25/02/2010

Guerre Sainte

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

« Je trouve ma joie dans l’observance de la parole. » (Psaumes,119-14)

La texture du réel est là. La suivre de ma main comme une superbe étoffe en une caresse ou m’affirmer comme EN procédant est ce qui m’importe le plus. L’observance de la parole n’est pas pour les chiens obéissants. C’est une prière incarnée quand suinte autant le désastre. Les prêtres masqués ainsi que leurs dévots veillent. La guerre est bien-sûr déclarée.

05:08 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/02/2010

Ailes...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Une Sainte colère viendra purifier mon exil. Assez ! Je ne puis tolérer plus loin cette soumission au destin. J’affronterai l’ange en le considérant en face. Dieu s’amuse de moi car il est en vérité de mon côté.

19:15 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Retrousse tes manches, camarade !

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Heidegger a écrit : « L’origine n’est pas derrière nous, mais elle est devant nous. »

Nous guettons tous ce commencement authentique, nouveau, paradoxalement vierge et mature. Nous attendons. Mais qui y travaille ?

06:48 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/02/2010

Sans Importance

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

J’aurai un jour le souvenir de tous ces mots inutiles comme d’étranges fruits aux lointains nectars qui m’auront laissé une profonde aigreur dans la bouche. Que penserai-je sur mon lit de mort ? Ce journal…cette vie…tout ça que j’aurai traversé comme j’aurai pu. A l’instant de vérité qui viendra vraiment me mettre en face de l’inéluctable. Je n’échapperai à rien. Cette pensée m’aide, finalement, à vivre mieux. Car cet inéluctable confère à toute cette risible comédie très peu d’importance, passé un certain niveau d’implication, de compréhension, d’entente avec l’existence, de complicité avec la nature Humaine. Oui…il faut aimer, rire, donner, jouir, sauver ce qui peut l’être. Mais tout ça est parfaitement sans importance, finalement.

19:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Attente

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Être en instance d’éclosion. Ce qui est dur à supporter à la longue car rien ne vient.
Je me sens comme un potentiel qui bouillonne de l’intérieur d’un intense Magma, mais qui ne déborde guère. Pourtant je suis de nature prolifique, exubérante et généreuse.

Il me faut évaluer et agir.

Foudroie-moi ô Seigneur…

Être en instance imminente d’éclosion. En distance d’éclosion aussi…

07:39 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/02/2010

Une émergence qui est folie

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Dieu serait, aussi, une discontinuité du monde. Israël d'abord, Jésus ensuite, Dieu lié librement aux lois qu'il a créées se donne aussi, librement, le droit de les enfreindre afin d'initier un saut qualitatif. La création, à bien y réfléchir, n'est pas naturelle. Lorsque Jésus effectue ses miracles il va à l'encontre des lois et de l'ordre en cours. Les pharisiens le lui font bien entendre et Satan baisse la tête, Prince de ce monde pour un court laps de temps, lui qui gère la finitude dans la matière qui nous est donnée. La discontinuité que Dieu introduit dans sa création, par des moyens contre-nature, apporte la foi, l'espérance et l'amour. Une émergence qui est folie.

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/02/2010

Les uns et les autres sont des loups dans la bergerie.

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Un passage des Evangiles devrait clouer le bec à tous ceux qui se disent chrétiens et qui vomissent leur petite haine dangereuse et sans conscience claire.

Mt 25:31-
" Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, escorté de tous les anges, alors il prendra place sur son trône de gloire.
Mt 25:32-
Devant lui seront rassemblées toutes les nations, et il séparera les gens les uns des autres, tout comme le berger sépare les brebis des boucs.
Mt 25:33-
Il placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche.
Mt 25:34-
Alors le Roi dira à ceux de droite : "Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde.
Mt 25:35-
Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez accueilli,
Mt 25:36-
nu et vous m'avez vêtu, malade et vous m'avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir. "
Mt 25:37-
Alors les justes lui répondront : "Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te désaltérer,
Mt 25:38-
étranger et de t'accueillir, nu et de te vêtir,
Mt 25:39-
malade ou prisonnier et de venir te voir ?"
Mt 25:40-
Et le Roi leur fera cette réponse : "En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. "
Mt 25:41-
Alors il dira encore à ceux de gauche : "Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges.
Mt 25:42-
Car j'ai eu faim et vous ne m'avez pas donné à manger, j'ai eu soif et vous ne m'avez pas donné à boire,
Mt 25:43-
j'étais un étranger et vous ne m'avez pas accueilli, nu et vous ne m'avez pas vêtu, malade et prisonnier et vous ne m'avez pas visité. "
Mt 25:44-
Alors ceux-ci lui demanderont à leur tour : "Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé ou assoiffé, étranger ou nu, malade ou prisonnier, et de ne te point secourir ?"
Mt 25:45-
Alors il leur répondra : "En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait. "
Mt 25:46-
Et ils s'en iront, ceux-ci à une peine éternelle, et les justes à une vie éternelle. "

Autant la mièvrerie des chrétiens post-Vatican II en arriverait à me dégoûter du Christ si je n'avais plongé mon nez dans la Bible, autant les poussiéreuses convictions d'un grand nombre de droitistes traditionalistes ou identitaires ne me donnent aucunement l'envie de faire partie de leur clan. D'un côté comme de l'autre le pathos hurle sa détermination à avoir raison. Il n'y a pas d'équilibre, pas de Sagesse ni d'authentique charité dans leurs idéologies arrêtées. Tous statufiés dans leurs convictions, se cognent la poitrine en criant "moi" et puis "nous", mais ils se chient dessus comme si ils oignaient leurs fonds de couches d'une huile sacramentelle. Les uns et les autres sont des loups dans la bergerie.

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook