Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2013

VENEZUELA : 60 à 80 morts par jour dans ces favelas

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

Témoignage d'un habitant du Venezuela chopé sur FACE BOOK via la page de Guy Millière...

"En direct du Venezuela :

"Depuis deux semaines on ne trouve plus à manger dans les supermarchés et les boutiques, après avoir passé une journée pour trouver la dernière bouteille d’huile du pays, mon amie a fui à Panama.

Ceux qui défilent sont du parti et ont des bons de nourriture.
Les autres pauvres sont dans une misère noire, le pays est au bord de l’explosion sociale, contrairement à ce que prétendent les experts...

Les logements gratuits, de la propagande : si le répartiteur ne te veux plus, tu dois quitter ton logement dans la nuit ; où s’il y a une famille qui arrive et est du parti : on te la met chez toi sans te demander ton avis… personne ne veut vivre dans ces favelas... Propagande à dix balles car on se tue pour un bout de pain, 60 à 80 morts par jour dans ces favelas… c’est fou, un pays si riche dont les habitants ont fui dans tout le monde, ou il y a autant de morts par quartiers, où la nourriture est rare. Oui on pleure pour ces malheureux, mais pas pour les mêmes raisons que nos Bobos, qui pleurent une doctrine."

Voilà le genre de régime que cautionnent tous les abrutis en France, de Mélenchon à Alain Soral. Bande de tarés ! Tout ça au nom d'une pseudo-résistance à l'Empire.

18:15 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/03/2013

Joseph Staline est bien vivant

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

On croyait Joseph Staline mort depuis longtemps. Et bien non, on l'a retrouvé comme rédacteur en chef d'un média parasite qui vit, en partie, des subsides de l'état et s'adonne, en guise de supposé journalisme, à la délation et l'attaque ad hominem envers tout journaliste ne partageant pas sa Weltanschauung...

22:28 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/02/2012

"Why the West Is Best ?" par Ibn Warraq

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

"Ma réponse à Tariq Ramadan :

En octobre dernier, j’ai participé à un débat à Londres, tenu par Intelligence Squared, afin de considérer le sujet Nous ne devrions pas avoir honte de mettre en avant la supériorité des valeurs occidentales.

L’intellectuel Musulman Tariq Ramadan, entres autres, a parlé contre cette motion. J’ai parlé en faveur, en me focalisant sur les disparités importantes en libertés, droits de l’homme et tolérance entre les sociétés occidentales et islamiques.

On trouvera ici le résumé de mon raisonnement.

Les grandes idées de l’Ouest – le rationalisme, l’autocritique, la recherche objective de la vérité, la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la règle de la loi et de l’égalité devant la loi, la liberté d’expression et d’opinion, les droits de l’homme, et la démocratie libre – sont supérieures à toute autre pensée de l’homme. C’est l’Occident qui a fait les premiers pas pour abolir l’esclavage ; les appels à l’abolition de l’esclavage n’ont même pas résonnés en Afrique où les tribus rivales vendaient les prisonniers noirs. L’Ouest a offert des libertés aux femmes, aux autres races et d’autres minorités à un niveau inimaginable il y a 60 ans. L’Ouest reconnait et défend les droits de l’individu : nous sommes libres de penser ce que nous voulons, de lire ce que nous voulons, de pratiquer notre religion, de vivre la vie de notre choix.

En bref, la gloire de l’Ouest, comme l’a dit le philosophe Roger Scruton, est que la vie ici est un livre ouvert. Sous l’Islam, le livre est fermé. Dans beaucoup de pays non-occidentaux, surtout les pays Islamistes, les citoyens ne sont pas libres de lire ce qu’ils souhaitent. Dans l’Arabie Saoudite, les musulmans ne sont pas libres de se convertir à la chrétienté, et les chrétiens ne sont pas libres de pratiquer leur foi – des violations évidentes de l’Article 18 de la Déclaration Universelle de Droits de l’Homme des Nations Unies.

À l’opposé des certitudes et règles abrutissantes et obligatoires de l’islam, la civilisation de l’Occident offre ce que Bertrand Russel a appelé un « doute libératoire », qui encourage le principe méthodique de scepticisme scientifique. La politique de l’Occident, comme la science, procède par tentatives, de manière empirique, dans un environnement de discussion ouverte, de critique, et d’autocorrection.

Nous pourrions caractériser la différence entre l’Ouest et les Autres comme une différence dans les principes épistémologiques. Le désir pour le Savoir, peu importe où cela mène, héritage des Grecs, a produit une institution sans précédent – ou très rarement égalée – en dehors l’Ouest : l’université. Avec les bibliothèques et les instituts de recherches, les universités sont, au moins d’un point de vue idéaliste, des académies indépendantes qui sont consacrées à ces normes épistémologiques, où nous pouvons poursuivre la VERITE dans un esprit d’enquête désintéressé, libres des pressions politiques. En d’autres termes, le succès des sociétés modernes de l’Ouest, avec leurs sciences, technologie et institutions ouvertes, émane d’une façon distincte d’observer le monde, de l’interpréter, et d’identifier et de résoudre ses problèmes.

L’édifice de la science moderne et de la méthode scientifique est un des plus grands cadeaux donnés par l’homme occidental au monde. L’Ouest ne nous a d’ailleurs pas uniquement offert la quasi totalité des découvertes scientifiques des dernières 500 années – de l’électricité aux ordinateurs – mais aussi, grâce à ses impulsions humanitaires, la Croix Rouge, Médecins Sans Frontières, Human Rights Watch et Amnesty International. L’Ouest fournit la plus grande partie de l’aide à un Darfour assiégé, quand les pays islamistes brillent par leur manque d’assistance.

L’Ouest n’a nul besoin des homélies moralisatrices de sociétés incapables de fournir de l’eau potable.

D’ailleurs, d’autres parties du monde reconnaissent la supériorité occidentale. Quand d’autres sociétés telles que la Corée du Sud et le Japon adoptent des principes occidentaux, leurs citoyens prospèrent.

C’est vers l’Ouest, pas vers l’Arabie Saoudite ou l’Iran, que des millions de réfugiés des régimes théocratiques ou d’autres états totalitaires s’enfuient, cherchant la tolérance et la liberté politique. Et aucun politicien de l’Occident ne pourrait se permettre les remarques antisémites que l’ancien premier ministre de Malaisie, Mahathir Mohamad, a prononcées en 2003. Nos excuses pour la diatribe de Mahathir n’indiquent pas seulement une politique de deux poids deux mesures, mais l’aveu que nous appliquons des standards éthiques plus sévères aux leaders de l’Occident.

Une culture qui a donné au monde le roman, la musique de Mozart, Beethoven et Schubert, les peintures de Michel-Ange, Vinci et Rembrandt n’a pas besoin de recevoir des leçons des sociétés qui conçoivent que le ciel, peuplé de vierges, ressemble à une maison close cosmique. L’Ouest n’a pas non plus besoin de recevoir des leçons des sociétés où les femmes sont gardées en sujétion sous sharia, subissent des mutilations génitales, sont lapidées en cas d’accusations d’adultère et sont mariées contre leur volonté à l’age de neuf ans. Des sociétés qui nient les droits des soi-disant castes inférieures. Des sociétés qui exécutent les homosexuels et les apostats. L’Ouest n’a nul besoin des homélies moralisatrices des sociétés qui ne sont pas capables de fournir de l’eau potable ou des systèmes d’égouts, qui n’ont aucune provision pour le traitement des handicapés, et qui laissent 40 à 50 pourcents des citoyens dans l’analphabétisme.

Pour citer la formule célèbre de l’ayatollah Khomeiny, il n’y a pas de blagues dans l’Islam. L’Ouest est capable d’observer ses propres travers et d’en rire. Mais il n’y a pas d’équivalent à « La vie de Brian » des Monty Python en Islam.

Peux-t-on espérer, un jour, « La vie de Momo » ? Probablement pas – un autre petite signe que les valeurs occidentales restent les meilleures, et peut-être la seule façon pour l’Homme, peu importe sa race ou son credo, d’atteindre son vrai potentiel et de vivre en liberté."

Depuis 1998, Ibn Warraq a édité plusieurs livres de critique du coran et sur les origines de l’islam, y compris Leaving Islam : Apostates Speak Out, Defending the West : A Critique of Edward Said’s Orientalism and Which Koran ?

------------------------

------------------------

 

Article délicieusement volé sur le blog Antidoxe...  et le dessin de l'Imprimante chez l'excellent Didier Goux

18:43 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/02/2012

Toutes les civilisations ne se valent pas, paraît-il...

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

Claude Guéant a, encore, fait son cinéma. Il est rigolo. Il est rigolo mais pas tant que le camp d'en face qui est ridicule jusqu'au comique et jusqu'à la nausée. Qu'a-t-il proféré, Claude Guéant, cette fois-ci comme postulat hautement philosophique politique ? Que toutes les civilisations ne se valent pas. Bien ! Levées de boucliers en face, chez les socialistes en particulier.

Comme chacun le sait, la civilisation des papous vaut (de loin) la brillante Civilisation Perse, et la Civilisation des pygmées écrase de tout son poids celle de l'Occident. N'oublions pas la Civilisation brillante de L'Empire du Grand Zimbabwe, aussi appelé Monomotapa qui rend insignifiante la Civilisation chinoise que la Dynastie des Han consolida dés l'Antiquité. Je tiens à avoir une pensée toute particulière pour la Civilisation Aborigène d'Australie qui efface d'un revers de la main celle de la Mésopotamie à l'ère d'Uruk qui fit se développer l'écriture.

Je sais, je suis cynique... mais c'est tout ce qu'il me reste.

16:34 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/11/2011

Quand l'histoire est tronquée !

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

Jean Sévillia évoque la complexité de l’Histoire. Lecture du passé, l’Histoire ne doit pas être jugée avec les mentalités d’aujourd’hui, mais doit tenir compte de celles de l’époque en question. 

 

Si vous voulez télécharger cette intervention de Jean Sévilla en fichier vidéo mp4, cliquez ici...

 

--------------------

En histoire aussi, la vérité rend libre

Famille chrétienne- 07/11/2011

Réponses de Jean Sévillia à un entretien sur les idées reçues en matière historique.

 

Comment se définit, en Histoire, le « politiquement correct » ?

     Globalement, il s’agit d’une lecture du passé commandée par l’idéologie actuellement dominante. Quelle est cette idéologie ? Celle d’un monde sans frontières, où les enracinements sont condamnés par principe ; d’un monde multiculturel, où toutes les civilisations sont déclarées égales ; d’un monde voué au libre-échange humain et matériel, où toute référence morale et métaphysique est bannie dès lors qu’elle paraît faire obstacle au libre-arbitre individuel. Dans la pratique, en France, le politiquement correct appliqué à l’histoire se traduit par un anti-occidentalisme systématique, par l’aversion à l’égard de notre héritage national, et surtou tpar une animosité non-dissimulée envers la présence du christianisme dans notre histoire, spécifiquement envers le catholicisme.

     Sur le plan méthodologique, le phénomène se traduit par trois procédés principaux. D’abord l’anachronisme : le passé est jugé à partir des critères du présent. Analyser le Moyen Age, par exemple, époque communautaire et sacrale, au nom des droits de l’homme et d’une vision sécularisée de la société, c’est s’interdire de comprendre la civilisation médiévale. Deuxième procédé : le manichéisme. Les bons sont opposés aux méchants, mais toujours selon les canons d’aujourd’hui. Troisième procédé, enfin, la simplification. Alors que l’histoire est le lieu de la complexité, le politiquement correct interprète le passé en fonction d’un ou deux facteurs explicatifs (le racisme, l’intolérance, etc.) tirés de l’arsenal idéologique contemporain.

     Lutter contre le politiquement correct en histoire, c’est tenter de retrouver la vérité d’une époque, que cette vérité soit ou non plaisante à nos yeux.

En 2003, vous avez écrit « Historiquement correct ». En 2011, vous publiez « Historiquement incorrect ». Y a-t-il une évolution ?

     Pas vraiment, puisque l’idéologie dominante est la même. Si l’on remontait plus haut dans le temps, des différences sensibles sauteraient aux yeux. Jusqu’aux années 1970, l’explication marxiste de l’histoire guidait de nombreux chercheurs. Je ne dis pas que le marxisme a disparu, mais celui-ci ne fait plus référence dans le monde de l’histoire. Entre 2003 et 2011, on note tout juste des inflexions dans le discours imposé. Mon Historiquement correct, il y a huit ans, faisait ainsi état de la polarisation du débat historique, dans les années 1990, autour des années d’occupation. La décennie 2000-2010 a plutôt été caractérisée par les polémiques concernant le bilan de la colonisation. Un durcissement s’observe actuellement, nourri par un véritable terrorisme intellectuel, autour de tout ce qui touche à l’histoire de l’islam.

Comme tristement exemplaire, vous évoquez l'affaire Gouguenheim, polémique sur ce que l'Occident médiéval doit aux Arabes...

     Après la publication de son livre Aristote au Mont-Saint-Michel, Sylvain Gouguenheim, enseignant à l’Ecole normale supérieure de Lyon, a subi une véritable chasse aux sorcières, visant rien moins qu’à obtenir son interdiction professionnelle. Tout cela au nom de la tolérance, bien entendu… Tout cela parce que ce médiéviste remettait en cause la vulgate aujourd’hui installée selon laquelle le passage de la culture antique vers l’Occident s’est opéré grâce aux philosophes arabes. Gouguenheim n’a fait que rappeler que le Moyen Age latin a travaillé directement sur les textes grecs, que certains de ces textes lui parvenaient par le canal de Byzance, que les traducteurs arabes, dans le monde musulman, étaient souvent des chrétiens, et que, globalement, le monde islamique n’a utilisé qu’une faible part de la pensée hellénique. Ce sont des faits historiquement établis, mais comme ils contreviennent au cliché d’une civilisation musulmane ouverte aux autres cultures, il devient interdit de les rappeler.

Vous traitez aussi bien des chrétiens et des juifs que de la France et de l'islam. Le traitement n'est pas exactement symétrique...

    Le christianisme est né du judaïsme. Leur séparation s’est faite dans la douleur, affrontement qui a laissé des traces durables des deux côtés. Dans un chapitre d’Historiquement incorrect, j’ai tenté de retracer jusqu’au XXe siècle cette relation difficile, mais en balayant certaines légendes : il n’est pas niable que la société de chrétienté a été dure pour les non-chrétiens, mais voir de l’antisémitisme partout dans le passé occidental est une simplification abusive. Il reste que chrétiens et juifs, héritiers et détenteurs d’un patrimoine commun, ont partie liée, ce sur quoi Jean-Paul II et Benoît XVI n’auront cessé d’attirer notre attention. Avec l’islam, la relation est radicalement différente pour les chrétiens : les textes sacrés ne sont pas les mêmes, la conception de l’homme et de la société non plus. La rencontre de la France et de l’islam s’est faite dans le cadre colonial, en posant des problèmes qui n’ont jamais été résolus. Après la liquidation des colonies, l’islam est resté par le canal de l’immigration. Un islam de France ou un islam européen est-il possible ? Une inconnue s’ouvre devant nous.

Vous parlez beaucoup de la France. N'est-ce pas le cœur du malaise ?

     Un pays qui doute de son identité au point d’être incapable de s’accorder pour la définir, comme on l’a constaté lors du débat de 2009-2010 sur l’identité nationale, est mal armé pour regarder son passé, et partant mal armé pour aborder l’avenir : pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient.

Le Président de la République inaugure bientôt un Musée de la Grande Guerre à Meaux. Or vous affirmez que nous ne comprenons plus cette période...

     L’intérêt pour la Première Guerre mondiale va croissant, mais l’univers mental des combattants de 14-18 nous est de plus en plus incompréhensible. A l’heure de l’Europe unie, comment comprendre la haine du « Boche » (haine qui était la même dans l’autre camp) ? A l’heure du « droit à », comment comprendre l’expression « faire son devoir » ? Dans une société d’abondance et de confort matériel, comment comprendre ce que ces hommes ont enduré et ont accepté d’endurer ? Alors le cinéma, le roman ou la bande dessinée font revivre la Grande Guerre, mais en prêtant aux Poilus une mentalité d’aujourd’hui : fraternité internationale, pacifisme, révolte contre l’ordre militaire. Historiquement, cela ne correspond pas à la réalité. Si mystérieux que cela nous paraisse, les hommes de l’époque ont consenti à cette guerre. On peut le déplorer et juger que 14-18 a été une guerre civile européenne, ce n’est qu'un jugement rétrospectif.

Dans votre livre, on voit qu'on fait souvent à l'Eglise et au christianisme des procès historiques. Ne sont-ils jamais justifiés ?

     L’Eglise est d’institution divine, mais elle est composée d’hommes qui sont par nature imparfaits. Il serait par conséquent absurde de prétendre que le passé de l’Eglise est sans tache. Regardons donc l’histoire de l’Eglise en face. Mais procédons comme des historiens authentiques et non comme des idéologues : examinons les sources, faisons-leur subir un examen critique, replaçons les faits dans leur contexte, analysons-les en les rapportant aux idées et aux mentalités du temps. Les pages sombres de la légende anticléricale s’éclairent alors d’un autre jour, même si, redisons-le, des moments de grande imperfection se repèrent dans l’histoire de l’Eglise, imperfection que l’Eglise, avec la force d’une institution qui traverse les siècles, a toujours su corriger. Les dérives de la Rome de la Renaissance ont provoqué la Réforme luthérienne, qui elle-même a suscité, par contrecoup, le renouveau spirituel de la Contre-réforme.

La condamnation de Galilée témoigne-t-elle ainsi de l'obscurantisme de l'Eglise ?

     Il est difficile de résumer en quelques mots une histoire aussi complexe que l’affaire Galilée, mais il faut retenir que l’astronome n’a pas été condamné en soi parce qu’il professait l’héliocentrisme : le chanoine Copernic avait déjà affirmé que la terre tourne autour du soleil, et ce sans être inquiété par les autorités ecclésiastiques. A Galilée, il était reproché de professer un système astronomique sans avoir les moyens de le prouver et en mêlant l’Ecriture sainte à l’affaire. Des considérations politiques sont également à l’origine du procès qui lui a été intenté. Mais l’Eglise de son époque n’était pas l’ennemie de la science. Elle ne l’a d’ailleurs jamais été.

En Histoire, la vérité finit-elle toujours par triompher du mensonge ?

     J’aimerais le croire, mais je n’en suis pas certain. Des mensonges, infiniment répétés, répercutés par l’école, les médias ou l’air du temps, finissent par s’imprimer profondément dans les esprits, et le travail nécessaire pour les démasquer est sans fin. Ce n’est pas une raison pour se décourager. D’autant que des victoires peuvent être remportées. Par exemple, si les crimes du communisme sont moins rappelés que ceux du nazisme, plus personne ne nie aujourd’hui les horreurs de Katyn ou du goulag, ce qui n’était pas le cas il y a encore trente ans. En histoire aussi, seule la vérité rend libre.

Propos recueillis par Jean-Marc Bastière

 

SOURCE

--------------------

--------------------

17:36 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/11/2011

Le mythe de la tolérance musulmane

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

Le mythe de la tolérance musulmane en Europe tient du délire.
En Espagne, cette tolérance a souvent dépendu de la bonne volonté du sultan local d'une part, mais, surtout, d'autre part, c'est une période qui n'a duré que quelques 90 années autour de l'an 1000 lorsque le Califat vacillant a traversé une période de troubles (les différents clans qui aspiraient au Pouvoir passaient leur temps à s'égorger entre elles... notre histoire monarchique, en comparaison, est un vrai conte de fées) et que les villes espagnoles sont devenues des sortes de "cités-états" relativement indépendantes (on appelait cela des "Taïfas") et que tout le monde a dû se serrer les coudes pour éviter le chaos général.
Dans les Balkans, par contre, cette tolérance a été, pour ainsi dire, inexistante, tout étant fait pour que les chrétiens locaux se convertissent. D'où, aujourd'hui, la haine des bosniaques vis-à-vis des serbes ("Pourquoi ne se sont-ils pas convertis comme nous" ?) et la haine des serbes vis-à-vis des bosniaques ("Les lâches se sont convertis et se sont reniés pour avoir la belle vie, et pas nous qui avons résisté durant 5 siècles" !)

C'est un peu plus complexe et moins emprunt de naïveté, n'est-ce pas, que ce que la doxa veut nous faire avaler ? Sinon, si je vous dis tout ça, c'est que je suis tombé sur ces liens :

ICI

et

Là...

De son côté, Jean-François Revel écrivait dans "L'obsession antiaméricaine" ce qui suit, parlant des événements du 11 Septembre 2001 :

« Ce qui dicte la vision du monde des musulmans, c’est que l’humanité entière doit respecter les impératifs de leur religion, alors qu’ils ne doivent eux-mêmes aucun respect aux religions des autres, puisqu’ils deviendraient alors des renégats méritant l’exécution immédiate. La “tolérance” musulmane est à sens unique. Elle est celle que les musulmans exigent pour eux seuls et qu’ils ne déploient jamais envers les autres. Soucieux de se montrer tolérant, le pape a autorisé, encouragé même, l’édification d’une mosquée à Rome, ville où est enterré Saint Pierre. Mais il ne saurait être question de contruire une église à La Mecque, ni nulle part en Arabie Saoudite, sous peine de profaner la terre de Mahomet. En octobre 2001, des voix islamiques, mais aussi occidentales, ne cessèrent d’inviter l’Administration américaine à suspendre les opérations militaires en Afghanistan durant le mois du ramadan, qui allait commencer à la mi-novembre. Guerre ou pas guerre, la décence - disaient les bien-intentionnés - impose certains égards pour les fêtes religieuses de tous. Belle maxime, sauf que les musulmans s’en tiennent pour les seuls exemptés. En 1973, l’Egypte n’a pas hésité à attaquer Israël le jour même du Kippour, la plus importante fête religieuse juive, guerre qui est restée dans l’histoire précisément sous l’appellation la “guerre du Kippour”.

Le deuxième volet du mythe de l’islam tolérant consiste à soutenir hautement que le gros des populations musulmanes désapprouve le terrorisme, et au premier rang l’immense majorité des musulmans résidents ou citoyens des pays démocratiques d’Europe ou d’Amérique. Les muphtis ou recteurs des principales mosquées en Occident se sont fait une spécialité de ces assurances suaves. Après chaque déferlement d’attentats meurtriers, par exemple en France en 1986 et en 1995, ou après la fatwa ordonnant de tuer Salman Rushdie en 1989 ou Taslima Nasreen en 1993 pour “blasphème”, ils n’ont pas leurs pareils pour garantir que les communautés religieuses dont ils ont la charge spirituelle sont foncièrement modérées. Dans les milieux politiques et médiatiques, on leur emboîte avec empressement le pas, tant la crainte nous étrangle de passer pour racistes en constatant simplement les faits. Comme le dit encore Ibn Warraq, “la lâcheté des Occidentaux m’effraie autant que les islamistes.”

Ainsi, le quotidien Le Parisien-Aujourd’hui, dans son numéro du 12 septembre 2001, publie un reportage sur l’atmosphère de liesse qui a régné durant toute la soirée du 11 dans le XVIIIe arrondissement de Paris, où vit une importante communauté musulmane. “Ben Laden, il va tous vous niquer ! On a commencé par l’Amérique, après ce sera la France.” Tel était le type de propos “modérés” adressés aux passants dont le faciès semblait indiquer qu’ils n’étaient pas maghrébins. Ou encore : “Je vais faire la fête ce soir car je ne vois pas ces actes [les attentats de New York et de Washington] comme une entreprise criminelle. C’est un acte héroïque. Ca va donner une leçon aux Etats-Unis. Vous, les Français, on va tous vous faire sauter.”

Ce reportage du Parisien n’a eu d’équivalent dans aucun autre organe de la presse écrite et fut passé sous silence par la quasi-totalité des médias. En tout cas, auditeur assidu, chaque matin, des diverses revues de presse radiophoniques, je ne l’ai entendu mentionner dans aucune d’entre elles, sauf erreur, ce 12 septembre.

Malgré l’imprécision des statistiques, on considère que la population vivant en France compte entre quatre et cinq millions de musulmans. C’est la communauté musulmane la plus nombreuse d’Europe, suivie, loin derrière, par celles d’Allemagne et de Grande-Bretagne. Si “l’immense majorité” de ces musulmans était modérée, comme le prétendent les muphtis et leurs suiveurs médiatico-politiques, il me semble que cela se verrait un peu plus. Par exemple, après les bombes de 1986 puis de 1995, à Paris, qui tuèrent plusieurs dizaines de Français et en blessèrent bien davantage, il aurait bien pu se trouver, sur quatre millions et demi de musulmans, dont une bonne part avait la nationalité française, quelques milliers de “modérés” pour organiser une manifestation et défiler de la République à la Bastille ou sur la Canebière. Nul n’en a jamais vu l’ombre.

En Espagne, des manifestations rassemblant jusqu’à cent mille personnes ont souvent eu lieu en 2001 pour honnir les assassins de l’ETA militaire. Elles se sont déroulées non seulement dans l’ensemble du pays, mais au Pays basque même, où les manifestants pouvaient craindre des représailles, quoique les partisans des terroristes y fussent effectivement très minoritaires, comme l’ont encore prouvé les élections régionales de novembre 2000.

Si, au rebours, les musulmans modérés en France osent si peu se manifester, la raison n’en serait-elle pas qu’ils savent que ce sont eux les minoritaires au sein de leur communauté et non les extrémistes ? Voilà pourquoi ils sont modérés… avec modération. Il en va de même en Grande-Bretagne, où l’on vit, en 1989, les musulmans, pour la plupart d’origine pakistanaise, se déchaîner pour hurler à la mort contre Salman Rushdie, mais où l’on ne vit aucun d’entre eux protester contre ces cris barbares. Après le 11 septembre, tel porte-parole qualifié des musulmans britanniques, El Misri, définit les attentats contre les World Trade Center comme des actes de “légitime défense”. Tel autre, Omar Bakri Mohammed, lança une fatwa ordonnant de tuer le président du Pakistan, coupable d’avoir pris positionen faveur de George Bush contre Ben Laden. Chacun a eu beau tendre l’oreille, personne n’a entendu la moindre foule “modérée” islamo-britannique protester dans les rues contre ces appels au meurtre, parcqu’il n’en existe aucune, pas plus qu’il n’y a de foule “modérée” islamo-française. La notion que “l’immense majorité” des musulmans fixés en Europe serait modérée se révèle n’être qu’un rêve, ce qui fut mis spectaculairement en lumière durant les deux mois qui suivirent les attentats contre les Etats-Unis. »

Le règne du machinisme commence, d'une certaine façon, avec Mahomet, cet "Adolf Hitler" du désert (ou comme l'écrit Dantec, "Hitler, ce Mahomet du Tyrol"), avec un Livre sensé être gravé par la parole incarnée de Dieu en personne, levant quelques tribus de bédouins vivant dans le sable et des tentes dans quelques recoins d'Arabie qui vont se lancer, ni plus ni moins, à la conquête du Monde par le sabre. Il suffit de regarder, aujourd'hui, une carte du Monde Musulman pour voir la portée colonialiste de ce projet de domination et la décimation effective des civilisations qui ont précédé l'arrivée des armées du Prophète. Pour le reste, tolérance, paix, amour... le monde musulman, dans ces domaines, est un grand mythe.

07:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/10/2011

SOS EDUCATION

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

Les Gôgôs Gôchistes gôchiâsses se foutent de votre gueule et, surtout, de celle de nos enfants... voici quelques vérités à prendre en considération et à faire circuler autour de vous. Signez la pétition...

 

Signez la pétition...

22:44 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/07/2011

Phase ultime d'optimisation du rendement de l'esclave

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

- Prenez un esclave et enchaînez-le, cognez-le, soumettez-le de façon radicale, écrasez-le toujours de votre poing de maître : l'amortissement sera faible.

- Changez d'optique, ne le cognez plus, de même ne l'enchaînez plus, cependant rendez-le totalement dépendant de vous : l'amortissement augmente mais la recette demeure moyenne, le profit toujours négligeable malgré l'amélioration.

- Optimisez votre art de la domination, faites croire à l'esclave qu'il est libre et, mieux, faites lui choisir sa servitude de telle manière qu'il ne la soupçonne guère : rendement
massif, rouage exploitable à merci et interchangeable à volonté, rapport entre le temps alloué à une tâche et le résultat obtenu entièrement maximisé.

Bienvenu en Démocratie : phase ultime d'optimisation du rendement de l'esclave.

22:54 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/07/2011

"Procès de l'Occident : deux anciens esclaves témoignent en faveur de l'accusé"... par Aristide

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

Quand on tombe sur un bon article on le lit en le savourant et on en fait la promotion... et p'is c'est tout, comme dirait Philippe Lucas...

Alors voilà... ça s'passe du côté de chez Aristide et c'est à lire d'urgence toute affaire cessante et à conseiller, en priorité, aux anti-racistes primaires qui voudraient que l'homme blanc poursuive son auto-flagellation jusqu'à la fin des temps. J'avais déjà évoqué, il y a un moment, quelques potes blacks auxquels on ne la faisait pas... je ne sais pas s'ils connaissent ceux qui sont évoqués dans cet article, que je reproduis ici dans sa totalité, en tout cas ils mériteraient de l'être...

C'est moi qui me suis permis de linker ou de souligner certains passages... 

---------------------

 

Une grande partie des maux dont nous souffrons actuellement peut être attribuée à une cause unique : les occidentaux ont perdu confiance dans la bonté de leur civilisation. Cette perte de confiance n’est pas nouvelle. La première guerre mondiale peut, rétrospectivement, être considérée comme le moment où cette perte de confiance commença à atteindre le grand public. Toutefois ses racines sont plus anciennes encore, et le germe qui leur a donné naissance doit sans doute être recherché du côté de la philosophie politique.

Les manifestations de cette perte de confiance sont multiples, mais les deux plus courantes aujourd’hui sont, peut être, le relativisme et la repentance.
D’un côté nous affirmons haut et fort que toutes les « cultures » se valent, et nous rejetons le terme même de civilisation (sauf peut-être pour proclamer que nous voulons en changer - n’est-ce pas Martine ?) car celui-ci parait impliquer l’idée que certains peuples seraient civilisés et d’autres non - horresco referens ! Nous nous interdisons donc de défendre notre « culture » ou notre « identité », ou tout ce que l’on voudra, face à ceux qui voudraient la faire disparaitre ou qui peu à peu la font disparaitre par leur simple présence. Permissivité presque illimitée et immigration torrentielle en sont deux manifestations très concrètes.
D’un autre côté, nous affirmons haut et fort le caractère coupable de l’histoire de nos nations. Cette histoire, pour dire les choses en peu de mots, n’est que le grand recueil de tous les crimes contre l’égalité commis par nos ancêtres : sexisme, homophobie, esclavagisme, despotisme, atteinte à la biodiversité (les plantes et les animaux, eux aussi, n’ont-ils pas des droits ?). Ô, Occident, injustice est ton nom ! Et nous devons expier éternellement pour tes fautes. Lois mémorielles et promotion obsessionnelle des « minorités opprimées » en sont deux manifestations parmi d’autres.
Que ces deux affirmations ne soient guère compatibles entre elles importe peu à ceux qui les profèrent. L’indignation morale empêche d’examiner froidement l’incohérence de la position selon laquelle toutes les cultures se valent, mais certaines sont plus coupables que d’autres. Et puis quel plaisir de se sentir vertueux à si peu de frais ! Battre sa coulpe sur la poitrine d’autrui, quoi de plus agréable ? Les morts ne sont plus là pour protester, et ceux qui doivent acquitter les frais de la « diversité » et de « l’ouverture à l’Autre » n’ont guère de moyens de se faire entendre. Au surplus, il est si facile de noyer leurs protestations sous un flot de paroles autorisées et autres études sociologiques irréfutables.
Eh bien soit, l’Occident est accusé. Il faut donc qu’il soit défendu.
Cela est difficile de nos jours, je le sais. On prend des risques à le faire : si l’on défend le criminel, cela n’est-il pas la preuve que l’on partage ses turpitudes ?
Quoi, voulez-vous donc justifier le sexisme, l’homophobie, l’esclavagisme, etc. ? Ah, on voit bien ce que vous avez au fond du cœur !
Pourtant, pourtant, quel terrible tribunal que celui devant lequel l’accusé est déclaré coupable avant même d’avoir pu se défendre. Pire, devant lequel toute tentative de se défendre est considérée comme une preuve supplémentaire de culpabilité : « Si le diable t’as donné des preuves en faveur du péché, c’est preuve que tu es sien ! » Nous a-t-on assez répété, ces derniers temps, que la présomption d’innocence était un principe sacré ?
Je défendrais donc l’Occident, sans peur et, je l’espère, sans reproches.
Les chefs d’accusation sont nombreux et la réalité de certains faits ne peut pas décemment être niée. L’Occident, les pays porteurs de la civilisation occidentale, ont des fautes à se reprocher. Nous ne le contesterons pas. Mais quelle civilisation peut se targuer d’un passé sans tâches ? Quelle nation n’a pas de fautes à se reprocher ? Et allons nous condamner l’Occident pour n’être pas parfait ?
Mon but aujourd’hui, mesdames et messieurs les jurés, ne sera pas de vous démontrer que mon client mérite d’être acquitté. Je craindrais par trop d’abuser de votre patience. Non, mon but sera, plus simplement, de vous montrer que mon client ne saurait être l’ogre abominable que l’accusation vous a dépeint. Mon but sera de vous redonner un peu de confiance en lui, et donc aussi un peu en vous-mêmes.
Je veux faire citer devant ce tribunal deux témoins de moralité. Deux témoins insoupçonnables de partialité. Deux témoins qui ont eux-mêmes eu à souffrir de certaines fautes de mon client. Je veux parler en l’occurrence de la traite des noirs. J’appelle à la barre Frederick Douglass et Booker T. Washington.
Permettez-moi de vous les présenter brièvement, pour ceux d’entre vous qui ne les connaîtraient pas.

Frederick Douglass (1818-1895), né esclave, d’une mère noire et d’un père inconnu mais vraisemblablement blanc. A l’adolescence il appris tout seul à lire et à écrire (la loi, dans les Etats du Sud, défendait formellement d’apprendre à lire et à écrire aux esclaves), puis s’enfuit vers le Nord à l’âge de vingt ans. Une fois libre (mais toujours sous la menace d’être ramené dans le Sud si son ancien maître le réclamait) Douglass devint rapidement l’un des abolitionnistes les plus célèbres et, peu à peu, l’un des hommes politiques américains les plus remarquables de son temps.

 

Booker T. Washington (1856-1915). Né esclave d’une mère noire et d’un planteur blanc des environs. Après l’émancipation des esclaves en 1865, Washington parvint à faire des études tout en exerçant divers métiers manuels. Devenu enseignant à l’université de Hampton (Virginie) il fut nommé en 1881 directeur du Tuskegee Institute (Alabama), la première école normale destinée aux populations noires, dans le Sud des Etats-Unis. Il présida cette école jusqu’à sa mort et fut en même temps l’un des porte parole les plus influents de la communauté noire américaine.

 

Deux hommes hors du commun donc, tant par leur intelligence que par leur caractère et par leur histoire personnelle. Deux hommes qui ont porté les fers de l’esclavage et qui auraient eu les plus justes titres à proférer l’accusation que nous examinons aujourd’hui. Pourtant, mesdames et messieurs les jurés, si mes témoins ont parfois durement reproché aux Etats-Unis de trahir leurs propres principes, en autorisant la possession d’esclaves ou en refusant aux noirs l’exercice de leurs droits fondamentaux, ils ont aussi toujours exonéré la civilisation occidentale dont les Etats-Unis sont d’éminents représentants. Bien mieux, Frederick Douglass et Booker T. Washington n’ont pas hésité à affirmer la supériorité intrinsèque de la civilisation occidentale. Oui, la supériorité.
Mes témoins, il faut leur pardonner mesdames messieurs, ne s’embarrassent pas de nos scrupules relativistes.
Ecoutons Booker T. Washington s’adressant à une assemblée de noirs américains pour leur expliquer ce que malgré tout, en dépit de toutes les souffrances subies, leur avait apporté leur déportation sur le sol des Etats-Unis :

« Pensez-y : nous étions païens lorsque nous sommes entrés en esclavage ; nous en sommes sortis chrétiens. Nous étions des marchandises lorsque nous sommes entrés en esclavage ; nous en sommes sortis citoyens américains. Nous n’avions pas de langage lorsque nous sommes entrés en esclavage ; nous en sommes sortis parlant la fière langue anglo-saxonne. Nous avions la chaîne des esclaves qui cliquetait à nos poignets lorsque nous sommes entrés en esclavage ; nous en sommes sortis avec le bulletin de vote américain dans nos mains. »

Dans des Etats-Unis où, après l’émancipation, régnait encore la ségrégation raciale la plus dure, Booker T. Washington n’hésitait pas à rappeler à ses compatriotes de couleur le privilège inestimable que représentait le fait d’être citoyen américain ; et à ceux qui rêvaient d’un retour vers l’Afrique de leurs ancêtres, il affirmait tranquillement :

« Les dix millions de nègres qui habitent ce pays, qui sont eux-mêmes passés ou dont les ancêtres sont passés par l’école américaine de l’esclavage, sont dans une condition plus saine et plus porteuse d’espérance, matériellement, intellectuellement, moralement, religieusement, qu’un nombre égal de noirs dans n’importe quelle partie du globe. »

Quelle extraordinaire magnanimité, quel jugement sûr et dépourvu de préjugés ! Mais écoutons à son tour Frederick Douglass, bien plus bouillant que Booker T. Washington, bien moins indulgent aussi, et cependant, finalement, du même avis que lui :

« La condition de notre race a été améliorée par leur situation en tant qu’esclaves [les noirs américains], dans la mesure où elle les a mis en contact avec un peuple supérieur, et leur a offert des facilités pour s’instruire. »

Ceci, bien entendu, ne justifiait aucunement l’esclavage ni n’excusait la brutalité des maitres, et pas davantage les innombrables vexations, légales ou illégales, auxquelles étaient encore soumis les noirs au moment où Frederick Douglass prononçait ces paroles. Mais cela justifiait le fait que les noirs restent sur le sol américain après leur libération.
Rappelons, pour rendre la question intelligible, que l’émancipation des esclaves et leur intégration au sein de la nation américaine étaient deux choses bien distinctes. Pour un grand nombre d’abolitionnistes, au Nord comme au Sud, l’émancipation des esclaves devait s’accompagner de leur départ des Etats-Unis. L’esclavage des noirs était une violation évidente de leurs droits naturels, mais le fait que les noirs aient un droit naturel à être libres n’impliquait pas que ceux-ci, une fois libres, aient un droit à devenir citoyens des Etats-Unis. En fait, la plupart des abolitionnistes étaient à peu près de l’avis de Jefferson en 1787 :

« Rien n’est écrit plus clairement dans le livre du destin que le fait que ces deux peuples seront libres ; il n’est pas moins certain que les deux races, également libres, ne sauraient vivre sous le même gouvernement. »

Abraham Lincoln lui-même, vers la fin de la guerre civile, examina sérieusement la possibilité d’établir les anciens esclaves en Amérique centrale, avant de renoncer devant l’impossibilité matérielle d’un tel projet.
C’est à cette perspective que Frederick Douglass s’opposait de toutes ses forces car, disait-il :

« Nous croyons que le contact avec la race blanche, même accompagné des nombreuses restrictions injustes et douloureuses dont nous faisons l’objet, contribue davantage à notre élévation et à notre amélioration que ne pourrait le faire la simple séparation d’avec eux [les blancs]. »

Frederick Douglass était suffisamment lucide pour voir que le contact n’était pas nécessairement également avantageux des deux côtés. En parlant de son enfance et de ses jeux avec le fils de son ancien maître, il remarquait :

La loi de la compensation s’applique ici comme partout. De la même manière que ce garçon ne pouvait pas s’associer à l’ignorance sans en être affecté, il ne pouvait pas donner sa compagnie à ses camarades de jeu noirs sans leur donner en même temps son intelligence supérieure.

Mais Frederick Douglass, de manière bien compréhensible, se plaçait avant tout du point de vue des noirs, et il affirmait en substance que ceux-ci devaient absolument refuser de lâcher la prise qui leur avait été donnée sur « la civilisation de l’homme blanc ». Parce que cette civilisation était, en dépit de ses défauts, infiniment supérieure à tout ce qu’ils auraient pu trouver ailleurs, et notamment sur la terre de leurs lointains ancêtres.
Supérieure en quoi me direz-vous, mesdames et messieurs les jurés ?
Supérieure en savoir, bien sûr. L’homme blanc s’était avancé plus loin qu’aucun autre sur la voie de la connaissance de la nature et de la nature humaine. Mais aussi, en définitive, supérieure en humanité et en justice. Frederick Douglass, Booker T. Washington, nés esclaves sur le sol des Etats-Unis, n’ont pourtant jamais cessé d’affirmer la vérité des principes de justice énoncés dans la déclaration d’indépendance, ni de respecter et de célébrer la Constitution des Etats-Unis qui assurait, autant qu’il est humainement possible, « les bienfaits de la liberté » à tous ceux qui vivaient sous sa loi. Etre des citoyens américains à part entière, participer à la civilisation occidentale en tant que citoyens américains, sans restrictions et sans privilèges, était la seule chose qu’ils demandaient pour les noirs et pour l'obtention de laquelle ils se sont battus toute leur vie.
Ma plaidoirie pour aujourd’hui s’achève, mesdames et messieurs les jurés. Le procès de mon client n’est pas fini, je le sais bien, et beaucoup d’autres choses resteraient à dire. Mais au moment où il vous faudra rendre votre verdict, je vous demanderai seulement de garder cette question à l’esprit : « Vous croyez vous plus impartial, plus clairvoyant et mieux informé que Frederick Douglass et Booker T. Washington ? »

 

---------------------

 

Source

 

---------------------

 

23:22 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/07/2011

DSK : The Messiah is back

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

 

Ce que l'on sait de Nafissatou Diallo, la présumée victime de DSK

-------------------------

On me fait savoir que le retournement de situation dans l'affaire DSK n'est pas commenté par mes soins. Je me défilerais, voyez-vous, et je ne donnerais pas le même traitement à Georges Tron qu'à DSK, bien que je n'ai rien écrit ou posté à propos du masseur de pieds. Et patati et patata... faut que ça blah-blate sans cesse histoire de se donner bonne conscience pour demeurer accroché à ses crispations idéologiques comme une larve de pou à un poil de cul. Alors allons-y, jetons aux pieds de ces pauvres gens de quoi défaire leurs postures car, quoi qu'il advienne à l'avenir de cette affaire sinistre impliquant Dominique the Sex Killer, en ce qui me concerne le débat est clos.

D'abord Georges Tron... c'est probablement une autre petite crapule perverse qui ne mérite qu'une chose : dégager de ses fonctions et être puni pour ses actes si tout dans son affaire se révèle être vrai, car on n'use pas de son pouvoir, fut-il énorme ou modeste, pour exercer une pression sur quelqu'un afin d'en obtenir les faveurs sexuelles. Je ne puis être plus clair.
Par contre, Georges Tron n'était pas candidat à la présidentielle, jusqu'à son affaire c'était un illustre inconnu que la majeur partie des français ne connaissait pas comme ils ne connaissent pas non plus les autres pervers qui font la une des médias lorsque ceux-ci les portent sous le feu désagréable des projecteurs en raison des saloperies qu'ils commettent. Il faut tout de même savoir que 40% des prisonniers en France le sont pour des délits ou crimes à caractères sexuels, ce qui est beaucoup.
En outre, les socialistes passant leurs temps à donner des leçons de morale à la terre entière, mettant en avant sans cesse la bonne vertu de gauche sensée sauver la collectivité... et bien non, je ne trouve pas que Dominique the Sex Killer soit une appellation exagérée, comme on a pu me reprocher d'en avoir usé et abusé, au pays de la caricature et de la critique politique... au pays de Voltaire. D'ailleurs, je ne sais même pas si je l'ai déjà précisé, mais il me faut en ce cas passer aux aveux, Dominique the Sex Killer est une trouvaille de ma douce Irina qui, en tant que femme, ne se laisse pas impressionner par les porcs en cravate siégeant au sommet du monde (FMI) et exigeant un droit de cuissage comme au temps lugubre de la prima nocte. J'exagère encore ? Poursuivons de ce fait.

Ce débat est totalement clos en ce qui me concerne car les têtes qu'ont fait les socialistes se suffisent à elles-mêmes... les têtes qu'ont fait les socialistes ET la sphère médiatico-politique en général parfaitement au courant du comportement de goujat, de gougnafier de Dominique the Sex Killer...

Ce qui s'est passé l'autre matin à New York a, au final, démontré diverses petites choses que nos abrutis d'analystes franchouillards perçoivent très bien mais ne parviennent pas à exprimer car ça leur écorche les lèvres que de le formuler pleinement comme ça leur écorcherait le cul d'avoir fait des excès de tables épicés la veille.

- Après avoir crié au coup monté afin de sauver Saint Dominique the Sex Killer lui-même sensé sauver la France, tout le monde s'est précipité dans l'autre camp d'analyse en proclamant que la victime ne pouvait qu'être honnête car africaine et musulmane. Leur seconde baudruche s'est effondrée en un seul claquement de doigt, un papillonnement de cil.

- Quoi que Robert Badinter puisse dire de la détestable Justice Américaine, il faut reconnaître que son mode de fonctionnement oeuvre avec une parfaite objectivité traitant de la même manière un puissant qu'un dealer local sans envergure ou un citoyen lambda américain. Dominique the Sex Killer a été traité, jusqu'à présent, de manière totalement impartiale contrairement à l'affirmation de ses aveugles défenseurs névrosés.



- Le système de défense américain, les moyens déployés par le RICHE accusé tendaient, dés le départ, à indiquer que les avocats de Dominique the Sex Killer trouveraient de la matière à décrédibiliser l’accusatrice. Comme tout repose sur la crédibilité des parties, l’accusation ne va pas se battre pour une plaignante non crédible après connaissance des dernières informations la concernant. Même si elle a été vraiment victime de Dominique the Sex Killer, chose qu'à présent seuls eux-deux sauront à tout jamais, si il y a "non-lieu". Et avec ce "non-lieu" éventuel nous arrivons au coeur de la sortie de cette méprisable affaire.
On nomme "non-lieu" l'abandon d'une action judiciaire en cours de procédure, par le juge, qui survient lorsque les éléments rassemblés par l'enquête ne justifient pas une action plus avant, j'y reviendrai. Le "non-lieu" se distingue ainsi de l'opportunité des poursuites.


- Les amis de Dominique the Sex Killer confondent à dessein, ici, la créance, la confiance, la fiabilité de Nafissatou Diallo, sa crédibilité, ou plutôt son manque de crédibilité avec l'innocence éventuelle de l’accusé. C'est très rigolo de la part des socialistes qui vont nous asséner de grands "on vous l'avait bien dit" pour se refaire une bonne conscience. En d'autres occasions, lorsqu'un accusé de droite, par exemple, s'en sort de la même manière, les socialistes ne lâchent jamais l'affaire et passent leur temps à remuer le couteau dans la plaie, à tort ou à raison. Je ne manquerai pas, quant à moi, de le faire aussi pour Dominique the Sex Killer chaque fois que l'occasion m'en sera donnée. Cette affaire, à mes yeux, n’a fait que mettre en lumière un fait déjà connu depuis longtemps et par tout le monde : DSK est un harceleur sexuel, un malade mental qui, tout brillant qu'il est, a besoin plutôt de se faire soigner entre quatre murs que d'avoir des postes de responsabilité nationale. Qu’il y ait "non-lieu" ici par manque de crédibilité de cette pauvre Nafissatou Diallo ne changera rien à ce fait.



- Prétendre que DSK serait lavé de tout soupçon, c’est, à défaut d'être crétin ou de faire preuve de débilité profonde, être parfaitement déloyal, scélérat et félon. Et ces adjectifs qualificatifs correspondent parfaitement aux socialistes. Car, que je sache, Nafissatou Diallo ne s'est pas violenté le vagin et l'anus toute seule, ni rompu un ligament à l'épaule par elle-même. Ses hématomes ne sont pas apparus par une opération vaudou magique. Les éléments médicaux l'ont affirmé tout comme Debré a pu affirmer que le Sofitel, où DSK avait ses habitudes, a étouffé précédemment d'autres affaires. Bien entendu chacun aimerait avoir les sources de Debré, bien qu'il n'y ait pas de fumée sans feu.

Que DSK soit un "obsédé sexuel", cela ne me dérange pas du tout. Qu'il aille dans les boîtes échangistes, ça le regarde. Sa légèreté est une affaire entre lui, sa bite et son épouse. Ces choses que j'évoque indiquent une tendance mais ne sont pas, à mes yeux, condamnables, si ce n'est par Dieu. Ce que l'on attend d'un responsable politique c'est qu'il s'attelle aux dossiers dont il a la charge avec des résultats et que ceux-ci soient efficients, qu'il baise à hue et à dia ne regarde que lui. En revanche, ce qui me dérange profondément, c'est le fait qu'il ait un comportement qui le conduise au harcèlement systématique pur et simple. L'affaire New Yorkaise a surtout fait remonter à la surface et révélé les choses suivantes :

1°) L'affaire Tristane Banon


2°) L'affaire de cette journaliste australienne


3°) L'affaire de la hongroise au FMI


4°) L'affaire des jeunes filles blacks et beurs de Sarcelles qui évoluaient dans l'entourage socialiste de DSK, quand monsieur le maire avait affaire aux parents ou aux familles proches qui débarquaient armés à la Mairie pour lui faire la peau, tellement il avait une attitude de pervers avec elles et que ses "pompiers" étaient obligés de gérer sans arrêt les humeurs sexuelles de môssieur.


5°) Le fatras bordélique des amis de DSK ayant pris sa défense envers et contre tous les principes de gauche qu'ils avancent depuis 40 ans.


6°) Les féministes ringardes, tendance "chiennes de gardes" qui ont crié au scandale se proclamant toutes noires, africaines pauvres, violées par des puissants, ici un juif par dessus le marché, qui se retrouvent face à leur guimauve crasse avec leur ridicule clitoris érectile entre les jambes à réaliser qu'elles ont défendu une magouilleuse, menteuse, liée à la mafia. 


7°) Les aveux des amis proches de DSK qui redoutaient le pire.

Prions, à présent, chers soeurs et chers frères, que Dominique the Sex Killer, le Messie tant attendu par les socialistes qui ont la tête dans le cul depuis des lustres, revienne vite reprendre les affaires du PS en main afin de ridiculiser davantage son camp comme notre pays qui doit encore descendre avant un sursaut éventuel. Et qu'on ne me fasse plus chier avec ce nimbus. 

15:27 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/06/2011

La Fouine & co... une Chance pour la France

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

-----------------------

La fête devait être belle, enfin c’est que s’efforçaient de croire les naïfs et les ordures qui nient le réel. 10 ans de festival c’est un cap. Pour l’occasion le député-maire de Palaiseau avait mis les petits plats dans les grands : une scène rap derrière la mairie avec La Fouine en vedette, une grande scène Raphaël et Jimmy Cliff. 21 heures, la Fouine arrive sur scène. Des bandes allogènes de Massy et Longjumeau venues avec l’intention d’en découdre s’en prennent à la police dès les premières notes de musique. La police municipale coude à coude avec les fonctionnaires du commissariat ont fort à faire. Des renforts de la Bac de Massy et de la Bac départementale viennent compléter le dispositif. Mais ça ne suffit pas. Les échauffourées se multiplient, les secouristes arrivés sur place sont également pris pour cibles. Les bouteilles de bière volent, des jeunes gens venus faire la fête sont tabassés gratuitement. Des renforts détachés des compagnies départementales d’intervention aident au nettoyage. Quant à l’artiste, voyant que tout part en vrille, il s’attache à ramener le calme en entonnant : « ce soir j’égorge un flic, c’est l’aïd ».

Le concert du mustélidé marocain terminé, certains excités décident de ne pas en rester là et viennent s’incruster dans le concert de Jimmy Cliff. A peine arrivés, la bagarre éclate à nouveau. Les policiers nationaux et municipaux interviennent. Ils sont à nouveau la cible de projectiles qui pleuvent dru. Les secouristes sont à nouveau pris pour cible. Cette fois-ci les chiens sont lâchés sur les excités, ce qui permettra l’interpellation de plusieurs individus. Comme d’habitude, on a pu voir la grande cohérence des petits bobos locaux qui sont répandus en imprécations contre la police violente qui frappe injustement des « jeunes ».

Pour ma part, il me semble que les citoyens de Palaiseau devraient s’interroger sur la responsabilité du député-maire qui ne pouvant ignorer la nature de l’artiste qu’il entend programmer maintient son choix.

-----------------------

Via Le Petit Conservateur Palaisien

-----------------------

14:36 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (8) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/06/2011

Un document inédit de Léopold Sédar Senghor

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Des deux chantres de la Négritude j'ai toujours préféré, et de loin, Léopold Sedar Senghor à Aimé Césaire qui, en tant que poète, avait un verbe classique issu de la Grèce dans lequel il avait su insuffler les parfums et les couleurs de l'Afrique noire avec une très grande force et une volonté de sueur et de sang. Voici que je découvre via Le Monde des Livres comment l'historien Raffael Scheck a fait une découverte plus qu'intéressante, un document dans lequel Senghor évoque sa vie de prisonnier à Poitiers dans un camp tenu par l'occupant allemand où avaient été regroupés les soldats issus des colonies. Un passage de ses mémoires de captivité vient confirmer le lien étroit qui existe entre l'univers mental du Nazisme et celui de l'Islam que j'ai déjà évoqué de par le passé en ces lieux.

L'émotion de Adolf Hitler à propos de la Religion du Prophète du désert est bien connue des historiens, notamment dans cette déclaration : « Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, le monde aurait changé de face. Puisque le monde était déjà condamné à l'influence judaïque (et son sous-produit le christianisme est une chose si insipide !), il aurait mieux valu que l'Islam triomphe. Cette religion récompense l'héroïsme, promet au guerrier les joies du septième ciel… Animé d'un esprit semblable, les Germains auraient conquis le monde. Ils en ont été empêchés par le christianisme. » Adolf Hitler, Libres propos sur la guerre et la paix recueillis sur l’ordre de Martin Bormann, Flammarion, 1954, 28 août 1942, p. 297

La ferveur du Mufti de Jérusalem durant les années 1940-1945 dans son soutien envers la politique de guerre du Führer est bien connue également... il aimait à visiter les troupes musulmanes européennes incorporées dans la SS, Division bosniaque Handschar ou Division albanaise Skanderberg.

Mais voici quelle fut l'expérience, durant sa captivité, de Léopold Sedar Senghor :

« (…) Solidarité assez étroite entre ceux des différentes colonies : Antillais, Malgaches, Indochinois, Sénégalais. Seuls les Arabes sèment des germes de discorde (les Marocains exceptés). Ils cherchent à s’emparer des meilleures places (secrétariat, cuisine, bonnes corvées, etc.). Pour cela, ils dénigrent les autres, en particulier les intellectuels noirs, qu’ils présentent comme des francophiles et des germanophobes. (…)

La propagande allemande était bien organisée à Poitiers. Elle dépendait du bureau de la "Gestapo" à la Kommandantur. Elle eut très peu de prise sur les Sénégalais et sur les Antillais. D’ailleurs, de bonne heure, elle porta uniquement sur les Arabes : journaux arabes édités par les Allemands, faveurs accordées au culte musulman, aux espions, etc. Les "intellectuels" arabes, je veux dire ceux qui avaient quelque instruction, étaient les meilleurs agents de l’Allemagne. Ils prêchaient leurs compatriotes et dénigraient la France devant les Allemands (chez les Noirs au contraire, chez les Antillais en particulier, les intellectuels furent les plus résistants). Quand on demanda des volontaires pour aller en Russie, il n’y eut que des Arabes à se proposer. (…)

Les espions étaient des Arabes – toujours les Marocains exceptés. (…) Ce fut l’occasion de nombreuses frictions entre Arabes et Sénégalais. (…) C’est ainsi qu’un Sénégalais, qui s’était battu avec un sergent arabe et qui refusait de courir sous l’injonction d’un Allemand, fut grièvement blessé d’un coup de pistolet. (…) »

Peut-être se trouveront quelques bonnes âmes pour traiter Léopold Sedar Senghor de raciste.

SOURCE, Le Monde

A lire impréativement, sur le Blog "A contre-courant", "Les arabes de Palestine sous la bannière nazie"...

14:33 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/05/2011

Inégalités scolaires

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Cette pitoyable posture franchouillarde qui consiste à voir de la stigmatisation en lieu et place de chaque vérité exposée simplement. Claude Guéant y est allé de sa déclaration concernant la scolarité de nos "Chances pour la France". Il faut bien, Sarkozy est déjà en campagne et l'UMP chie dans son froc car son électorat sourit de plus en plus à Marine Le Pen, les ouvriers ne sont pas les seuls.

Pourtant il a raison le Guéant... Les résultats de l’enquête PISA 2009 menée par l'OCDE aboutissent au même constat. PISA est une enquête menée tous les trois ans auprès de jeunes de 15 ans dans les 34 pays membres de l’OCDE et dans de nombreux pays partenaires.

Ici : Le Rapport PISA 2009.PDF, voir, concernant la déclaration de Claude Guéant, la page 72 du document.

L’écart de résultat quant à la réussite entre les élèves nés en France de parents français et ceux nés en France de parents étrangers reste très important. Il est de 60 points en France contre 43 en moyenne pour les autres pays de l’OCDE. Selon les critères de l'organisme un écart de 40 points équivaut à un retard d’une année scolaire complète. Ainsi en France, les élèves issus de l’immigration accumulent en moyenne un retard d’un an et demi.
La Gôche, une fois de plus, aime à pousser des cris d'orfraie dés que l'on tente d'aborder de front les problèmes qui minent notre société. Alors poursuivons un peu... ça en vaut la peine.
Les élèves issus de la première génération ont deux fois plus de risques, si ce n'est plus, de compter parmi les élèves peu performants en France. La situation s’améliore un peu pour les élèves de la deuxième génération, mais les écarts restent très élevés puisque 35% des élèves n’atteignent pas le niveau 2 de l’enquête PISA (seulement 17 % pour les autochtones et 42 % pour les élèves de la première génération). Le niveau 2 est considéré comme le seuil de compétence, selon l’ascendance autochtone ou allochtone. C’est le niveau à partir duquel les élèves commencent à démontrer qu’ils possèdent les compétences en compréhension de l’écrit qui leur permettront de participer à la vie de la société de manière efficace et productive, selon le fichier PDF dont je vous ai mis le lien.

Faisons quelques comparaisons, voulez-vous ?

Tous les pays membres de l’OCDE font face à des phénomènes d’immigration : en Nouvelle-Zélande, au Canada et en Suisse, entre 20 % et 25 % des élèves sont issus de l’immigration, 30% au Liechtenstein, 39% à Hong-Kong et 70% à Macao (Chine), tout comme à Dubaï, 70% de même. 40% au Luxembourg et 46% au Qatar. Cependant, on s'en serait douté, sauf la Gôche qui préfère vociférer, aucun de ces pays ne connaît le même taux d’échec scolaire que la France parmi les populations issues de l’immigration. Il convient probablement de considérer les natures différentes de ces immigrations sur le plan social et économique, en tout cas c'est à ça que nous invitent les résultats de l'enquête PISA. La Grande Bretagne, Le Portugal, l'Espagne, la Finlande, la Grèce, l'Italie, l'Irlande et la France ne pratiquent pas des politiques migratoires sélectives. Au contraire, les USA, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande favorisent les plus qualifiés. Il n'est guère étonnant  que l'écart de résultat entre les élèves autochtones et ceux issus de l'immigration y soit beaucoup plus faible.

L’échec des enfants en question n’est pas systématiquement une fatalité, mais encore faudrait-il avoir le courage d’en faire le constat afin de pouvoir y apporter des solutions. En pratiquant la politique de l’autruche, les partis politiques, les syndicats et les associations de Gôche qui excellent dans ce sport ne contribuent qu'à se donner bonne conscience, mais ne viennent aucunement en aide aux élèves concernés.

Pour faire face à ce défi des solutions sont à chercher, à la fois, à travers une politique migratoire mieux encadrée (il faudrait diminuer les flux migratoires de manière drastique, voire les supprimer pour un temps donné), dans une politique d’assimilation radicale dans ses principes (mais ce pays devrait cesser de se renier), ainsi que dans un accompagnement éducatif renforcé sans qu'il sombre non plus dans l'Assistanat scolarisé à outrance. Si les enfants n'apprennent pas dés l'école qu'il leur faut fournir un effort individuel pour y arriver comment parviendront-ils à s'orienter, par la suite, dans la vie ?

Demeurent, ensuite, d'autres problèmes qui sont tellement délicats que le simple fait de les chuchoter provoque le hérissement de toutes les pensées en kits qui s'en retrouvent toutes chamboulées dans leurs protocoles de cogitations, si on peut parler ainsi. Mais personnellement je ne me gène pas pour les aborder dans la mesure où l'Europe est loin de remporter la Palme d'Or en matière de QI et, au sein de l'Europe, moi qui suis d'origine serbe encore moins. Vous verrez qu'un coup d'oeil sur la carte vous donnera l'explication de ces propos que je viens de tenir, avec une réelle ironie mais néanmoins très sérieusement.


Cliquez sur l'image : Répartition de l'échelle des Quotients Intellectuels sur notre jolie planète...

Le scientifique James Dewey Watson provoqua un scandale, en 2007, lorsqu'il publia un ouvrage dans lequel il argumente l’inégalité des races qui composent l’espèce humaine, mais peut-être devrais-je dire "ethnies" en lieu et place du mot "races" sinon on va se jeter sur moi et procéder à la lapidation qui convient. Mais je persiste, je ne vais pas baisser la tête devant nos dégarnis du bulbe sous prétexte qu'ils deviennent hystériques, mais que voulez-vous, je suis de sang serbe, j'ai donc un QI dans les chaussettes (dans les 85, selon l'étude) en comparaison à nos gauchistes franchouillards intelligents qui doivent atteindre les 100. Voyez la carte, surtout si vous êtes français, vous devriez être capables de situer la Serbie sans aller enquêter sur Wikipédia.

Car voilà, James Dewey Watson n'est pas n'importe quel scientifique. Biochimiste et généticien, il est le co-découvreur de la structure de l'ADN, pas moins, il a obtenu le prix Nobel de médecine en 1962 pour sa contribution à cette découverte fondamentale en compagnie de Maurice Wilkins et Francis Crick. Et entre 1962 et 2007 il a eu le temps d'approfondir la question, n'est-ce pas ? Ses travaux prolongent ceux de John Philippe Rushton, de Richard Lynn, ou ceux, communs, de Richard J. Herrnstein et Charles Murray dont ils ont publié les conclusions dans leur ouvrage controversé "The bell curve". Il faut comprendre que les controverses en question tiennent plus de l'idéologie que du constat scientifique. Pour vous donner une idée de la chose, je me souviens avoir entendu un jour Caroline Fourest dire, de mémoire, que "même s'il était prouvé scientifiquement que les races existaient, elle préférerait ne pas y souscrire par posture idéologique, ce afin d'oeuvrer à l'unité du genre humain plutôt qu'à sa division." Voilà qui est louable. Remercions-la. En comparaison, James Dewey Watson tient des propos tout autres, de ce genre : « Il n'y a aucune raison de s'attendre à ce que les capacités intellectuelles de peuples séparés géographiquement dans leur évolution aient évolué de manière identique. Notre volonté de distribuer des pouvoirs intellectuels égaux, comme une sorte de dotation universelle, cette volonté ne sera pas suffisante pour qu'il en soit ainsi. » ("Évitez les gens ennuyeux", 2007). Ce qui a plutôt tendance à l'inquiéter, James Dewey Watson, car l'idée selon laquelle nous nous vaudrions tous sur tous les plans, par la grâce de ce relativisme culturel qui s'est installé depuis les barbaries nazis de la seconde guerre mondiale afin de ne faire aucune vague, histoire de bien enfouir La Bête Immonde au lieu de lui faire face (et en oubliant, au passage, qu'elle peut réellement resurgir lorsqu'on s'y attend le moins... je suis yougoslave, que voulez-vous ?, j'ai un nez pour ces saloperies, ça n'est pas le Général Mladic qui me contredira), nous empêche de trouver des solutions pour venir véritablement en aide aux pays sous développés. James Dewey Watson a déclaré au "Sunday Times" qu'il était « fondamentalement pessimiste quant à l'avenir de l'Afrique » car « toutes nos politiques d'aide sont fondées sur le fait que l'intelligence des Africains est la même que la nôtre alors que tous les tests disent que ce n'est pas vraiment le cas ». Inutile de vous décrire la levée de bouclier générale ! Une armada de mielleux en colère, la bien-pensance sous cocaïne !

Par-delà les provocations salutaires de James Dewey Watson, quelques 52 grands scientifiques de très haut niveau ont défendu sur le plan scientifique l'ouvrage "The Bell Curve" qui rejoint les conclusions du Prix Nobel en publiant une tribune dans le Wall Street Journal.

Je vous propose donc quelques pistes de réflexion pour vous faire votre propre opinion et comprendre qu'il ne s'agit aucunement, ici, de faire de la stigmatisation envers qui que ce soit, mais bien plutôt de prendre en compte ce que nous dit la science qui, chacun devrait le savoir, est en constante évolution et en perpétuel déplacement. Si ontologiquement il y a une égalité parfaite entre tous les hommes, quelle que soit leurs origines raciales ou autres, il est évident qu'ils sont également conditionnés sur des générations et des générations par leurs lignées (Freud et Jung nous l'ont assez rappelé), leurs environnements, leurs Cultures, leurs milieux sociaux, leurs valeurs religieuses et éthiques, leurs gènes porteurs d'une profonde mémoire. Au lieu d'y voir de la discrimination haineuse, il faudrait plutôt y voir une possibilité de complémentarité hiérarchisée, car s'il n'y a pas de hiérarchisation (même relative), je propose à nos chers bobos gôchistes tellement assurés de leurs convictions de partir vivre auprès des papous, des aborigènes d'Australie, des indiens d'Amazonie ou des touaregs du désert histoire de mettre en pratique leurs conceptions égalitaristes. Je leur garantie quelques rires jaunes et beaucoup de désagréables surprises.

Mais je le répète, je fais de mon mieux, je n'ai qu'un petit QI de serbe. Voyez la carte, bon Dieu !

Consultez sur Scribd le livre RACE, ÉVOLUTION ET COMPORTEMENT, Une perspective sur l'histoire de vie par le Professeur J. Philippe Rushton

L'article de John Philip Rushton et Arthur Robert Jensen intitulé "La très dérangeante vérité de James Watson : réalisme racial et illusion moraliste".

En anglais, "RACE DIFFERENCES IN INTELLIGENCE" par Richard Lynn

En fichier PDF, à télécharger directement sur votre disque dur, la tribune dans le Wall Street Journal des 52 scientifiques de renom international qui ont pris la défense du livre, controversé par nos bisounours hystériques, "The Bell Curve"

 

Enfin... pour une autre piste... Un reportage qui est passé sur ARTE il y a un certain temps...



01/04

 

 


02/04

 

 


03/04

 

 


04/04

23:03 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/05/2011

DSK : la chute annoncée de toute la Gauche ?

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Les franchouillards sont horrifiés... Dominique avec des menottes ! Dominique abattu ! Dominique leur sauveur enfoncé dans un cauchemar et eux tous dans le même cauchemar avec lui ! Dominique surveillé de prêt dans sa prison pour qu'il ne se suicide pas. Parce qu'allez savoir, avec tout ce qui lui arrive là, à Dominique, peut-être réalise-t-il le niveau de sa psycho-pathologie. Un mec riche, puissant et complètement décalé par rapport à la réalité, hein, avec des costards à 35 000 $, des suites d'hôtels à 3000 $ et une Porsche "prêtée par un ami" qui, pour couronner le tout, violente une travailleuse immigrée au pays de la moraline à l'état brut, lui qui est sensé défendre les faibles, les laissés pour compte, les travailleurs, les immigrés (surtout... depuis 30 ans), peut-être qu'il pourrait se dire : "Bon, ça suffit, j'ai donné !"Et hop, passer l'âme à gauche (c'est le cas de le dire) pour ne pas se confronter à ses responsabilités.

N'empêche... nous sommes vraiment face à un cas d'école. Le type en dehors de tout. Comme la mère de cette pauvre Tristane Banon qui parade sur tous les écrans de télévision pour prendre la défense de sa fille qui aurait subi l'assaut libidineux de DSK en 2002 (!!!!) et qui vient 9 ans après (!!!!) donner des leçons de morale... tout en se présentant aux primaires du PS dont elle est membre. C'est magnifique ! La Gôche dans toute la splendeur de sa vacuité.

Il faut vraiment que le "peuple de gauche", s'il existe encore, réalise pour qui il allait peut-être voter. Il faut vraiment qu'il réalise que son vieux logiciel, qui ne fonctionne plus que lorsqu'on pédale, est périmé depuis belle lurette, que l'écart entre la réalité et les idées qu'il défend est gigantesque et, surtout, que cet écart est devenu gigantesque précisément à cause de ce logiciel qui piétine, quels que soient les qualités éventuelles d'un DSK.

Mais le "peuple de gauche" n'est plus constitué que de bourgeois nantis et de de bohèmes névrosés, le peuple qui pue la sueur et qui crève au travail, lui, a déserté depuis longtemps ses rangs pour se précipiter dans les bras de Marine ou s'abstenir d'aller aux urnes, ce qui nous annonce de futurs épisodes politiques des plus amusants. Parce que ce peuple-là, ce qu'il veut, c'est un retour à la réalité, il veut que l'on prenne en considération que sa sueur elle pue, et que ses valeurs sont écrasées, que son mode de vie est méprisé. Il s'en fout, en vérité, ce peuple-là, qu'il y ait des mecs qui se paient des costards à 35 000 $, en logeant dans des suites à 3000 $ et en se faisant sucer la bite pendant qu'ils conduisent de rutilantes Porsches. Ce qu'ils demandent juste c'est que ces mecs-là ne viennent pas leur cracher à la gueule en les méprisant, ce qui n'est pas compliqué à comprendre, qu'ils ne viennent pas leur donner des leçons de morale, qu'ils ne viennent pas leur dire qu'il va leur falloir se sacrifier, se serrer la ceinture et dire adieu au peu de souveraineté que leur carte d'électeur leur laissait.

Les français parlent de "complot" à l'encontre de DSK, comme je l'écrivais hier, ça n'est pas à exclure. Mais ça ne change rien, absolument rien au fait que la Gôche dans ce qu'elle a de profond... est en dehors de tout... et pour preuve... cette Gôcheprogressiste, soucieuse de notre bien commun à tous, elle savait à propos de DSK... elle savait tout... mais par déni de la réalité, comme à son habitude, elle se taisait, elle faisait l'autruche, elle se soumettait à son doux délire.

-----------------

Un proche de Dominique Strauss-Kahn révèle à France-Soir comment, depuis longtemps, il craignait le pire, en raison de son appétit sexuel.

-----------------

-----------------

« Depuis plusieurs mois, j'ai demandé que Dominique ne se déplace plus sans être accompagné par deux ou trois gardes du corps. Il ne faut jamais le laisser seul. Non pas pour le défendre contre une quelconque agression, mais je choisis les mots justes, non diffamatoires, pour empêcher mon ami disons... de céder à la complexité de sa vie sexuelle. Cela, bien sûr, dans l'éventualité de sa candidature à l'élection présidentielle de 2012. »

Ce proche de Dominique Strauss-Kahn nous a fait cette déclaration alarmiste, il y a environ trois mois, lors d'un déjeuner à Paris. Curieusement, ce responsable du PS n'a pas été écouté. Les conseillers du directeur du FMI préfèrent alors ressasser de vieilles affaires politico-financières qui ont plombé son ascension politique au début des années 2000 : sa relaxe finale dans le dossier de la Mnef, le salaire de son ancienne secrétaire payé par Elf et sa curieuse détention de la fameuse cassette Méry, illustrant le financement illégal du RPR. Pourtant, cette alerte ne faisait que refléter ce que beaucoup chuchotaient, depuis une quinzaine d'années, parmi nombre de journalistes politiques parisiens et de caciques des grands partis français. Ce proche et ami de DSK ne se contentait pas de le décrire comme « un grand séducteur de femmes, flambeur et dilettante ». Ce militant socialiste n'avait qu'une idée en tête : protéger contre lui-même son ami et patron.

Risque de scandales

Son objectif restait, comme en 2006, de le voir arriver à l'Elysée et s'asseoir dans le fauteuil de président de la République. Ce qui n'était pas évident, malgré les bons sondages de son candidat, vu le risque de scandales sexuels à répétition. Comme nous l'a affirmé notre interlocuteur, il y a trois mois : « Dominique, sorte de funambule aux nerfs d'acier et à la prodigieuse intelligence, constitue en fait une bombe à retardement qui peut exploser à tout moment... »

Dimanche dernier à New York, ses « pompiers » experts en communication de crise et situation d'urgence sont arrivés trop tard, pour la première fois. Leur erreur : ils n'avaient pas prévu le pire.

Un journaliste avait eu l'intuition (ou le courage ?) de prévoir ce pire et de briser l'omerta médiatique autour de DSK et, plus généralement, sur la vie privée des politiques dans l'Hexagone. Correspondant de Libération auprès du Parlement européen à Bruxelles, Jean Quatremer écrivait sur son blog Coulisses de Bruxelles le 9 juillet 2007 : « Le seul vrai problème de Strauss-Kahn est son rapport aux femmes. Trop pressant, il frôle souvent le harcèlement. Un travers connu des médias, mais dont personne ne parle (on est en France). Or le FMI est une institution internationale où les mœurs sont anglo-saxonnes. Un geste déplacé, une allusion trop précise, et c'est la curée médiatique. [...] La France ne peut pas se permettre un nouveau scandale. »

Plutôt que de tirer les leçons de cette mise en garde, les « pompiers » de DSK ont fait pression pour que le journaliste de Libération censure son blog de toute allusion à DSK. Ce qu'il n'a pas fait.

Aujourd'hui, comme tous les autres proches du directeur du FMI, notre interlocuteur se voit obligé de tenir un discours consensuel au nom de la présomption d'innocence. C'est-à-dire de déclarer et de répéter que « le prétendu viol d'une femme de ménage, à l'hôtel Sofitel de New York, ne ressemble pas du tout à l'ancien député maire de Sarcelles ». Bien sûr, plusieurs de ses conseillers et proches n'ont cessé de mettre en garde DSK contre ses penchants particuliers. L'intéressé refusait à chaque fois de discuter du fond de « l'affaire », se contentant d'en rire ou d'en sourire, d'encaisser les critiques, sans réagir dans un sens ou dans un autre. Son intelligence, il est vrai, brillantissime, lui permettait de noyer le poisson sans avoir à s'expliquer, rendre des comptes ou même accepter de prendre quelques précautions.

Une succession d'affaires ?

Or les « affaires » se seraient succédé en France et à l'étranger. La quasi-totalité n'aurait jamais débouché sur le plan médiatique ou judiciaire à l'exception de deux d'entre elles. L'une concernait en France une journaliste et l'autre aux Etats-Unis une haut fonctionnaire du FMI. Les autres se seraient déroulées en l'absence totale de la moindre procédure de police ou judiciaire ainsi que de la moindre allusion dans la presse. Elles auraient eu pour victimes plusieurs jeunes femmes, dont des militantes du PS et des Beurettes, selon nos informations émanant de proches, pourtant bienveillants à l'égard de DSK. Toutes ces affaires se seraient réglées à l'amiable entre les parents de ces victimes et des responsables du PS. Ces derniers auraient réussi à calmer, avec beaucoup de difficultés, ces sympathisants socialistes (certains s'étaient armés d'une hache ou d'un couteau, selon notre source) les persuadant de ne pas déposer plainte.

Des éléments de vie privée « indécents »

Dans leur ouvrage de référence Sexus Politicus (éd. Albin Michel-2006), les deux journalistes Christophe Deloire et Christophe Dubois consacrent six pages au patron du FMI sous le titre « L'affaire DSK ». Ils y décrivent l'énergie déployée par les « pompiers » de Dominique Strauss-Kahn pour récupérer auprès d'eux des « blancs (documents de police, NDLR) relevant du sordide et comportant des éléments de vie privée indécents » sur leur patron. En fait, il s'agit simplement d'une visite de DSK dans une boîte échangiste très connue située dans le Ier arrondissement de Paris. Une visite tout à fait légale qui n'avait rien de répréhensible aux yeux du Code pénal français. Comme quoi, ces « pompiers » avaient décidé d'instaurer une drôle de hiérarchie dans les dangers qui menaçaient leur patron. Au point de vouloir contrôler toute publication dans la presse ou dans l'édition plutôt que de protéger leur patron « contre les penchants complexes de sa vie sexuelle », selon l'expression de ce proche qui nous a parlé sous le couvert de l'anonymat. Comme l'écrivaient mardi la plupart des journaux français, les « frasques » de DSK étaient, à Paris, un secret de polichinelle.

Même s'il est présumé innocent, les accusations de viol qui pèsent désormais contre lui aux Etats-Unis ont révélé au monde entier cette « vie sexuelle complexe ». Notre interlocuteur s'en mord les doigts : « On ne m'a pas écouté. Il ne fallait pas le laisser seul.

-----------------

Source : France Soir

-----------------


Tout le monde savait

-----------------


Tout le monde savait... on vous dit...

-----------------

Enfin une chose... et pas des moindres... "Pov' DSK" par ci... "Pov' DSK" par là... mais la "présumée" victime, ils en parlent les bons commentateurs ? Ils ont une pensée pour elle ? Ceux qui s'offusquent qu'un puissant soit traité comme un petit, toute la Gôche bien pensante qui veut nous faire changer de Civilisation de force... dixit Aubry... qui en temps normal se plaignent que les puissants s'en sortent trop facilement... tous ceux qui ont pourri la vie à Madoff ou Berlusconi, ils leur ont laissé une chance d'être un instant "présumés innocents" ? Que nenni. Deux poids, deux mesures... mais le PS en particulier a cette habitude... tout ce qui est de Droite est pourri et fascistoïde... et ce qui est de Gauche c'est la Vertu, l'Empire du Bien... rien de neuf sous le soleil. Les traces d'ADN retrouvée ? Cela n'interpelle personne ? Les traces de griffures non plus ?


Le frère de la victime a parlé...

-----------------


Docteur Strauss et Mister Kahn

-----------------


La Parade

15:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/05/2011

La chute de DSK : la fin des 30 calamiteuses ?

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Cette affaire new-yorkaise de DSK annonce la fin d’un cycle qui a démarré avec l’élection de François Mitterrand, le 10 mai 1981, qui a fait pénétrer la France entière dans la pensée Magique, selon le mot de Jack Lang qui affirmait, très sérieux, solennel même, que notre pays était passé des ténèbres à la lumière, une pensée qui a passé son temps à dénier la réalité, à cacher les faits divers (comme dans les dictatures… car le fait divers est toujours révélateur de l’état d’un pays, surtout quand il se répète sans cesse), et qui prend fin au moment où les droites dites populaires, nationales ou extrêmes ont le vent en poupe et grimpent à tout va vers les sommets pour le plus grand malheur de nos chers bobos qui voudraient conserver leurs petits privilèges en dépit des soucis du peuple, le peuple, ce beauf viticole, que la Gôche a toujours méprisé, de Robespierre à Strauss-Kahn, au nom de la vertu et du progressisme. Ce beauf qui préfère voter FN que PS ou PC, parce qu’il n’est peut-être pas cultivé, le beauf en question, mais il sait réagir épidermiquement aux circonstances qui sont les siennes, il voit sa civilisation changer de gueule, alors doté de son simple bon sens populaire, ce même bon sens qui horrifie le bobo de base, il tente de mettre un coup de frein à tout ce cirque. La Gôche a toujours la tête dans le cul et mille leçons à donner, parée de sa vertu, exactement comme Robespierre en son temps qui nous les brisait avec ses longs discours fleuve de quatre plombes de long où il faisait l’éloge de la déesse de la Raison et de la Vertu Révolutionnaire, la Gôche disais-je est estomaquée, elle n’arrive pas à s’en remettre. DSK en pervers sexuel, chopé par les couilles à New York par la police qui ne rigole pas avec les affaires de viols présumés ou authentiques. Menottes et photos pour la presse, films pour les médias télévisés, images pour la postérité. DSK, Dominique the SEX KILLER, comme dirait mon épouse en se marrant, avec une gueule de possédé effaré par ce qui lui arrive. Il est beau le héros, le sauveur des masses progressistes, le social-démocrate couché devant la machine à billet, l’aplatisseur de peuples qui demande à chacun d’entre eux de se plier à la banque centrale, d’abandonner son essence aux oublis de l’Histoire et de marcher vers la gouvernance mondiale le cœur plein d’espérance. Fausse religion des lendemains qui chantent, nouvelle Internationale toujours recommencée pour la joie des doux dingues rêveurs qui mangent bio, font les brocantes et soutiennent les sans-papiers pour se faire bonne conscience.

Mon épouse, qui bosse dans l’édition, est au courant des frasques de DSK, via un ponte du domaine en question, depuis des lustres, quelqu'un qui comme DSK et son épouse, Anne Sinclair, était un habitué des milieux échangistes où il les croisait l’un et l’autre, toujours ensemble et qui y est allé de quelques "condifences" de manière espiègle il y a plus de 10 ans de cela devant des collaborateurs dont Irina qui en fut amusée. D’où la complaisance d’Anne Sinclair à propos des extravagances de la bite de Dominique-nique-nique, puisqu’elle partage certains de ses vices. Et pas seulement mon épouse, mais le tout Paris informé était au courant.

Berlusconi, de droite, en comparaison, il paye des putes… bon il s’est fait couillonner sur l’âge de certaines, c’est là un autre problème, mais à quelques mois prêt il passait au travers. Berlusconi, il a du pognon et il aime le montrer jusque dans les affaires de la chair, c’est un rital méditerranéen décomplexé du porte-monnaie et décomplexé de la quéquette, certes il est vulgaire, mais au moins il est rigolo avec ses cheveux teints, sa peau bronzée et ses dents refaites. C’est pas un socialiste, Berlu, vous me suivez ? Il cache pas sa réussite sociale. Sa réussite intérieure c’est une autre affaire, ça le regarde, il s’en expliquera avec le Seigneur un jour, on verra s’il assumera complètement.

DSK c’est autre chose, ce qui le fait bander c’est le truc illégal, en dehors des lois, la soumission de la femme. Vous suivez ? Lui qui passe son temps à vouloir faire marcher droit la terre entière… enfin, quand ça l’arrange, hein ?, parce que Sarcelles c’est pas non plus une totale réussite. Mais là, en fait, y’a plusieurs choses… toute la classe politique le défend, à mon avis, pour une seule raison : tout le monde savait. Une vidéo avec Ardisson tourne sur la toile depuis hier, un peu partout, grâce à YouTube, reprenant un extrait d’une émission qu’Ardisson tenait sur la chaine Paris Première, qui montre bien que tout le Paris branché, câblé et informé savait, c’est tellement évident, et les gens ont honte parce que s’ils ne le défendaient pas (putain ! même Boutin la Catho coincée le défend !!!) cela mettrait méchamment en doute leur propre morale, parce que tôt ou tard, vous allez voir, ça va se savoir et le fait que la classe entière le défendait ça paraitra, au moins, logique : nous savions alors c’est normal, nous sommes un peu coupables aussi, veuillez nous pardonner. Alors que si la classe politique ne le défendait pas ça ferait une autre musique : nous savions, mais comme nous sommes aussi pourris que lui, mais c’est bien fait pour sa gueule, que voulez-vous ? c’est ça la politique. Faut qu'ils assurent, qu'ils gardent quelques portes de sorties, qu'ils s'assurent un peu de pitié.

Dans la vidéo avec Ardisson, une jeune journaliste écrivain, Tristane Banon, témoigne des assauts de DSK à son encontre, alors qu’il l’avait carrément fait tomber dans un piège. L’émission date d’il y a plusieurs années déjà, le nom de DSK est « beepé » et ce qu’elle a subi depuis est proprement ahurissant : pressions diverses, complots à son égard, mise à l’écart, alors que la pauvre fille qui était toute jeune à l’époque des faits, n’avait pas porté plainte contre la crapule sur recommandation de sa mère, une grosse huile du PS, qui s’en mord les doigts à présent et qui apparaît un peu partout sur les chaines d’information télévisées pour vider son sac qui lui pèse parce que trop lourd. Ce qui est révélateur, de même, d’un certain état mental qui règne chez les socialistes. Et ce silence qui a régné sur cette affaire durant tant d’années apparaît soudain comme proprement assourdissant.

Résumons-nous : DSK est, me dit-on, économiquement talentueux, politiquement exemplaire. Certes. Il n’a jamais été ma tasse de thé, mais mettons que ceux qui disent ça aient raison. Par contre, il a un sérieux problème avec sa bite. C’est tout. Tristane Banon en 2002, la hongroise économiste du FMI en 2008, Ardisson qui dit, dans la vidéo, qu’il a 14 copines qui affirment qu’il aurait essayé sur elles (bon, 14 c’est peut-être une façon de parler, mais même si elles ne sont que 5 ou 7, ça fait beaucoup), Tristane Banon qui précise qu’aucune jeune nana à l’assemblée ne veut bosser avec lui (le mec a une réputation de droit de cuissage), mon épouse qui n’est rien du tout et qui a appris de la bouche d’un décisionnaire à son taf (en même temps que plein d’autres gens, elle n’était pas seule) lors d’une réunion de travail que DSK et Anne Sinclair fréquentaient les mêmes boites échangistes que lui sans se cacher, et y’a plus de 10 ans, hein, ça révèle tout de même une certaine tendance… et à présent cette histoire new-yorkaise. Moi je pense que ça fait vraiment beaucoup. Y’a quelques mois, tout de même, DSK a été obligé de s’excuser devant le FMI et ses employés pour garder sa place… depuis tout semblait rentré dans l’ordre… jusqu’à ce que ses instincts le rattrapent ! Bien entendu qu’il pouvait se taper des « professionnelles », mais c’est pas excitant des « professionnelles » pour un obsédé compulsif comme lui, ce qui le fait bander c’est franchir la limite, aller contre la légalité, sauter sur la première gonzesse physiquement bien achalandée qui passe pour qu’elle se soumette.

Un court instant un flash me traverse l’esprit : la première rencontre entre DSK et Anne Sinclair, un viol réussi des deux côtés car consenti par Anne, cette coquine avec ses airs de sainte nitouche et de bourgeoise pleine de fausse retenue qui faisait fantasmer tout le monde dans les années 80. Un destin scellé sur le bon coup de bite et la soumission adéquate.

Reste le coup monté… c’est pas con et, dans la politique, c’est logique. Depuis une éternité on se poignarde dans le dos. Rien de plus normal sous le soleil. Ou sous la lune. Les salauds aiment les rencontres nocturnes, discrètes.

Sarkozy ? Si c’est lui, coup de génie stratégique : je te l’envoie au FMI et j’ai rien d’autre à faire, il sera rattrapé par ses démons et il fera un pas de travers, j’ai mes bons informateurs, le type est sympathique en apparence mais c’est un vrai pervers, il a noyé le poisson dans l’eau bien des fois et aux USA ça rigole pas. S’il fait un pas de travers là-bas, c’est tout bénef pour moi. Le simple fait de faire un clin d’œil à une femme, aux USA, c’est le tribunal assuré si la femme porte plainte. Parce que c’est la LOI, c’est comme ça. Je trouve ça petit, moi,  je suis un slave orthodoxe qui a hérité, par mon éducation française, d’un tempérament libertin latin… mais aux USA, c’est la Loi. La Loi aux USA, ça rigole jamais. Je me remémore une anecdote que m’avait raconté Eric James Guillemain, mon ex-chanteur au sein de Venice, à propos d’une paire de bottes en croco qu’il avait ramenée du Mexique, en repassant la frontière en direction des USA il se les était fait confisquées : le flic aux douanes, gros et transpirant, avec ses lunettes noires en train de le fixer et de lui dire simplement : « This is the law ! » Parce que les bottes en croco c’était interdit : espèce protégée. Donc on ne rigole pas : on envoie un signal et on t’emmerde. 

Monsieur DSK, les USA sont un grand pays souverain et libre... et « This is the law ! »

Si Sarkozy, en concertation avec les ennemis de DSK au PS, a fait en sorte qu’une belle black, femme de chambre, originaire du Ghana, divorcée et mère d’une enfant (donc qui a besoin de fric pour les études de sa môme), vienne juste agiter son cul devant le pervers au bon moment, ça ne serait pas étonnant. Le mec est tombé dans le piège et la seule chose qu’a eu à faire la femme de chambre en question c’est de hurler au viol, qu’effectivement le mec a tenté par pulsion plus forte que lui et que les autres témoignages français viennent peut-être pas confirmer… mais sérieusement conforter.

Si Sarko est derrière ce coup… c’est du machiavélisme d’orfèvre… de la stratégie digne de Sun Tzu et de L’Art de la Guerre : j’agis pas… je place les pions… et par le « non agir » je laisse les choses se faire. Il a compris tout Clausewitz, là, le Sarko… Mitterrand est battu à plates coutures !

Parce que comprenez bien, ici ça n’est pas une question d’intelligence, il paraît que DSK est intelligent, mais les mecs les plus intelligents ont un point faible et DSK, son point faible, c’est le cul. Voilà. Mais ça, je vous dis, moi ça fait un moment que je le sais, au point où depuis qu’on sait ça, ma femme et moi, à chaque fois qu’on le voyait à la télévision on y allait de notre petit commentaire rabelaisien en rigolant. Mais jusqu’à présent ça restait dans le domaine privé, donc l’usage de sa bite et du cul d’Anne Sinclair, ça les regardait, moi je m’en fous, mais dès que ça passe dans le harcèlement sexuel évident ou la tentative de viol avérée… ça commence à me hérisser. La Prima Nocte c’est terminé messieurs les Seigneurs de la Haute Finance.

Bon, ce sont des mots en l’air… parce qu’il y a présomption d’innocence, mais avouez que c’est tragi-comique et que les faits ne causent pas en sa faveur. Et Sinclair qui partage certaines de ses pratiques sexuelles ne peut que le défendre. C’est son mari, je ne doute pas qu’ils s’aiment, mais là c’est très limite.

Il faut avouer, de plus, que le FMI ne fait pas grand chose pour le défendre, et ce malgré la déclaration de ses hommes de mains au FMI qui avouaient qu’ils l’auraient bien gardé avec eux tellement ils aimaient son efficacité, que ça leur brisait le cœur qu’il veuille présenter sa candidature à la Présidence de la République, le FMI ne le défend pas, simplement parce qu’une fois ça va… deux fois c’est déjà trop… et voilà les dégâts.

Ivan Rioufol, le 9 mai dernier sur son Blog avait commis un texte qui accompagne à merveille tout ce qui arrive à la Gôche depuis quelques temps et dont l’affaire DSK est la pierre d’achoppement finale, « Les trente calamiteuses » que ça s’appelle et c’est juste et précis :

« Après les Trente glorieuses (Les années cinquante, soixante, soixante-dix), voici les Trente calamiteuses. Elles débutent le 10 mai 1981 et s'achèvent actuellement, sous les yeux de Français irrités par ce qu'ils endurent, avec l'effondrement de la pensée magique. Instauré avec l'élection de François Mitterrand avant d'être repris par la droite mimétique, l'irréalisme politique est, en effet, le premier responsable de la somme des désastres qui s'accumulent et qui font grossir les rangs des déçus de la gauche et de la droite. Trente ans d'utopies, de dénis des faits, de mépris des gens et de méthodes Coué ont renforcé la méfiance des électeurs vis-à-vis de leurs représentants. Une époque s'achève, avec le trentième anniversaire de l'arrivée des socialistes au pouvoir. Cependant, le PS se réclame encore de cette période, qui ne vaut que pour la nostalgie qu'elle peut éventuellement inspirer.

Cet immobilisme du PS, incapable de briser les liens avec un mitterrandisme momifié, pourrait bien être la cause de son échec en 2012. Face aux faillites des idéologies, le bon sens commande de s'en séparer au profit de politiques pragmatiques et efficaces. Or la gauche ne semble pas prête à cette révolution des esprits, quand elle défend encore la retraite à soixante ans, les emplois aidés, le mondialisme et autres sujets qui mériteraient d'en finir avec les réponses toutes faites que propose son vieux logiciel. Même si la droite au pouvoir n'est guère vaillante, elle est en train de s'émanciper de cette glaciation intellectuelle qui donne à la gauche son côté Hibernatus. Une nouvelle manière de faire de la politique doit être imaginée, sur les champs de ruines laissé par les discours automatiques. Et, sur ce terrain, je crois Nicolas Sarkozy plus libéré et inventif que DSK ou François Hollande. »

(Ivan Rioufol) 9 mai 2011 sur son Blog

Et puis ce texte du peintre chaman Ibara, qui ne mâche pas ses mots et qui l’a appelé « Les 30 calamiteuses » également :

« Giscard au tapis, l’orgueil meurtrit, s’en est allé, contrit. La gauche accédait au pouvoir. Le juif errant était enfin arrivé. La terre était fertile, l’herbe grasse et le troupeau, docilement baba cool, ressentait l’impatience d’un désir frénétique de jouissance transgressive. Une aubaine pour la clique « humaniste » aux dents longues. La vengeance en plat froid allait rassasier plus que de raison une fringale de pouvoir si longtemps contenue. Le peuple en liesse se réjouissait dans l’espérance. Les loups entraient dans la bergerie. L’histoire allait être réécrite à la gloire des sodomites et du Dieu biblique. La France se retrouvait captive d’une pensée mortelle. La mère en NTM, le racisme en SOS, la musique en exécrables concerts, le tag en art majeur, la vulgarité en idole adulée, la féminisation en accélération, la famille en décomposition, le métissage en engrenage, la culpabilité en devoir de mémoire, la décadence en ordonnance, le sang en contamination et toutes les transgressions dansaient sans circonvolution au panthéon des inversions. 10 mai 1981, date fatidique marquée du chiffre 16. La lame de la « maison Dieu » du tarot de Marseille. Destruction, calamité, misère. Trente ans plus tard, la terre est stérile, l’herbe rare et le troupeau désespéré. Le fermier est un fou dégénéré entouré de démons hallucinés, ils ne sont que l’une des conséquences désastreuses d’une espérance trahie...»

Ibara

23:40 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (10) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook