Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2010

Zemmour et les pitbulls

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

"Ils dénoncent au nom de la morale, excommunient au nom de la tolérance et prétendent interdire au nom de la liberté. En général, pour nos maccarthystes de la gauche indignée qui passent leur temps à traquer le dérapage raciste, homophobe ou idéologique, un clou chasse l’autre. Hortefeux, Besson, Frêche et même Robert Ménard qui a commis les crimes d’avouer qu’il préfèrerait que sa fille soit hétérosexuelle et de dire qu’il ne se battrait pas pour éviter la peine capitale à Dutroux: la liste des infréquentables s’allonge chaque jour.

Seulement, maintenant qu’ils ont planté leurs crocs dans les mollets de notre confrère et ami Eric Zemmour, les pitbulls de la pensée correcte ne semblent pas décidés à le lâcher. Ces grands humanistes veulent sa tête. Rien de moins. Il est vrai que Zemmour charrie. Pour commencer, il refuse de participer au déni de réalité qui leur tient lieu de pensée. C’est ainsi qu’il a osé évoquer la surreprésentation des Français issus de l’immigration dans la population carcérale – un fait parfaitement connu. Vérité déplaisante précisément parce que c’est une vérité d’ailleurs. Mes aïeux, quel charivari ! La LICRA s’énerve, le CSA s’inquiète, les belles âmes vocifèrent en boucle, ses chers collègues trouvent que la liberté d’accord mais que quand même il exagère.

Par-dessus le marché quand il ne la ramène pas avec le réel rien que pour nous gâcher la vie, l’ami Zemmour a sur la plupart des sujets des opinions différentes de celles des gardiens de la doxa – et même parfois des miennes : sur l’IVG, il pousse le bouchon un peu loin à mon goût de femme libérée.

On peut ne pas partager les idées de Zemmour et même être choqué par elles. Justement, ses procureurs au tout petit pied emmenés par de supposés humoristes aussi indéboulonnables qu’ils se croient rebelles adorent l’impertinence. Ils devraient être ravis qu’on les choque.

Mais non : ils aiment la diversité en tout point sauf pour les opinions et adorent la liberté de penser à l’unique condition qu’on pense comme eux. Il faut les comprendre, les pauvres : toute expression d’une divergence leur rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Et après, ils digèrent mal.

Il faut saluer la rédaction et la direction de RTL – oui, je sais, j’y travaille, comme ça, les petits esprits pourront m’accuser de faire du gringue à mes patrons, ça les occupera. Bien que les propos de l’ennemi médiatique numéro un aient été diversement appréciées rue Bayard, la station affiche sa solidarité avec son chroniqueur. Dans ces conditions, les rumeurs de son licenciement par Le Figaro ne peuvent être qu’infondées. Imagine-t-on Etienne Mougeotte qui brave si courageusement le pouvoir se coucher devant la meute ? Pas un instant. Il est certain que Patrick de Carolis, également sommé de toutes parts de débarquer le trublion, ne se laissera pas intimider. Quant au CSA qui ne trouve rien à redire aux calomnies proférées chaque matin entre deux banalités par Stéphane Guillon ainsi qu’à pas mal d’autres crapuleries cathodiques, on ne le voit pas céder à la tentation de la censure.

Saluons également le CRAN (Conseil représentatifs des associations noires) qui a emporté hier le pompon de la dégueulasserie. L’association avait tenté de porter plainte contre le journaliste après que celui-ci avait, horresco referens, affirmé qu’il existe des différences entre les races – perso j’aurais parlé de cultures mais tout le monde a compris. Il se trouve que cette plainte a été déclarée irrecevable – une nouvelle qui, curieusement, n’a pas fait grand bruit. Mais cela n’a pas empêché l’association de féliciter Etienne Mougeotte pour sa courageuse et supposée décision de virer Zemmour et d’appeler ses autres employeurs à l’imiter. Quand le CRAN n’est pas d’accord avec quelqu’un, il n’imagine pas que l’on puisse argumenter. Virez-le ! Devant tant de panache, on reste sans voix.

Oui, il est rassurant de savoir qu’il existe encore des espaces de liberté. Blague à part, il est salutaire que s’expriment des voix comme celle d’Eric Zemmour. Ne nous y trompons pas. Avec sa liberté, c’est la nôtre qui est menacée."

Elisabeth Lévy, pour Causeur

21:57 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (21) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/03/2010

Tout blanc, tout noir ?

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Eric Zemmour en entrevue pour RCJ... et ne mâchant pas ses mots... ni les maux de sa communauté.

Trouvé via I Like Your Style...

10:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/03/2010

Un Mausolée pour le moustachu

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

L'ex-stalinien Jean Ferrat est mort... la France devrait lui dresser un mausolée, l'embaumer et qu'on arrête de nous les briser avec le "poète" moustachu.

Voyez ce qu'en dit XP et puis Didier Goux... ça tient largement la route et, en ce moment, mon énergie est prise ailleurs, thanx...

22:47 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/02/2010

Burqa tant de haine ?

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Niqab et Burqa vont être interdits... c'est heureux...

...mais que les défenseurs des drouâââdlome qui croient vivre au pays des bisounours se rassurent, le Hijab, lui, est autorisé.

19:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/02/2010

Islam : ce que l'Occident doit savoir

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Durée du film : 1h38min et 41secondes

 

Pour voir le film sur Google

19:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/01/2010

Homme, blanc et hétérosexuel

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

J'ai découvert ce texte sur ce site... Pas mal du tout... Vais suivre cette affaire de près. Allez-y jeter un oeil, pour l'instant il n'y a que deux articles. Les propos qui y sont tenus je les fais miens.

 

-----------------------------------------------------------

Déclinez votre identité

Homme, blanc et hétérosexuel. Ça commençe mal, je sais. Je fais partie de la catégorie des gens qui doivent s'excuser à peu près 24 heures par jour. Le souci c'est que j'aime pas m'excuser, moi. Au contraire. Je suis du genre à faire enrager les connards qui écoutent Tryo et les pétasses qui écoutent Yelle dès que j'ouvre la bouche.


Mais ce n'est pas tout. Parfois, lorsque je fais pleurnicher du gauchiste, je m'attire involontairement la sympathie des petits fils à papa - je les appelle des "Jean Sarkozy" - et autres militants UMP avec pull sur les épaules dont la réflexion politique globale se résume à "Les 35 heures ? mais quelle idée ignoble !". Enfer et damnation.

Et quand j'envoie chier toute cette faune républicaine, il reste les militants de l'extrême. Droite, bien entendu. Ce sont peut-être les pires de tous.

Je ne peux pas voir le catholique conservateur et sa moraline dégoulinante, celle qui fait qu'on écrase des pays entiers sous des bombes ou qu'on vous emmerde lors d'un dîner parce que vous avez dit que Sasha Grey vous faisait bander. Même pas, juste parce que vous avez dit "bander" en réalité. L'immonde ressentiment chrétien.

Un peu moins détestable, mais pathétique quand-même, l'identitaire fasciste. Ce mec qui ponctue chacune de ses phrases par "youpin" et qui en lisant un Céline antisémite et génial - dans cet ordre, c'est important - déduit qu'il est génial d'être antisémite. Et ça le plus souvent sans réellement lire Bardamu, en plus. Son style, ses jaillissements et ses fulgurances, sont insupportables au skinhead qui a besoin de trucs carrés, bien rangés, un Etat fort pour jouer le rôle que sa maman n'a su assumer autrefois.

Il y a aussi le type qui délire sur le "c'était mieux avant", l'intellectuel, celui qui pense que l'éternel retour nietzschéen c'est remonter dans des charettes pour pas polluer la planète, celui qui s'extasie devant la "virilité islamique", celui qui te mettrait au poteau pour avoir laissé couler l'eau en te lavant les dents, parce que lui il se lave le moins souvent possible, il pense aux africains, et il n'a pas de télé parce que ça rend con.

Et de l'autre côté il y a l'homme à la mode, le moderne, qui lui vit bien avec son temps et qui "ne voit pas le problème". Celui qui se sent bien dans le mouvement du progrès, qui tous les jours raconte ce qu'il fait sur Twitter via son Iphone, parce que Facebook c'est déjà
has been, celui pour qui entrer dans une église pour autre chose qu'un mariage ou un enterrement est inconcevable. Celui pour qui tout paysan qui aime sa terre est un pauvre con risible et tout ouvrier est méprisable.

Sans oublier l'ouvrier lui-même, qui ne mérite aucune forme de respect dû à sa classe sociale (quelle expression dégoutante déjà...), faut pas déconner. Le brave homme, le drapeau tricolore, la France qui se lève tôt, rien à foutre. La plupart de ces gens sont un tas de fumiers pas seulement stupides mais aussi vils, avides et lâches que n'importe quel étudiant en école de commerce, la seule différence étant leurs comptes en banque.

Tous ces gens n'ont rien en commun dans le fond, mais ce sont les mêmes. Leurs idées sont souvent opposées, mais ce n'est pas là que cela se joue. C'est à leur façon de parler, de rire, de pleurer, de baiser, d'aimer et de détester même. C'est la forme qui les trahit, et qui les réunit. On nous dit qu'il ne faut pas juger sur les apparences, mais il n'y a rien de plus faux. Il faut au contraire y attacher la plus haute importance, et si elles vous trompent c'est que vous n'avez pas bien regardé.

Apparemment, il est à la mode de décliner son identité. Alors je vais le faire ici, sur ce blog. Je vais écrire régulièrement ce qu'il se passe dans mon pays, dans ma rue, et même dans mon cerveau. Vous pourriez vous en foutre mais vous auriez tort, je suis extrêmement intéressant.

Je disais donc, je suis né homme, blanc et hétérosexuel. Je sais, ça commence mal.

-----------------------------------------------------------

Déclinez votre Identité

01:48 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/12/2009

Qui imposera sa loi, la République, ou la charia ?

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Certains de mes collègues blogueurs de la "réacosphère" se moquent bien des organisations du type de Riposte Laïque. Pourquoi ? Parce que c'est la République et que cela ne leur convient pas pour tout un tas de raisons que je ne vais pas développer ici. Et bien pas moi. Je me réjouis qu'une Gauche Républicaine et Laïque puisse, enfin, ouvrir les yeux face à l'Islam et à son projet de colonisation.

 

--------------------------------------------

Après la mission parlementaire, après la votation suisse, plus rien ne devra être comme avant

La mission parlementaire sur le voile intégral va en finir avec ses auditions. Constituée grâce à l’initiative du député de Vénissieux André Gerin, elle a auditionné, mercredi dernier, notre collaborateur Pascal Hilout, dont l’intervention, qui circule abondamment, a fortement marqué les esprits.

Nul doute que nos parlementaires ont découvert, pour beaucoup d’entre eux, une réalité qu’ils ne connaissaient pas.

Ce samedi, lors d’une réunion publique, à Vénissieux, André Gerin a eu des paroles très fortes, qui ont marqué l’assistance. Il a qualifié le voile intégral de face visible d’un iceberg beaucoup plus profond, affirmant que cette tenue insupportable pour la dignité humaine n’était que l’arbre qui cache une forêt inquiétante.

Il évoqua les émeutes de 2005, qui avaient touché 800 communes. 80 % des agressions des émeutiers visaient des symboles de la République, 300 écoles furent vandalisées ou brûlées. Il accusa les fondamentalistes d’avoir encouragé ces émeutes.

Il rappela que, selon le juge Bruguière, entre 1995 et 2001, 1.100 jeunes vivant en France étaient passé par l’Afghanistan. Il évoqua les attentats de 1995, le rôle de Khaled Kelkal, passé par les mosquées de la région lyonnaise. Il parla du fameux imam Bouziane, expliquant qu’il y en avait 8.000 comme cela en France !

Il affirma que le discours de victimisation était insupportable, osant dire que ce n’est pas parce qu’on est musulman qu’on est victime, en France. Il s’indigna du racisme anti-français qui se développe sur notre territoire, et du côté tabou de cette question. Il fit savoir qu’il souhaitait que la mission qu’il préside – qui n’a pas vocation à proposer un texte de loi – saura convaincre députés et gouvernement de la gravité de la situation, et de la responsabilité de l’Etat, pour prendre toutes les dispositions nécessaires pour réaffirmer les valeurs de la République, contre celles de la charia.

André Gerin finissait son intervention en évoquant l’ampleur du changement de notre pays, depuis 30 ans, et l’islamisation de la vie sociale qui s’installe, y compris dans nos entreprises, comme le témoignage de syndicalistes et de chefs d’entreprise, ce jeudi, l’a confirmé.


Vénissieux, samedi, 15 heures. De gauche à droite, Faiza Alami, Pierre Cassen, Michèle Picard, André Gerin, Michèle Vianès, Hubert Sage

A une tribune où siégeaient notre rédacteur en chef Pierre Cassen, Michèle Vianès, présidente de Regards de Femmes, Hubert Sage, président de l’ADLPF de la Vallée du Rhône, Faiza Alami, vice-présidente de Ni Putes Ni Soumises, et Michèle Picard, maire de Vénissieux, chacun sût gré au député de dire, sans tourner autour du pot, ni craindre les foudres du politiquement correct, d’exprimer, avec des mots simples, toute la gravité de la situation. Comme le fit remarquer, lors de son intervention, Pierre Cassen, la mission qu’il préside a suscité beaucoup d’espoir, chez les Français, et il serait catastrophique, pour l’image du politique, que « la montagne accouche d’une souris ».

Voyez : Intervention à Venissieux de M. Gerin

Si la situation est aussi grave que l’a décrite – avec raison - André Gerin, il faut des remèdes démocratiques qui soient à la hauteur de l’agression que les islamistes infligent à notre pays. Nous proposons à nos lecteurs de nous faire parvenir des idées de lois qu’ils mettraient en place, s’ils étaient les législateurs. Nous sélectionnerons les meilleures, si elles sont applicables et compatibles avec l’esprit républicain, pour les publier. Nous émettons par ailleurs des réserves sérieuses sur la tentation, évoquée par certains députés, de demander aux responsables de l’hypothétique « islam de France » de relayer les conclusions de la mission auprès des musulmans. Comme l’a dit Pierre Cassen ce samedi, comme le réaffirme Chantal Crabère dans une lettre adressée aux députés, la République n’a rien à demander à des ministres du Culte – parmi lesquels les plus réactionnaires venant d’Arabie Saoudite, du Maroc, d’Algérie… – elle doit se contenter d’être ferme, et de se montrer capable de faire respecter ses lois, ce qui n’est plus le cas depuis trente ans dans de nombreux territoires perdus.

Voyez : Intervention de Chantal Crabère

La votation des Suisses, la semaine dernière, a constitué un tsunami. Grâce à elle, la parole se libère. Battus dans les urnes, les élites et les commissaires politiques du politiquement correct se déchaînent dans les médias, et sur les plateaux de télévision, crachant toute leur haine sur les électeurs suisses. Ils ne leur pardonnent pas d’avoir osé dire, avec les moyens dont ils disposaient, un bulletin de vote, moyen le plus démocratique qui soit, ce que tout citoyen européen constate : l’offensive islamiste est de plus en plus insupportable, et elle constitue une menace effrayante pour notre civilisation et nos principes démocratiques.

Et pendant ce temps là, en France, comme si de rien n’était, des élus continuent à céder des terrains publics, via les baux emphytéotiques, pour une bouchée de pain. Il faut interdire les baux emphytéotiques, qui sont du détournement de bien public. Aucun débat ne semble à l’ordre du jour sur la symbolique des minarets. Aucune réflexion sur la pertinence des mosquées : sont-elles de simples lieux de prières, comme les autres ? Favorisent-elles l’intégration ? Grâce à elles, y a-t-il moins de femmes voilées, moins de fillettes voilées, moins de commerces communautaristes, moins de délinquance ? Ce sujet serait-il aussi tabou que le racisme anti-français ?

Et pendant ce temps là, nous avons un ministre de l’Intérieur qui, imitant son ami le Président de la République, renvoie dos-à-dos l’islamisme et l’islamophobie. Nous avons un ancien ministre de Lionel Jospin, Jean-Pierre Chevènement, qui ose dire qu’il préfère, sur la burqa, les recommandations du CFCM qu’une loi ! Et nous avons un autre ancien ministre de l’Intérieur, Daniel Vaillant, qui explique que les prières musulmanes dans les rues de Barbès seront légitimes jusqu’en 2013, date de la construction de la mosquée ! Comment s’étonner, avec de tels ministres de l’Intérieur, que trente ans de gouvernement UMPS ait donné un tel résultat ?

La France est à un carrefour de son histoire. Soit le gouvernement, et le Président de la République, enterrent les travaux de la mission parlementaire, à l’instar du rapport Obin sur l’Education nationale, et l’islamisation-colonisation de notre pays continuera de plus belle, jusqu’à une victoire sans combat, ou une guerre civile, autre issue possible…

Soit, suite à la mission parlementaire, et à la votation suisse, malgré les intimidations du landernau politico-médiatique, elle prend la mesure, à l’instar d’André Gerin et de beaucoup de députés de la mission, de l’ampleur du désastre de ces trente dernières années. Elle se montre enfin capable d’écouter Ayaan Hirsi Ali, ou Bat Ye’Or, dont nous publions une interview exclusive, grâce à Paul Landau.

Voyez : Entretien avec Bat Ye'Or

Elle change alors de cap à 180°, et elle mobilise tout le pays, autour des valeurs de la République. C’est naturellement cette deuxième hypothèse que notre journal soutiendra, tout au long des prochaines semaines. Nous savons que RL est lue par de nombreux députés membres de la mission. Nous comptons sur nos rédacteurs, mais aussi sur nos lecteurs, pour faire des propositions, que nous publierons avec plaisir dans nos prochains numéros. Peut-on encore sauver la République face à l’islamisation de notre pays, peut-on encore sauver la laïcité, face au cancer communautariste ? Qui imposera sa loi, la République, ou la charia ? Y a-t-il encore un pilote dans l’avion laïque et républicain ?

Certains collabos, dont de nombreuses élites de droite comme de gauche, ont choisi la charia.

Nous c’est la République, une et indivisible, avec le peuple, contre le fascisme islamiste…

--------------------------------------------

Signez la pétition contre la Burqa et le voile...

Source : Riposte Laïque

22:53 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/12/2009

Je suis un Suisse

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Née en 1941, Wassyla Tamzali a été avocate à Alger puis directrice des droits des femmes à l'Unesco. Elle milite dans le mouvement féministe maghrébin. Elle a publié, en 2007, chez Gallimard, Une éducation algérienne. Là elle publie Une femme en colère - Lettre d'Alger aux Européens désabusés (Gallimard).

Dans "Une femme en colère", vous vous demandez si le féminisme laïc a rempli son rôle historique.

Depuis plus d'un siècle des penseurs, des intellectuels, des féministes tentent de montrer que, sans renier l'islam, on peut arriver à des attitudes différentes de celles qui ont cours. Un constat de mon livre, c'est que ce travail n'a pas eu de prise sur l'intérieur même du problème. D'où mon intérêt pour l'apparition en force de ces femmes qui se battent en restant dans le giron de la religion, et ma question : "Le féminisme laïc a-t-il fait son temps ?" Mais c'est une figure de style.

Je suis, et je reste, ancrée dans une culture universaliste. Le féminisme maghrébin auquel j'appartiens a été porté par les mouvements de décolonisation avec la participation massive des femmes, et, quels que soient les résultats, ces mouvements parlaient de liberté et d'égalité.

Vous êtes pessimiste sur la situation des femmes aujourd'hui. Croyez-vous vraiment que les avancées sociales soient de simples réaménagements du système patriarcal ?

Si les réformes sociales sont la seule solution, oui. Que penser du travail si les femmes sont de plus en plus obligées de se voiler pour aller travailler ? La culture du harem a pris possession de la rue, ce n'est pas la modernité qui est entrée dans les maisons ! Prenons l'éducation, qui est la panacée des réformateurs. A travers l'éducation religieuse dans les écoles on enfonce dans la tête des petits que la domination des femmes est voulue par Dieu.

Notre tradition méditerranéenne n'a peut-être pas inventé la domination des femmes, mais le système familial le plus efficace pour la maintenir vivante assurément. Les Etats modernes postcoloniaux ne nous ont pas libérées de la "République des cousins", pour reprendre Germaine Tillion. Même le texte coranique n'est pas arrivé à bout de la morale sexuelle méditerranéenne. Le Prophète de l'islam avait pourtant ouvert une brèche dans la domination masculine séculaire. L'homme et la femme, créés en même temps, sont chassés du paradis pour une faute commune : "Vous continuerez à vous battre jusqu'à la fin des temps." Ça n'a pas duré longtemps, avec le temps les exégètes ont rétabli l'idée d'une femme diabolique et dangereuse, d'où l'idée de l'enfermer.

Aujourd'hui nous sommes confrontés à un vaste chantier d'endoctrinement sur l'infériorité des femmes mené par des savants, par l'école, les télévisions par satellite, les cassettes audio, les prêches des mosquées, les milliers d'imams autodidactes, et des stars médiatiques. Alors quand, ici, à Paris, on me parle de liberté et de choix de se voiler, je souris.

La question de l'égalité est une question éthique ; elle doit être abordée sur le plan des principes et pas par des réformes sociales. D'où la nécessité de la laïcité, elle seule peut renverser les rapports d'oppression dont souffrent les femmes et les hommes dans les sociétés musulmanes ; seule la laïcité peut conduire à l'émergence d'une conscience moderne musulmane.

La manière dont ce débat est posé en France fait, selon vous, que les féministes elles-mêmes ne mettent plus l'égalité au centre de leurs préoccupations.

Certaines féministes, dont les discours confortent les antiféministes. Elles rejoignent une frange de l'intelligentsia de gauche qui pense qu'on ne peut plus changer le monde et qu'il faut l'accepter comme il est. Aujourd'hui on veut dialoguer avec tout le monde, on balaye toutes les difficultés et on cache la poussière sous le tapis pour avoir la paix. On ne veut pas aborder les questions de fond. On semble tout accepter dans un mouvement de fraternité retrouvée mais, en réalité, c'est pour mieux contrôler la planète.

Notre époque est celle du dérapage contrôlé. Ce sont les femmes qui payent, et les féministes que l'on envoie au casse-pipe se battre contre des bouts de chiffon. Le voile, la burqa sont des leurres sur lesquels nous nous épuisons. Nous sommes réduites à des combats ridicules, alors que le fond est grave. Qui s'intéresse au fond des choses ?

Qu'avez-vous envie de dire aux filles, qui, en France, revendiquent le port du voile ?

Qu'elles sont tombées dans un piège. Certaines se sont voilées par jeu, par provocation, mais aussi par rébellion contre l'ordre dominant, trouvant là une définition de la liberté. J'ai envie de leur dire qu'on ne peut pas exprimer sa liberté en se jetant pieds et poings liés dans une culture dont l'objectif est la domination des femmes.

Les mouvements des années 1970 ont été le rejet de toute identification. Aujourd'hui, on ne se lève que pour revendiquer son identité et, en général, une identité de victime ; exemple, les Indigènes de la République, les prostituées... Face à quoi on nous demande d'abandonner l'idée que l'histoire va dans le sens de l'émancipation des femmes et de l'égalité pour tous.

Nous serions des ringardes, et les femmes voilées représenteraient le futur né des couches de la liberté, et de la décolonisation. Elles aident à la démocratie réelle et nous entretenons des conflits de culture entre les peuples !

Vous êtes également critique à l'égard de l'islam modéré.

L'islam modéré est un concept politique. Il concerne les appareils politiques, il relève de la tactique politicienne et ne m'est d'aucune aide, je dirais même qu'il est dangereux. Ce qui m'intéresse, c'est de m'interroger avec ceux qui partagent mon histoire, mes inquiétudes comme mes espoirs, sur ce qui fait peur aujourd'hui dans l'islam. Et d'abord en parler avec les musulmans.

Ils sont nombreux à rejeter l'islamisme sous toutes ses formes. Je voudrais leur dire qu'au lieu de voir dans le débat sur la burqa les signes du racisme, ils devraient dire qu'ils refusent la burqa et que c'est abject de vouloir mettre les femmes dans cette posture. Une grande manifestation dans ce sens aurait changé la face du problème, dont la clé est entre les mains des musulmans silencieux, et de leur courage de dire ce qu'ils pensent. Ces musulmans existent, ils sont très nombreux, mais pour l'heure leur musique est ténue, faible, elle n'intéresse pas les médias.

Comment expliquez-vous qu'au Maroc, en Algérie, en Tunisie, des femmes intellectuelles décident de se voiler ?

On évoque plusieurs raisons, et j'en vois plusieurs, comme la recherche d'une honorabilité, une bonne conduite, l'affichage de sa soumission pour attirer les hommes, etc. Mais je veux dire ici que l'explication religieuse ne me convainc pas, j'ai vécu l'islam dans ma famille où les femmes et les hommes pratiquaient leur religion sans avoir besoin de tous ces signes. Je crois plutôt que la raison principale est que le voile est vécu comme un rempart contre la violence sexiste, symbolique ou exprimée.

Il y a des écoles et des universités, des lieux, en Algérie, où l'on ne peut plus être dévoilée. En arabe algérien on dit qu'une femme dévoilée est nue, ce qui en dit long. C'est un rempart illusoire ; dans mon livre je montre l'escalade de la violence dans les rues arabes où il y a de plus en plus de femmes voilées.

Vous dites que même où l'islamisme politique n'a pas triomphé, l'islamisation des moeurs est en train de gagner.

Oui. Désormais, l'islamisation des moeurs triomphe, elle s'étend sous la bonne garde de la violence islamique qui n'est qu'endormie. Je ne me fais pas d'illusion. Mais je suis une irréductible optimiste. Les "bonnes musulmanes" qui se battent dans le giron de la religion sont la preuve que le phénomène d'oppression ne peut durer éternellement. Et aussi parce que de notre côté, nous, féministes laïques, nous sommes toujours mobilisées, avec les hommes et les femmes de nos pays qui ont, malgré tout, le goût de la liberté.

 

Source de l'entrevue, Journal Le Monde (Thanks à Jc)

--------------------------------------------

Reprenons deux ou trois choses...

Qu'avez-vous envie de dire aux filles, qui, en France, revendiquent le port du voile ?

Qu'elles sont tombées dans un piège. Certaines se sont voilées par jeu, par provocation, mais aussi par rébellion contre l'ordre dominant, trouvant là une définition de la liberté. J'ai envie de leur dire qu'on ne peut pas exprimer sa liberté en se jetant pieds et poings liés dans une culture dont l'objectif est la domination des femmes.

(...)

Vous êtes également critique à l'égard de l'islam modéré.

L'islam modéré est un concept politique. Il concerne les appareils politiques, il relève de la tactique politicienne et ne m'est d'aucune aide, je dirais même qu'il est dangereux.

(...)

Vous dites que même où l'islamisme politique n'a pas triomphé, l'islamisation des moeurs est en train de gagner.

Oui. Désormais, l'islamisation des moeurs triomphe, elle s'étend sous la bonne garde de la violence islamique qui n'est qu'endormie.

A la lecture de ces propos scandaleux (dignes de LE PEN ou DIEUDONNE), nous devrions nous méfier de cette Wassyla Tamzali, car ce doit être une dangereuse fasciste et raciste puisqu'elle s'en prend à la religion et à la culture des... euh... immigrés. Vous rendez-vous compte, elle ne différencie pas l'"Islamisme" de l'"Islam", elle condamne le voile, parle d'"islamisation des moeurs" ! La Démocrassie est menacée...

Je tiens à signaler la présence d'autres fascistes/racistes très dangereux pour la démocratie :

Malika Sorel

Abdelwahab Meddeb

Taslima Nasreen

Salman Rushdie

Chahdortt Djavann

Rosnert Ludovic Alissoutin, docteur en droit sénégalais

Rosnert Ludovic Alissoutin, docteur en droit sénégalais encore... pour une deuxième Salve...

Steinar Lem, un homme de Gauche Norvégien

Nicolai Sennels, un éducateur de jeunes en prison de Copenhague

Les Gauchistes de Riposte Laïque qui sont pour une République Sociale...

La Gauche de La Luette

Le Courageux Messaoud Bourras menacé de mort par les islamistes et par sa propre famille...

Messaoud Bourras qui à la question " Chahdortt Djavann dénonce la poussée islamiste en Europe, qu'elle définit clairement comme une « colonisation ». Êtes-vous d'accord avec ce terme ?" a le culot de répondre :

"L'islam est par essence impérialiste. Dès lors que des musulmans se retrouvent nombreux sur un territoire, ils ne se trouvent plus en situation d'émigration. Ils ne sont plus dans ce qu'on appelle la dar al-sohl, c'est-à-dire l'espace de contrat entre le monde de l'islam et l'Europe.

L'Europe devient pour les musulmans, terre d'islam, dar al-islam. L'affaire du voile est la traduction opérationnelle de cette notion de «terre d'islam » qui signifie que les musulmans qui vivent en France ont le droit de revendiquer l'application les règles de la loi islamique, la charia."

Bref... tous de très dangereux racistes et fascistes, y'a pas de doutes...

D'ailleurs si vous allez sur ce site consacré à Chahdortt Djavann vous trouverez dans sa colonne de droite une liste de très dangereuses racistes et fascistes dignes des heures les plus sombres de notre histoire, vous savez, celles-là même qui font frémir les défenseurs des barbus de toute la terre... des femmes nées dans l'Islam et qui savent pourquoi elles le condamnent...

...ainsi que dit Ayaan Hirsi Ali ? Des choses comme celles ci :

«Il n’y a pas de cohabitation possible entre l’islam et l’Occident».

«Le multiculturalisme est une théorie inconsistante»

«Le Prophète a demandé la main d’une petite fille de 6 ans et le mariage a été consommé quand elle a eu 9 ans. C’est ce qu’on appelle un pédophile.»

«L’Occident a essayé différentes manières de convertir, assimiler et séduire les Musulmans vers la modernité. Aucune de ces approches n’a réussi. Pendant ce temps, notre vénération pour la raison fait de nous des proies faciles pour un prédateur sans pitié, malhonnête et extrêmement agressif.»


Ayaan Hirsi Ali

 

Bon, mon cynisme ne risque pas d'être compris, aussi vais-je redevenir sérieux, faut pas déconner non plus, hein ?

Et qui défend les barbus ? Des politicards comme notre Daniel Cohn-Bendit. Franchement, si on ne l'avait pas il faudrait l'inventer notre rouquin franco-allemand, tellement sa bêtise est édifiante. Ainsi dans une interview publiée le mercredi 2 décembre sur le site LeTemps.ch, au lendemain de la votation suisse qui a eu le culot de dire "non" aux minarets, on pouvait lire toute la fureur du gôchiste qui a déjà la bonne couleur en cas de soumission à l'Islam, j'entends le Vert, que c'en était délicieux. Un sacré paquet d'âneries stalinistes, comme me le signalait mon pote JC :

Le Temps : Partie de Suisse, la question de l'interdiction des minarets déferle maintenant sur le reste de l'Europe. Est-il normal de se la poser après le vote helvétique ?

Daniel Cohn-Bendit : Cette question des minarets est un piège. Un piège parfait. Quoi qu'ils disent, les promoteurs de l'initiative visant à interdire la construction de nouveaux minarets s'en prennent à un symbole de l'islam et des musulmans. Or cet amalgame est non seulement insupportable, mais inacceptable: la démocratie directe ne doit pas être le prétexte pour s'en prendre à une communauté et la blesser. La limite démocratique est à mes yeux franchie. Je suis pour une démocratie directe "encadrée" par une Constitution qui ne permette pas de voter sur n'importe quoi. Une votation comme celle des minarets, qui cible une communauté en particulier, restera une tache noire sur la réputation de la Confédération. Pour l'effacer, les Suisses n'ont qu'une solution: se mobiliser et revoter.

Mais le peuple Suisse s'est exprimé…

Daniel Cohn-Bendit : Et alors ? Les Suisses ont voté comme le feraient sans doute une bonne partie des Européens: avec l'angoisse vis-à-vis de l'islam rivée au corps, avec en tête les images des attentats-suicides au Pakistan et en Afghanistan. Il y a en plus eu, en Suisse, l'affaire du fils Kadhafi. C'est toute la difficulté de l'islam, dont la réalité est aujourd'hui défigurée par des petits groupes extrémistes ultra-violents. Mais cela n'excuse rien car, pardonnez-moi, la Suisse nous a dans l'histoire habitués à ce genre d'attitude. Je pense évidemment à la Seconde Guerre mondiale. La Suisse n'a alors eu aucun problème à sacrifier ceux qui butaient contre ses frontières et demandaient l'asile. Le problème helvétique, c'est cet égoïsme des riches que l'on retrouve aussi en Italie du Nord. On a vu combien de temps il a fallu à vos concitoyens pour que leur pays devienne membre de l'ONU! Cet égoïsme s'est traduit dans la votation de dimanche: on veut bien que des musulmans vivent et travaillent en Suisse. Mais à condition qu'ils se taisent et repartent un jour.

Quelle riposte adopter alors ?

Daniel Cohn-Bendit : La plus formidable des ripostes – mais je rêve – serait que les plus riches des pays musulmans retirent leur argent des banques suisses. Vider les caisses de la Confédération: voilà ce qu'il faudrait! Que l'Arabie saoudite ou les Emirats arabes unis désertent votre place financière. Voilà ce qui marcherait. On l'a bien vu avec les pressions exercées par le fisc américain dans l'affaire UBS. Si cette votation a des conséquences économiques, alors les Suisses comprendront.

Et la classe politique helvétique ? Et le gouvernement ?

Daniel Cohn-Bendit : La priorité de l'élite politique suisse hostile à ce vote doit être de remobiliser la population en vue d'un nouveau référendum. Ce sera dur, et alors? Capituler devant cette angoisse populaire serait une défaite pour tous les démocrates. Le moment est venu d'un grand débat en Suisse sur le sujet de l'immigration. La Suisse ne doit pas se laisser ligoter par cette décision populaire jusqu'à la fin des temps.

Comment doit réagir l'UE ? Que pensez-vous de l'intention des Verts suisses de déposer un recours auprès de la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg ?

Daniel Cohn-Bendit : Cette interdiction des minarets, indigne à mes yeux, ne peut pas être ignorée par l'Union. Il faudra poser la question. On ne peut pas continuer les relations bilatérales comme si de rien n'était. Le Parlement européen, doté de nouvelles compétences par le Traité de Lisbonne, devrait d'ailleurs très vite interroger à ce sujet la nouvelle haut représentante de l'UE pour les Affaires étrangères, lors de son échange de vues prévu mercredi avec les eurodéputés. Si elle défend, comme elle le doit, la liberté de religion en Europe, Catherine Ashton doit prendre position contre cette interdiction des minarets en Suisse.

--------------------------------------------

La différence essentielle entre les gôgôs gôchistes et les gens dotés de bon sens, c’est que les deuxièmes se réjouissent lorsqu’un immigré parvient à s’intégrer, par-delà la grammaire et qu’il parvient à éprouver la France dans sa poitrine, organiquement, sensuellement, comme une femme… L'ami XP a dit une fois : “Si vous avez besoin de vous armer de volonté pour vous décider à prendre telle femme pour amante, s’il vous faut retourner dans tous les sens votre for intérieur pour vous convaincre de vos sentiments, et même, s’il vous faut penser que vous l’aimez pour voler vers elle, alors, c’est que la dame n’est pas pour vous…” Si nous mettions tous nos sympathiques “Chances pour la France” devant cette évidence, il réaliseraient par eux-mêmes qu’il n’auraient pas à retourner dans tous les sens leur for intérieur pour se convaincre de leurs sentiments vis-à-vis de ce pays. Quant aux citoyens de cette République (ou ce qu'il en reste), ils comprendraient, alors, que la seule chose qui a cours en ce moment même, c’est notre assimilation à nous. Les deuxièmes, donc, se réjouissent lorsqu’un immigré parvient à cet acte de Foi, car c’en est un, vous pouvez me croire, je sais de quoi je parle, mais les premiers (nos chers gôgôs gôchistes donc) considèrent le cas réussi comme un cas d’école reproductible… et sans limite de reproduction. En ce sens, cette démarche épouse tous les contours du Totalitarisme car elle fait croire que ce qui est exclusif, rare (et donc précieux), possible dans l’exceptionnel serait généralisable pour le plus grand bien du peuple. Il suffit de repenser à cette citation de Marx où notre barbu autoritaire rêve d'"Une société créant les conditions économiques, politiques, culturelles, pour que chaque enfant portant en lui le génie de Mozart ou de Raphaël puisse devenir Raphaël ou Mozart.” (Idéologie allemande, IX, 14)
Je ne veux pas foutre la merde chez nos lecteurs marxisants, mais sous l’ancien Régime, la Volonté de faire émerger une aristocratie digne de ce nom était toujours présente, en particulier chez les aristocrates de lignée ancienne, précisément ceux qui avaient versé leur sang sur les champs de batailles qui ont contribués à façonner et à protéger notre pays, ils aimaient le courage, le talent, la vertu (tout ce qui découle de l’ "Areté" grecque), le sens du sacrifice, et nos castes n’étant pas imperméables, comme celles de l’Inde, par exemple, il n’était pas exclu qu’un enfant issu du peuple, mais repéré par un Seigneur, en vienne à recevoir l’éducation qui lui aille et se fasse peintre, sculpteur ou chevalier, moine ou travailleur de la pierre, bref, ait accès à des métiers nobles. En tout cas, ça nous préservait des Gardiens de Vaches à Diplômes…

 

Totalitarisme, disais-je :

– Nos dirigeants, ô combien aimés, nous mentent en nous faisant croire que seule une poignée d’individus fout la merde, alors que même ceux qui ne foutent pas la merde refusent simplement de s’intégrer et oeuvrent, d’une manière ou d’une autre, à nous assimiler nous. Par exemple, ils donneraient bien leur fille à épouser à un français de souche… mais à condition que celui-ci se convertisse à l’Islam.

– Nos dirigeants, que la Gloire soit sur eux, mentent aux populations d’origine étrangère en leur faisant croire qu’elles sont aussi, d’une manière nouvelle, françaises. Ce qui est faux. Mais elles parviennent à y croire jusqu’à une certaine mesure : celle qui leur permette d’en tirer avantage.

– Nos dirigeants estimés, puissent-ils dominer le Ciel lui-même, interdisent la moindre critique à propos de cet état de fait, vouant aux gémonies le moindre individu qui ose décortiquer leurs postures démocrassouillardes en le clouant aux murs de cadavres des “zeur-lé-plu-sombre-deuh-notre-histouare” en l’assimilant à un fasciste, et toutes autres joliesses de cet acabit, qui en viennent à supprimer tout échange et dialogue possible avec les crétins qui bavent et répètent leurs slogans “drouadlommistes” en nous accusant, nous, d’avoir recours à des slogans.

Bref, c’est bô comme un lavabo…

Si on considère le résultat de ce référendum, que remarque-t-on ? Tout d'abord, le parti qui en est à l'origine, l'Union Démocratique du Centre, est bien entendu Conservateur, économiquement Libéral, et indiscutablement Souverainiste. Voilà qui lui suffit à être catalogué à l'Extrême-Droite, alors, que je sache, bien qu'existant depuis le début du XXème Siècle, ce parti ne s'est compromis ni avec le Reich allemand, ni avec le pays de Mussolini, vous savez, lors des zeurléplusombredeuhnothistouare. De plus, les suisses fonctionnent sur la base de la Démocratie Directe, cette même Démocratie Directe tant "désirée" par nos aparatchicks de Gôche qui en voient, ici, les limites, et de ce point de vue, l'entrevue avec Dany le ROUGE Vert montre très bien à quel point ce type se fout de notre gueule. Les âmes sensibles auront beau chantonner que le terme "Gauchiste" n'a plus lieu d'être, dans cette Interview, Dany le ROUGE Vert se démasque sans même s'en rendre compte.

"Cette question des minarets est un piège. Un piège parfait. Quoi qu'ils disent, les promoteurs de l'initiative visant à interdire la construction de nouveaux minarets s'en prennent à un symbole de l'islam et des musulmans. Or cet amalgame est non seulement insupportable, mais inacceptable: la démocratie directe ne doit pas être le prétexte pour s'en prendre à une communauté et la blesser."

Magnifique. Il faudrait lui demander combien de fois il s'en est pris, avec une verve et une ferveur des plus nauséabonde, à la Catholicité, dans ses pamphlétaires admonestations, au cours de sa triste carrière politicarde, et insister en lui demandant si, à tout hasard, ça n'est pas s'en prendre à une communauté et la blesser. Hein ? Avec, tout de même, une différence de taille : la Catholicité a façonné le pays dans lequel il a fait son pétard mouillé sa révolution manquée, dans chaque village de France on trouve quoi ? Une Mosquée peut-être ? Une église. Cette Terre s'est forgé sur cette Foi, et cette Foi s'est laïcisée au cours du Temps pour donner la République que nous connaissons et qui faisait encore sens jusque dans les années 70. Depuis... c'est la débandade et nos couilles se sont enfouies dans leurs coquilles. Je ne sais pas... je l'imagine très mal, Dany le ROUGE Vert, en train de défendre les clochers de nos églises comme il défend, avec cette colère qui le caractérise tant, les minarets islamiques.

"La limite démocratique est à mes yeux franchie. Je suis pour une démocratie directe "encadrée" par une Constitution qui ne permette pas de voter sur n'importe quoi. Une votation comme celle des minarets, qui cible une communauté en particulier, restera une tache noire sur la réputation de la Confédération. Pour l'effacer, les Suisses n'ont qu'une solution: se mobiliser et revoter."

Splendide ! Un peuple qui exprime un sentiment, voilà que cette sinistre crapule ne veut pas l'entendre. La Démocratie est limitée, à ses yeux, aux limites de ce que lui supporte. Sait-il l'état des chrétiens en monde arabe ? Il devrait se renseigner un peu. Et puis vouloir une "Démocratie encadrée", c'est déjà ne plus vouloir de Démocratie du tout. Ou c'est vouloir un semblant de Démocratie qui n'en n'est plus une.

De plus, ce référendum dépasse, de loin (+ de 57% de "OUI" à l'arrêt des minarets) les clivages politiques. Personne ne me persuadera que 57% des suisses sont "racistes". Par contre, JC, tes propos vis-à-vis des suisses sont "limites" ! Ho ho ho ! Mais ça n'est pas le "politiquement Incorrect" que je suis qui vais te le reprocher. ;-) Non, le résultat de ce référendum dépasse de loin les clivages politiques. Si 57% de personnes se sont prononcées CONTRE LES MINARETS, c'est pour une raison bien simple : le suisse veut être maître chez lui. C'est la moindre des choses.
Tant que nos Gôgôs Gôchistes ne réaliseront pas qu'une Nation c'est comme une maison sauf que ce sont des millions de personnes qui l'ont construite sur des générations et des générations, ils laisseront tout le monde et n'importe qui venir s'installer chez nous et avoir des exigences que, nous, nous ne nous permettrions pas d'avoir en Arabie ou n'importe où ailleurs. Si vous m'invitez chez vous, je vais faire preuve de reconnaissance, je vais m'adapter et vais respecter votre demeure. Si je me mets à coller le drapeau Serbe au mur de votre salon, que j'exige de votre part que vous me fassiez de la bouffe sans présence animale (viande, oeufs, lait, fromage) les mercredis et les vendredis, sous prétexte que je jeûne ces jours-là, que je ne ferais pas le ménage ou la vaisselle 40 jours avant Noël et 40 jours avant la Pâque (sous prétexte de "fatigue" à cause des jeûnes), mais si, par dessus le marché, j'exige de votre soeur que je voudrais épouser qu'elle se convertisse au christianisme orthodoxe et que je passe mon temps à exiger de vous que vous vous adaptiez à moi alors que c'est vous qui me recevez et non l'inverse, j'espère bien... que vous me foutez dehors !!!!

"Les Suisses ont voté comme le feraient sans doute une bonne partie des Européens"

Bien entendu... si nos politiciens avaient des couilles, ils feraient des référendums pour chaque décision importante et les résultats surprendraient tout le monde. C'est bien ce qui les emmerdent, fussent-ils de Gôche ou de Drouâte. Quand le bon sens fait acte de présence, pas mal de leurs décisions volent en éclat. C'est curieusement ce pays, la Suisse, sujet à pas mal de moqueries, qui fait preuve de beaucoup de tolérance, en matière de haschisch par exemple, et qui désire conserver sa tolérance et pas laisser se promouvoir les premiers crétins barbus venus se comporter comme des conquérants et dressant leurs minarets vers le ciel sur un sol chrétien, démocrate et tolérant. On aurait des leçons à prendre, nous les franchouillards qui sommes, paraît-il, tellement attachés à la Liberté.

"Capituler devant cette angoisse populaire serait une défaite pour tous les démocrates."

Ah bon !!!!???? Une expression démocratique serait une défaite de la Démocratie ? Pauvre naze.

"Le moment est venu d'un grand débat en Suisse sur le sujet de l'immigration."

Alors celle-là c'est franchement la meilleure. La Suisse aurait besoin d'un débat à ce sujet, mais pas toute l'Europe ! Et surtout pas la France, une des directions privilégiées pour l'immigration en raison de son haut niveau d'Aides diverses et de Protections Sociales de toutes sortes et, surtout (car le problème est là) très faciles à obtenir par le premier péquin venu. C'est risible, mais si vous avez de la place, dans votre maison, pour recevoir avec dignité, mettons 10 personnes, vous n'allez pas en recevoir 20 et, de même, vous n'allez pas recevoir des personnes sans les avoir choisies, surtout si aussitôt rentrées chez vous, vous leur donnez les clefs de la maison, l'accès à votre compte bancaire et la possibilité de faire venir, chez vous (!!!), qui elles veulent. Bref, vous allez vite vous retrouver incapables de faire la loi chez vous et avec un peu de chance, les personnes en question, lassées par vos états d'âme, finiront-elle par vous foutre dehors sans vous casser la gueule, mais j'en doute, à mon avis elles vous casseront la gueule. Bref, s'il y a bien un débat que l'Europe entière se devrait d'avoir c'est celui de l'immigration. Les Suisses, d'une certaine façon ce référendum le prouve, ont déjà commencé par l'avoir... par urnes interposées. Et lorsque Dany le ROUGE Vert a l'outrecuidance d'exiger de souhaiter un débat à propos de l'immigration en Suisse c'est insulter les Suisses en faisant mine d'ignorer qu'en amont de leur décision démocratique d'interdire les minarets sur leur territoire le débat a, bien entendu, eu lieu. N'allez pas croire que la Suisse soit une dictature bananière où l'on n'a pas le droit de s'exprimer et que leurs campagnes croulent sous des masses de bourgeois moisis à la mentalité rustique. Toutes les tendances politiques sont représentées chez eux et c'est tout à leur honneur que le référendum y soit pratiqué depuis 1874 (!!!) et l'initiative populaire depuis 1891. Alors en matière de Liberté et de Démocratie, la Suisse n'a de leçons à recevoir de qui que ce soit. Si avec plus d' 1 600 000 étrangers sur une population de 7 700 000 habitants les suisses en viennent à se poser des questions sur le taux d'immigration supportable ou non, je pense pour ma part, et très sagement, que ça les regarde car ils sont chez eux. Que je sache, ils n'ont pas lancé encore de pogroms à l'encontre de la population musulmane, ni interdit la construction de mosquées, et encore moins interdit la pratique de l'Islam. Vous aurez remarqué que les médias se déchaînent sur eux comme si c'était le cas. C'est un délice sans nom que de se voir traiter d'extrêmiste par ces gens qui se font des acidités gastriques dans leurs convictions de bisounours. Dans leur vision binaire du monde ils sortent leur revolver dés que certains signes de souveraineté libre et altière apparaissent, comme Goebbels sortait le sien quand il entendait le mot "Culture". Inutile de dire que l'instinct "réactionnaire" se trouve, ici, non pas chez les suisses, mais chez nos démocrassouillards qui ont le toupet de voir des "fascistes" partout où leurs idées n'ont pas le vent en poupe.

Pourtant, en France, des Républicains, des laïcs convaincus et, par dessus le marché, des gens de gauche commencent à se poser de sérieuses questions à ce sujet., j'en avais déjà parlé ici-même. Si nous avions, comme les suisses, des possibilités d'initiative populaire, il y a longtemps que ce sujet, comme d'autres d'ailleurs, aurait été porté devant les citoyens français qui ont le droit de dire "NON" s'ils le souhaitent à la Burqua, au Niqab et autres voiles, ou de se prononcer à propos la construction de mosquées avec minarets ou pas, à propos d'une régulation plus grande de l'immigration ou pas, à propos de la légalisation du Haschisch ou pas, du retour du service militaire ou pas, et si oui selon quelles conditions, à propos de la réforme ou pas de l'enseignement supérieur, etc... etc... etc... La dernière fois que je le signalais à quelque thuriféraire de la démocratie, celui-ci me fit remarquer que si on faisait comme les suisses nous serions constamment en débat politique et en "campagne" pour un "oui" ou pour un "non". Mais bande de branlos ! C'est ça la Démocratie authentique. C'est ça le principe même de la République telle qu'elle fut rêvée par les penseurs du XVIIIème Siècle, dit "Siècle des Lumières", que le Citoyen soit constamment engagé, et pleinement engagé, dans sa citoyenneté. Mais le gôgô gôchiste français à encore et toujours des difficultés drastiques pour se responsabiliser et penser par lui-même, prendre des décisions concrètes à propos de sa vie de tous les jours. Il préfère, et de loin, juste avoir à voter pour des instances personnifiées par une tronche (Sarkozy, Ségolène, Le Pen) certes, mais finalement désincarnées. Il veut être câliné le gôgô gôchiste, il veut être pris en main, comme par une vieille pute qui s'y prend mal mais qui sait toujours y faire.

En matière de Liberté la Suisse n'a pas à recevoir de leçons de la France, pas même de l'Europe de Bruxelles cette authentique catin.

23:44 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/10/2009

Afrique, bite des noirs et course vers la mort...

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

Pascal Sevran, paix à son âme, avait remué la merde à cause de ce passage tiré de son livre Le Privilège des Jonquilles paru au début de l'année 2006 : « Des enfants, on en ramasse à la pelle dans ce pays (le Niger) -est-ce un pays ou un cimetière ?- où le taux de fécondité des femmes est le plus élevé du monde, neuf enfants en moyenne par couple. Un carnage. Les coupables sont facilement identifiables, ils signent leurs crimes en copulant à tout va, la mort est au bout de leur bite, ils peuvent continuer parce que ça les amuse, personne n’osera leur reprocher cela, qui est aussi un crime contre l’humanité : faire des enfants, le seul crime impuni. On enverra même de l’argent pour qu’ils puissent continuer à répandre, à semer la mort. »

Vous vous souvenez ? Toute la meute de chiens s'était jeté sur lui, espérant le mettre en pièces. Or, voici ce qu'en pense Rosnert Ludovic Alissoutin, sénégalais, dont j'avais déjà mis en ligne un article il y a deux jours :

« (…) Parmi les africains pauvres, ce sont les plus démunis qui font le plus d’enfants. Il est courant, voire trivial, de voir une femme à peine dotée d’une alimentation équilibrée, faire, sur des années successives, sept, huit, neuf et parfois dix enfants, mettant en péril sa propre vie et celle de sa progéniture. Cette tendance à banaliser la vie en s’entourant d’une pléthore de femmes et d’enfants qu’on est incapable de nourrir s’exporte allègrement en terre étrangère. Cherchant une explication au nombre accablant d’enfants dans les ménages africains polygames en France, Gaston Kelman constate que "dans la société d’origine des immigrés, la polygamie s’accompagne toujours d’un nombre important d’enfants. La contraception, même aujourd’hui, et a fortiori il y’a une douzaine d’années, est très peu pratiquée. Les coépouses se livrent une rude compétition: à qui aura le plus d’enfants".

Au lieu de travailler pour sortir le continent d’une misère honteuse, les Africains s’entretuent pour un morceau de territoire ou de pouvoir. Des candidats à l’émigration suicidaire s’égarent dans le désert marocain pour mourir affamés, s’offrent gracieusement aux requins dans l’océan ou tombent en pièces détachées à New York après s’être accrochés aux roues d’un avion depuis Dakar…

Beaucoup d’africains prennent le SIDA pour du bluff et adoptent aisément un comportement sexuel désinvolte qui terrasse des familles entières. Des maladies mortelles comme le paludisme ou l’angine sont souverainement banalisées ; le malade, convaincu d’être victime d’un mauvais sort, préfère se doter de mixtures magiques, d’incantations mystiques ou, si le mal persiste, de médicaments de la rue périmés, et ne se rend à l’hôpital que lorsqu’il a déjà sombré dans un double coma profond. L’argument du manque de moyen est irrecevable car l’Africain dépense spontanément des sommes énormes dans les cérémonies familiales.

Et la mort est si bien accueillie que le deuil est l’occasion de mangeailles festives. Quel que soit le niveau de pauvreté, dès l’annonce du décès, l’argent est immédiatement mobilisé pour louer des tentes et des chaises, tuer des bœufs, préparer des repas copieux pendant au moins huit jours successifs. Bref, on effectue des dépenses énormes qu’on refusait de faire pour sauver le malade qui vient de mourir. Dès après l’enterrement, les faux masques de tristesse tombent et on se rend au deuil aux heures de repas, avec de jolis boubous bien parfumés pour le transformer en un lieu de retrouvailles et de réjouissances. Dans certaines ethnies, à l’occasion des funérailles, on mange, danse et boit jusqu’à tomber d’ivresse à côté de la dépouille mortelle. Un Chef d’Etat africain n’a-t-il pas esquissé de joyeux pas de danse devant les caméras du monde entier à l’occasion des funérailles de son propre père ?

Si la géographie de la mort trouve son lieu de prédilection en Afrique, c’est bien en raison du comportement des africains eux même qui laissent perdurer l’inconscience, l’imprévoyance, l’ignorance, l'indolence et le fatalisme, illustres complices de la mortalité et de la morbidité. Cette absurdité ne peut être ignorée par ceux qui travaillent pour le développement et la libération de l’Afrique: "Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté doit commencer par leur garantir l’existence". Mais il faut avouer qu’il est bien difficile d’arrêter quelqu’un qui court à grande vitesse vers sa propre perte. »

COURSE VERS LA MORT, Rosnert Ludovic Alissoutin

Sortis de la bouche de Sevran, ou de la mienne... ces propos sont considérés par la bien-pensance d'aujourd'hui comme "douteux"... et "racistes"... mais là ils sortent de la bouche, ou de la plume, d'un Africain diplômé qui oeuvre pour le bien de son continent.

 

07:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/10/2009

« Sans papiers » ni dignité !

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

En fouillant dans les vieux articles du Grand Charles, je suis tombé sur cet excellent billet où il évoque une soirée... comment dire ?... africaine, une soirée des plus intéressante et, je l'avais oublié, dans les commentaires à son post, j'ai retrouvé un copier/coller que j'avais effectué alors, l'article date déjà de deux ans, d'un article de Rosnert Ludovic Alissoutin, docteur en droit sénégalais, qui tient des propos plein de bon sens et que je vous livre ici.

 

 

« Sans papiers » ni dignité !

Quand l’Africain cessera t-il de fouiller dans le passé des excuses à son retard actuel et de mettre tous ses malheurs sur le dos des autres  ? Quand apprendra-t-il à rester chez lui pour travailler et retrouver un minimum de dignité sur la scène internationale ? Quand cessera-t-il de réclamer en terre étrangère, des droits qu’il n’a même pas chez lui ?

On peut certes, d’un point de vue idéaliste et avec la complicité de thèses humanistes, défendre l’idée selon laquelle la terre est le patrimoine commun de l’humanité et que tout individu devrait jouir de la liberté de s’établir à l’endroit de son choix, d’y fonder une famille et de participer à la vie nationale et locale. Mais la réalité juridique est tout autre : tout Etat a le droit souverain de s’organiser à sa guise et de déterminer les conditions d’entrée et de sortie sur son territoire qu’il est le seul à administrer, pourvu que les règles qu’il édicte n’entrent pas en contradiction avec la coutume internationale et ne violent pas une disposition d’un traité auquel il aurait souscrit. En l’occurrence, aucun principe de droit, aucune convention n’oblige un Etat à ouvrir ses frontières à tout candidat à l’immigration, y compris des aventuriers qui viennent aggraver les problèmes déjà complexes de chômage et de sécurité. Il faut avoir la franchise d’avouer que dans tous les pays du monde, riches ou pauvres, on préfère, et à juste titre, recevoir des migrants positifs apportant des investissements productifs ou une expertise fructueuse, plutôt que des poids morts que le contribuable national devra prendre en charge, le temps qu’il trouve du travail, si jamais il en trouve. C’est ainsi que, racisme ou pas, les meilleurs joueurs noirs en France sont spontanément naturalisés puis intégrés dans l’équipe nationale, s’ils acceptent. S’il en est ainsi, c’est parce qu’ils sont utiles. Et c’est de bonne guerre !

Il est vrai, par ailleurs, que certains gouvernements européens ont une lourde responsabilité dans l’envahissement de leur territoire par les Noirs et les Arabes, à l’image de la banlieue parisienne. Ils ont encouragé l’immigration comme palliatif au vieillissement de la main d’œuvre nationale et, s’étant rendu compte de la menace culturelle, cherchent à se débarrasser du trop plein d’étrangers.

Tout Etat a intérêt à protéger ses frontières. Dans certains Etats africains renfermant des potentialités touristiques, des voyous d’origine européenne notamment, ont profité de la pauvreté des masses pour développer la pédophilie, la prostitution irrégulière, l’homosexualité, le libertinage sexuel chez les adolescents et même le trafic d’organes. Les autorités de ces pays n’ont-ils pas intérêt à filtrer les entrées sur le sol national pour protéger la morale et les mœurs, quand bien même il s’agit de pays pauvres ? Reconnaissons aussi aux pays européens le droit de tamiser les entrées en provenance d’un continent dont on a régulièrement échos de bateaux qui se renversent avec des bilans macabres qu’on dissimule, des avions qui s’écrasent pour surcharge, des mauvais perdants aux élections qui mettent le feu sur de pauvres innocents, des soldats barbares qui violent des femmes déjà estropiées par des balles folles, des brigands à la tête des institutions étatiques qui pillent les impôts à vue d’œil, des hommes et des femmes au comportement sexuel désinvolte malgré les ravages du SIDA, etc.

Le racisme, la xénophobie et le nationalisme agressif existent bel et bien en France, mais les Africains y ont largement contribué. En effet, certains noirs n’honorent pas leur continent d’origine. On les voit s’entasser tel du bétail dans des chambrettes insalubres, foyers de bruits et d’odeur ou vendre à la sauvette, au pied d’un monument de dimension mondiale comme la Tour Eiffel, une bouteille d’huile de palme, un morceau de poisson séché, une statuette contrefaite et délabrée, bref, de la pacotille comparable à celle que nos ancêtres recevaient en échange de leurs propres frères… La propension viscérale à aller en Europe prend l’aspect d’une pathologie congénitale et incurable chez certains Africains. Les chefs d’Etat, par exemple, brillent par leur absence aux sommets africains convoqués pour trouver des solutions à des guerres et guérillas meurtrières sur le continent, mais se ruent comme des béni-oui-oui vers l’occident pour y assister à des sommets où ils sont généralement abusés.

Le racisme existe bel et bien en France mais l’Africain est bien mal placé pour le dénoncer car il y’a pire chez lui. Des expressions comme «gnac», «ndring», «gourgui» ou «mamadou» sont révélatrices d’un rejet à peine voilé de l’autre. Au Sénégal, le concept de «lak-kat» usité par l’ethnie wolof dominante est le témoin d’un complexe de supériorité qui alimente un sentiment semblable, dans le fond, à celui que des européens éprouvent, parfois inconsciemment, à l’égard des africains sur leur sol. Certains africains, à peine affranchis du tribalisme, préfèrent pousser leur enfant dans les bras d’un européen plutôt que de le voir convoler avec un partenaire casté.

Beaucoup d’africains organisés sous le triste vocable de « sans papiers » dénoncent férocement la xénophobie en France mais oublient de régler les problèmes qu’ils ont laissé dans leur pays natal. Le racisme africain prend l’aspect d’un ethnicisme sauvage et sanglant. La boucherie rwandaise n’est-elle pas un problème intra-africain de rejet de l’autre ? Que dire de sottise du Darfour, de l’esclavage en Mauritanie, des immigrés sénégalais au Gabon, déshabillés et parqués à l’air libre et sous le soleil pour être rapatriés ?

Si l’Union Africaine n’est réalisable que sur le papier, c’est parce que, au-delà du pouvoirisme des chefs d’Etat qui s’offrent en spectacle à travers des tiraillements et positionnements immatures de leadership autour du NEPAD, les peuples africains n’arrivent pas à s’entendre. Cette attitude n’est pas nouvelle car au moment de la colonisation, au lieu de partir d’un vol égal pour faire face à la pénétration étrangère, les africains s’entre égorgeaient pour des portions de territoire, ou pour réduire leurs propres frères à l’esclavage.

Une attitude plus responsable consiste à dire que tous les français doivent avoir les mêmes droits quelle que soit la couleur de leur peau. Ou encore, tout étranger détenteur d’un titre de séjour doit bénéficier pleinement et sans discrimination des droits que la loi lui accorde en tant que tel. Mais entrer clandestinement en territoire étranger et y réclamer des avantages est la plus triste des incohérences. Les auteurs de telles bassesses ne s’imaginent pas quelle honte ils infligent à leurs frères africains restés au pays pour faire avancer les choses. Que se passe-t-il de si grave en Afrique pour que des renégats sénégalais et maliens préfèrent risquer leur vie dans le désert marocain au lieu d’apporter leur contribution au développement de leur pays ? Et Gaston Kelman de placer une anecdote: « Un matin, pris de remords à cause du spectacle des Noirs qui immigrent vers l’Europe, les Occidentaux se réunissent à Bruxelles et décident que la meilleure façon d’arrêter l’immigration, c’est de rendre à l’Afrique ses richesses. Pour ce faire, les populations des deux continents permuteront: les blancs s’installeront en Afrique et les noirs occuperont l’Europe. Sitôt dit, sitôt fait! Dis ans plus tard, l’immigration reprend… dans l’autre sens ». Si la France ouvrait ses portes à tous les africains, elle rendrait un mauvais service d’abord à elle-même, puis à l’Afrique qui deviendrait alors un triste désert vu le nombre impressionnant de candidats à l’immigration, dont certains sont prêt à braver la mort dans les océans, les déserts et les airs. Parmi les sinistres leaders des mouvements de sans-papiers, certains se sont mystérieusement enrichis à travers des lobbies sous-marins et d’insondables réseaux d’intérêt.

Dans les pays occidentaux, les africains en situation irrégulière cherchent à se donner bonne conscience sous l’ombre de théories fallacieuses sur l’égalité. L’égalité n’est possible qu’entre des éléments se trouvant dans la même situation. Elle est proportionnelle et non mathématique. Un étranger ne pourra jamais avoir les mêmes droits, ni les mêmes devoirs, que les citoyens d’un pays.

Le plus grave c’est ce que cette masse, courant comme des captifs vers le mirage européen, n’ont certainement pas pour préoccupation l’intérêt de leur pays. Tout au contraire, ils développent, en général, une attitude anti-patriotique et égocentrique. En effet, lorsqu’ils amassent un peu d’argent dans les chantiers, morgues, restaurants et supermarchés, ils ne reviennent chez eux que pour prendre une ou deux épouses et acheter des biens ostentatoires au détriment d’investissements multiplicateurs et générateurs d’emplois.

Ce n’est pas parce qu’on est africain qu’on doit refuser de reconnaître la responsabilité des africains dans l’attitude de rejet de la France. Beaucoup d’africains se sont offusqués du discours des autorités françaises selon lequel la polygamie est source de violence, mais ils savent parfaitement que cette affirmation est absolument vraie aussi bien en France qu’en Afrique, quelle que soit le sentiment inavoué qu’elle cache. La polygamie, lorsqu’elle est pratiquée avec désinvolture et sans conscience – et c’est malheureusement souvent le cas – favorise la rivalité et donc l’adversité des enfants de mères différentes, développe une compétition souvent malsaine, mystique et violente entre les co-épouses, initie les enfants à des scènes de violence, et, surtout, coupe le père d’une gestion de proximité des besoins naturels et incompressibles de ses enfants.

Les Africains en situation irrégulière errant en Europe et aux Etats Unis sont donc invités à cesser d’humilier la race noire de rentrer chez eux. Ne vaut-il pas mieux souffrir chez soi que hors de chez soi ? L’Afrique est un continent où tout est à refaire. Elle a besoin de l’engagement de ses fils et non de la fuite des cerveaux et des compétences. Il est vrai que la rapacité, l’amateurisme et l’autoritarisme des gouvernants n’encouragent pas à rester, mais est-ce une raison pour fuir  ? Qui développera notre chère Afrique si tous les cerveaux et les bras valides émigrent vers l’occident  ?

Les fraudeurs Africains, illégalement introduits dans les pays occidentaux doivent être punis, et sévèrement, aussi bien par leur pays d’origine que par l’Union Africaine qui doit aussi se poser comme garante de la dignité du peuple noir.

Rosnert Ludovic Alissoutin

 

Le site de Rosnert Ludovic Alissoutin semble, malheureusement, ne plus fonctionner...

07:05 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/08/2009

Chrétiens de Palestine, une mort programmée... par les musulmans ! Et... Origines Nazies de l'Islamisme d'aujourd'hui...

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

Une immense colère m’a habité toute la journée. Après avoir visionné divers films sur internet consacrés à la persécution que subissent les chrétiens palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie. Persécution entretenue non par les israéliens, mais par les puants fanatiques du Hamas et du Fatah, les uns et les autres ne se supportant pas, pourtant leur entente à propos des chrétiens est officieuse. S’ils ne se convertissent pas à l’Islam, ils sont tués… ou ils partent. Je savais tout ça. Mais je ne connaissais pas les détails, notamment les viols collectifs sur les jeunes chrétiennes, pour les salir et soumettre leurs familles.

Les chrétiens arabes de cette région subissent un sacré retour de bâton puisque leurs représentants ont contribué à la création de l’OLP historique. Ce chien de Yasser Arafat a tout fait pour que les chrétiens désertent Bethléem en organisant méticuleusement une pression violente à leur encontre. Une violence digne des pires heures de calvaire que les chrétiens ont eu à subir chaque fois qu’ils ont eu affaire à un Islam conquérant.

Certes, je ne nie pas un seul instant que la chrétienté porte sur ses mains les traces de meurtres et de massacres que les chrétiens les plus cons cherchent maladroitement à nier ou, pire, à leur trouver de lamentables excuses. L’Histoire est un fleuve sur lequel la navigation est délicate et hasardeuse tellement la contrainte de son flux nous soumet et, parfois, nous oblige. Mais la violence que subissent les chrétiens est prescrite clairement, dans le Coran. Bien entendu, amis démocrassouillards, si demain nos banlieues venaient à s’enflammer, ouh que non, que non, que non, les musulmans n’adopteraient pas, sûrement pas, les mêmes attitudes vis-à-vis des non musulmans. Ils seront doux, tolérants et aimables. Ils nous offriront du couscous après le grand carême, pour la Pâques. Je vous l’affirme. Leurs exigences actuelles, en matière de religion, sur le territoire laïque de la république nous le prouvent et nous le démontrent, avec un sens du civisme inégalé.

Trèves de cynisme, le choc qui s’annonce va être redoutable.

Je vous invite à regarder cette émission de la chaîne KTO et à prendre en considération le témoignage de Raphaël Delpard qui vient de sortir un livre témoignage poignant, "La persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde", sujet vite oublié par les tenants de ce que l'on peut se permettre de penser. S'étant déplacé plusieurs fois en Israël/Palestine, Raphaël Delpard livre dans cette émission de KTO un témoignage coup de poing qui indique le niveau de gentillesse et de tolérance de ces chiens du Fatah et du Hamas que toute la gauche, ou presque, soutient comme de légitimes résistants.

Le Fatah qui siège à l'Internationale Socialiste d'ailleurs... en passant, alors que par l'intermédiaire de la Brigade des Martyrs d'Al-Aqsa ce porc de Yasser Arafat de son vivant en appelait sans arrêt au Jihad et que les chrétiens Palestiniens qui représentaient 20 à 25% de la population arabe en Palestine, au moment de la création d'Israël, n'en représentent plus que 1 à 5 % grâce aux bons soins d'oncle Yasser. Les chiffres sont discutés, mais ils ne grimpent pas bien loin. Donc, on peut me raconter ce qu'on veut sur le puant Nobel de la Paix... ce qu'il a par ailleurs commis à l'égard de son propre peuple me laisse pantois...

Le Hamas, le Fatah... et le Hezbollah... ce sont eux, par leurs méthodes, leur haine définitive des juifs, qui mettent leur peuple dans la situation dans laquelle il se trouve. S'il y a quelqu'un à maudire à cause de l'état de délabrement dans lequel se trouvent les palestiniens, ce sont eux... la Hamas, le Fatah et le Hezbollah... et l'Iran et la Syrie qui sont derrière, du point de vue logistique... et les monarchies pétrolières qui soutiennent le Jihad.

Si Israël tombe demain... le reste de l'Occident sera dans la ligne de mire... et il l'est déjà.

Le Fatah, siégeant à l'Internationale Socialiste... Yasser Arafat, formé dans sa jeunesse par les Frères Musulmans... Yasser Arafat, largement conseillé par son oncle, tant que celui-ci fut vivant, Amin al-Husseini, qui fut ami et collaborateur de... HITLER ! Si ça n'est pas un beau rapprochement "Rouge/Brun/ Vert de l'Islam" ? Qu'est-ce que c'est ?


Amin al-Husseini, Oncle de Yasser Arafat, rendant visite aux SS musulmans de la division Handjar


Amin al-Husseini, Oncle de Yasser Arafat, rendant visite aux SS musulmans de la division Handjar... encore...


Amin al-Husseini, Oncle de Yasser Arafat, en charmante compagnie


Yasser Arafat, au premier plan, à l'enterrement de son Oncle en 1974


Les soldats de l'OLP faisant un certain salut bien connu...


Et un Best seller dans le monde arabe, et en Palestine, fort apprécié... "Mein Kampf"

Moi, après cela... je considère que le Fatah, le Hamas et le Hezbollah sont des enculés... et  il n'y a même pas à négocier quoi que ce soit avec ces enflures.

Sur ce site, vous verrez également quel rôle considérable, Amin al-Husseini a joué dans la formation de Yasser Arafat, mais aussi de Saddam Hussein... sans parler, dans la propagation de l'Islam le plus radical à travers le monde !

Enfin... pour finir... deux petits films qui valent leur pesant de cacahuètes...


Un extrait de reportage en allemand, avec sous-titres en anglais



Un extrait de reportage en anglais, avec sous-titres en français

 

Je vous le dis, l'heure n'est pas à l'OBAMANIA !

23:17 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (18) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/08/2009

John Rhys-Davies, un honnête homme.

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

Un acteur de la trilogie du Seigneur des anneaux se lâche.

 

John Rhys-Davies : "There is a demographic catastrophe happening in Europe that nobody wants to talk about, that we daren’t bring up because we are so cagey about not offending people racially. And rightly we should be. But there is a cultural thing as well… By 2020, fifty percent of the children in the Netherlands under the age of 18 will be of Muslim descent… And don’t forget, coupled with this there is this collapse of numbers. Western Europeans are not having any babies. The population of Germany at the end of the century is going to be 56% of what it is now. The populations of France, 52% of what it is now. The population of Italy is going to be down 7 million people."

Source

 

Il a précisé : "When I look at contemporary Islam, I see homophobia, forced conversion, genital mutilation, slavery, two million people being put to death in Sudan because of their religion".

"Fundamental Islamism is a particularly brutish and unpleasant form of fascism."

Source

 

 

Voyez aussi ce lien en français : "J’enterre tellement ma carrière avec ces interviews que c’en est douloureux. Mais je pense qu’il y a certaines questions qui demandent des réponses sincères.

Je pense que ce que dit Tolkien, c’est que certaines générations seront confrontées à des défis. Et que si elles ne se redressent pas pour faire face à ces défis, elles perdront leur civilisation. C’est quelque chose qui a une réelle résonance en moi.

J’ai eu le passé idéal pour devenir acteur. J’ai toujours été un étranger. J’ai grandi en Afrique au temps des colonies. Et je me souviens qu’en 1955, quelque part entre la fin juillet, quand les vacances scolaires commençaient, et la mi-septembre, quand elles se terminaient, mon père m’a emmené sur les quais du port de Dar-Es-Salam. Il m’a montré du doigt un dhow (Petit bateau arabe à une voile) dans le port et m’a dit, « Tu vois ce dhow là ? Il vient d’Aden deux fois par an. Il fait escale ici puis poursuit vers le sud. En descendant la côte, il contient des machines et du fret. En remontant, il transporte deux ou trois gamins noirs. Vois-tu, ces enfants sont des esclaves. Et les Nations Unies ne me laissent rien faire à leur sujet. »

La conversation se poursuivit. « Vois, mon garçon. Il n’y aura pas de guerre mondiale entre la Russie et l’Ouest. La prochaine guerre mondiale se fera entre l’Islam et l’Occident. »

C’était en 1955 ! Je lui ai dit, « Papa, tu es fou ! Les croisades sont finies depuis des siècles ! »

Et il m’a répondu « Oui, je sais ; mais l’Islam militant se lève à nouveau. Et tu le verras durant ta vie. »

Ca fait maintenant quelques années qu’il est mort. Mais il n’y a pas un jour qui passe sans que je pense à lui et que je me dise, « Bon Dieu, je voudrais que tu sois encore là, juste pour pouvoir te dire que tu avais raison. »

Ce qui est extraordinaire, c’est qu’un trop grand nombre de vos collègues journalistes ne comprennent pas à quel point la civilisation occidentale est précaire et à quel point elle est précieuse.

Comment sommes-nous parvenus à ce genre de vraie démocratie, comment avons-nous atteint ce niveau de tolérance qui fait que je peux dire quelque chose qui puisse être totalement à l’opposé de ce que vous pensez, vous qui êtes à cette table, mais que vous supporterez néanmoins, et examinerez, et auquel vous répondrez « non, vous avez tort parce que ci et ça » ; et qui fait que je vous écouterai et dirai, « et bien, en fait, peut-être que j’ai tort parce que ci et ça ».

[Il se tourne vers une journaliste et adopte une voix autoritaire, comme pour jouer le personnage d’un islamiste radical :] « Vous ne devriez pas être dans cette pièce, puisque votre mari ou votre père ne sont pas ici pour vous accompagner. Vous ne pouvez donc être dans cette pièce avec ces inconnus qu’à des fins immorales. »

Ce que je veux dire… L’abolition de l’esclavage est issue de la démocratie occidentale ; de cette vraie démocratie qui vient de notre expérience gréco-judéo-christiano-occidentale. Si nous perdons ces choses, c’est une catastrophe pour le monde."

16:53 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (10) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/06/2009

Revirement éclair et rude contre Israël

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

par Daniel Pipes
Jerusalem Post
4 juin 2009

Version originale anglaise : A Rapid and Harsh Turn against Israel

Adaptation française : François de Champvert

 

La rencontre tant attendue entre Barack Obama et Benyamin Netanyahu, le 18 mai, se déroula sans problèmes, quoique un peu tendue , comme prévu . Chacun se conduisit de son mieux et l'évènement suscita si peu d'attention que le « New York Times » le relata en page 12.

Comme on pouvait le prévoir, cependant, c'est immédiatement après qu'on cessa de prendre des gants, avec une série de sévères exigences américaines, en particulier l'insistance de la Secrétaire d'Etat des Etats-Unis Hillary Clinton, le 27 mai, à vouloir que le gouvernement Netanyahu mette fin à la construction de résidences d'habitation pour Israéliens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Cela a suscité une réaction de défi. Le président de la coalition israélienne au pouvoir a fait remarquer l'erreur des « dictats américains » antérieurs qui ont été imposés; un ministre a comparé Obama à un pharaon et le directeur du bureau de presse du gouvernement a fait semblant d'admirer, avec insolence, « les résidents du territoire des Iroquois qui sont en train de s'arroger le droit de déterminer où les Juifs pourraient vivre à Jérusalem. »

Si les détails de « Qui vit où » ont peu d'importance stratégique, le revirement rapide et dur contre Israël, de l'administration Obama peut revêtir une grande signification. Non seulement l'administration cessé de se focaliser sur les changements réalisés par George W. Bush du côté palestinien, mais elle méconnaît même les accords oraux que Bush avait conclus avec Ariel Sharon et Ehud Olmert.

 

Un article de Jackson Diehl du « Washington Post » capte ce changement et le met en évidence de façon brillante. Diehl observe, en se basant sur un entretien avec Mahmoud Abbas de l'Autorité palestinienne, que publiquement et à maintes reprises ce dernier a souligné la nécessité d'un gel sans exception de la construction israélienne en Cisjordanie.

Obama a « fait revivre un fantasme palestinien latent depuis longtemps, à savoir que les Etats-Unis n'ont qu'à forcer Israël à faire des concessions décisives, que son gouvernement démocratique soit ou non d'accord, pendant que les Arabes sans réagir regarderaient et applaudiraient. « Les Américains sont les maîtres du monde. Ils peuvent user de leur puissance auprès de quiconque dans le monde. Il y a deux ans c'était contre nous qu'ils utilisèrent leur pouvoir. Maintenant ils devraient dire aux Israéliens « Vous devez respecter les conditions. »

Bien sûr, le dire aux Israéliens est une chose, et obtenir qu'ils s'y conforment est tout à fait autre chose. A cela, Abbas a aussi une réponse. S'attendant à ce que l'acceptation par Netanyahu d'un gel complet de la construction se traduise par la fin de la coalition, Diehl explique que Abbas planifie de « prendre du recul et de regarder les bras croisés pendant que les Etats-Unis feront pression doucement pour retirer le premier ministre israélien du bureau. » Un fonctionnaire de l'Autorité palestinienne avait prédit que cela se passerait dans les « deux ans », exactement quand Obama a dit attendre la mise en place d'un Etat palestinien.

Pendant ce temps, Abbas envisage de ne pas bouger. Diehl explique sa façon de penser. Abbas rejette l'idée selon laquelle il devrait faire une concession d'importance comparable- telle que la reconnaissance d'Israël comme Etat juif, ce qui impliquerait la renonciation à une grande échelle au peuplement par les réfugiés. Au lieu de cela, dit-il, il restera passif . « Je vais attendre qu'Israël gèle les colonies de peuplement » a-t-il dit . « Jusque-là, en Cisjordanie, nous avons de bonnes conditions de vie..les gens vivent une vie normale. »

Concernant cette idée d'Abbas de « vie normale », il conviendrait d'ajouter qu'elle est due en grande partie à Washington et à ses alliés. Les Palestiniens de Cisjordanie bénéficient de l'aide provenant de l'étranger, de loin la plus élevée par habitant, si on envisage n'importe quel groupe dans le monde. Dans le seul « colloque des donateurs » , en décembre 2007, par exemple, Abbas a obtenu des engagements pour plus de 1800 dollars par Cisjordanien, par an.

Diehl alors laconiquement conclut : « Dans l'administration Obama, jusqu'à présent, il est facile d'être Palestinien. »

Même si l'on ne tient pas compte de la stupidité folle qu'il y a à se concentrer sur l'ajout par les Hiérosolymitains [habitants de Jérusalem] de salles de loisir à leur maison plutôt que sur l'ajout de centrifugeuses par les Iraniens à leur infrastructure nucléaire, et même si on néglige l'évidente contre-productivité qu'il y a à aider Abbas à se sortir d'une situation difficile – la nouvelle approche des Etats-Unis est vouée à l'échec.

Tout d'abord, la coalition au pouvoir de Netanyahu devrait se révéler indifférente à la pression américaine. Quand il a formé le gouvernement en mars 2009, elle comprenait 69 parlementaires sur les 120 membres de la Knesset, bien au-dessus des 61, minimum exigé. Même si le gouvernement américain réussissait à diviser les deux partis les moins acquis aux objectifs de Netanyahu, le parti du Travail et le Shas, le premier ministre israélien pourrait les remplacer par l'Extrême-droite et les partis religieux pour conserver une solide majorité.

Deuxièmement, les archives montrent que Jérusalem prend « des risques pour la paix » seulement lorsqu'elle a une entière confiance dans son allié américain. Une administration qui sape cette confiance fragile fera face probablement à une direction israélienne prudente et peu enthousiaste.

Si Washington persiste dans cette direction, le résultat pourrait bien être un spectaculaire échec politique qui réussirait à affaiblir le seul allié stratégique de l'Amérique au Moyen-Orient comme en même temps il aggraverait les tensions existant entre Israéliens et Arabes.

 

Daniel Pipes

23:21 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/05/2009

Steinar Lem... et l'Islam...

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

Norvège - Un défenseur des droits humains de la gauche : "Les musulmans menacent notre culture. Il faut mettre fin à l’immigration musulmane"

Quand un extrémiste de droite européen de la gauche sonne l’alarme, c’est que les choses vont vraiment mal !

 

 

La culture norvégienne est menacée par les musulmans

Steinar Lem est un Norvégien de gauche qui a récemment ouvert un débat public avec un article qu’il a publié sur le site de l’Agence des droits de la personne (en norvégien) dans lequel il demande d’arrêter l’immigration non-occidentale en Norvège. Ce qui suit est une interview dans le Dagbladet au sujet de son article, suivie de la réponse de Thomas Hylland Eriksen, lui aussi un gauchiste.

« Oslo aura bientôt une majorité de non-occidentaux, et la même chose pourrait se produire dans tout le pays à un rythme soutenu au cours de ce siècle. La plupart des non-Occidentaux sont de culture musulmane. Les conséquences seront dramatiques. »

C’est Steinar Lem, 57 ans, le célèbre écologiste et auteur qui écrit ceci sur le site de l’Agence des droits de l’homme.

Dans le passé, Lem a critiqué les politiques d’immigration de la Norvège dans le Aftenposten, et maintenant, il va plus loin.

L’écologiste compare la culture norvégienne à la culture tibétaine et estime qu’avec le temps, elle sera menacée par l’immigration.

 

 

« La culture norvégienne est tout aussi digne d’être préservée que la culture tibétaine », écrit Lem. Pour lui, l’immigration non-occidentale doit donc être strictement limitée. Lem pense que la culture norvégienne doit donner le ton en Norvège.

« La culture norvégienne est menacée. Au cours des 50 prochaines années, nous allons voir de grands changements liés au fait que nous avons une plus grande population de non-occidentaux. Nos valeurs seront mises sous pression », a dit Lem au Dagbladet.

Il y a moins de deux semaines, Lem a dit au Dagbladet qu’il avait le cancer, et qu’il lui restait moins d’un an à vivre. Il ne souhaite pas vivre ce temps dans le silence.

« La vérité est que si je n’avais pas été gravement malade du cancer tout en travaillant, je n’aurais pas pu écrire cela », explique Lem. Il pense que l’immigration est un sujet tabou en Norvège.

« Si vous n’êtes pas intéressé par le climat et que vous voulez maximiser la production de pétrole, vous êtes un homme de bien, mais si vous voulez changer les politiques d’immigration norvégiennes, vous êtes mal considéré. C’est intéressant de voir comment les choses ont été définies de manière aussi irrationnelle », explique Lem.

Lem a également voulu attendre de ne plus représenter le Framtiden i Vare hender (Le futur entre nos mains, un groupe qui croit dans la répartition des richesses et la réduction de la consommation).

Il a dit que s’il avait écrit cela plus tôt, il aurait provoqué de fortes réactions et les gens auraient voulu l’exclure. Maintenant, il pense que les membres sont assez généreux pour lui accorder sa liberté. Il pense que la politique d’immigration norvégienne n’a jamais été adéquatement débattue.

« Dans les années 80, des bonnes gens ont écrit dans le journal que l’immigration est si peu importante qu’elle n’affectera pas le mode de vie et le caractère de la Norvège. Le silence a donc été fait jusqu’à ce que les mêmes bonnes personnes écrivent triomphalement dans les années 90 que la Norvège était déjà une société multiculturelle où la culture norvégienne ne pouvait prétendre à une place particulière. La Norvégien n’a pas de place particulière en Norvège ? Plusieurs de ces mêmes personnes sont préoccupées par le fait que la Chine va éradiquer la culture tibétaine, et que les tribus indiennes d’Amérique du Sud seront victimes de la production de bois et seront forcées de déménager dans la grande ville la plus proche. »

« J’utilise le Tibet comme exemple parce que tout le monde convient que c’est une belle et brillante culture qui a besoin de protection. Il doit y avoir des lois qui protègent la Norvège de la même façon. Il est légitime de souhaiter une société multiculturelle et une expérimentation sociale en Norvège, mais il doit aussi être absolument légitime de penser le contraire », explique Lem.

L’auteur estime que l’intégration dans la culture norvégienne ne réussira pas si la vague de « personnes sans éducation et avec des attitudes patriarcales et hiérarchiques » devient trop importante :

« Si le segment de la population d’origine musulmane devient suffisamment important, nous aurons des reculs majeurs sur l’égalité des sexes en Norvège en raison de l’idéologie du relativisme voulant que nous devons respecter les autres cultures. Nous devons accepter qu’un nombre important de filles ne puissent avoir de contacts avec les garçons durant leurs loisirs, qu’elles ne participent pas aux sorties scolaires, et renforcent la séparation entre les pures qui portent le hijab et les putes qui ne se couvrent pas. Cela aura aussi une incidence sur le statut des femmes norvégiennes », écrit Lem.

« Les attitudes envers l’homosexualité et la liberté d’expression subiront aussi des reculs », a-t-il affirmé.

Lem est très critique à l’égard du reste de la gauche, qui à son avis, est incapable de faire face au problème :

« Il devrait être légitime de parler ouvertement. Actuellement, seul l’égoïste FrP ose parler d’un changement des politiques d’immigration et il recueille de nombreux vote pour cela. Parfois, je trouve que c’est tragique, tant à l’égard du réchauffement de la planète que pour l’égoïsme général qui est au cœur de l’ensemble des politiques de ce parti qui attaque les communautés immigrantes pour camoufler les aspects de la culture occidentale qui menacent la vie. »

Source

07:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/05/2009

Justice pour Ilan Halimi

A vous de voir... moi, c'est tout vu...

 

--------------------------------------------------------------------------------------------

Madame, Monsieur,

Que faut-il faire, selon vous, des criminels comme Youssouf Fofana ?

Merci de donner votre avis en cliquant ici.

Comment notre système judiciaire devrait-il réagir, selon vous, quand un individu :

- commet des dizaines de vols et agressions, puis ;

- enlève et torture à mort un jeune homme innocent, puis ;

- envoie sur le téléphone portable des parents de sa victime des photos du supplice de leur enfant.

Et ce n'est pas tout.

Arrêté par la Police et traîné devant les tribunaux, cet individu :

- envoie des lettres d'injures à ses propres juges ;

- se vante de ce qu'il a fait et se réjouit publiquement de « gagner beaucoup d'argent » en vendant son histoire à une maison d'édition ;

- insulte les parents de sa victime pendant le procès, déclare aux jurés qu'il va les faire prendre en photo par ses complices et que « l'on verra bien », répond exprès n'importe quoi quand le juge lui pose des questions, et ricane à chaque instant des souffrances qu'il a imposées à sa victime.

Sur le questionnaire, je vous demande de cocher la réponse qui vous semble la plus juste pour de tels individus.

Si l'Institut pour la Justice organise cette campagne, c'est parce que la loi ne permet plus, aujourd’hui, de garantir que des personnes comme Fofana passeront leur vie derrière les barreaux.

Le pire qu'il risque est de passer, au maximum, 22 ans en prison, ce qui veut dire qu'il sera libre à l'âge de 50 ans au plus tard. (c'est ce qu'on appelle la réclusion à perpétuité).

Vu la gravité des faits, et le danger que ce type de personne fait peser sur l'ensemble de la société, nous sommes tous concernés par ce procès.

Il est indispensable que tous les citoyens responsables donnent leur avis : est-il normal que des individus comme Fofana ne puissent pas être condamnés à une peine de perpétuité réelle ?

C'est pourquoi je m'adresse à vous, pour donner votre avis sur cette affaire ; les résultats de cette campagne seront transmis aux médias, aux parlementaires, au ministère de la Justice et au Président de la République.

Cette enquête ne sera représentative de l'opinion de l'ensemble des Français, et donc susceptible d'avoir un impact sur les autorités, que si nous dépassons les 100 000 réponses.

C'est pourquoi je vous demande, après avoir répondu, de bien vouloir transmettre cet appel à un maximum de personnes autour de vous.

Pour participer, cliquer ici.

Un grand merci.

Marie-Laure Jacquemond
Présidente
www.institutpourlajustice.com

PS : Voici ci dessous un rappel des faits plus complet. Nous vous recommandons également la lecture de l'article de Wikipédia concernant cette affaire :

Ilan Halimi a été kidnappé le 21 janvier 2006 en région parisienne et torturé pendant les trois semaines suivantes.

Découvert agonisant le 13 février 2006 le long d'une voie ferrée, Ilan est décédé peu après lors de son transfert à l'hôpital. L'autopsie a mis en évidence des marques de lacérations, « une plaie à la joue » faite au cutter et « deux plaies à l’arme blanche sous la gorge » ainsi que des brûlures couvrant 80% de son corps.

La « bande » qui a organisé son enlèvement était dirigée par Youssef Fofana, un jeune homme de 26 ans.

Depuis l’âge de seize ans, Youssef Fofana a accumulé les petits délits (13 sur sa fiche de police) et a été condamné cinq fois entre 2000 et 2003 pour vols, violences volontaires, deux braquages et agression d’un policier. Il aurait déjà passé quatre années en prison.

Il a été arrêté dans la nuit du 22–23 février 2006 à Abidjan par les gendarmes ivoiriens. Il a reconnu avoir prémédité l'enlèvement d'Ilan depuis décembre 2005, lors d'un séjour en prison, l'avoir séquestré, lui avoir porté plusieurs coups de poignard, et donné l'ordre de le « saigner » car ne pouvant plus le garder. Il se serait ravisé et aurait ordonné qu'on le « lave » (à l'acide, afin d'effacer toute trace d'ADN), cependant il nie l'avoir tué et charge ses complices sur ce point.

Trois jours après la mort d'Ilan Halimi, alors qu'il se trouvait encore à Abidjan, il appelle le père de la victime pour lui demander s'il était content. Il appellera également la petite amie d'Ilan Halimi, pour la menacer et demander une rançon.

Dans le procès-verbal du 18 février 2006 de son interrogatoire par la Brigade criminelle de Paris, Samir Aït Abdelmalek, un des complices, a déclaré : « J'ai sorti la lame de cutter et après qu'il a mangé et bu, j'ai cherché un endroit où lui mettre un coup de cutter pour que ça saigne sans lui faire trop mal. Je ne voulais pas toucher à l'adhésif qui l'empêchait de hurler. Sans prévenir Ilan pour qu'il ne stresse pas, je lui ai mis un coup de cutter sur cinq ou six centimètres sur la joue gauche. Malgré le sparadrap, cela a saigné vite dans sa barbe qui n'avait pas été rasée. » Le policier qui interroge le jeune homme poursuit : « A ce moment, m'a-t-il expliqué, Ilan avait réussi à relever son bandage sur les yeux. Du coup, Youssouf avec un couteau lui a mis un coup dans la gorge vers la carotide puis un coup de l'autre côté de la gorge. Ensuite il a essayé de lui couper le bas de la nuque. Puis il lui a mis un coup de couteau dans le flanc. Il avait sûrement dû revenir avec un bidon d'essence car il m'a dit qu'il avait utilisé un bidon pour asperger Ilan avec ce combustible et l'a incendié sur place. À ce moment il m'a dit: "Cela a fait une grande flamme et je suis parti." »

Le procès s'est ouvert le 29 avril 2009 ; dès la première audience, Youssouf Fofana arrive tout sourire et lève triomphalement le poing au ciel en lançant « Allah Akbar !». Lorsqu'on lui demande son identité et sa date de naissance lors de l'audience, il répond « arabe africain islamiste salafiste » et donne le 13 Février 2006 à Sainte-Geneviève des Bois, date et lieu de la mort de sa victime, Ilan Halimi.

Il aurait de plus envoyé des courriers injurieux à ses juges, et menacé la mère de sa victime au cours de la première séance.

Institut pour la Justice

57, rue d’Amsterdam,
75008 Paris
Tél. : 01 40 16 57 63
www.institutpourlajustice.com

--------------------------------------------------------------------------------------------


Justice pour Ilan Halimi

20:15 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (8) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook