Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2014

J'aime Dieu. J'aime la vie. J'aime tout le monde.

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Dieu m'aide. J'aime Dieu. Il m'aime. Je sais que tout le monde a oublié ce qu'est Dieu. Tout le monde pense que c'est un mensonge. Les savants disent que Dieu n'existe pas. Moi je dis que Dieu existe. Je le sens au lieu de le penser. Je sais que les mères me comprendront mieux, car elles ressentent la mort chaque fois qu'elles vont accoucher.



J'aime que tout le monde pense que je suis un idiot.



Un bouffon sans amour n'est pas Dieu.



Les critiques pensent toujours qu'ils sont plus intelligents que les artistes.



Je suis un homme en Dieu. J'ai peur de la perfection, car je veux qu'on me comprenne. Je me sacrifie, car je ne vis pas comme tout le monde. Je travaille des jours entiers. J'aime le travail. Je veux que tout le monde travaille comme moi.



Les copieurs me rappellent les singes, car les singes copient les gestes humains.



Je jouerai au théâtre des choses qui exciteront le public, car je sais que les gens aiment l'excitation, mais en les excitant je leur ferai sentir l'amour. Je ne veux pas que les gens aiment la mort de l'âme. Je ne veux pas que les gens aient peur de la mort qui vient de Dieu. Je suis la nature. Je suis Dieu dans la nature. Je suis le coeur de Dieu. Je ne suis pas du verre dans le coeur. Je n'aime pas les gens au coeur de verre. J'ai fait une faute en écrivant "coeur", mais maintenant je l'ai corrigée, car j'aime me corriger. Je veux que les gens se corrigent. Je ne veux pas la mort de l'esprit. Je suis une colombe.



J'aime Dieu. J'aime la vie. J'aime tout le monde.



J'ai vécu plus d'un an avec Dieu et j'ai travaillé quotidiennement. Je dormais et je pensais à Dieu. »

Vaslav Nijinski, Cahiers

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Je descends de Dieu

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les gens qui ne veulent pas changer de vie ne sont pas des hommes. Ils descendent du singe de Darwin. Je ne descends pas du singe de Darwin, c'est pourquoi je n'ai pas d'habitudes. Je descends de Dieu. »

« La nature de Darwin est inventée. La nature est la vie, et la vie est la nature. J'aime la nature. Je sais ce que c'est que la nature. Je comprends la nature, car je sens la nature. La nature me ressent. La nature est Dieu, je suis la nature. Je n'aime pas la nature inventée. Ma nature est vivante. Je suis vivant. Je connais des gens qui ne comprennent pas la nature. La nature est une chose superbe. Ma nature est superbe. Je sais qu'on me dira que moi aussi j'étudie. Mais j'étudie la nature d'après le sentiment. Mes sentiments sont grands, c'est pourquoi je sais sans étudier ce que c'est que la nature. La nature est la vie. La vie est la nature. Le singe est la nature. L'homme est la nature. Le singe n'est pas la nature de l'homme. Je ne suis pas le singe en l'homme. »

« Ma femme est en transe de poudre, et moi je suis en transe de Dieu. »

« Je suis ce Dieu qui meurt si on ne l'aime pas. »

Vaslav Nijinski, Cahiers

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Je ne suis pas tombé dans le précipice. J’ai dit que Dieu m’aimait.

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Une fois, je suis allé me promener, vers le soir. Je montais rapidement. Je me suis arrêté sur la montagne. Ce n’était pas le Sinaï. J’étais allé loin. J’avais froid. Je souffrais du froid. J’ai senti que je devais m’agenouiller. Je me suis vite agenouillé. Après ça, j’ai senti qu’il fallait mettre ma main sur la neige. J’ai laissé ma main, et soudain j’ai senti une douleur. J’ai crié de douleur, et j’ai retiré ma main. J’ai regardé une étoile qui ne m’a pas dit "bonjour". Elle ne m’a pas clignoté. J’ai eu peur et j’ai voulu m’enfuir, mais je ne pouvais pas, car mes genoux étaient soudés à la neige.

(...)

Je marchais sur la neige. La neige craquait. J’aimais la neige. J’écoutais le craquement de la neige. J’aimais écouter mon pas. Mon pas était plein de vie. J’ai regardé au ciel et j’ai vu les étoiles qui s’étaient mises à me clignoter. Dans ces étoiles, j’ai senti de la gaieté. Je suis devenu gai et je n’avais plus froid. J’ai marché. Je marchais vite, car j’avais remarqué un petit bois qui n’avait pas de feuilles. J’ai senti le froid dans mon corps. J’ai regardé les étoiles et j’ai vu une étoile qui ne bougeait pas. Je marchais. Je marchais vite, car j’ai senti la chaleur dans mon corps. Je marchais. J’ai commencé à descendre le chemin où l’on ne voyait rien. Je marchais vite, mais j’ai été arrêté par un arbre qui a été mon salut. J’étais devant un précipice. J’ai remercié l’arbre. Il m’a ressenti, car je me suis accroché à lui. L’arbre a reçu ma chaleur, et j’ai reçu la chaleur de l’arbre. Je ne sais laquelle des chaleurs était la plus nécessaire. J’ai avancé et soudain je me suis arrêté. J’ai aperçu un précipice sans arbres. J’ai compris que Dieu m’avait arrêté parce qu’il m’aimait, c’est pourquoi j’ai dit : "Si tu le veux, je tomberai dans le précipice, si tu le veux je serai sauvé." Je suis resté sans bouger jusqu’au moment où j’ai senti une poussée en avant. Je suis reparti. Je ne suis pas tombé dans le précipice. J’ai dit que Dieu m’aimait. »

« Je sais ce que je dois faire quand une étoile me clignote. Je sais ce que signifie une étoile qui ne clignote pas. Ma femme est une étoile qui ne clignote pas. J’ai remarqué qu’il y a beaucoup de personnes qui ne clignotent pas. Je pleure quand je sens qu’une personne ne clignote pas. Je sais ce que c’est que la mort. La mort c’est une vie éteinte. Une vie éteinte, c’est ainsi qu’on appelle les gens qui ont perdu la raison. »

Vaslav Nijinski, Cahiers

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/06/2014

J’ai dansé des choses effrayantes

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je veux danser parce que je sens, et pas parce qu’on m’attend.

J’aime les enfants, ils m’aiment aussi.

J’étais nerveux, car Dieu voulait exciter le public. Le public était venu pour s’amuser. Il pensait que je dansais pour l’amuser. J’ai dansé des choses effrayantes. Ils avaient peur de moi, c’est pourquoi ils ont cru que je voulais les tuer. Je ne voulais tuer personne. J’aimais tout le monde, mais personne ne m’aimait, c’est pourquoi je me suis énervé. J’étais nerveux, c’est pourquoi j’ai transmis ce sentiment au public. Le public ne m’a pas aimé, car il a voulu s’en aller. Alors, j’ai commencé à jouer des choses gaies. Le public à commencé à s’amuser. Il pensait que j’étais un artiste ennuyeux, mais j’ai montré que je savais jouer des choses gaies. Le public s’est mis à rire. Je me suis mis à rire. Je riais dans ma danse. Le public aussi riait dans la danse. Le public a compris ma danse, car il a eu envie de danser lui aussi. Je dansais mal, car je tombais quand il ne fallait pas. Peu importait au public, car ma danse était belle. Il avait compris mon idée, et s’amusait. Je voulais danser encore, mais Dieu m’a dit : "Ça suffit !" Je me suis arrêté. Le public s’est dispersé. Les aristocrates et le public riche m’ont supplié de danser encore. J’ai dit que j’étais fatigué. Ils ne m’ont pas compris, car ils ont insisté. J’ai dit qu’une des aristocrates avait des mouvements excités. Elle a cru que je voulais l’offenser. Alors, je lui ai dit qu’elle ressentait le mouvement. Elle m’a remercié du compliment. Je lui ai donné la main et elle a senti que j’avais raison. Je l’aime, mais je sens qu’elle était venue pour faire ma connaissance. Elle aime les jeunes hommes. Je n’aime pas cette vie, c’est pourquoi je lui ai demandé de me laisser, en le lui faisant ressentir. Elle a ressenti, c’est pourquoi elle ne m’a pas laissé la possibilité de poursuivre la conversation. Je voulais lui parler, mais elle ressentait le contraire. Je lui ai montré le sang sur ma jambe. Elle n’aime pas le sang. Je lui ai fait comprendre que le sang c’était la guerre, et que je n’aimais pas la guerre. Je lui ai posé une question sur la vie, en lui faisant voir une danse de cocotte. Elle l’a ressentie, mais elle n’est pas partie, car elle savait que je jouais la comédie. Les autres ont cru que j’allais me coucher par terre et faire l’amour. Je ne voulais pas compliquer la soirée, c’est pourquoi je me relevais quand il le fallait. Toute la soirée j’ai senti Dieu. Il m’aimait. Je l’aimais. Nous étions mariés. Dans la voiture, j’ai dit à ma femme que ce jour-ci était le jour de mon mariage avec Dieu. »

Vaslav Nijinski, Cahiers

 

20:30 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Non, Van Gogh n'était pas fou

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Non, Van Gogh n'était pas fou, mais ses peintures étaient des feux grégeois, des bombes atomiques, dont l'angle de vision, à côté de toutes les autres peintures qui sévissaient à cette époque eût été capable de déranger gravement le conformisme larvaire de la bourgeoisie second Empire et des sbires de Thiers, de Gambetta, de Félix Faure, comme ceux de Napoléon III.
Car ce n'est pas un certain conformisme de moeurs que la peinture de Van Gogh attaque, mais celui même des institutions. Et même la nature extérieure, avec ses climats, ses marrées et ses tempêtes d'équinoxe, ne peut plus, après le passage de Van Gogh sur terre, garder la même gravitation.
A plus forte raison, sur le plan social, les institutions se désagrègent et la médecine fait figure de cadavre inutilisable et éventé, qui déclare Van Gogh fou. »

Antonin Artaud, Van Gogh, le suicidé de la société

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ne nous déchirons pas les uns les autres dans le sein de la paix

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ce n'est donc plus aux hommes que je m'adresse ; c'est à toi, Dieu de tous les êtres, de tous les mondes et de tous les temps : s'il est permis à de faibles créatures perdues dans l'immensité, et imperceptibles au reste de l'univers, d'oser te demander quelque chose, à toi qui as tout donné, à toi dont les décrets sont immuables comme éternels, daigne regarder en pitié les erreurs attachées à notre nature ; que ces erreurs ne fassent point nos calamités. Tu ne nous as point donné un coeur pour nous haïr, et des mains pour nous égorger ; fais que nous nous aidions mutuellement à supporter le fardeau d'une vie pénible et passagère ; que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants, entre tous nos usages ridicules, entre toutes nos lois imparfaites, entre toutes nos opinions insensées, entre toutes nos conditions si disproportionnées à nos yeux, et si égales devant toi ; que toutes ces petites nuances qui distinguent les atomes appelés hommes ne soient pas des signaux de haine et de persécution ; que ceux qui allument des cierges en plein midi pour te célébrer supportent ceux qui se contentent de la lumière de ton soleil ; que ceux qui couvrent leur robe d'une toile blanche pour dire qu'il faut t'aimer ne détestent pas ceux qui disent la même chose sous un manteau de laine noire ; qu'il soit égal de t'adorer dans un jargon formé d'une ancienne langue, ou dans un jargon plus nouveau ; que ceux dont l'habit est teint en rouge ou en violet, qui dominent sur une petite parcelle d'un petit tas de la boue de ce monde, et qui possèdent quelques fragments arrondis d'un certain métal, jouissent sans orgueil de ce qu'ils appellent grandeur et richesse, et que les autres les voient sans envie : car tu sais qu'il n'y a dans ces vanités ni de quoi envier, ni de quoi s'enorgueillir.
Puissent tous les hommes se souvenir qu'ils sont frères ! Qu'ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes, comme ils ont en exécration le brigandage qui ravit par la force le fruit du travail et de l'industrie paisible ! Si les fléaux de la guerre sont inévitables, ne nous haïssons pas, ne nous déchirons pas les uns les autres dans le sein de la paix, et employons l'instant de notre existence à bénir également en mille langages divers, depuis Siam jusqu'à la Californie, ta bonté qui nous a donné cet instant. »

Voltaire, Traité sur la tolérance

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/06/2014

La nomenclature française existe et sévit dans toutes les activités importantes du corps social en préservant son quasi-monopole par un puissant réseau d'anciens

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Toute vision transparente de la démocratie suggère que les décisions politiques soient prises par les élus ou directement par le peuple. Cette réalité se trouve, en France, habilement et systématiquement contournée. La raison en tient à la spécificité française en matière particulière étant faite aux "grandes écoles" (au premier rang l'ENA, mais aussi Polytechnique et HEC) dans les recrutements des décisionnaires. Ainsi n'est-il pas étonnant de relever ce qui serait inacceptable dans les autres pays développés, qu'en France les entreprises publiques et privées sont souvent managées par de hauts fonctionnaires. Ainsi le conseil d'administratives de la BNP compte seize personnes, sept sont des énarques, deux des polytechniciens. Sur ces neuf, cinq sont passés par des cabinets ministériels. [...] La nomenclature française existe et sévit dans toutes les activités importantes du corps social en préservant son quasi-monopole par un puissant réseau d'anciens. Outre ce constat, il convient d'observer que les lois qui constituent les normes les plus importantes de notre ordre juridique, sont des produits hautement sophistiqués conçus par des technocrates peu ou pas contrôlés. Plus de huit sur dix proviennent d'initiatives gouvernementales : exit les représentants du peuple ! Préfabriqués dans le silence des cabinets ministériels, ces projets de lois sont soumis au vote d'une majorité acquise par principe. [...] La mise en œuvre de ces textes est ensuite subordonnée à la confection de décrets et autres arrêtés d'applications laissées au bon vouloir des ministères et de l'administration. Ainsi se trouve-t-on dans une situation étonnante : les règles de droit confectionnées par des hauts fonctionnaires sont majoritairement approuvées par de hauts fonctionnaires pour être mises en œuvre par des hauts fonctionnaires. Kafka ne pouvait rêver mieux ! Telles sont les caractéristiques principales de la technocratie, "système politique au sein duquel la haute fonction publique utilise son savoir et sa compétence pour exercer à la place de la classe politique la réalité du pouvoir", le savoir se substituant au suffrage universel comme source du pouvoir. »

Jacques Baguenard, Les sept défauts majeurs de la démocratie, in Autour de la démocratie aux Etats-Unis et en Europe occidentale de 1918 à 1989

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il est des êtres d'exception, il n'est pas de collectivité d'exception

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On a tort d'attendre le salut de la catastrophe triomphale, tort de désespérer de la victoire dans les luttes pacifiques. La violence permet de brûler les étapes, elle libère les énergies, elle favorise la montée des talents, mais aussi elle renverse les traditions qui restreignent l'autorité de l'Etat, elle répand le goût, l'habitude des solutions de force. Il faut du temps pour guérir les maux légués par une révolution, même quand celle-ci a guéri les maux du régime aboli. Quand le pouvoir légitime s'est effondré, un groupe d'hommes, parfois un homme seul, prend en charge le destin commun, pour que, disent les fidèles, la Révolution ne meure pas. En fait, dans la lutte de tous contre tous, un chef doit l'emporter pour rétablir le premier des biens, la sécurité. Pourquoi un événement qui, semblable à la guerre, élimine le dialogue, ouvre toutes les possibilités parce qu'il nie toutes les normes, porterait-il l'espérance de l'humanité ?

Optimisme délirant, la désignation du prolétariat pour une tâche unique, pessimisme excessif, l'indignité des autres classes. On conçoit qu'à chaque époque, une nation soit plus que les autres créatrice. La succession de la Réforme, de la Révolution bourgeoise, de la Révolution sociale peut être interprétée en termes tels que l'Allemagne du XVI siècle, la France du XVII et la Russie du XX apparaissent, l'une après l'autre, les instruments de la Raison. Mais cette philosophie n'attribue à aucune collectivité une vertu politique et morale qui la mette au-dessus des lois communes. Il est des êtres d'exception, il n'est pas de collectivité d'exception. »

Raymond Aron, L'opium des intellectuels

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

"Epilogue" par Anna Akhmatova

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Et j'ai appris l'affaissement des visages,
la crainte qui sous les paupières danse,
les signes cunéiformes des pages
que dans les joues burine la souffrance ;
les boucles brunes, les boucles dorées
soudain devenir boucles d'argent grises,
faner le sourire aux lèvres soumises,
et dans le rire sec la peur trembler.
Et ma prière n'est pas pour moi seule,
Mais pour tous ceux qui attendaient comme moi
dans la nuit froide et dans la chaleur
sous le mur rouge, sous le mur d'effroi. »

Anna Akhmatova, Requiem, Poème sans héros et autres poèmes

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Notre science de la vie se réduit à la mort

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je suis jeune, j'ai vingt ans ; mais je ne connais de la vie que le désespoir, l'angoisse, la mort et l'enchaînement de l'existence la plus superficielle et la plus insensée à un abîme de souffrances. Je vois que les peuples sont poussés l'un contre l'autre et se tuent sans rien dire, sans rien savoir, follement, docilement, innocemment. Je vois que les cerveaux les plus intelligents de l'univers inventent des paroles et des armes pour que tout cela se fasse d'une manière encore plus raffinée et dure encore plus longtemps. Et, tous les hommes de mon âge, ici et de l'autre côté, dans le monde entier, le voient comme moi ; c'est la vie de ma génération, comme c'est la mienne. Que feront nos pères si, un jour, nous nous levons et nous nous présentons devant eux pour réclamer des comptes ? Qu'attendent-ils de nous lorsque viendra l'époque ou la guerre sera finie ? Pendant des années nous n'avons été occupés qu'à tuer ; ç'a été là notre première profession dans l'existence. Notre science de la vie se réduit à la mort. Qu'arrivera-t-il donc après cela ? Et que deviendrons-nous ? »

Erich Maria Remarque, A l'Ouest, rien de nouveau

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La quête en soi et en dehors de soi d'une réconciliation sensible avec le monde

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Si l'artiste ne travaille pas pour une élite, alors pourquoi identifier si souvent l'expérience artistique à une démarche dite élitiste et donc discriminatoire ?

[...]

Le problème vient du fait qu'il ne suffit pas toujours de savoir parler la langue du pays pour savoir y faire de vraies rencontres, de même il ne suffit pas de savoir lire pour jouir du plaisir du livre, il ne suffit pas d'avoir gratuitement accès à des tableaux pour savoir les regarder.

Il faut autre chose.

Et c'est l'identification de cet "autre chose" qui fait la difficulté. L'on peut penser que cet "autre chose" s'apparente à l'éducation et aux connaissances ; pour apprécier un tableau, il faut savoir des choses et appartenir à un milieu culturel ou l'on "sait", mais nous avons vu que l'érudit avec sa volonté systématique de savoir n'était pas plus avancé que l'abruti dans cette épreuve modificatrice de soi qui se propose à certains ; la puissance d'une oeuvre ne se transmet qu'a ceux qui sont des connaisseurs, penser que ce "quelque chose" qui manquerait aux "débutants" ou aux "ignorants" dessinerait la différence entre les élus et les non élus, c'est se méprendre sur la puissance de l'art, l'ouverture des sensibilités, et comme souvent à force de vouloir dénoncer l'élitisme, le promouvoir. Ce ne sont pas les œuvres qui choisissent leurs spectateurs et qui décident à leur place qui est apte ou inapte, il existe dans la vie sociale bien d'autres lieux et d'autre formes de sélection et de constitution des élites. En revanche, ce "quelque chose" qu'il faut sans doute chercher et qui fait la différence entre les êtres dans leurs rapports à l'art et à la culture, c'est sans doute la recherche du plaisir. Sa recherche, non pas son accès immédiat. Autre chose de chercher à se montrer cultivé, intelligent, riche et savant ; autre chose de chercher à faire du mode sensible par lequel on perçoit le monde un mode d'intensification de soi-même. La recherche du plaisir non pas nécessairement immédiat, automatique, obligatoire, mais la quête en soi et en dehors de soi d'une réconciliation sensible avec le monde, c'est sans doute là que se joue la véritable élection. »

Christine Cayol, L'intelligence sensible

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Et tous ces crétins qui s'occupent du "peuple"...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Et tous ces crétins qui s'occupent du "peuple", qui parlent du "peuple", avec quelle touchante maladresse dans leur redingote de gauche, épuisante à la fin dans ce souci qu'elle nous donne, à nous qui haïssons la droite, de les défendre, d'empêcher qu'un fou furieux (ou un calme) n'en fasse vraiment – de cette misérable redingote – une loque impossible à mettre. Le peuple.

Ne pas savoir que ce mot même est injurieux, qu'il y a un homme plus un homme plus une femme plus un enfant plus un homme, etc., que chacun est distinct en tout, y compris dans ses revendications profondes et que, généralement, faute de moyens, ce chacun ne pourra ni l'entendre ni le voir ni le lire. Sartre, en grimpant sur son tonneau, maladroitement, honnêtement, avait compris, peut-être. Et Diogène, à l'intérieur du sien, parlant à chacun. Ce sont ces gens-là, qui sont tendres et ont l'intelligence de leur tendresse, que l'on couvre de ridicule. Au demeurant, ils s'en moquent. C'est une chose superbe, le ridicule, "être ridiculisé", pour un esprit aiguisé, à notre époque. Superbe et inquiétante – parce que superbe. Ni Stendhal ni Balzac ne l'auraient supportée. (Dans leur œuvre, bien sûr.) Le seul prophète en cette matière fut Dostoïevski, pour moi. »

Françoise Sagan, Des bleus à l'âme

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/06/2014

Persuader chacun de son impuissance à rétablir la vérité autour de soi et de l'inutilité de toute tentative de s'opposer à la diffusion du mensonge

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le but de la propagande est de produire le découragement des esprits, de persuader chacun de son impuissance à rétablir la vérité autour de soi et de l'inutilité de toute tentative de s'opposer à la diffusion du mensonge. Le but de la propagande est d'obtenir des individus qu'ils renoncent à la contredire, qu'ils n'y songent même plus. Cet intéressant résultat, l'abasourdissement médiatique l'obtient très naturellement par le moyen de ses mensonges incohérents, péremptoires et changeants, de ses révélations fracassantes et sans suite, de sa confusion bruyante de tous les instants. Cependant, si chacun, là où il se trouve, avec ses moyens et en temps utile, s'appliquait à faire valoir les droits de la vérité en dénonçant ce qu'il sait être une falsification, sans doute l'air du temps en serait-il un peu plus respirable. »

George Orwell devant ses calomniateurs, quelques observations

 

22:34 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Goûter presque suavement l’être

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« J’écris ceci couché dans la baleinière que j’ai regagnée avec peine, car le moindre mouvement provoque des nausées. J’ai pu éprouver de nouveau que les répits entre les vomissements sont presque voluptueux. Tout proche de la défaillance le corps peut goûter presque suavement l’être. Oasis parfois ravissantes entre deux reprises d’angoisse. »

André Gide, Le retour du Tchad

 

22:19 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/06/2014

Est-ce que l’excès de confort ne vous aurait pas trop tourné la tête ?

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On me situe en général parmi les pessimistes et même parmi ceux qu’on dénomme "catastrophistes", en exagérant sans doute. Les critiques se sont habitués à ce qu’à partir d’un certain niveau, la littérature contemporaine ne puisse être autrement que noire. La mienne, elle, n’est pas noire ; au contraire elle serait plutôt une réaction contre le ton sardonico-apocalyptique de rigueur aujourd’hui. Je suis comme le baryton de la Neuvième Symphonie : "Amis, assez de ce chant, que d’autres mélodies se fassent entendre !"

(...)

Aliénation ? Ecartons-nous des chemins battus, essayons d’admettre que ce n’est pas si terrible, ces aliénations, nous les avons pourtant "dans les doigts" comme disent les pianistes, dans nos doigts raisonnables, techniques, qui outre l’aliénation apportent à l’ouvrier dans son année presque autant de jours libres, merveilleux, de jours de fête, que de jours de travail. Le vide ? L’absurde de l’existence ? Le néant ? N’exagérons pas ! Un Dieu ou des idéaux ne sont pas nécessaires pour découvrir la valeur suprême. Il suffit de rester trois jours pour découvrir la valeur suprême. Il suffit de rester trois jours sans manger pour qu’un morceau de pain devienne cette valeur ; nos besoins sont à la base de nos valeurs, du sens et de l’ordonnance de notre vie. Les bombes atomiques ? Il y a quelques siècles, on mourait avant la trentaine, les épidémies, la misère, le diable, les sorcières, l’enfer, le purgatoire, les tortures... est-ce que l’excès de confort ne vous aurait pas trop tourné la tête, est-ce que vous avez oublié ce que vous étiez hier ? »

Witold Gombrowicz, Testament, Entretiens avec Dominique de Roux

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook