Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2016

L'homme de la catastrophe

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nous vivons à l'ère de la catastrophe, chaque homme est un porteur de la catastrophe, c'est pourquoi il faut un art de vivre particulier si on veut survivre, dit-il. L'homme de la catastrophe n'a pas de destin, pas de qualités, pas de caractère. Son environnement social effroyable — L’Etat, la dictature — appelle cela comme tu veux, l'attire avec la force d'un tourbillon vertigineux jusqu'à ce qu'il cesse de résister et que le chaos jaillisse en lui comme un geyser brûlant — et que le chaos devienne son élément naturel. Pour lui, il n'y a plus de retour possible vers un centre du Moi, vers une certitude inébranlable et indéniable du Moi : il est au sens le plus propre du terme, perdu. L'être sans Moi, c'est la catastrophe, le Mal véritable dit Bé, et sans être mauvais lui-même, il est capable de tous les méfaits. Les paroles de la Bible sont à nouveau d'actualité : résiste à la tentation, garde -toi de connaître, sinon tu seras damné, dit-il. »

Imre Kertész, Liquidation

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Jérusalem, Athènes et Rome

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ce que la civilisation occidentale doit à la catholicité : presque tout. S’il laisse tarir cette source, l’Occident ne sera à brève échéance qu’un somptueux musée tandis que des laborantins, des animateurs, des trafiquants, des technocrates ou des idéologues manipuleront le destin à venir de l’humanité. L’hypothèse, hélas, n’est pas extravagante.
A cet égard la bigoterie prétendument “laïque” des politiques européens, qui ont refusé d’inscrire le mot “christianisme” dans les textes institutionnels, est de mauvaise augure. Elle évoque le reniement de saint Pierre, pour ne pas dire la trahison de Judas. Le mauvais exemple vient de Paris, où l’on se calfeutre derrière de mauvaises raisons. Si l’Europe récuse ou occulte ses fondements chrétiens, elle n’a tout simplement pas de raison d’être. C’est le christianisme qui délimite les frontières spirituelles de l’Europe, l’agnostique Le Goff l’a démontré pertinemment. Et c’est l’Eglise romaine qui a fondé, charpenté, impulsé, orné la civilisation européenne sur les ruines de l’Empire romain. L’orthodoxie puis le protestantisme y ont naturellement pris leur part ; le judaïsme aussi, d’une autre manière. 
L’Europe, c’est Jérusalem, Athènes et Rome ; une croix en plan incliné depuis l’Orient jusqu’au Septentrion.
L’hébreu, le grec, le latin : trois langues dans lesquelles, selon saint Jean l’Evangéliste, Pilate fit rédiger l’écriteau durant la Passion. »

Denis Tillinac, Le Dieu de nos pères, Défense du catholicisme

 

11:12 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/03/2016

Dans le vestibule...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nous n’avons ni l’énergie du mal, ni celle du bien. Connaissez-vous Dante ? Vraiment ? Diable. Vous savez donc que Dante admet des anges neutres dans la querelle entre Dieu et Satan. Et il les place dans les Limbes, une sorte de vestibule de son enfer. Nous sommes dans le vestibule, cher ami. »

Albert Camus, La Chute

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

De la nostalgie pour les primates...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je vous l’avouerai, je suis attiré par ces créatures tout d’une pièce. Quand on a beaucoup médité sur l’homme, par métier ou par vocation, il arrive qu’on éprouve de la nostalgie pour les primates. Ils n’ont pas, eux, d’arrière-pensées. »

Albert Camus, La Chute

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Depuis, le savon manque...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Alors ? Alors, la seule utilité de Dieu serait de garantir l’innocence et je verrais plutôt la religion comme une grande entreprise de blanchissage, ce qu’elle a été d’ailleurs, mais brièvement, pendant trois ans tout juste, et elle ne s’appelait pas religion. Depuis, le savon manque, nous avons le nez sale et nous nous mouchons mutuellement. Tous cancres, tous punis, crachons-nous dessus, et hop ! au malconfort ! C’est à qui crachera le premier, voilà tout. Je vais vous dire un grand secret, mon cher. N’attendez pas le Jugement dernier. Il a lieu tous les jours. »

Albert Camus, La Chute

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/03/2016

Contre la domination totalitaire du présent

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Être de droite, non par conviction bon marché, pour des visées vulgaires, mais de tout son être, c’est céder à la puissance supérieure d’un souvenir, qui s’empare de l'être humain, et pas tant du citoyen, qui l’isole et l’ébranle au milieu des rapports modernes et éclairés où il mène son existence habituelle. Cette pénétration n’a pas besoin de la mascarade abominable et ridicule d’une imitation servile, ni qu’on aille fouiller la brocante de l’histoire du malheur. Il s’agit d’un acte de soulèvement autre : soulèvement contre la domination totalitaire du présent qui veut ravir à l’individu et extirper de son champ toute présence d’un passé inexpliqué, d’un devenir historique, d’un temps mythique. À la différence de l’imagination de gauche qui parodie l’histoire du Salut, l’imagination de droite ne se brosse pas le tableau d’un royaume à venir, elle n’a pas besoin d’utopie, mais elle cherche le rattachement à la longue durée, celle que rien n’ébranle, elle est selon son essence souvenir de ce qui gît au fond de nous, et dans cette mesure elle est une initiation religieuse ou protopolitique. Elle est toujours et existentiellement une imagination de la Perte et non de la Promesse (terrestre). C’est donc une imagination de poète, depuis Homère jusqu’à Hölderlin. »

Botho Strauss, Le Soulèvement contre le monde secondaire

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ils vivent parce qu’ils vivent

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mes articles étaient nets, incisifs, brillants ; ils étaient généralement appréciés, d’autant que je n’avais jamais de retard sur les dates de remise. Mais cela suffisait-il à justifier une vie ? Et en quoi une vie a-t-elle besoin d’être justifiée ? La totalité des animaux, l’écrasante majorité des hommes vivent sans jamais éprouver le moindre besoin de justification. Ils vivent parce qu’ils vivent, et voilà tout, c’est comme ça qu’ils raisonnent ; ensuite je suppose qu’ils meurent parce qu’ils meurent, et que ceci, à leur yeux, termine l’analyse. »

Michel Houellebecq, Soumission

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Plus imposant l’édifice, plus effroyable sera la chute

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La guerre est la plus forte rencontre des peuples. Alors que commerce et circulation, compétitions et congrès ne font se joindre que les pointes avancées, la guerre engage l’équipe au complet, avec un objectif seul et unique : l’ennemi. Quels que soient les problèmes et les idées qui agitent le monde, toujours leur sort se décida par la confrontation dans le sang. Certes toute liberté, toute grandeur et toute culture sont issues du silence de l’idée, mais seules les guerres ont pu les maintenir, les propager ou les perdre. La guerre seule a fait des grandes religions l’apanage de la terre entière, a fait surgir au jour, depuis leurs racines obscures, les races les plus capables, a fait d’innombrables esclaves des hommes libres. La guerre n’est pas instituée par l’homme, pas plus que l’instinct sexuel ; elle est loi de nature, c’est pourquoi nous ne pourrons jamais nous soustraire à son empire. Nous ne saurions la nier, sous peine d’être engloutis par elle.

Notre époque montre une forte tendance au pacifisme. Ce courant émane de deux sources, l’idéalisme et la peur du sang. L’un refuse la guerre par amour des hommes, et l’autre parce qu’il a peur.

Le premier est de la trempe des martyrs. C’est un soldat de l’idée ; il est courageux : on ne peut lui refuser l’estime. Pour lui, l’humanité vaut plus que la nation. Il croit que les peuples, dans leur furie, ne font que frapper l’humanité de plaies sanglantes. Et que, lorsque les armes ferraillent, on cesse d’œuvrer à la tour que nous voulons pousser jusqu’au ciel. Alors il s’arc-boute entre les vagues sanglantes et se fait fracasser par elles.

Pour l’autre, sa personne est le bien le plus sacré ; par conséquent il fuit le combat, ou le redoute. C’est le pacifiste qui fréquente les matchs de boxe. Il s’entend à revêtir sa faiblesse de mille manteaux chatoyants – celui du martyr de préférence –, et bon nombre d’entre eux ne sont que trop séduisants. Si l’esprit d’un peuple entier pousse dans ce sens, c’est le tocsin de la ruine prochaine. Une civilisation peut être aussi supérieure qu’elle veut – si le nerf viril se détend, ce n’est plus qu’un colosse aux pieds d’argile. Plus imposant l’édifice, plus effroyable sera la chute.

Une question vient à l’esprit : "Il se peut que le bon Dieu soit du côté des gros bataillons, mais les gros bataillons sont-ils du côté de la civilisation la plus haute ?" C’est justement pourquoi la civilisation la plus haute a pour devoir sacré de posséder les plus gros bataillons. Les temps peuvent advenir où les rapides sabots des coursiers barbares claqueront sur les décombres amoncelés de nos villes. Le fort seul a son monde bien en poigne, au faible il glisse entre les doigts dans le chaos. Si nous considérons une culture ou son vivant vecteur, le peuple, comme une sphère en expansion constante, c’est la volonté, la volonté radicale et brutale, qu’il faut conserver et accroître, c’est-à-dire la volonté de lutte… »

Ernst Jünger, La Guerre comme expérience intérieure

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/03/2016

Prouver qu’on n’a pas su vivre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On peut dire accessoirement beaucoup de mal des femmes, c’est là un des exercices classiques où un auteur montre s’il a de l’esprit, quand il ne prouve pas qu’il manque de goût ; la rigueur de ce que l’on dit d’elles fait une compensation juste et nécessaire aux louanges hyperboliques qu’on leur a données, soit par niaiserie soit par calcul, quand on les a désirées. Mais de les dénigrer tout de bon et d’en rester là, c’est prouver qu’on n’a pas su vivre et qu’on a parcouru les champs pierreux de la vie, sans arriver jusqu’aux fleuves qui les traversent. »

Abel Bonnard, L’amour et l’amitié

 

18:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

De la sympathie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Comprenez-moi encore. Je n'ai jamais eu pour vous ni une gouttelette de désir, ni une gouttelette d'amour, ni une gouttelette d'affection, ni une gouttelette de tendresse. Je n'en ai pas davantage aujourd'hui. Mais j'ai eu pour vous de la sympathie. Pourquoi cette sympathie ? Le fait que vous m'aimiez ne pouvait que m'irriter, puisque je ne vous aimais pas. Le fait que vous ayez souffert à cause de moi m'était indifférent, puisque je ne vous aimais pas. Je pense que cette sympathie vient, comme le mot l'indique, des affinités qu'il y a entre nous. Si le monde lisait vos lettres de 1927, il dirait que vous êtes impudique ; celles de 1928, une toquée ; et toutes depuis le début jusqu'à ce jour, une raseuse et un crampon dignes de l'immortalité. Ce sont là des jugements que je ne partage pas. On m'a reproché plusieurs fois d'être trop familier avec vous. On m'a dit qu'il était invraisemblable qu'un homme comme moi perdît son temps à entretenir des relations avec une personne aussi peu importante et aussi peu intéressante que vous, que c'était là de l'inconscience ou du vice. Mais je sais ce que je fais. Il y a en vous un élément de grandiose auquel je crois ne pas me tromper. »

Henry de Montherlant, Les Lépreuses

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La femme se trompe dans la façon de conquérir

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Se trompant sur ce qu'est et sur ce que pense l'homme, la femme se trompe dans la façon de le conquérir. Une femme vous exaspère en entrant chez vous pendant votre travail, ou en vous faisant de petits cadeaux, ou en vous relançant trop souvent, ou en vous amenant de ses amis, qui ne sont pas les vôtres. Vous êtes assez bien avec elle pour le lui dire en toute franchise. Eh bien ! Après un petit arrêt, elle recommence. »

Henry de Montherlant, Pitié pour les femmes

 

12:54 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/03/2016

Virilité spirituelle

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Celui qui n’est pas homme quant à l’esprit et l’âme n’est pas vraiment un homme… C’est la virilité spirituelle qui excite et réveille la femme absolue : dans le cas lorsque cette virilité, dépassant le stade du guerrier et du dominateur, s’oriente carrément vers le surnaturel (l’ascète). »

Julius Evola, Métaphysique du sexe

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Comme le signe ineffable de la présence de Dieu

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Qui peut s’émouvoir d’être pauvre entre les mains d’un Seigneur plus riche que tous les rois ? Bien avant qu’elle en eût fait confidence à personne, ou même qu’elle fût capable de la concevoir clairement, la pauvreté, une pauvreté surnaturelle, fondamentale, avait brillé sur son enfance, ainsi qu’un petit astre familier, une lueur égale et douce. Si loin qu’elle remontât vers le passé, un sens exquis de sa propre faiblesse l’avait merveilleusement réconfortée et isolée, car il semblait qu’il fût en elle comme le signe ineffable de la présence de Dieu, Dieu lui-même qui resplendissait dans son coeur. Elle croyait n’avoir jamais rien désiré au-delà de ce qu’elle était capable d’atteindre, et toujours cependant, l’heure venue, l’effort avait été moins grand qu’elle n’eut osé l’imaginer, comme si l’eut miraculeusement devancée la céleste compassion. »

Georges Bernanos, La Joie

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La paix

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le bonheur, mon cher père, est fait pour les bestiaux… ou pour les saints. J’y ai donc renoncé depuis longtemps. Mais, à défaut de bonheur, je voudrais, au moins, la paix, cette inaccessible paix, que les anges de Noël ont, pourtant, annoncée, sur terre, aux hommes de bonne volonté ! »

Léon Bloy, Le Désespéré

 

11:34 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Fermeté

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Plus vous agirez avec fermeté, plus vous affaiblirez leur résolution ; s’ils vous voient un peu faiblir, ils se montreront tous intraitables. »

Salluste, La Conjuration de Catilina

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook