélisme n’est pas en dehors de la rationalité. Mais nous sommes dans un univers complètement aléatoire où les causes et les effets se superposent, selon ce modèle de l’anneau de Moebius, et nul ne peut savoir où vont s’arrêter les effets des effets.

Un exemple d’effet pervers se voit dans la lutte contre la corruption qui règne dans les affaires ou dans le financement des partis politiques. Il est évident qu’elle doit être dénoncée. Et les juges le font. Et on se dit qu’il y a là une purification, au bon sens du terme. Mais la purification a elle aussi nécessairement des effets seconds. L’affaire Clinton est du même ordre. Et parvenant à dénoncer une perversion judiciaire confinant au parjure, le juge contribue à construire l’image d’une Amérique "propre". Donc bénéficiant, pour exploiter - fut-ce démocratiquement - le reste du monde, d’une puissance morale accrue.

Ce n’est que de manière superficielle qu’on peut lire l’action des juges homme conflictuellement opposée à la classe politique. D’une certaine façon, ils sont au contraire les régénérateurs de sa légitimité - alors même que le problème de sa corruption est loin d’être résolu.

Et est-il si certain que la corruption doive être à tout prix éradiquée ? Cet argent qui alimente les fabuleuses commissions des financements d’armes, ou même leur production, on se dit évidemment qu’il serait de beaucoup préférable de l’utiliser pour réduire la misère du monde. Mais c’est une évidence hâtive. Comme il n’est pas question qu’il sorte du circuit marchand, il "pourrait" être reversé dans un bétonnage généralisé du territoire. Dès lors, aussi paradoxale que puisse paraître la question, est-il préférable, du point de vue du "bien" ou du "mal", de continuer à fabriquer, voire à vendre des armes dont un certain nombre ne seront jamais utilisées, ou de faire disparaître un pays sous une chape de béton ? La réponse à cette question importe moins que la prise de conscience qu’il n’y a aucun point fixe à partir duquel on puisse déterminer ce qui est totalement bien ou totalement mal.

C’est bien sûr une situation profondément désastreuse pour l’esprit rationnel, et d’un inconfort total. Il n’empêche que, comme Nietzsche parlait de l’illusion vitale des apparences, on pourrait parler d’une fonction vitale de la corruption dans la société. Mais, le principe en étant illégitime, il ne peut pas être officialisé, il ne peut donc opérer que dans le secret. C’est un point de vue évidemment cynique, moralement inadmissible, mais c’est aussi une sorte de stratégie fatale - qui n’est d’ailleurs l’apanage de personne et sans bénéfices exclusifs. Par là serait réintroduit le mal. Le mal fonctionne parce que l’énergie vient de lui. Et le combattre - ce qui est nécessaire - conduit simultanément à le réactiver.

On peut évoquer ici ce que disait Mandeville quand il affirmait qu’une société fonctionne à partir de ses vices, ou du moins à partir de ses déséquilibres. Non pas sur ses qualités positives, mais sur ses qualités négatives. Si on accepte ce cynisme, on peut comprendre que le politique soit - aussi - l’inclusion du mal, du désordre, dans l’ordre idéal des choses. Il ne faut donc pas le nier mais en jouer, s’en jouer et le déjouer.

Ce titre - "la transparence du mal" - n’est pas tout à fait pertinent... Il faudrait plutôt parler de la "transpiration" du Mal qui, quoi qu’on fasse, "transparaît" ou transpire à travers tout ce qui tend à la conjurer. Par ailleurs, ce serait la transparence elle-même qui serait le Mal - la perte de tout secret. Tout comme, dans le "crime parfait", c’est la perfection elle-même qui est criminelle. »

Jean Baudrillard, Mots de Passe

 

00:17 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une doctrine de paresseux

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La croyance au progrès est une doctrine de paresseux, une doctrine de Belges. C’est l’individu qui compte sur ses voisins pour faire sa besogne.Il ne peut y avoir de progrès (vrai, c’est-à-dire moral) que dans l’individu et par l’individu lui-même.Mais le monde est fait de gens qui ne peuvent penser qu’en commun, en bandes. Ainsi les Sociétés belges. Il y a aussi des gens qui ne peuvent s’amuser qu’en troupe. Le vrai héros s’amuse tout seul. »

Charles Baudelaire, Journaux Intimes

 

00:01 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/01/2015

L'homme n'a de génie qu'à vingt ans et s'il a faim

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L'étouffement des désirs par la satisfaction des besoins, telle est la police parcimonieuse, l'économie sordide, découlant des facilités dont nous accablent les machines, qui viendra à bout de nos races. L'homme n'a de génie qu'à vingt ans et s'il a faim. Mais l'abondance de l'épicerie tue les passions. Bourrée de conserves, il se fait dans la bouche de l'homme une mauvaise chimie qui corrompt les vocables. Plus de religions, plus d'arts, plus de langages. Assommé, l'homme n'exprime plus rien. »

Pierre Drieu la Rochelle, Le Jeune Européen

 

00:16 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/01/2015

Prendre parti corporellement pour l’image que suscitaient et irradiaient les mots

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Compte tenu que les mots, en accréditant mon existence, en avaient énoncé les conditions, il s’ensuivait que les mesures propres à acquérir une autre existence impliquaient de prendre parti corporellement pour l’image que suscitaient et irradiaient les mots : autant dire passer d’un être créateur de mots à une créature des mots. »

Yukio Mishima, Le soleil et l'acier

 

23:53 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Un héritage et une mission

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nous pouvons nous dérober mais c’est précisément la raison pour laquelle nous avons, moins que personne, le droit de penser aux canots de sauvetage. Nous n’avons pas seulement un héritage, mais aussi une mission. »

Ernst Jünger, Sur les falaises de marbre

 

23:40 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Pourquoi la vie est-elle si laide ?

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Pourquoi l’art est-il beau ? Parce qu’il est inutile. Pourquoi la vie est-elle si laide ? Parce qu’elle est un tissu de buts, de desseins et d’intentions. Tous ses chemins sont tracés pour aller d’un point à un autre. Je donnerais beaucoup pour un chemin conduisant d’un lieu d’où personne ne vient, vers un lieu où personne ne va. »

Fernando Pessoa, Le Livre de l’intranquilité

 

00:15 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Tout cela "pour rien", pour répéter et piétiner

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« De toutes les écoles de la patience et de la lucidité, la création est la plus efficace. Elle est aussi le bouleversant témoignage de la seule dignité de l’homme : la révolte tenace contre sa condition, la persévérance dans un effort tenu pour stérile. Elle demande un effort quotidien, la maîtrise de soi, l’appréciation exacte des limites du vrai, la mesure et la force. Elle constitue une ascèse. Tout cela "pour rien", pour répéter et piétiner. Mais peut-être la grande œuvre d’art a moins d’importance en elle-même que dans l’épreuve qu’elle exige d’un homme et l’occasion qu’elle lui fournit de surmonter ses fantômes et d’approcher d’un peu plus près sa réalité nue. »

Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe

 

00:06 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/01/2015

Toujours être en défiance

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il faut toujours être en défiance, Messieurs, toujours et pressés d’en finir, le jurer et remettre son serment en chantier tous les jours, ne pas se permettre un coup de respiration pour le plaisir, utiliser tous les battements de son cœur à ce qu’on fait, car celui qui a battu pour sa diversion mettra le désordre dans les milliers qui suivront. »

Henri Michaux, "L’époque des Illuminés" in Qui je fus

 

23:53 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une pointe dure et tranchante

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le monde se réduit à ce que nous avons sous les yeux, manger, boire, faire l’amour, faire des enfants, se faire des amis, dormir, écouter de la musique, oublier au plus vite. Rien d’autre, crois-moi, Dieu n’est qu’une farce pas très réjouissante. »

« J’ai une douleur dans la poitrine, une pointe dure et tranchante qui ressemble à la solitude. »

Marco Lodoli, Les Promesses

 

23:34 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Comme un baiser ou une hache

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On trouve des centaines de religions de part le monde et chacune d’elles est persuadée détenir la vérité, mais la seule vérité est que nous sommes de la viande de boucherie parquée en prévision de l’abattoir. Nous sommes des animaux poétiques, certes, nous possédons une imagination intarissable, nous donnons une voix aux arbres, aux poissons, aux morts, au ciel, car le silence nous terrifie. »

« Seigneur, descends en moi comme un baiser ou une hache, fais-toi entendre, je suis si seule. »

Marco Lodoli, Les Promesses

 

23:32 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

"Celui" qui n’était plus

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Quand ils arrivèrent dans la cour d’honneur, elle était pleine de monde ; on avait entendu le galop des forts chevaux ; la foule s’écarta :
- Mes enfants ? cria Galart.
"Non, non !" secouèrent les têtes...
- Le feu ?
"Non, non..."
Il était tout près. Mme de Galart, prévenue, l’attendait sur le perron, vêtue de noir - en deuil ! Se contenir ! Il sauta de cheval ; elle l’entraîna, et elle lui dit. Galart leva les bras en croix ; puis, mettant ses mains sur son visage, il pleura, à sanglots.

*

Le valet entra :
- Les gens peuvent-ils venir ?
- Les gens ? interrogea Galart, en levant sa figure rougie... (Mais il comprit soudain, hocha la tête et acquiesça.) Dans un instant.
Lui aussi se vêtit de noir ; puis avec sa famille et ses enfants, ils se placèrent sur le perron.
Les bordiers, les paysans, les tâcherons, les voisins humbles et les petits propriétaires étaient venus. Ils défilèrent pour serrer les mains, ainsi qu’à l’enterrement. Leur loyalisme avait compris que le seigneur restait le plus proche de "Celui" qui n’était plus, dont on apprenait le trépas ; Celui qu’on avait mis à mort la veille, la veille de ce jour, qui était en effet le "22 janvier 1793". »

Jean de la Varende, Les Manants du Roi

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook