Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2015

Que le faible dise : Je suis fort !

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Publiez ces choses parmi les nations ! Préparez la guerre ! Réveillez les héros ! Qu'ils s'approchent, qu'ils montent, Tous les hommes de guerre ! De vos hoyaux forgez des épées, Et de vos serpes des lances ! Que le faible dise : Je suis fort ! »

Sainte Bible, Joël 3 : 9-10

 

23:27 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les livres

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les livres ont parfois un impact stupéfiant sur les adolescents vulnérables, aux yeux embrumés d’hormones et au cœur mélancolique, en quête d’un Eden artistique, à mille lieues de la pelle et de la pioche, ou des bagarres de vestiaire, transis de désir de rencontrer une jeune fille qui adore les livres et qui ne soit pas leur soeur. »

Jim Harrison, En marge

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une capacité inépuisable à souiller son environnement

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’homme a une capacité inépuisable à souiller son environnement, et dans ce domaine les politiciens ont toujours eu une longueur d’avance. »

Jim Harrison, En marge

 

10:57 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/12/2015

L’enfance et l'âge adulte

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je compris trop vite, et peut-être à tort, que l'enfance et l'âge adulte ne se situaient pas sur une échelle temporelle, qu'ils ne faisaient que répondre à des circonstances qui pouvaient à tout instant basculer, déposséder l'adulte de son expérience ou apprendre à l'enfant qu'il ne l'avait jamais été. »

Martine Lucchesi-Belzane, Après l'oubli

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il n’est pas besoin pour cela d’être fou

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il y a des consciences qui, à de certains jours, se tueraient pour une simple contradiction, et il n’est pas besoin pour cela d’être fou, fou repéré et catalogué, il suffit, au contraire, d’être en bonne santé et d’avoir la raison de son côté. »

Antonin Artaud, Van Gogh le suicidé de la société

 

10:49 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/12/2015

La misère intellectuelle

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« (...) De ce point de vue, la récente "affaire" Éric Zemmour est assurément emblématique. Ce journaliste (l'un des rares représentants du "néoconservatisme" à la française autorisé à officier sur la scène médiatique) ayant, en effet, déclaré, lors d'un débat télévisé, que les citoyens français originaires d'Afrique noire et du Maghreb étaient massivement surreprésentés dans l'univers de la délinquance (et notamment dans celui du trafic de drogue), la police de la pensée s'est aussitôt mobilisée pour exiger sa condamnation immédiate – voire, pour les plus intégristes, sa pure et simple interdiction professionnelle (Beruf verboten, disait-on naguère en Allemagne). Je me garderai bien, ici, de me prononcer officiellement sur le bien-fondé de l'affirmation d’Éric Zemmour, et ce pour une raison dont l'évidence devrait sauter aux yeux de tous. Dans ce pays, l'absence de toute "statistique ethnique" (dont l'interdiction est paradoxalement soutenue par ces mêmes policiers de la pensée) rend, en effet, légalement impossible tout débat scientifique sur ces questions (un homme politique, un magistrat ou un sociologue qui prétendrait ainsi établir publiquement que l'affirmation de Zemmour est contraire aux faits – ou, à l'inverse, qu'elle exprime une vérité – ne pourrait le faire qu'en s'appuyant sur des documents illégaux). Il n'est pas encore interdit, toutefois, d'essayer d'envisager toute cette étrange affaire sous l'angle de la pure logique ("en écartant tous les faits", comme disait Rousseau). Considérons, en effet, les deux propositions majeures qui structurent ordinairement le discours de la gauche sur ce sujet.

Première proposition : "la principale cause de la délinquance est le chômage – dont la misère sociale et les désordres familiaux ne sont qu'une conséquence indirecte" (comme on le sait, c'est précisément cette proposition – censée s'appuyer sur des études sociologiques scientifiques – qui autorise l'homme de gauche à considérer tout délinquant comme une victime de la crise économique – au même titre que toutes les autres – et donc à refuser logiquement toute politique dite "sécuritaire" ou "répressive").
Seconde proposition : "les Français originaires d'Afrique noire et du Maghreb sont – du fait de l'existence d'un ‘racisme d'Etat’ particulièrement odieux et impitoyable – les victimes privilégiées de l'exclusion scolaire et de la discrimination sur le marché du travail. C'est pourquoi ils sont infiniment plus exposés au chômage que les Français indigènes ou issus, par exemple, des différentes communautés asiatiques". (Notons, au passage, que cette dénonciation des effets du "racisme d'Etat" soulève à nouveau le problème des statistiques ethniques mais, par respect pour le principe de charité de Donald Davidson, je laisserai de côté cette objection.)

Si, maintenant, nous demandons à n'importe quel élève de CM2 (du moins si ses instituteurs ont su rester sourds aux oukases pédagogiques de l'inspection libérale) de découvrir la seule conclusion logique qu'il est possible de tirer de ces deux propositions élémentaires, il est évident qu'il retrouvera spontanément l'affirmation qui a précisément valu à Zemmour d'être traîné en justice par les intégristes libéraux ("Le chômage est la principale cause de la délinquance. La communauté A est la principale victime du chômage. Donc, la communauté A est la plus exposée à sombrer dans la délinquance"). Les choses sont donc parfaitement claires. Ou bien la gauche a raison dans son analyse de la délinquance et du racisme d’État, mais nous devons alors admettre qu’Éric Zemmour n'a fait que reprendre publiquement ce qui devrait logiquement être le point de vue de cette dernière chaque fois qu'elle doit se prononcer sur la question. Ou bien on estime que Zemmour a proféré une contrevérité abominable et qu'il doit être à la fois censuré et pénalement sanctionné ("pas de liberté pour les ennemis de la liberté" – pour reprendre la formule par laquelle Saint-Just légitimait l'usage quotidien de la guillotine), mais la logique voudrait cette fois (puisque ce sont justement les prémisses de "gauche" qui conduisent nécessairement à la conclusion de "droite") que la police de la pensée exige simultanément la révocation immédiate de tous les universitaires chargés d'enseigner la sociologie politiquement correcte (ce qui reviendrait, un peu pour elle, à se tirer une balle dans le pied), ainsi que le licenciement de tous les travailleurs sociaux qui estimeraient encore que la misère sociale est la principale cause de la délinquance ou qu'il existerait un quelconque "racisme d’État" à l'endroit des Africains (au risque de découvrir l'une des bases militantes privilégiées de la pensée correcte).

Le fait qu'il ne se soit trouvé à peu près personne – aussi bien dans les rangs de la gauche que dans ceux des défenseurs de droite d’Éric Zemmour – pour relever ces entorses répétées à la logique la plus élémentaire en dit donc très long sur la misère intellectuelle de ces temps libéraux. On en serait presque à regretter, en somme, la glorieuse époque de Staline et de Beria où chaque policier de la pensée disposait encore d'une formation intellectuelle minimale. Dans la long voyage idéologique qui conduit de l'ancienne Tcheka aux ligues de vertu "citoyennes" qui dominent à présent la scène politico-médiatique, il n'est pas sûr que, du point de vue de la stricte intelligence (ou même de celui de la simple moralité) le genre humain y ait vraiment beaucoup gagné. »

Jean-Claude Michéa, Le complexe d'Orphée

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Nos vies minuscules

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Comment ne pas voir que le malheur est en train de s'abattre sur nous ? Nous avons des voitures qui parlent, des trains qui roulent sans conducteurs, des satellites en orbite géostationnaire qui nous surveillent jusque dans nos salles de bains, des cartes de crédit pour consommer plus, des coeurs et des reins dans nos congélateurs pour remplacer nos organes rongés par les molécules de la chimie industrielle, mais nous avons perdu la paix, le silence, la confiance, le naturel, le bon goût, la douceur, le rire. Nous dominons le cours des fleuves, le tracé des routes à travers les montagnes et sous les mers, les procédures informatiques, les ondes électroniques, la sécrétion des hormones. Mais nous n'avons aucun pouvoir ni sur les risques de l'avenir, ni sur les hasards de notre mort et cette impuissance nous torture. Mécanisées, appauvries, compactées, nos vies minuscules n'en finissent pas de nous échapper. »

Sébastien Lapaque, Sermon de saint François d'Assise aux oiseaux et aux fusées

 

11:04 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/11/2015

Écrire est un choix perpétuel entre mille expressions...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Cette lettre, mon amie, sera très longue. Je n’aime pas beaucoup écrire. J’ai lu souvent que les paroles trahissent la pensée, mais il me semble que les paroles écrites la trahissent encore davantage. Vous savez ce qui reste d’un texte après deux traductions successives. Et puis, je ne sais pas m’y prendre. Écrire est un choix perpétuel entre mille expressions, dont aucune ne me satisfait, dont aucune surtout ne me satisfait sans les autres. Je devrais pourtant savoir que la musique seule permet les enchaînements d’accords. Une lettre, même la plus longue, force à simplifier ce qui n’aurait pas dû l’être : on est toujours si peu clair dès qu’on essaie d’être complet ! Je voudrais faire ici un effort, non seulement de sincérité, mais aussi d’exactitude ; ces pages contiendront bien des ratures ; elles en contiennent déjà. Ce que je vous demande (la seule chose que je puisse vous demander encore) c’est de ne passer aucune de ces lignes qui m’auront tant coûté. S’il est difficile de vivre, il est bien plus malaisé d’expliquer sa vie. »

Marguerite Yourcenar, Alexis ou le Traité du vain combat

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La télévision

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« J’ai maintes fois remarqué que les gens qui regardent beaucoup la télévision ne semblaient plus jamais capables de s’adapter au rythme réel de l’existence. La vitesse du passage des images devient, semble-t-il, la vitesse à laquelle ils aspirent en permanence et ils manifestent souvent de l’impatience et de l’ennui avec tout le reste. J’ai lu quelque part que les enfants deviennent tellement saturés de télévision et de jeux vidéos que le Valium est pour eux la seule alternative. »

Jim Harrison, En marge

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/11/2015

Si les puissances existent c'est parce qu'elles ont un rôle à jouer

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Bien qu'elles soient toujours associées à Satan, bien qu'elles reposent sur la transcendance de Satan, les puissances sont tributaires de lui mais ne sont pas sataniques au même sens que lui.
Loin de chercher à fusionner avec la fausse transcendance, loin d'aspirer à l'union mystique avec Satan, les rites s'efforcent de tenir ce redoutable personnage à distance, de le maintenir hors de la communauté.
On ne peut donc qualifier les puissances simplement de diaboliques et, sous prétexte qu'elle sont mauvaises, on ne doit pas leur désobéir systématiquement. C'est la transcendance sur laquelle elles reposent qui est diabolique. Les puissances ne sont jamais étrangères à Satan, c'est un fait, mais on ne peut pas les condamner les yeux fermés et, dans un monde étranger au Royaume de Dieu, elles sont indispensables au maintien de l'ordre. C'est ce qui explique l'attitude de l'Eglise à leur égard. Si les puissances existent, dit saint Paul, c'est parce qu'elles ont un rôle à jouer et qu'elles sont autorisées par Dieu. L'apôtre est trop réaliste pour partir en guerre contre les puissances. Il recommande aux chrétiens de les respecter et même de les honorer aussi longtemps qu'elles n'exigent rien de contraire à la foi. »

René Girard, Je vois Satan tomber comme l'éclair

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les femmes maigres et les femmes grasses

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ceci va paraître une plaisanterie, mais je suis convaincu que le jour où le féminisme triompherait, on ne tarderait pas à s’apercevoir que l’origine des maux profonds dont souffre l’humanité vient de la guerre sourde que se font les femmes maigres et les femmes grasses. »

Remy de Gourmont, Pensées inédites

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/11/2015

Stupides et entièrement égaux entre eux

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Tous sont stupides et entièrement égaux entre eux en ce qui concerne la stupidité et la sujétion. Chacun appartient à tous et tous à chacun et notre objectif essentiel est l’égalité. Ainsi baissera d’abord le niveau d’instruction, de connaissance et de dispositions naturelles – nous n’avons pas besoin d’êtres exceptionnels. Ceux qui les possédaient ont toujours attiré le pouvoir à eux et sont devenus des despotes et ils ont toujours apporté la démoralisation. C’est pourquoi nous les bannirons et les mettrons à mort. Nous couperons la langue à Cicéron. Nous crèverons les yeux de Copernic. Nous lapiderons Shakespeare. La culture n’est pas nécessaire, nous avons assez de science, c’est l’obéissance qui doit s’imposer d’abord. Toute recherche de culture est déjà une tendance aristocratique ; nous lui tordront le cou. Nous répandrons l’ivrognerie, la médisance, la vantardise ; nous tuerons le génie dans tout enfant. Un pape au sommet, entouré de nous, les chefs, et au-dessous la sottise ! Oh ! donnez seulement le temps de grandir à cette génération…, une, deux générations d’une corruption inouïe, des générations aux mœurs bestiales, ignobles, infâmes et l’humanité se transformera en un magma écœurant et cruel, lâche, égoïste ; alors tout se mettra à basculer, la Russie s’emplira de ténèbres et la terre pleurera la disparition des anciens dieux. »

Fiodor Dostoïevski, Les Possédés

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ces futiles misères

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Que m'importaient pourtant ces futiles misères, à moi qui n'ai jamais cru au temps où je vivais, à moi qui appartenais au passé, à moi sans foi dans les rois, sans conviction à l'égard des peuples, à moi qui ne me suis jamais soucié de rien, excepté des songes, à condition encore qu'ils ne durent qu'une nuit. »

François-René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/11/2015

L’amour et la passion sont deux différents états de l’âme

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Elle n'aimait pas, elle avait une passion. L’amour et la passion sont deux différents états de l’âme que poètes et gens du monde, philosophes et niais confondent continuellement. L’amour comporte une mutualité de sentiments, une certitude de jouissances que rien n’altère, et un trop constant échange de plaisirs, une trop complète adhérence entre les cœurs pour ne pas exclure la jalousie. La possession est alors un moyen et non un but ; une infidélité fait souffrir mais ne détache pas ; l’âme n’est ni plus ni moins ardente ou troublée, elle est incessamment heureuse ; enfin le désir étendu par un souffle divin d’un bout à l’autre sur l’immensité du temps nous le teint d’une même couleur : la vie est bleue comme l’est un ciel pur. La passion est le pressentiment de l’amour et de son infini auquel aspirent toutes les âmes souffrantes. La passion est un espoir qui peut-être sera trompé. Passion signifie à la fois souffrance et transition ; la passion cesse quand l’espérance est morte. Hommes et femmes peuvent, sans se déshonorer, concevoir plusieurs passions ; il est si naturel de s’élancer vers le bonheur ! mais il n’est dans la vie qu’un seul amour. Toutes les discussions, écrites ou verbales, faites sur les sentiments, peuvent donc être résumées par ces deux questions : Est-ce une passion ? Est-ce l’amour ? »

Honoré de Balzac, La Duchesse de Langeais

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Grossièrement matérialiste et utilitaire

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Notre époque, grossièrement matérialiste et utilitaire, a pour prétention de faire disparaître toute espèce de friche et de broussailles aussi bien du globe que de l’âme humaine. Asservie aux idées de rapport, la société, cette vieille ménagère qui n’a plus de jeune que ses besoins et qui radote de ses lumières, ne comprend pas plus les divines ignorances de l’esprit, cette poésie de l’âme qu’elle veut échanger contre de malheureuses connaissances toujours incomplètes, qu’elle n’admet la poésie des yeux, cachée et visible sous l’apparente inutilité des choses. Pour peu que cet effroyable mouvement de la pensée moderne continue, nous n’aurons plus, dans quelques années, un pauvre bout de lande où l’imagination puisse poser son pied pour rêver, comme le héron sur une de ses pattes. Alors, sous ce règne de l’épais génie des aises physiques qu’on prend pour de la Civilisation et du Progrès, il n’y aura ni ruines, ni mendiants, ni terres vagues, ni superstitions. »

Jules Amédée Barbey d’Aurevilly, L'Ensorcelée

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook