Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2010

Les uns et les autres sont des loups dans la bergerie.

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Un passage des Evangiles devrait clouer le bec à tous ceux qui se disent chrétiens et qui vomissent leur petite haine dangereuse et sans conscience claire.

Mt 25:31-
" Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, escorté de tous les anges, alors il prendra place sur son trône de gloire.
Mt 25:32-
Devant lui seront rassemblées toutes les nations, et il séparera les gens les uns des autres, tout comme le berger sépare les brebis des boucs.
Mt 25:33-
Il placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche.
Mt 25:34-
Alors le Roi dira à ceux de droite : "Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde.
Mt 25:35-
Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez accueilli,
Mt 25:36-
nu et vous m'avez vêtu, malade et vous m'avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir. "
Mt 25:37-
Alors les justes lui répondront : "Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te désaltérer,
Mt 25:38-
étranger et de t'accueillir, nu et de te vêtir,
Mt 25:39-
malade ou prisonnier et de venir te voir ?"
Mt 25:40-
Et le Roi leur fera cette réponse : "En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. "
Mt 25:41-
Alors il dira encore à ceux de gauche : "Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges.
Mt 25:42-
Car j'ai eu faim et vous ne m'avez pas donné à manger, j'ai eu soif et vous ne m'avez pas donné à boire,
Mt 25:43-
j'étais un étranger et vous ne m'avez pas accueilli, nu et vous ne m'avez pas vêtu, malade et prisonnier et vous ne m'avez pas visité. "
Mt 25:44-
Alors ceux-ci lui demanderont à leur tour : "Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé ou assoiffé, étranger ou nu, malade ou prisonnier, et de ne te point secourir ?"
Mt 25:45-
Alors il leur répondra : "En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait. "
Mt 25:46-
Et ils s'en iront, ceux-ci à une peine éternelle, et les justes à une vie éternelle. "

Autant la mièvrerie des chrétiens post-Vatican II en arriverait à me dégoûter du Christ si je n'avais plongé mon nez dans la Bible, autant les poussiéreuses convictions d'un grand nombre de droitistes traditionalistes ou identitaires ne me donnent aucunement l'envie de faire partie de leur clan. D'un côté comme de l'autre le pathos hurle sa détermination à avoir raison. Il n'y a pas d'équilibre, pas de Sagesse ni d'authentique charité dans leurs idéologies arrêtées. Tous statufiés dans leurs convictions, se cognent la poitrine en criant "moi" et puis "nous", mais ils se chient dessus comme si ils oignaient leurs fonds de couches d'une huile sacramentelle. Les uns et les autres sont des loups dans la bergerie.

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/02/2010

Art de Vivre

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

La Fontaine me sauve de toutes les crispations et gesticulations voraces ambiantes, il me sauve de toutes les certitudes qui alourdissent considérablement alors qu'elles ne sont que poussière de faux rêves. Quelques vers vifs comme ceux qui suivent et je songe à la promesse, jadis, que fut ce pays nommé France, le pays des francs, autant le dire, le pays des hommes libres.

"J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique,
La ville et la campagne, enfin tout ; il n'est rien
Qui ne me soit un souverain bien,
Jusqu'aux sombres plaisirs d'un coeur mélancolique...

Papillon du Parnasse, , et semblable aux abeilles,
Je suis chose légère et vole à tout sujet ;
Je vais de fleur en fleur et d'objet en objet."

J'aime cette idée que Dieu fut heureux en ce pays dont le nom est aussi un beau prénom de femme.

 

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/01/2010

Hell

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Un épuisement m'enserre l'âme. La merde, la crasse, la tripe sur la page du journal gratuit. Evocation des bébés congelés. Chômeurs prévus dans les mois à venir. De poursuivre l'énumération me dégoûte d'avance. Triste continuation de la liste non exhaustive d'hier. Cette jolie planète a vraiment besoin d'une purge.

 

07:03 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/01/2010

Grosse fatigue

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Le climat se dérègle. La politique internationale s'obamanise. Les enfants sont extrêmement violents dès la maternelle. Le Sud, clandestinement, monte au Nord. La courtoisie et l'élégance s'effritent. La pensée est, partout, tripale et de moins en moins neuronale. L'économie mondiale a une grosse grippe doublée d'une chiasse à n'en plus finir. La Corée du Nord rote en public. Bagdad pète d'une joie mortuaire dix fois par jour. L'Afghanistan s'auto-encule ad vitam eternam. Les islamistes éjaculent leur foutre de sang en proclamant "inchallah" ! Life is sweet.

Grosse fatigue.

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/08/2009

Nostalgie

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=


L'Héritier

 

Mon fils, Vladimir, est rentré de vacances. Une dizaine de jours en Ardèche, avec Vincent et sa famille. Il s’est amusé comme un fou avec son meilleur pote, Maximilien, le fils de mon meilleur ami. C’est un sentiment étrange qui me submerge quand je mesure le chemin que nous avons parcouru, Vincent et moi, un chemin que n’imaginent pas nos gosses qui se sont créé une complicité et s’éclatent comme des cochons. Quand mon regard croise celui de mon ami, nous nous comprenons et ressentons aussitôt le poids de notre relation unique. Agés de 44 ans tous les deux, nous nous fréquentons depuis nos 7 ans. 37 années d’amitié sans aucune prise de tête, c’est un miracle, une chance unique.

« Le bonheur d’un ami nous enchante. Il nous ajoute. Il n’ôte rien. Si l’amitié s’en offense, elle n’est pas.» Jean Cocteau (La Difficulté d’être)


Bro' Vince

Je songe, du coup, à ce paradoxe de notre condition, si bien exprimé par Georges Perros dans ses « Papiers collés » :

« Je ne crois pas que l’amour soit nécessaire — c’est plutôt le contraire — pour former un monde où l’amour soit possible. »

Nostalgie, en cette nuit, à revoir la vie défiler et à ressentir la présence palpable d’instants rayonnants de lumière pourtant passés, mais qui ont laissé une empreinte profonde et indélébile. On se demande pourquoi la vie n’est pas toujours dans ce cercle de joyeuse fraternité, d’échanges essentiels, d’amour serein.
Alors pour avaler cet amas d’émotions et de souvenirs, je bois de la Slivovits et fume comme un pompier en écoutant l’album des Rolling Stones, "Bigger Bang". Il est 4h46 du matin et je regarde mes souvenirs danser devant moi et brûler comme de scintillants papillons venant mourir à mes pieds.

 


BROTHERHOOD

04:55 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (11) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/08/2009

Mille anges divers ont présidé à ton infortune

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Adhère au fait.
Délivre le cri.
Accepte le déclin,
son souffle putride
et le chant qui en émerge.
Ô ces vestiges
en la vase.
Ô ces glaives
brillants sous la lune.
Ces lances qui guettent
le signe strident,
l’ordre d’avancer
sur la forteresse lugubre
qui encense de ses putréfactions
l’abîme qu’elle domine.
De ton gouffre surgissent
et se déploient
les images, les visions,
des larmes de mezcal,
des barils de tequilla
du whisky sans glace,
de la slivovitz habitée.
Fresque des dérives sans fin,
des naufrages répétés,
d’îles infernales
en récifs eschatologiques.
Entre le verre d’alcool
et le livre annoté fièvreusement.
Mille anges divers
ont présidé à ton infortune.

20:43 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ruines

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Le royaume n’est que ruines,
tandis que nous perdons
notre temps
avec le démon
et son sens des détails.
Nous dansons sous ses ailes,
embrassons la poussière,
recousons nos âmes déchirées,
avec du fil barbelé,
avec du foutre désséché.
Nous avons morgue
et assurance
et certitude
de notre crasse,
pitoyable maîtrise de nos restes.
Terrible sera le retour
de nos Blasphèmes.

07:23 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/08/2009

La respiration paisible

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

On ne se remet jamais de sa venue au monde. On cherche toute sa vie la respiration paisible qui effacera la violence et le mystère de ce jour. Mais dés nos premiers pleurs nous héritons de tout ça, sans le vouloir vraiment, malgré nous, et toute notre vie nous devons le porter. Tout ce bordel. Et toute notre vie nous apprenons à nous en débarrasser et à n’en conserver que la meilleur part. Du moins pour ceux qui se sentent concernés. De nos jours, pour y parvenir, nous devons nous créer de toutes pièces un « No man’s land », un « Underground ». Et c’est difficile. Avoir part à son intimité profonde est de plus en plus difficile – les endroits se fondent les uns dans les autres de manière chaotique. L’image n’est pas claire. Quand elle a l’air claire elle manque de précision. Tout semble devenir plus petit. Plus bas. Accessible à tous. Lieux communs. Temps. Espace. Mots. Maux. Tout se réduit. Adieu ô Nuance ! La Globalisation nous écrase. Adieu ô Singularité. Marcher tel Rimbaud, tel Jim Morrison ? Fini tout cela. Il s’agit à présent de se taire (pas même d’un noble silence), demeurer assis dans une attente dépourvue d’objet, cligner des yeux devant la vache bariolée. Mourir à petit feu en souriant.

« It’s better to burn out than to fade away. » Neil Young

L’Ordre reviendra. Affaire de temps. Tout ce qui arrive se devait d’arriver. Le yin et le yang travaillent en synergie qu'on le veuille ou non. Tout le reste n'est que de la parlote, des œillères qu'on se met. En gros ça sécurise, mais ça éloigne de la Véritable Vie ! D'où des incompréhensions dans les meilleurs des cas...et des massacres et des génocides dans les pires !

 

17:15 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Société secrète

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Pascal Quignard, dans « Les ombres errantes » : « Les sociétés secrètes d’hommes libres sont portées à devenir de plus en plus minuscules. Elles sont presque individuelles. Mes amis me sont de plus en plus chers et de moins en moins nombreux. »

Oui, certains jours je suis apprenti, compagnon et maître de loge à moi tout seul ! Une confrérie entière se tient dans ma bouche, au bout de ma queue et dans mon cul !

 

04:55 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/08/2009

Les poufs... sanguinaires ou non...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Le journal que je tiens sera mon empreinte pour les lecteurs à venir. L’instantané prolongé, capturé dans l’écrin de l’écriture pour dire le souffle que je fus, la banale existence d’un renégat qui se cherche en creusant son tunnel à travers la jungle épaisse, ou en creusant sa tranchée, ou sa tombe. Mon combat si petit qui pourtant m’écrase.

La musique de Gov’t mule me guérit de tout.

 

À part le fric et ma fille Laura qui fait des siennes, y’a pas péril en la demeure. Malgré les états d’âme d'Irina, et malgré probablement les miens (et mes états d’âme sont parfois gratinés), je vis une relation stable qui trouve encore l’inspiration pour se renouveler. C’est juste plus secret et mystérieux, ça fonctionne dans les soubassements, dans les corridors perdus de nos êtres, par l’instinctive confiance, la nébuleuse indescriptible qui s’amuse de nous et avec laquelle, au fil des ans, on apprend à fonctionner. L’homme est une remarquable machine avec laquelle on est pas au bout de nos surprises. Admirable conception qui sait outrepasser ses imperfections.

Le Japon ravagé simultanément par un tremblement de terre et par un typhon. Life is sweet.

 

Les nazis, ces poufs sanguinaires, récupéraient les cheveux des juifs, avant leur exécution, pour rembourrer les coussins. Ils confectionnaient des abat-jours avec la peau de leurs victimes. Sans parler des dents en or, bestialement arrachées. Il n’y a pas de sot profit, même dans l’horreur la plus absolue. Mais rassurez-vous, défenseurs des drouadlomme. En Afrique on peut trouver sur certains marchés, les clitoris des jeunes filles excisées, pour je ne sais quelle consommation conseillée par les marabouts locaux afin de guérir magiquement de son impuissance, ou que sais-je ? De même, dans des régions reculées du Congo, on mange du pygmée car comprenez-vous, ces petits semblants d’hommes, ne sont pas des hommes, donc on peut les bouffer entre un singe et un crocodile (dont la chair, m’a-t-on certifié, bien préparée, peut être délicieuse). La boucle est bouclée, si je puis dire, entre la forte bête blonde, élue parmi les élus, et les crétins nègres et leur stupidité meurtrière. En Afrique du Sud Est, les albinos ne sont pas en reste. Leur génocide semble programmé. Ainsi que leur consommation ritualisée. Argument des drouadlommistes : c’est la misère et, surtout, la famine qui les poussent à cette folie.
C’est cela, soutenons-les.
Par contre, comme chacun le sait, ça n’est ni la misère ni la famine qui ont poussé le parti national-socialiste au devant de la scène politique.
La connerie crasseuse est tout de même épuisante. Et la fatigue devient massive et éprouvante lorsqu’on devine la connerie même chez des gens cultivés et sensés faire preuve de discernement. La charge aveugle du dénommé Zak et du sirupeux Radek contre Nietzsche en est un fulgurant exemple. Cette incapacité due à la crispation, à faire preuve d’abstraction, d’esprit de synthèse et de réflexion digne de ce nom, dès que les postulats rencontrés sortent du giron de leurs certitudes.

22:58 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (7) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Au milieu du péril

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

A tous ces chrétiens haineux et donneurs de leçons.
« Le miracle de l’amour, c’est d’être debout dans la nuit, plein de silence dans le fracas de l’insignifiance, plein de louange au milieu de la haine. »
Christiane Singer, Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?

A la fenêtre du salon. Je fume et je regarde dans le vide. Grande légèreté intérieure malgré la vie qui me pèse. Des soucis de père, des inquiétudes de mari, des questions de fils.
Apprentissage. Jeté dans l’arène à tenir tête à un taureau au souffle brûlant aux yeux exorbités et à la bave fiévreuse.

Et le temps qui passe, menace et soumet.

Il faut affiner ses perceptions. Regarder et sentir le monde par tous les pores de la peau, capter le moindre frémissement susceptible de nous révéler quelque vérité insoupçonnée. La vie se doit d’être un changement perpétuel, mais avec une constance forte et affirmée. A la faveur des métamorphoses et mutations, les transformations apportent la purification, on élimine les tensions, les inhibitions, les raideurs pour gagner en souplesse, en fluidité afin que la liberté d’action devienne une obéissance joyeuse aux moindres sollicitations du devenir. Viennent alors les moments brûlants de la félicité, de la jubilation. Vient, alors, l’extase dans l’œil du cyclone. On se sent arraché à la mort, hors du temps, plongé dans une surabondance de vie où coule à flots un amour capable d’embraser le monde en l’embrassant. Un amour apte à tout comprendre.

Une jeune femme me reproche de n’être pas assez impliqué, trop détaché, flegmatique. La liberté, le refus de soumission dérange. Il est difficile de trouver quelqu’un qui ne fera que la chose essentielle : savourer l’instant, dans la bonne distance avec tout, et savourer, simplement, le miracle d’être. Pourtant je passe mon temps à la pousser à se délester des poids, considérables, qui l’empêchent de déployer ses ailes à leur juste mesure.

« Un jour, ce qu’il y a au monde de plus silencieux et de plus léger est venu à moi. »
Friedrich Nietzsche

Je songe à Bloy, encore, en tombant sur ce passage de Philippe Sollers, dans son livre Illuminations : « Le poète est un prophète en musique. Un prophète du beau et de la vérité. Plus il est grand, plus il est allé loin dans la vérité du langage, et plus il aura lutté pour le langage de la vérité. »

Et je songe encore à Bloy quand il cherche à équilibrer constamment sa lecture du Saint Livre en dévoilant l’éternelle confrontation entre Abel et Caïn qui se reproduit dans toute la textuelle de la Torah puis des Evangiles comme un programme mis en place depuis le commencement des commencements (certains kabbalistes affirment qu’avant même le premier jour, avant même la chute et l’exil dus au serpent, le côté droit et le côté gauche de Dieu se sont affronté en des prémisses an-historiques), je songe, à Bloy et à sa compréhension affectueuse du mystère d’Israël, dans la joute qu’il met en scène avec un verbe fulgurant entre le peuple juif perçu comme abomination et à la fois comme bénédiction, toutes deux inclusives du reste du genre humain, lorsque je lis ces vers de Friedrich Hölderlin :

« Tout proche
Et difficile à saisir, le dieu !
Mais au lieux du péril croît
Aussi ce qui sauve. »

 

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/08/2009

Autre temps, même moeurs

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Le 24 août 1770, à Londres, se donnait la mort le poète Thomas Chatterton. Il avait 17 ans.

« Ô mon âme, exerce ton pouvoir, adore ;
Envole-toi sur les ailes de la dévotion
Pour célébrer la journée :
Le Dieu qui créa le ciel et la terre
Animera ma langue reconnaissante ;
Et grâce à lui j’attraperai le profane. »

Changeons les géographies internes, les topographies mentales et c’est la même histoire sans fin qui se répète : un cœur absolu veut s’embraser d’être simplement là où il est et célébrer humblement le jour qui commence comme un chant surgissant du lieu même où se jette impétueusement le fleuve dans l’océan. Le bonheur d’une singularité non entendu par la meute de la foule, ou pire, trop bien entendu.

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/06/2009

Abîme

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."

« Quand en 410 parvint en Afrique la nouvelle, on ne voulut pas y croire : Rome pillée par Alaric, un chef wisigoth fédéré un temps avec l’Empire et qui s’était mis à son compte ! Mais quand débarquèrent les premiers réfugiés, il fallut bien admettre l’inadmissible. Rome, la maîtresse du monde, inviolée depuis huit siècles, mise à mal par une bande de supplétifs, chrétiens au demeurant, encore qu’ariens, qui l’eût seulement imaginé ? Non, certes, qu’à cette génération les présages aient fait défaut. En 378, ç’avait été le désastre d’AndrinopleValens, l’empereur d’Orient, avait disparu. Là-dessus, les villes du Danube étaient tombées l’une après l’autre. On avait bien arrêté, en 405, l’avance de Radagaise et de ses Ostrogoths, mais les Vandales poursuivaient leur descente à travers la Gaule, l’Espagne et bientôt l’Afrique. En fait, tout avait commencé dès le IIIe siècle, en dépit des efforts d’un Aurélien, d’un Probus, d’un Dioclétien surtout pour reprendre en main la situation. Et c’est ainsi que peu à peu, sur fond de marasme économique, de laisser-aller et d’usrpations, les Barbares s’étaient installés en terre d’Empire. Ils s’imposaient aux postes importants des armées, où certains se rendaient indispensables, comme Stilicon précisément contre Radagaise. Mais peu de gens s’étaient avisés de la montée des périls : Libanios, Ammien Marcellin, ou encore le mystérieux auteur de l’Histoire Auguste. Certes, on disait bien que les choses n’allaient pas, mais n’est-ce pas là un refrain commun à toutes les époques ? Que c’en soit vraiment fini du monde où l’on vit, voilà une idée à laquelle on ne se fait pas, et moins encore accepte-t-on la chute d’un symbole jusque-là rassurant. Car, en réalité, Rome n’était plus depuis un bon siècle qu’une capitale émérite, remplacée par Milan, puis par Ravenne pour l’Occident, et pour l’Orient par Nicomédie, puis Constantinople. Momifiée dans sa gloire séculaire, elle n’avait pourtant rien perdu de son prestige, ni — du moins pour les grandes familles — de son agrément. Les rêves ne sont-ils pas toujours les derniers à mourir ? Partout dans le monde, ce fut donc l’inquiétude et la consternation. De Bethléem, Saint Jérôme écrit : « Horreur ! l’univers s’écroule ! » — et ailleurs : « Une rumeur terrifiante nous parvient d’Occident […] Ma voix s’étrangle, les sanglots étouffent mes paroles tandis que je les dicte. Elle est donc prise, la Ville qui a pris l’univers […]. » Dans la préface qu’il destine à son Commentaire d’Ezéchiel, le même Jérôme note : « Qui aurait pensé que Rome, édifiée avec les victoires remportées sur le monde entier, s’effondrerait au point de devenir le tombeau des peuples dont elle était la mère ? Que tous les pays de l’Orient, de l’Egypte, de l’Afrique verraient un jour réduits en esclavage d’innombrables enfants de la maîtresse de l’univers ? » Non que les dégâts fussent irréparables — au cours des temps, la Ville en verraient d’autres —, et Alaric n’avait fait que passer. Mais, en ces trois jours d’août 410, s’était évanoui le phantasme séculaire de Rome capitale éternelle du monde, Roma aeterna ».

Lucien Jerphagon, Préface du volume de la Pléiade : Saint Augustin, La Cité de Dieu (Œuvres, II)

 

A lire ces lignes, on devrait considérer d’un autre œil la menace à nos portes, lançant déjà son attaque par la propagation de ses métastases parmi nous. Mais il y a un précipice gigantesque entre les braves citoyens européens et leur conscience.

Leurs racines profondément enterrées ils barbotent dans la mare à connards. Plus de cervelle, plus de couilles. Encéphalogrammes presque plats. Quelques soubresauts par moment. C’est que la société de consommation a des aptitudes pour nous plonger dans l’agitation.


« Entre moi et ma conscience

S’étend un abîme

Sur le fond invisible duquel roule

Le fracas d’un torrent loin de tous les soleils,

Dont le bruit même est en fait noir et froid

Oh oui ! sur cette sorte d’épiderme qui clôture les opinions

De notre âme, froid et noir et terriblement vieux,

En soi, et non en son apparence exprimée. »

 

L’Abîme, le violoneux fou (Poésie anglaise) – Fernando Pessoa

 

Car l’histoire se répète et se répètera tant que cet abîme ne sera pas comblé. Des barbares et des ariens hier, des islamistes aujourd’hui. Il se joue, là, ici et maintenant, 2009, l’avenir d’une civilisation.

 

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (7) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/06/2009

L'étranger - II

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."

 

Je citais Charles Baudelaire avant-hier et je tombe, ce jour, sur ces propos qu'il eut à propos d'Edgar Allan Poe : "J'ai à écrire l'histoire d'un de ces illustres malheureux, trop riches de poésie et de passion, qui est venu faire en ce bas monde le rude apprentissage du génie chez les âmes inférieures."

Comme je me sens proche de ces mots, ce souffle qui dit la seule différence qui vaille la peine, finalement, d'être soulignée. Oh, je ne suis pas un génie, que le lecteur se rassure quant à mes prétentions, je ne suis qu'une chair qui brûle et un coeur qui saigne, dans une morne quotidienneté qui m'emprisonne dans son poing, mais je suis tellement, une fois de plus, en dehors de tout, à batailler contre les mirages, la facilité logorrhéique et les borborygmes qui chlinguent leurs fonds d'idéologies meurtrières que je ne puis appartenir à rien ni à personne.

 

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/06/2009

L'étranger

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."

 

Sur la "réacosphère" mes commentaires sur les divers blogs provoquent des levers de boucliers qui me signifient que je ne serai jamais, au final, un membre authentique de cette famille politique qui affiche, ce qui est comique, tout autant de crispations que la famille d'en face. Mes remarques n'enlèvent pas un iota au respect que j'ai pour certaines intelligences croisées ça et là, virtuellement, sur le net, et l'admiration, réelle, pour quelques plumes dignes d'éloges. Mais les systématiques et épidermiques réactions tripales, passionnelles, racialistes, étatistes ou naïvement libertariennes, identitaires, plus catholiques que chrétiennes, du coup très païennes pseudo-gréco-romaines me fatiguent autant qu'elles me font marrer. J'aime bien trop la vie, l'amour, la liberté, la courtoisie, la douceur, la gentillesse, sans émasculer un seul instant la virilité de l'action et la conscience de l'appartenance à une civilisation, j'aime trop les peuples dans leurs diversités, mais avant tout l'homme debout, l'individu digne, quelle que soit sa race ou sa culture pour souscrire à des opinions extrémistes qui se nourrissent de ressentiments, de haine aux yeux injectés de sang et d'amertume vichyste puant la naphtaline. Certes, ils ont des arguments, mais "tout est vrai, rien n'est exact" comme le disait si bien Barrès. Mais il me sied de déployer mes ailes comme bon me semble, dans les circonstances qui sont les miennes et de ne me plier qu'aux choix que mon intelligence a affrontés.

Je me sens un étranger où que j'aille. Pas n'importe quel étranger, comprenez-moi bien.


"L'Etranger


Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ?

ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère ?

- Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.

- Tes amis ?

- Vous vous servez là d'une parole dont le sens

m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.

- Ta patrie ?

- J'ignore sous quelle latitude elle est située.

- La beauté ?

- Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.

- L'or ?

- Je le hais comme vous haïssez Dieu.

- Eh ! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?

- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages !"

 

 

17:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (14) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook