Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2014

Le visage de son éternelle absence

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Si Dieu est retenu ailleurs, ou s'il n'est que médiocrement intéressé par le déroulement de l'insignifiante aventure humaine, pourquoi nous acharner à arracher le masque consolateur dont il couvre pour nous le visage de son éternelle absence ? »

Thierry Maulnier, Le dieu masqué

 

16:51 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/06/2014

Est croyant celui qui adhère intérieurement à des réalités mystérieuses qui, par nature, ne peuvent être saisies que par la foi

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Foi et crédulité – Le premier terme s’emploie pour désigner une qualité, une force ; le second pour dénoncer un défaut, une faiblesse. Crédule : "qui croit trop facilement" (Littré). Qu’est-ce à dire ? Est crédule celui qui croit où l’on doit vérifier. Est croyant celui qui adhère intérieurement à des réalités mystérieuses qui, par nature, ne peuvent être saisies que par la foi. La crédulité se situe donc en deçà de la vérification, la foi au-delà. Ce qui signifie que la vraie foi présuppose une large zone d’incrédulité exercée et dépassée. C’est le sens de la phrase de Chateaubriand : "Il n’y a pas chrétien plus croyant ni d’homme plus incrédule que moi."

Ceci pour objet de la foi ou de la crédulité. - Du côté du sujet, la crédulité implique la passivité, la paresse de l’esprit tandis que la foi procède de la ferveur et de l’engagement de l’âme. La crédulité pourrait se définir comme une faiblesse de l’esprit, et la foi comme une force de l’âme. -Il faut noter aussi qu’une certaine de incrédulité procède de la même carence intellectuelle, mais alliée à l’orgueil de l’esprit et à l’atrophie de l’âme... "Il n’est pas de pire disgrâce pour un esprit faible que de devenir un esprit fort." (Victor Hugo) »

Gustave Thibon, Aux ailes de la lettre

 

19:25 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Réfractaire à toute assimilation rationaliste

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Foi – le mot clef du christianisme intérieur, de la dialectique de l’âme et non de l’esprit. Tout est si clair, si merveilleusement enchainé dans le monde des essences et des espérances – et si confus, si chaotique dans le monde des existences et des faits. Il faut cette purification par la nuit (credo quia absurdum) ; il faut que l’écart soit irréductible entre ces deux univers, pour que le foi devienne surnaturelle, c’est à dire réfractaire à toute assimilation rationaliste. Il faut que je ne comprenne rien à ce qui existe pour m’abandonner sans recours à ce qui est... »

« Il faut choisir entre la preuve et le signe. Le signe ne prouve rien, et la preuve ne signifie rien. »

Gustave Thibon, Aux ailes de la lettre

 

18:42 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/06/2014

Puanteur épouvantable, démocratique

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Qu'est-ce que le Bourgeois ? C'est un cochon qui voudrait mourir de vieillesse. »

« Ce matin, désastre. Je trouve la fosse ouverte, ma fosse à moi, les vidangeurs ayant omis de la refermer après l'avoir vidée. Aspect horrible et puanteur épouvantable, démocratique. »

« Je pense qu'il n'ya jamais eu d'époque aussi dénuée d'intérêt. Uniformité désespérante de la platitude et de l'ordure, attestée par les sécrétions du journalisme. »

« Le retour sur le passé ne donne que de la poussière. On est étonné de voir le peu d'importance, la vanité parfaite de tout ce qui avait agité le cœur. »

« Je reviens de la basilique, saturé de tristesse, ayant vu quelques touristes... Puis je me suis dit que l'irrévérence de ces animaux est moins offensante pour Dieu que la médiocrité des dévots qui baisent la terre ostensiblement. »

Léon Bloy, L'Invendable

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Aller jusqu’au bout de toute chose

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ne plus hésiter, ne plus reculer devant rien. Aller jusqu’au bout de toute chose, quelle qu’elle soit, de toutes mes forces. N’écouter que son impérialisme. »

Jean-René Huguenin, Journal

 

15:03 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L’alibi des lâches

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Lorsque le risque vient à nous, il s’agit premièrement de lui faire face puisqu’il serait encore plus dangereux de lui tourner le dos. La prudence n’est alors que l’alibi des lâches. »

Georges Bernanos, La liberté pour quoi faire ?

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

S’abîmer comme un météore

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mieux vaut s’abîmer comme un météore, dans une gerbe d’étincelles, que s’éteindre à petit feu vacillant. »

Ernst Jünger, La guerre comme expérience intérieure

 

13:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Quelque haut fait

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

 « Eh bien! non, je n'entend pas mourir sans lutte ni sans gloire, ni sans quelque haut fait dont le récit parvienne aux hommes à venir. »

Homère, L'Iliade, XXII, 304-305

 

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Des chants

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

 « Si les dieux ont infligé la mort à tant d’hommes, c’est pour donner des chants aux gens de l’avenir. »

Homère, Odyssée, VIII, 579-580

 

 

11:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Marche !

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Rien de bien ne se fait couché ou assis ! Seul l'homme debout, fait du bon travail, et c'est quand il marche qu'il pense droit ! Garde toi de ne rien faire le cul sur une chaise ou sur un lit, sinon de manger, dormir ou reposer ! Si tu veux comprendre, débattre sainement, imaginer, organiser ta pensée, concevoir et décider ! Marche ! Marche ! Marche, tu verras ! »

Henri Vincenot, Les étoiles de Compostelle

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Indisciplinés

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il faut beaucoup d'indisciplinés pour faire un peuple libre. »

Georges Bernanos, Les enfants humiliés

 

09:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les méthodes indirectes

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Dans tout conflit, on peut recourir à la méthode directe pour marcher à la bataille ; mais les méthodes indirectes sont nécessaires pour remporter la victoire. »

Sun Tzu, L'art de la guerre

 

08:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'homme n'est jamais si vivant que lorsqu'il meurt

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La confuse volonté du peuple peut-être représentée par un ensemble de personnes éclairées, raisonnables, dont chacune respecte dans les autres la dignité de l'homme, ne cherche pas à primer sur elles et à leur imposer un pouvoir capté par la ruse et la violence. »

« On ne peut jouir de son peuple qu'aux deux extrêmes, chez quelques simples et chez quelques raffinés qui par instant retrouvent la simplicité. »

« La santé de bœuf dont ils jouissent, leur fait croire qu'ils sont des taureaux. »

« La pensée devenue action, trempée de sang, forgée comme une lame d'acier est étrangère au penseur. »

« Donnez-nous de grands hommes et de grandes actions pour que nous retrouvions le sens des grandes choses. »

« Mais ce sont aussi les idées de la religion qui se trempent dans le sang versé par les héros. Les dieux comme les poètes ont besoin pour vivre du sang des sacrifices. »

« L'homme ne naît que pour mourir et il n'est jamais si vivant que lorsqu'il meurt. mais sa vie n'a de sens que s'il donne sa vie au lieu d'attendre qu'elle lui soit reprise. »

Pierre Drieu la Rochelle, L'Homme à Cheval

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/06/2014

Dans le miroir

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Vous êtes-vous regardé dans le miroir lorsque entre vous et la mort plus rien ne s’interpose ? Avez-vous interrogé vos yeux ? Avez-vous compris alors que vous ne pouvez pas mourir ? Les pupilles dilatées par la terreur vaincue sont plus impassibles que des pyramides. Une certitude alors de leur immobilité, une certitude étrange et tonique dans son mystère lapidaire : tu ne peux pas mourir. C’est le silence des yeux, c’est notre regard se rencontrant avec lui-même, calme égyptien du rêve devant la terreur de la mort. Chaque fois que cette terreur vous saisit, regardez-vous dans le miroir, interrogez vos yeux et vous comprendrez pourquoi vous ne pourrez pas mourir, pourquoi vous ne mourrez jamais. Vos yeux savent tout. Car nos yeux imbus de néant nous assurent que rien ne peut plus nous arriver. »

Emil Cioran, Des larmes et des saints

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une apothéose de l’éphémère

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ce qu’il y a de plus sain et de plus pur dans la vie n’est qu’une apothéose de l’éphémère. »

« Il se pourrait que la mélancolie fût réfractaire à l’absolu. »

« Avoir toujours aimé les larmes, l’innocence et le nihilisme. Les êtres qui savent tout et ceux qui ne savent rien. Les ratés et les enfants. »

Emil Cioran, Des larmes et des saints

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook