Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2010

La Salope Luxembourgeoise

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

Je rigole. Tout ce bordel, depuis ces derniers mois, avec la réforme concernant les retraites, la crise qui traîne encore dans les parages, les guignols du PS qui passent leur temps à chier dans la colle et, par la même occasion, à nous chier dessus (si quelqu'un pouvait faire fermer sa gueule ne serait-ce qu'à Benoît Hamon pendant un mois ou deux ça nous reposerait la tête), les émeutes en banlieue qui sont encore montées d'un cran (armes à feu et même lance-roquette), tout ce merdier a trouvé son point d'orgue avec l'affaire des roms et leur réexpédition vers leur pays d'origine (Bulgarie, Roumanie). Je suis un Balkanique et je les connais un peu les roms. En Serbie, ce sont nos bluesmen locaux, si je puis dire, ils vivent dans des bouges à l'hygiène douteuse et ont surtout développé un talent certain pour la musique... et la rapine. Jetez un oeil sur les sublimes films de Kusturica, "Le Temps des Gitans", "Chat Noir, Chat Blanc", c'est à peine exagéré et il n'y a que les bobos intellectuels belgradois pour refuser d'accepter certaines évidences et réalités.

Bien entendu, tous les tziganes de l'est ne sont pas des parasites et des feignasses. Le système communiste a réussi à en intégrer quelques uns, mais à la force du poignet et même avec une poigne de fer, pas avec la douceur que prônent nos chiasseuses institutions bruxelloises.

Je ne suis pas un fanatique de l'Europe qui se monte, ni du traité que Sarkozy nous a imposé pour que la dérive générale se poursuive, j'ai voté pour lui pour ne pas avoir à voter pour l'autre creuse insignifiante, mais je rigole à présent de le voir cerné de toutes parts par les bureaucrates véreux que sa pugnacité a contribué à défendre en nous enfonçant sa constitution zéropéenne dans le Cul la gorge. Je rêve que la Serbie et la Croatie, le Monténégro, la Macédoine et caetera rentrent également dans Zéropa. Pas uniquement par fraternité slave, croyez-moi, mais pour rigoler davantage encore : lorsque les tziganes de l'ex-Yougoslavie débarqueront aussi en France et en force, en raison de ses désavantages sociaux, les braves franchouilles défenseurs des drôâdeulhômme verront alors de quel bois se chauffent ces braves gens qu'y fô édé coûte que coûte. Parce que, voyez-vous, le système français, c'est du pain bien plus béni pour les tziganes de là-bas que pour les blédards du Maghreb... vous verrez... il faut juste patienter encore un peu... quelque temps... chaque chose vient à point, M'sieurs Dames les Bisounours, vous l'aurez vot' beau village mondial généralisé pour vous faire des papouilles et danser la ronde de la fraternité zuniverselle !

Mais voici le ponpon : Viviane Reding, ou la salope luxembourgeoise. Certains m'ont dit que les luxembourgeoises étaient libérées et pas farouches. Bon... à c'qu'i' parait elles choisissent le mâle qui les aidera à passer un bon moment, elles ont raison, faut pas déconner, elles bossent, tiennent fermement les cordons de leurs bourses et y'a pas d'raison qu'ça change lorsque leurs culs réclament leur dose de limage et de foutre, mais ça ce ne sont pas des salopes, ce sont des dames bien informées avec du sang germanique, entre autre, et ça se laisse pas berner ces bestiaux-là, faut d'la poigne et d'l'assurance avant de se lancer à l'assaut de la façade nord comme de la façade sud. Et là, voilà t'y pas que Viviane Reding y est allé de ses admonestations lamentables.

Lorsque Hitler est arrivé au pouvoir dans les années 30 en Allemagne, il a fait des tziganes comme des juifs des citoyens de seconde zone, les a chassé du pays, les a spolié de leurs biens. Quand il s'est emparé de l'Europe, il les a raflés, les a fait passer par des camps de regroupement, avant de les déporter dans des wagons à bestiaux sur des centaines et des centaines de kilomètres pour finalement les faire crever au travail, dans les chambres à gaz, les fours crématoires, ou par les expériences médicales de tarés comme celles du charmant Josef Mengele. Et je n'oublie pas la Shoah par balle, les fosses à cadavres et le mutisme général consentant. 
Qu'a donc fait ce pauvre Sarko aux roms pour que Viviane Reding daigne affirmer avec force et conviction que sa patience était à bout et que la France de 2010 était retournée aux zeur lé plus sombre de notre histwouaâr ? Il les a fait raccompagner chez eux en leur donnant de l'argent. Notre argent de contribuables. Que dire ? La marge est grande, n'est-ce pas ? Immense même entre les charniers d'Auschwitz et le raccompagnement vers la frontière de quelques pénibles péquenauds qui, à part faire la mendicité et voler, ne font pas grand chose non pas parce qu'ils ne seraient capables que de cela, mais simplement parce qu'ils se refusent à quitter le cloaque mental qui leur sert d'existence et dont ils semblent se satisfaire pleinement depuis des siècles. Je suis surpris que les associations juives se fassent si discrètes quant aux déclarations de la Viviane, car s'il y a quelqu'un d'insulté dans cette affaire ce sont bien les 6 000 000 de juifs, mais aussi les 300 000 à 500 000 tziganes qui ont été, eux, vraiment déshumanisés avant d'être recrachés en cendre dans le ciel européen en pleine seconde guerre mondiale.

Oui, Camarades bobos et censeurs névrosés de notre France qui ne bande plus depuis longtemps ni ne mouille, il va vous falloir commencer à constater (je sais, c'est difficile et, surtout, douloureux) que vos considérations ne sont que pétards mouillés, mais à continuer de vous laisser mener la danse ainsi nous allons droit vers le Grand Incendie qui n'aura pas les couleurs chatoyantes de la chanson de Noir Désir. Le pays réel en a plus qu'assez de vos postures... je sens lentement, mais sûrement, poindre quelques énervements qui risquent encore de vous faire réveiller avec la gueule de bois comme au lendemain d'un certain 21 avril 2002.

Quant à la Salope Luxembourgeoise qui vient donner des leçons à la France du haut de son trône bruxellois sur lequel le peuple français a craché par référendum, qu'elle fasse rentrer quelques roms en son beau Luxembourg tellement ouvert à la diversitude, comme chacun le sait, et après elle pourra venir nous donner des leçons d'amour du prochain, mais je lui suggère plutôt d'aller se faire fourrer vraiment au lieu de se masturber maladroitement le coeur et les méninges devant les médias pour se donner bonne conscience et continuer à faire gagner Hitler, ce tueur de la langue, du sens et de l'humanité, par-delà sa mort et par-delà l'agonie de notre continent sous les bons auspices de raclures politicienne comme elle. Tu verras Viviane, quand on a tiré un bon coup, on se sent mieux et on réfléchit avec bien plus de perspicacité.

Quittons-nous avec nos bluesmen des Balkans... la musique chez eux, c'est une seconde nature et c'est déjà beaucoup.

23:52 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (7) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/07/2010

Mohamed est un joli prénom

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=


Malika Ménard

 

Martin Hirsch a une cervelle de mollusque, un QI de moule sans les frites. Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir passé une partie de sa vie à changer les couches de cet autre sénile qu'était l'Abbé Pierre qui lui est monté à la tête, mais sa dernière déclaration en date, par laquelle il souhaite se faire un trou pour de bon chez les bisounours, bien que mielleuse, ne manque pas de piquant dans le cadre du politiquement correct, bien-sûr.

Jusqu'à peu, toute personne vivant en France pouvait penser qu'un bon signe d'intégration de la part des immigrés accueillis en ce pays était de voir des Mouloud et des Aziz donner comme prénoms à leurs enfants Christian, Michel, Sandrine, Isabelle, etc... Et bien non. Selon Martin Hirsch, cette Haute Conscience du "Bien Vivre Ensemble" que l'on nous enfonce dans la gorge par une propagande constante et des plus nauséeuse qui n'a plus rien de Bien, plus rien de Vivant et qui sépare plus qu'elle ne rassemble, selon cette pauvre burne toute retournée sur elle-même, ce politique-mono-couille, ô Merveille des Merveilles, issu du monde associatif, "la vraie intégration, c’est quand des catholiques appelleront leur enfant Mohamed !" On se demande ce que les Catholiques viennent foutre soudain là-dedans ? Et puis pourquoi "Mohamed" ? Certes, c'est un joli prénom "Mohamed", c'est celui du Prophète des Prophètes, que la bénédiction soit sur lui, faut pas déconner quand même, mais Toufik c'est bien aussi. Sans vouloir manquer de respect au Prophète des Prophètes, que les houris l'abreuvent, moi j'aime bien Toufik, et puis Kamel, puis Badri, Ali, Smaïn et pour les filles, Yasmina, Aïcha, etc... etc... Et puis je vois pas pourquoi les athées, mais aussi les juifs, les bouddhistes, les protestants, les orthodoxes ne devraient pas non plus appeler leurs enfants par des prénoms arabes. Ce serait un signe sain, plein de tolérance. Je dis même : nous n'avons pas assez baissé notre froc... faisons nous enculer dans la joie et la bonne humeur, à sec, directement comme ça, sur un tas de tessons de bouteilles et de fil barbelé. Faisons-nous enculer au sens propre carrément, puisqu'au sens figuré c'est fait depuis longtemps déjà et chaque fois qu'un de ces enfoirés que nous ne manquerons pas de tondre, comme dit l'ami XP, à la Libération, en rajoute une couche c'est juste pour bien assoire leur néfaste domination, leurs culs crasseux sur nos gueules asphyxiées.

Il serait bon tout de même de rassurer Martin Hirsch, son idéologie avance depuis un moment déjà, elle n'a même plus besoin de lui pour se faire son nid dans la conscience délavée du bon citoyen franchouillard festif qui veut s'intégrer à tout prix aux Chances pour la France. La preuve : la Miss France de cette année, tout un symbole, au Nom de Famille on ne peut plus fromage blanc, "Ménard", aux parents bien français et bien normands se prénomme "Malika", c'est dire. Et elle est née en 1987.

La preuve par l'image...

22:15 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (10) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/07/2010

Suspect

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

« Sachons être suspect. C’est le signe, aujourd’hui, d’un esprit libre et indépendant, surtout en milieu intellectuel. Il faut, en effet, choisir entre la flatterie de l’idéologie dominante et la suspicion dont les parangons de cette idéologie accablent ceux qui refusent de se plier à la nouvelle mode. »

Julien Freund, préface à Carl Schmitt, cité par Pierre-André Taguieff, Julien Freund, la table ronde, p. 133.

06:16 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/07/2010

Foot et Guerre Civile à venir...

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Après ce qui fut évoqué ici, et ici... à propos de l'équipe de France de Football... on peut dire que de plus en plus d'yeux s'ouvrent et osent regarder, d'abord, le trou du cul de la réalité, puis la nommer, enfin, pour ne plus détourner la tête. Malika Sorel, républicaine convaincue issue de la diversité qu'on cherche à nous vendre, parle cash, le site La Luette ou celui de Riposte Laïque que j'ai déjà évoqué dans mon modeste blog, bien que venant de la Gauche tiennent un discours parfaitement réaliste quant aux problèmes liés à l'immigration et à l'islam. Des témoignages brillants, comme celui de Paratext ou celui de John Terby JR du site d'ILYS, indiquent bien que le vent peut tourner. Et voilà, à présent, Jean-Paul Brighelli, qui vient de la Gauche la plus radicale des années 70 qui offre une analyse tranchante sur ce qui se passe dans notre pays. Cela ne va pas lui rendre service, surtout après les propos déjà enflammés qu'il a tenu ces dernières années sur l'état lamentable de notre Education Nationale.

Mais réjouissons-nous. J'ai toujours pensé que les choses essentielles sensées souder un pays et ses habitants pouvait se trouver profondément enfouies en chaque individu faisant preuve de Raison et de bon sens, et ce, quelles que soient ses tendances politiques. Car si vous considérez qu'il faille être de la Droite Nationale pour agir avec légitimité pour la sauvegarde de notre mode de vie, de notre essence, de ce qui fait notre identité c'est que vous êtes plus aptes à vous fabriquer des ulcères en rongeant votre frein à propos de la décadence de notre temps, même si celle-ci est évidente, et que refusant d'élargir votre champs de vision pour vous réjouir que des prises de conscience aient lieu par-delà les clivages, c'est que vous êtes bien plus aptes, même si vous ne voulez pas le reconnaître, ou simplement inconsciemment, à la collaboration, à la dhimmitude, à ce que l'ami XP nomme le Souverainisme à Babouches. Qu'un républicain convaincu comme Jean-Paul Brighelli en vienne à dire que la République est Morte, voilà qui a de la saveur et surtout... qui est significatif !

22:58 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Albert Richter

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=


Albert Richter après sa victoire au championnat d’Allemagne à Hanovre en 1934. Photo parue à la une du "Berliner Zeitung".

Regardez-les. Ils font tous le salut nazi, nous sommes en 1934 et Adolf a le soleil qui éclaire sa route. Ils font tous le salut nazi... tous, sauf le cycliste Albert Richter qui garde sa main bien plaquée contre sa cuisse. Résistant en plein projecteur. Quelques mois après cette victoire, Albert Richter refusera de porter la maillot à Croix-Gammée lors des championnats mondiaux de vitesse à Leipzig, lui préférant celui frappé de l'Aigle Impérial.

Champion du monde amateur en 1932 puis champion d'Allemagne sans discontinuité jusqu'à la seconde guerre mondiale, Albert Richter devait beaucoup à son ami entraîneur, Ernst Berliner, un juif pour lequel il prendra de grands risques afin de lui faire parvenir de l'argent alors que celui-ci est expulsé du pays par les chiens SS. Il refusera de le remplacer par un aryen.

Lorsque la Pologne est envahie par les troupes de Hitler il déclare : "Je ne peux pas devenir soldat. Je ne peux pas tirer sur des Français, ce sont mes amis !"

Ses convictions, bien entendu, finiront par lui coûter la vie. Il est arrêté, suite à une "dénonciation" et "suicidé" par la Gestapo le 3 janvier 1940. Un vélodrome porte son nom, à Cologne.

 

07:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/07/2010

Comment je suis devenu une pourriture

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

Ne croyez pas que ce soit de la flemmardise, mais quand je tombe sur un bon article, j'aime m'en faire le relais, y'a pas d'raison. Voici donc un article signé JOHN TERBY JR que vous pouvez aller lire directement chez ILYS. En gros ça vous indique les petites choses qui sont en train de bouger... c'est profond... sournois... et ça emmerde la bien-pensance... mais vous aurez deviné combien je m'en branle. Lisez ce qui suit de ce pas.

-------------------------------------------------------------

Comment je suis devenu une pourriture

 

 

Je me souviens, quand j’étais jeune, j’avais le coeur pur. Je lisais Charlie Hebdo, j’écoutais Noir Désir et je défendais les pauvres gens avec sincérité et avec foi. Comment aujourd’hui ma prose peut elle donc s’étaler sur un site de droite et d’élite dégoûtant vous vous demandez… c’est simple, la rancune, l’aigreur, TF1 et l’abus d’alcool ont obscurci mon âme au fil du temps.

Il y a bien eu des signes avant-coureurs, je dois vous avouer, pour être tout à fait honnête. Par exemple, je n’ai jamais été athée… je ne pensais que du mal de Jean-Paul II et de la religion catholique bien sûr, mais j’ai toujours cru en Dieu d’aussi loin que je me souvienne. Et puis j’étais pour le port libre des armes aussi, convaincu que personne ne serait mieux placé que moi-même pour défendre mon intégrité physique en cas de problème. Enfin, j’ai toujours été plus ou moins misanthrope je crois. Les gens m’ont toujours semblé décevants et surprenants de bêtise. Partout, de surcroît si j’étais accompagné de plusieurs personnes, j’ai été plus ou moins solitaire.

Tout ces signes étranges auraient dû m’alerter sérieusement… mais je préférais faire la sourde oreille et continuais donc ainsi pendant longtemps à écouter du punk-rock français, à prendre position, lors de dîners dominicaux avec des beaufs, pour une immigration totalement libre et sans entraves, à regarder Canal+ en fumant des joints et en mangeant des chips, à vénérer La femme, à acheter Charlie hebdo, à mépriser le chasseur et le sportif et à espérer fièvreusement l’avènement d’une saine dictature prolétarienne (non violente).

J’étais un citoyen du monde et la laideur, l’égoïsme, l’envie, la haine, jamais ne venaient souiller mon coeur d’humaniste intégral. J’avais tout un tas de répliques et de solutions préétablies à tout un tas de problèmes complexes. C’était pratique. Par exemple, quand on m’annonçait qu’un groupe de jeunes de 13ans avaient décapité un type qui leur avait refusé une cigarette, je répondais: « Il faut investir dans l’éducation et ne surtout pas stigmatiser les étrangers d’origine étrangère ». Quand on m’apprenait, les yeux injectés de sang et la bave aux lèvres, qu’un pédophile quelconque avait violé plusieurs enfants, livré d’autres à des réseaux pédophiles, je notais avec profondeur: « La peine de mort nous ravale à l’état de celui que nous souhaitons combattre ».

Bref, j’étais un con, oui, il me faut bien le reconnaître, mais je passais pour sympathique et vertueux aux yeux des gens. Aujourd’hui, je suis toujours plutôt stupide comme garçon, mais en plus de ça, je suis anthipathique au possible.

Amen, j’ai envie de dire.

 

-------------------------------------------------------------

Profitez-en pour lire ou relire l'article d'Ygor Yanka et celui de Paratext, résonance oblige.

22:58 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le Vertige Totalitaire

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Laissez moi vous le dire sans détour aucun... Didier Goux Rocks ! The man knows what he's talkin' about. Ecrivain en bâtiment, comme il aime à se définir lui-même, voici une série d'articles qui valent le coup d'oeil et où il aborde le totalitarisme communiste. Il est amusant de voir combien tout un tas de crispations ressortent chez certains commentateurs qui ne peuvent supporter de voir le communisme comparé au nazisme. La proximité psychologique des deux grands totalitarismes du XXème Siècle semble échapper à tout le monde... mais en particulier aux communistes... et généralement aux gens de Gauche. Veuillez prendre la peine de lire les échanges dans les commentaires, l'ami XP ainsi que votre serviteur y sont présents. Et nous passons, une fois de plus, pour les "fachos" de service. Rien de neuf sous le soleil.

Par ailleurs n'hésitez pas à consulter, régulièrement ou à l'occasion, le blog de Didier Goux, car y'a pas d'mal à s'faire du bien aux neu-neu-rô-rônes.

Et veuillez lire les articles dans l'ordre que je vous donne... ça me semble plus logique. Thanx !

 

* De la Crapulerie Communiste

* Je les attendais mes jeunes modernes

* Symphonie en Rouge et Brun

* Ce fier exil, ce triste exil

* Le Vertige Totalitaire, I

* Le Vertige Totalitaire, II : le cas Zimmerman

* Que l'Anonyme aille crever ailleurs (s'il le peut) !

* Le Vertige Totalitaire, III : les chineurs de Kazan

* Le Vertige Totalitaire, IV : du Maître sans Marguerite

22:36 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/06/2010

L'anti racisme, communisme du XXI ème siècle.

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

« Je ne crois pas pour ma part à une conspiration. Je ne crois pas, par exemple, que d’aucuns, à seule fin d’instaurer ou de laisser s’instaurer la société anti raciste, aient voulu consciemment la mort de la culture, et organisé délibérément son trépas -par exemple en détruisant le système éducatif, et en abandonnant à la télévision la bien nommée in-formation des cerveaux, avec son camembert de parts de marché disponibles. Non je ne crois pas cela. Je ne crois à rien d’aussi soigneusement arrêté. Je crois plutôt, hélas, à d’obscurs mouvements aux tréfonds de l’espèce, soumis aux lois mêmes de la tragédie, à commencer par la première d’entre elles, qui veut que soient exaucés les civilisations et les hommes dont la perte est écrite- ainsi on a voulu que l’éducation soit égalitaire : c’est fait, personne n’apprend plus rien, le ré ensauvagement du monde est en marche.
Ce que je sais en revanche, mais avec certitude, c’est qu’une culture vivante, au sens plein du terme, ne se serait jamais accommodée du triomphe de l’antiracisme, au sens et dans la consistance qu’il a revêtu parmi nous. Un peuple qui sait ce qu’il est -- disons qui connaît ses classiques pour aller vite -- un tel peuple n’accepte pas de mourir parce qu’on le lui demande, ne consent pas à disparaître pour renaître vidé de lui-même, ne se résigne pas sans résistance à se fondre dans une masse violente, certes, mais officiellement indifférenciée, qui de lui ne conserve un moment que le nom, et ce n’est qu’une humiliation de plus. Un peuple qui sait sa langue, qui connaît sa littérature, qui se souvient de sa civilisation et qui garde en son sein une classe cultivée, des élites (mais certes pas dans la nouvelle acception que les nouveaux maîtres ont donné à ce mot), un tel peuple ne se laisse pas mener à l’abattoir sans se révolter, ni pousser vers les poubelles de l’histoire en remerciant les éboueurs ; ni même ne se laisse-t-il expliquer sans broncher qu’il n’est pas un peuple, et qu’il n’en a jamais été.

L’organisation de l’ignorance, l’enseignement de l’oubli, l’ensauvagement scolaire, l’imbécillisation cathodique étaient absolument indispensables, une condition préalable sine qua non, à l’instauration de la société anti raciste telle que nous la voyons prospérer tristement sous nos yeux. (…)

Entre culture nationale et société anti raciste, il y avait certes incompatibilité radicale, assez soulignée je pense à titre emblématique, par le renversement de sens que subit d’un pôle à l’autre un mot comme discrimination : lequel, dans le langage de la culture désigne la plus grande des vertus intellectuelles, l’exercice même de l’intelligence, la qualité par excellence de la pensée ; et dans celui de l’anti racisme, le premier d’entre les péchés. »

Renaud Camus, Le communisme du XXI éme siècle, Xénia 2007.

 

06:23 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/06/2010

Ballon rond

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

Splendide ! Je suis heureux, je vous jure, aussi heureux que si l'équipe de France avait remporté la coupe. C'est un peu con, cela étant dit, car une grande partie des joueurs jouent, pour ainsi dire... à domicile... ils pourraient faire un effort. Quoi que... chez les africains sub-sahariens, la ramener comme la ramènent nos joueurs africains... oops... pardon... nos joueurs français ces derniers temps c'est faire preuve de Volonté, de Souveraineté et... euh... de machiste mâlitude ! En ce sens, ils ont réussi ! Et c'est pour cette raison que je suis heureux, vous dis-je, heureux que ces petits enfoirés en viennent à dévoiler leur niveau mental, leur j'm'en-foutisme digne de putchistes africains, leur mépris déterminé et clairement orienté vis-à-vis de leurs supporters, du pays qu'ils sont sensés représenter, bref, leurs vrais visages, comme le dit KID A, chez ILYS, les masques tombent.

On raconte que Yoann Gourcuff est, littéralement, terrorisé par Ribéry et sa clique, ce qui ne me surprend guère, le respect chez les musulmans ne consistant pas à laisser l'autre tranquille mais plutôt à le tenir en respect ! Nuance. Ils aiment ça, c'est ce qui les fait mousser, bander et confère un semblant de sens à leurs existences misérables. Il suffit de voir comment les français de souche baissent les yeux devant les merdiques petites racailles qui font leur loi dans les quartiers dits difficiles.
Ces sales petits nantis millionnaires qui se tapent des putes mineures, qui n'en foutent pas une sur le terrain, qui traitent le sélectionneur de fils de pute en l'invitant à aller se faire enculer, qui font des doigts d'honneurs aux journalistes, puis qui refusent d'aller s'entraîner lorsque les sanctions disciplinaires tombent, ou qui clament à la presse qu'il y a un traître parmi eux, qu'il faut le trouver et le chasser, que l'insulte d'Anelka n'est pas un problème... comment ne pas songer aux élèves issus de la diversité (cette "Chance pour la France") qui refusent de se soumettre à la discipline d'un lycée et décident de se rebeller contre la moindre autorité. On n'a pas l'impression d'être en face d'adultes dignes de ce nom, responsables, disciplinés et droits. Je dois être un sale blanc occidental car mon Dieu me demande de tenir debout devant lui, comme un homme responsable, et de faire face à la vie, de la considérer à hauteur d'homme et non pas de me courber 5 fois par jour tourné vers la Mecque en signe de soumission. Yahvé aime que Jacob vienne se frotter à lui, que Job ose lui demander des comptes. Yahvé et Jésus aiment les rebelles. Et l'Esprit Saint en vient même à ouvrir les yeux à Saül de Tarse qui devient Saint Paul. Des rebelles qui tiennent tête au Destin, quoi qu'en disent les néo-païens frustrés qui oublient que même leur manière de penser, de questionner, d'interpréter et de critiquer le judaïsme ou le christianisme leur a été transmise par une Civilisation dont ils sapent les fondements par leurs vociférations de droitards frustrés. Des droitards frustrés qui ressemblent, d'ailleurs aux communistes frustrés... et aux muslims frustrés... bonnet blanc et blanc bonnet. Tout ce joli monde se rejoint. Le vrai "vivre ensemble" est là... dans cette haine et cette frustration communes que ni les uns ni les autres ne soupçonnent. Ils s'en défendent même. Les pauvres, pardonne-leur Seigneur, mais ils ne savent pas ce qu'ils font.

 

Alors on peut venir me traiter de "raciste", aussi, ça ne sera pas nouveau, je regrette juste le temps de Marius Trésor et Jean-Pierre Adams qui, certes, affichaient une certaine fierté Nègre (au sens ou l'entendait Senghor) mais étaient également fiers de porter le maillot tricolore et formaient, à eux deux, la redoutable "Garde Noire" que redoutaient les équipes adverses. Ils avaient l'attitude humble, ils mouillaient le maillot de la sueur de leur effort et nous faisaient rêver. Le petit yougo que j'étais n'a jamais fait de différences entre le rital Platini, le sélectionneur espagouin Hidalgo, "la Garde Noire" et les autres joueurs qui étaient blancs comme mon cul. Quand le coup de sifflet lançait le jeu, nous étions tous français et fiers de l'être. Le terrain c'était le terrain et le ballon rond c'était le ballon rond. On jugeait les hommes sur ce qu'ils mettaient dans la balance et sur leur attitude, leur comportement, leur action sportive. Et en la matière, l'équipe de France actuelle est à la ramasse, elle montre clairement ce qui attend le Pays demain, dans sa totalité : les musulmans seront solidaires des musulmans, les noirs des noirs, les beurs des beurs et les uns des autres lorsque des blancs trop blancs, trop polis, trop beaux, avec plus de 10 mots à leurs vocabulaire (Yoann Gourcuff) leur feront de l'ombre ou, plus généralement, tenteront de leur faire entendre raison, de les discipliner, de leur apprendre la retenue (l'encadrement sportif). Nous allons vers un approfondissement de la bêtise crasse, de la violence, vers le tribalisme et la loi du Clan. Les masques tombent et nous montrent les vraies faces de culs coincés, crispés dans les archaïsmes, dans des postures de "wesh wesh " des cités et qui veulent l'imposer à tout le monde. Quel bel exemple pour notre jeunesse et quel honneur pour la France, ce pays où jadis, dit-on, Dieu lui-même fut heureux ! Mais n'est-ce pas Senghor lui-même qui a dit que la Raison était hellène et que l'émotion était nègre ? En ce moment l'équipe de football de France nous le démontre tous les jours.

 

Je ne parlerai même pas de Domenech qui se couche comme un toutou devant ces raclures, mais j'aurai une forte pensée pour Jean-Pierre Adams qui est toujours dans un profond Coma depuis 1982 suite à une erreur d'anesthésie pour une opération bénigne du genoux.

22:06 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (9) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Absence de pensée

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

« La décolonisation a été une réaction xénophobe de peuples qui ont profité d’une conjoncture favorable pour chasser l’étranger, redevenir maître chez eux et préserver avec l’indépendance politique leur identité collective. Il est contradictoire d’être en même temps un ardent partisan de la décolonisation tous azimuts et un adversaire de toute xénophobie. »

Julien Freund, Les garde-fous et le mirador

07:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/06/2010

Zeropa

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

« Cette belle espérance qu'est l’union européenne fond comme neige au soleil. Sans doute parce que pour avoir un point fédérateur, il faut accepter d’avoir des frontières et un ennemi. En économie, vous avez des concurrents, en politique vous avez des adversaires. L’Europe a existé chaque fois qu’elle a identifié un ennemi. Le mot « Europe » apparaît au IX ème siècle, et l’adversaire était alors le Sarrasin. Le mot, en tant qu’identité politique et non pas géographique, refait surface au XVème siècle contres les Turcs, c’est la bataille de Lépante. Et il prend tout son essor contre Staline en 1946. Vous vous posez en vous opposant ; si vous n’avez personne à qui vous opposer, vous ne vous posez pas. Vous faites une union économique, un marché, mais vous ne faites pas une puissance. »

Régis Debray, entrevue aux Echos du 7 février 2008.

07:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/06/2010

Guerre Civile ?

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Peut-être va-t-on cesser d'enseigner Aristote à nos têtes blondes ?

Trouvé chez l'excellent Didier Goux...

06:07 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/06/2010

Saucisson et Pinard

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Comprenez bien, amis lecteurs, amies lectrices, nous ne sommes plus dans la réalité, nous sommes dans un monde de bisounours, et ce monde de bisounours se fera rattraper, en temps voulu, par la réalité et ça fera mal. Très mal. Surtout aux bisounours. Parce qu'un bisounours ne sait pas regarder la réalité en face, il sait par contre inventer mille subterfuges de renard pour détourner les rares personnes conscientes et éveillées de la réalité, et si les subterfuges ne fonctionnent pas, le bisounours saura traiter le conscient de "fasciste", de "raciste", de " réac' ", il en restera toujours quelque chose, au moins une très mauvaise réputation d'enculé haineux.

L'Affaire de l'apéro "saucisson et pinard" qui a déversé tant d'encre et de fiel dans nos médias qui jouissent tellement de caresser les barbus dans le sens du poil, a été une fois de plus manipulée et présentée selon le schéma classique auquel la propagande démocrassouillarde nous a habitués depuis belle lurette. "Fasciste", "raciste", etc... on aura lu les poncifs habituels, je l'ai déjà dit... seulement voilà, si Le Bloc Identitaire s'est bel et bien calé sur le projet de l'apéro en question et si c'est bien lui qui a déposé une demande d'autorisation à la Préfecture, ça n'est pas lui qui l'a initié... mais un rédacteur du site "Riposte Laïque" qui en a lancé l'idée sur FESSE BOUC Face Book avant que nos fafounets ne viennent y mettre leur grain de sel. Et moi, justement, c'est cette mixité politique que j'aurai trouvée intéressante si pour des raisons d'ordre et de sécurité la préfecture n'avait, finalement, interdit la manifestation conviviale qui aurait pu tourner en eau de boudin en raison d'une contre-manifestation organisée par nos chers associations humanitaristes et baptisée, attention !, "Thé à la menthe et Hallal". Vous comprenez ? Le message de nos bobos gôchistes est clair : c'est à nous de nous adapter au "bien vivre ensemble" des pays du Maghreb, pas à eux de s'adapter à nos moeurs et coutumes.

Car la raison pour laquelle "Riposte Laïque", un mouvement ancré dans la Gauche Républicaine et Sociale et qui n'a, normalement, absolument rien de tendancieux, mais de nos jours la moindre critique à l'égard de l'Islam est tendancieuse, la raison pour laquelle, disais-je, "Riposte Laïque" a souhaité lancer cette initiative dans le quartier de la goutte d'or, elle est connue de tous les habitants de Paris et, plus particulièrement, du quartier en question : à l'heure de la prière, et particulièrement le vendredi soir, la circulation est complètement interrompue dans de nombreuses rues parisiennes pour permettre à tout un ramassis de djihadistes tolérants et pacifistes de... prier Allah en pleine rue. Ils transforment ainsi la Capitale de la France supposée laïque, le temps de quelques heures, en un bled d'Arabie Saoudite, pour le plus grand plaisir de nos bobos gôchistes qui doivent sûrement voir là l'assurance d'un enrichissement culturel pour les vilains racistes que nous sommes. Surprise ! Les médias découvrent soudain que la Rue Myrha, à Paris, est un territoire occupé (ah ! S'il n'y avait que cette rue !) et que les français de souche qui y habitent baissent les yeux devant le comportement vindicatif de nos chers immigrés plein de foi et d'amour.

Adolf Hitler, cité par Roger James Bender et Hugh Page Taylor, dans le livre "Uniform Organisation and History of the Waffen-SS" a déclaré avec la délicatesse que nous lui connaissons : " On doit garantir à tous les membres musulmans des Waffen-SS et de la police le droit indiscutable, prévu par leur religion, à ne pas manger de la viande de porc et à ne pas boire de boissons alcooliques. Il faudra leur garantir des menus équivalents. (…) Je ne veux pas que, par la stupidité et l'étroitesse d'esprit de quelques individus isolés, un seul de ces héroïques volontaires eut à ressentir une gêne et à se croire privé des droits qui leur ont été assurés. (…) J’ordonne que chaque infraction à ces dispositions soit punie sans la moindre hésitation et qu'on m'en rende compte." Ces Waffen-SS musulmans qui avaient la bénédiction du Mufti de Jérusalem d'alors, Amin al-Husseini qui en 1944, après avoir visité Auschwitz eut ces mots : "J'irai le cœur léger dans ma tombe sachant que 5 millions de Juifs ont été tués." Curieuses résonances avec une certaine droite d'aujourd'hui qui sous prétexte de haïr la gueuse en vient à tenir des propos comme ceux-là : " Et chez nous ? La plupart de nos chances, avec leur chaines plaquées or à grosses mailles et leurs pittbuls dépourvus de colliers, "mon frère !" et on se tape dans la main : les palestiniens ils s’en foutent bien. Juste un prétexte de plus, comme les matches de fouteballe ou les décès accidentels de trafiquants multirécidivistes coursés par les flics, pour "tout niquer". Les Palestiniens défendent la terre de leurs ancêtres face un envahisseur, ils seront toujours plus chers au coeur des patriotes épris de justice et de liberté qu’à celui des parasites prédateurs. Il faudrait en ex-France un HEZBOLLAH pour mettre toutes ces racailles au pas. D’ailleurs, ils ne savent que brandir le chiffon de Bouteflika, le flic-président algérien. La question est là, et pas ailleurs. L’"Occident" ou ce qu’on met sous ce vocable nous semble être le reniement, nullement dissimulé, de l’Europe. L’"Occident" voilà l’Ennemi, l’ennemi à l’intérieur de nous, celui qui subrepticement fait glisser notre être vers quelque chose que nous ne reconnaissons plus." Ce qui fait dire à Ivane du milieu de ses ruines : "Et, oui je suis avec le Hezbollah. L'Occident doit être détruit." Surprenant, non ? Cette haine de droite qui ressemble tant à la haine de gauche et d'ailleurs ne s'en sépare nullement.

Une certaine Droite Souverainiste, dont les membres seraient qualifiés par l'ami XP, à très juste titre, de "Maurrassiens à Babouches" refuse de s'associer à l'Apéro de "Riposte Laïque" estimant que l'Association Laïque et de Gauche récupère un combat qu'eux seuls auraient le droit de mener. Hallucinant de crasseuse connerie. Ces petits freluquets idéologiques déclarent pas moins : "Pour notre part, nous pensons que la légitimité de la lutte contre l’immigration et l’islamisation appartient au mouvement nationaliste et à lui seul." On croit rêver. Ce que j'en dirais, pour ma part, c'est ce qu'a pu déclarer Pierre Brossolette le 18 juin 1943, à Londres, : "Sous la Croix de Lorraine, le socialiste d’hier ne demande pas au camarade qui tombe s’il était Croix-de-Feu. Dans l’argile fraternelle du terroir, d’Estienne d’Orves et Péri ne se demandent point si l’un était royaliste et l’autre communiste. Compagnons de la même libération, le père Savey ne demande pas au lieutenant Dreyfus quels Dieux ont invoqués ses pères." Tout le reste n'est que posture idéologique et en matière de posture les souverainistes de Droite, comme de Gauche, sont des maîtres indépassables. La posture ne mène d'ailleurs qu'à une seule et unique chose : la crispation. Et lorsqu'on se crispe, c'est bien connu, on se dispute sur le sexe supposé des anges pendant que Constantinople tombe entre les mains des ordures ottomanes.

A chacun d'en tirer les conclusions qui s'imposent... je n'ai pas de leçons à donner.

Enfin bon... tout ça pour dire qu'en France, ce qui suit est interdit mais toléré... probablement par humanitarisme, bien entendu...

...et ce qui suit est parfaitement légal mais interdit, allez-y comprendre quelque chose !...

 

Elisabeth Lévy se demande, sur "Causeur" si le saucisson est, à tout hasard, anticonstitutionnel ?

N'hésitez pas à aller consulter les articles sur le site de RIPOSTE LAÏQUE... il existe encore une Gauche avec laquelle on peut parler n'en déplaise aux crispés de la Réacosphère...

 

 

19:04 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (9) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/06/2010

Merde d'artiste

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

« Il n’est pratiquement plus nécessaire, au stade ou nous en sommes arrivés, d’attaquer l’art dit contemporain et les prétendus artistes qui, par leur désoeuvrement leur nombre et leur aigreur, lui fournissent encore ce qu’ils croient être un semblant d’existence. Ceux-ci, désormais, se détruisent d’eux-mêmes en avouant leur soumission à l’ordre du néomonde, comme activité supérieure à celle d’artiste (sans doute aussi celle-là est-elle plus rentable que celle-ci) ; et ils pourraient tous, à quelque « discipline » qu’ils appartiennent, proclamer comme ce musicien d’un groupe breton : "Avant d’être des musiciens, on est des citoyens" ; Il suffit d’imaginer une phrase pareille dans la bouche de Mozart, de Rodin, de Giotto, de Haydn ou de Cézanne pour avoir de quoi rire jusqu’à l’an 3000 ; on peut très bien imaginer son équivalent, en revanche, dans la bouche d’un artiste réaliste socialiste de l’époque stalinienne. »

Philippe Muray, Après l’Histoire, Gallimard 2000

07:16 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/06/2010

Racines

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

« Journal allemand "Spiegel" : On pourrait vous opposer tout à fait naïvement ceci : qu’est-ce qu’il s’agit de maîtriser ici ? Car enfin tout fonctionne. On construit toujours davantage de centrales électriques. La production va son train ; Les hommes, dans la partie du monde ou la technique connaît un haut développement, ont leurs besoins bien pourvus. Nous vivons dans l’aisance. Qu’est-ce qu’il manque ici finalement ?

Martin Heidegger : Tout fonctionne, c’est bien cela l’inquiétant, que ça fonctionne, et que le fonctionnement entraîne toujours un nouveau fonctionnement, et que la technique arrache toujours davantage d’hommes à la Terre, l’en déracine ; Je ne sais pas si cela vous effraye ; moi, en tous cas, je suis effrayé de voir maintenant les photos envoyées de la lune sur la Terre. Nous n’avons plus besoin de bombe atomique ; Le déracinement de l’homme est déjà là. Nous ne vivons plus que des conditions purement techniques, ce n’est plus une Terre sur laquelle l’homme vit aujourd’hui…

Journal allemand "Spiegel" : Qui sait si c’est la destination de l’homme d’être sur cette Terre ?

Martin Heidegger : D’après notre expérience et notre histoire humaines, pour autant que je sois au courant, je sais que toute chose essentielle et grande a pu seulement naître du fait que l’homme avait une patrie et qu’il était enraciné dans une tradition… »

Martin Heidegger, Réponses et questions sur l’histoire et la politique, Mercure de France, 1988, p.45,47.


 

06:11 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook