Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2014

Un agréable néant

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Souvent, Lucius, étudiant les lointaines archives et les chroniques des régiments, avait été frappé par une différence dans les visages, qui reflétait cette rupture. Chez ces précurseurs, qui presque tous avaient trouvé la mort dans les flammes, il y avait encore un legs de la vieille aristocratie. Mais venaient ensuite des têtes dont on ne pouvait définir la nature que comme un agréable néant, et qui révélaient le vide des destructions dont elles étaient chargées. Elles n'étaient pas sans régularité, ni sans charme, mais on eût dit que la toile d'un bon portraitiste avait été remplacée par un écran de cinéma. »

Ernst Jünger, Héliopolis

 

10:02 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La technique prend un caractère d'enchantement

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La technique entre insensiblement dans sa troisième phase. La première était titanesque ; elle visait à édifier le monde des machines. La seconde fut rationnelle, et aboutit à l'automatisme parfait. La troisième est magique, car elle donne vie aux automates en leur donnant un sens. La technique prend un caractère d'enchantement ; elle se plie aux désirs. »

Ernst Jünger, Héliopolis

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le rapport de l'intérieur à l'extérieur

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le monde est bâti sur le modèle de la Chambre double. De même que tous les êtres vivants sont formés de deux feuilles, il est fait de deux couches, qui sont entre elles dans le rapport de l'intérieur à l'extérieur, et dont l'une possède une réalité plus haute, l'autre une réalité moindre. Mais la réalité moindre est déterminée jusque dans ses plus petits détails par la plus haute. »

Ernst Jünger, Héliopolis

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/06/2014

Elever un être collectif au rang d'État

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le bailli veut, hors de l'histoire, élever un être collectif au rang d'État ; nous, nous tendons à un ordre historique. Nous voulons la liberté de l'homme, de son être, de son esprit et de ce qu'il possède, et l'État dans la seule mesure où ces biens réclament une protection. De là résulte la différence entre nos moyens et méthodes et ceux du bailli. Il est obligé de niveler, d'atomiser et d'aplanir son matériel humain, au sein duquel doit régner un ordre abstrait. Chez nous, au contraire, c'est l'homme qui doit être le maître. Le bailli vise à la perfection de la technique, nous visons à la perfection de l'homme. »

Ernst Jünger, Héliopolis

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Des troupes sans cesse renouvelées de victimes

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il y a des lieux sur terre où se suivent des sanctuaires, du plus loin qu'on se souvienne ; il en est ainsi des lieux de violence. Ces endroits semblent frappés d'une malédiction, qui leur attire des troupes sans cesse renouvelées de victimes. Elles se succèdent à travers le flux et le reflux de l'histoire, et qu'importe qu'elles soient traînées sur l'ordre des tyrans ou au nom de la liberté dans ces lieux d'épouvante, où l'on entendra toujours leur murmure, comme une litanie qui jamais ne s'arrête ? Car nul ne saurait compter ceux qui à chaque instant languissent dans les geôles de ce monde. »

Ernst Jünger, Héliopolis

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'Un et le Tout

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je l'aurai vue une fois, l'unique chose que cherchait mon âme, et la perfection que nous situons au-delà des astres, que nous repoussons à la fin du temps, je l'ai sentie présente. Le bien suprême était là, dans le cercle des choses et de la nature humaine.

Je ne demande plus où il est : il fut dans le monde, il y peut revenir, il n'y est maintenant qu'un peu plus caché. Je ne demande plus ce qu'il est : je l'ai vu et je l'ai connu.

Ô vous qui recherchez le meilleur et le plus haut, dans la profondeur du savoir, dans le tumulte de l'action, dans l'obscurité du passé ou le labyrinthe de l'avenir, dans les tombeaux ou au-dessus des astres, savez-vous son nom ? Le nom de ce qui constitue l'Un et le Tout ?

Son nom est Beauté. »

Friedrich Hölderlin, Hypérion

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Être libéral, c'est précisément le contraire d'être moderniste

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Telles sont pourtant les mœurs de la véritable liberté. Être libéral, c'est précisément le contraire d'être moderniste et c'est par un incroyable abus du langage que l'on apparente ordinairement ces deux mots. Et ce qu'ils désignent. Mais les abus du langage les moins indiqués sont toujours ceux qui résistent le mieux. Et c'est ici une incroyable confusion. Et je ne hais rien tant que le modernisme. Et je n'aime rien tant que la liberté. (Et en elle-même, et n'est-elle pas la condition irrévocable de la grâce).

Disons les mots. Le modernisme est, le modernisme consiste à ne pas croire ce que l'on croit. La liberté consiste à croire ce que l'on croit et à admettre, (au fond, à exiger), que le voisin aussi croie ce qu'il croit. Le modernisme consiste à ne pas croire soi-même pour ne pas léser l'adversaire qui ne croit pas non plus. C'est un système de déclinaison mutuelle.
La liberté consiste à croire. Et à admettre, et à croire que l'adversaire croit.

Le modernisme est un système de complaisance. La liberté est un système de déférence.

Le modernisme est un système de politesse. La liberté est un système de respect.

Il ne faudrait pas dire les grands mots, mais enfin le modernisme est un système de lâcheté. La liberté est un système de courage.

Le modernisme est la vertu des gens du monde. La liberté est la vertu du pauvre. »

Charles Péguy, L'Argent

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Comme sous la période soviétique, on retouche les photos et on réécrit l’histoire

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il y eut une époque où papa-maman essayaient tant bien que mal de vivre ensemble sans s’interroger outre mesure sur les “problèmes de couples”, où les enfants jouaient tout nus dans le jardin sans qu’on se demande si ça n’allait pas donner des idées aux méchants prédateurs, tandis que grand-père tirait sur sa bouffarde sans qu’on brandisse devant lui des statistiques accusatrices sur la tabagie passive. Cette époque est révolue. On en est aujourd’hui à gommer les cigarettes apparaissant sur les photographies de Gainsbourg, d’André Malraux et du général de Gaulle. Churchill, c’était bien connu, était non-fumeur, et Shakespeare n’a jamais écrit “Le Marchand de Venise”. Comme sous la période soviétique, on retouche les photos et on réécrit l’histoire.

Le durcissement progressif des lois antifumeurs est particulièrement caractéristique de cette “correction” hystérique. Aux États-Unis, où les employés doivent se déclarer non-fumeurs pour être embauchés, la police peut perquisitionner chez eux à l’improviste pour voir s’ils n’ont pas laissé traîner des mégots. Depuis L’été 2008, il est interdit à San Marin de fumer au volant, sous le prétexte qu’en allumant une cigarette on pourrait pendant quelques secondes être distrait de sa conduite (logiquement, on devrait alors proscrire aussi le transport automobile d’animaux domestiques ou d’enfants). Le comble du grotesque a été atteint aux Pays-Bas, où les pouvoirs publics ont interdit l’usage du tabac dans les coffee shops où l’on fume le cannabis : les amateurs de haschisch qui avaient l’habitude de le mélanger avec du tabac pour le rendre un peu moins fort, sont désormais tenus de ne plus “couper” leurs stupéfiants. »

Alain de Benoist, Les démons du bien

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il endommageait l’ordre moins qu’il ne le confirmait

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« S’opposer, c’est collaborer ; collaboration dont Dalin ne pouvait se dépêtrer, bien qu’il ne s’en doute point. Au fond il endommageait l’ordre moins qu’il ne le confirmait. La manifestation du nihiliste anarchique agit comme un aiguillon : elle rend la société consciente de son unité. 

L’anarque, tout au contraire, n’en discerne pas seulement de prime abord l’imperfection : il en reconnaît la valeur, même avec cette réserve. L’Etat et la société lui répugnent plus ou moins, mais il peut présenter des temps et des lieux où l’harmonie invisible transparaît dans l’harmonie visible. Ce qui ce révèle avant tout dans l’oeuvre d’art. En pareil cas, on sert joyeusement. 

La souffrance touche moins profondément l’anarque quand les choses sont en ordre, au sens dont je parlais. Elle se transmue en sacrifice. Le nihiliste anarchique se conduit de façon tout opposée. Le temple d’Artémis à Ephèse, pour prendre un exemple, provoquerait son acte incendiaire. Or, l’anarque n’hésiterait pas à y entrer pour y méditer, et à participer au culte par quelque sacrifice. Ce qui est possible en tout temple digne de ce nom. »

Ernst Jünger, Eumeswil

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/06/2014

Verbe

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il n'y a d'idées qu'incarnées. Il n'y a de verbe que fait chair. »

Witold Gombrowicz, Journal, 1954

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'espérance se conquiert

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L'optimisme est un ersatz de l'espérance, qu'on peut rencontrer facilement partout, et même, tenez par exemple, au fond de la bouteille. Mais l'espérance se conquiert. On ne va jusqu'à l'espérance qu'à travers la vérité, au prix de grands efforts et d'une longue patience. Pour rencontrer l'espérance, il faut être allé au-delà du désespoir. Quand on va au bout de la nuit, on rencontre une aurore.

Mais l'espoir lui-même ne saurait suffire à tout. Lorsque vous parlez de "courage optimiste", vous n'ignorez pas le sens exact de cette expression dans notre langue et qu'un "courage optimiste" ne saurait convenir qu'à des difficultés moyennes. Au lieu que si vous pensez à des circonstances capitales, l'expression qui vient naturellement à vos lèvres est celle de courage désespéré, d'énergie désespérée. Je dis que c'est précisément cette sorte d'énergie et de courage que le pays attend de nous. »

Georges Bernanos, La liberté, pour quoi faire ?

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Deviens capable d’aimer sans souvenir

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ton secret, on le voit toujours sur ton visage et dans ton oeil. Perds le visage. Deviens capable d’aimer sans souvenir, sans fantasme et sans interprétation, sans faire le point. Qu’il y ait seulement des flux, qui tantôt tarissent, se glacent ou débordent, tantôt se conjuguent ou s’écartent. »

Gilles Deleuze, Dialogues

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Micro-société élective

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Or le Jardin me semble un genre de personnage conceptuel, une configuration, une communauté dans laquelle s’incarnent les idées qu’un philosophe digne de ce nom pratique pour l’au-delà d’elles-mêmes. Si l’Académie enseigne une parole, une théorie qui paraissent bien éloignées de produire des effets sur le terrain concret, le Jardin laisse de côté le discours sur lui-même pour exceller dans la preuve de l’excellence des thèses formulées en amont. Moins soucieux de changer l’ordre du monde que de se changer, le disciple d’Epicure rompt avec le monde trivial de la famille, du travail, de la patrie, il prend le contre-pied de toute société qui vante les mérites de l’argent, des richesses, des honneurs et du pouvoir. Ce qui fait courir l’homme du commun et génère une vie mutilée, voilà ce qui répugne à l’aspirant sage. Mais vivre dans le monde comme si l’on était hors du monde pose problème : la communauté le résout en offrant ici et maintenant une solution viable.
Le Jardin renvoie au paradis terrestre, situé pour certains Anciens du côté du Tigre et de l’Euphrate. Résumé du monde, il propose un laboratoire, un exemple, ce que pourrait être une société, une cité, une planète inspirées de ce modèle. S’il existe dans la mythologie - Zeus épouse Héra dans le jardin des Hespérides... -, les Grecs en découvrent le charme après les conquêtes d’Alexandre en Asie (début IVe siècle). Or Epicure crée son Jardin une vingtaine d’armées plus tard en 305-306, dans une période où la conjoncture politique sombre peut trouver son antidote dans la sécession effectuée à l’abri, dans cette micro-société élective. »

Michel Onfray, Les sagesses antiques

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La mémoire n’est pas l’histoire

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La mémoire n’est pas l’histoire. Elle en est même parfois le contraire. L’histoire reste extérieure à l’évènement. Elle n’a de chances d’atteindre à la vérité des faits qu’à la condition de se situer au cœur de l’événement. Elle entretient le souvenir qui, par définition, doit toujours rester identique à lui-même. Son affaire n’est pas la vérité mais la fidélité. Or, cette fidélité au passé peut être cause d’une cécité sur le présent… Une société amnésique est mal partie, mais une société qui passe son temps à se souvenir ne vaut pas mieux. La mémoire, enfin, peut être dangereuse et destructive. Tel est le cas quand elle est utilisée à des fins immédiates, quand elle est instrumentalisée au service de l’esprit de vengeance ou des polémiques du moment présent. Elle n’est plus alors conservation du souvenir mais simple instrument au service des passions et des fins subjectives. »

Alain de Benoist, in le Magazine Eléments, du 06 Décembre 2008

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les "politiques identitaires" multiculturelles postmodernes

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« D'un côté, ce que l'on appelle les "fondamentalismes", dont la formule de base est celle de l'identité de groupe (...). De l'autre, les "politiques identitaires" multiculturelles postmodernes, visant à la coexistence tolérante de groupes aux manières de vivre "hybrides", et même changeantes, divisés à l'infini en sous-groupes (femmes hispaniques, gays noirs, malades du SIDA mâles blancs, mère lesbiennes...). Cette floraison perpétuellement jaillissante de groupes et sous-groupes dans leurs identités hybrides, fluides et mouvantes, chacun insistant sur le droit d'affirmer son mode spécifique de vie et/ou de culture, cette incessante diversification, n'est possible et pensable qu'adossée au socle de la globalisation capitaliste ; elle est la manière même par laquelle la globalisation capitaliste affecte notre sentiment d'appartenance ethnique et les autres formes d'appartenance communautaires : le seul lien reliant ces multiples groupes est le lien du Capital lui-même, toujours prêt à satisfaire les demandes spécifiques de chaque groupe et sous-groupe (tourisme gay, musique hispano…).
L'opposition entre le fondamentalisme et les politiques identitaires pluralistes postmodernes est en définitive un simulacre, dissimulant une profonde complicité (ou, pour le dire à la Hegel, une identité spéculative) : un défenseur du multiculturalisme peut aisément trouver attractive même l'idée ethnique la plus fondamentaliste, à la seule condition qu'elle soit l'identité du prétendu authentique Autre ; un groupe fondamentaliste peut facilement adopter, dans son fonctionnement social, les stratégies postmodernes de la politique identitaire, en se présentant comme l'une des minorités menacées luttant simplement pour conserver son mode de vie spécifique et son identité culturelle. La ligne de démarcation entre la politique identitaire du multiculturalisme et le fondamentalisme est de cette façon purement formelle ; elle ne dépend souvent que de la perspective différente à partir de laquelle l'observateur scrute un mouvement destiné à maintenir une identité de groupe. »

Slavoj Žižek, Plaidoyer en faveur de l'intolérance

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook