Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2012

"Le plaisir peut s'appuyer sur l'illusion, mais le bonheur repose sur la réalité"

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 


James Dean et Marlon Brando s'embrassant par les joies de Photoshop

La technologie ouvre des perspectives infinies.
Je prévois, bientôt, de nouveaux films avec James Dean et Marlon Brando et avec Marilyn aussi. Ils auront un jeu des plus naturels. Il y aura des scènes de nus hollywoodiens... et ils auront pour partenaire Johnny Depp ou Brad Pitt.

Je suis persuadé qu'on finira, un jour, le film inachevé de Marilyn, "Something's Got to Give"... et entre les vraies scènes avec elle qui avaient été tournées, et celles avec son "double holographique" on y verra que du feu. Ce sera le point de départ d'un nouveau type de recyclage cinématographique. Il y aura, bien entendu, des ayants droits, le juridique s'invitera auprès des familles qui donneront, ou pas, leurs accords pour l'utilisation abusive, ou non, des stars défuntes.

Les logiciels informatiques progressent à une telle allure !!!!

Bien entendu, de petits malins s'amuseront à détourner tout ça et à fabriquer des films pornographiques redoutables, on y verra Montgomery Clift fistfucker John Wayne, ça énervera les conservateurs républicains pudibonds ! On va bien rigoler ! Et Rocco Siffredi se tapera une Raquel Walch jeune et très entreprenante... le monde que l'on nous prépare va être magnigique et très fun !

D'ailleurs, dans un autre genre, plutôt musical, la famille Hendrix travaille activement sur la création d'un hologramme de Jimi : de futurs concerts en perspective. Authentique !

« Le plaisir peut s'appuyer sur l'illusion, mais le bonheur repose sur la réalité » disait Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort...

18:26 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/08/2012

Absence de mots

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Ne m'enlève pas la danse de l'esprit, Seigneur, la joie d'être au monde et la légèreté de vivre face à la lourdeur crasse ambiante. Est-ce trop te demander ?

Avec mon corps malade je trace mon sillon dans l'espoir de toucher à un but que je ne parviens pas à déterminer par les mots.

11:12 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/08/2012

Pourri

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Je me sens pourri de l'intérieur au point où mon âme elle-même sentirait mauvais.

10:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/08/2012

Silence

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Je voudrais trouver ma conversion au silence, que ce silence soit une profondeur musicale et que Dieu, s'il lui plaît, m'y parle avec abondance dans le secret de mon coeur.

11:32 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/08/2012

Fissure

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

J'ai, aussi, cette autre certitude : je sais que je suis parvenu plusieurs fois à rompre le silence des endormis en le faisant voler en mille éclats, autour de moi, à ma portée, dans mon entourage. Cela me suffit.
Il est triste de voir de belles âmes se tasser doucement au fil du temps, devenir aigries et coincées dans des postures idéologiques, par soucis familiale ou par peur de se retrouver seules face à elles-mêmes et d'émettre de tels jugements à mon égard dans l'hypocrite retrait des masques et des intrigues que ce ne sont pas mes oreilles qui sifflent mais mon coeur qui saigne.
Il m'importe par soucis d'excellence et de distinction affirmée, de ne pas me rabaisser à cette désespérance. Je me refuse à cultiver l'amertume à l'endroit où j'ai, jadis, cultivé de l'amour et de l'admiration.

09:35 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/08/2012

Brûler

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Nous ne brillons qu'en brûlant, il me semble.

21:12 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/05/2012

Manquer sa Cible

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Le monde est inachevé. Toute la Bible le hurle. Et au centre du monde l'homme est, lui-même, inachevé. Au terme du sixième jour la création rentre dans l'Histoire. Ce que Dieu a créé seul est achevé, mais ce qu'il veut entreprendre avec l'homme ne fait que commencer. L'homme devrait participer à la création en la recevant comme un héritage, un don, une responsabilité et non un dû. C'est une mission et une charge. Pour toute partie de sa création, Dieu dit :"cela est bon". Mais il ne le dit pas pour l'homme. Car l'homme attend son achèvement. Entre sa création et son achèvement à venir il a buté sur le péché. Il a manqué sa cible.

10:05 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/05/2012

La seule oasis qui compte

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Avec le temps on prend la mesure de ce qui importe, de ce qui est essentiel. On ne veut plus s'arrêter à des pacotilles ou aux crispations d'autrui à notre encontre. On ne veut plus épuiser d'énergie à expliquer les choses, à mettre les points sur les "i" et à étayer une ligne de conduite et une ligne de défense par rapport à ce qui relève du simple bon sens.

Par contre, en retour, on éprouve le besoin de se réfugier dans la seule oasis qui compte : la solitude, où le simence est qualitatif et où l'on s'entend respirer tandis que l'on pense et que l'on prie.

C'est là ma pente actuelle, ayant remarqué avec une constante évolution en ce sens l'éloignement progressif de nombreuses personnes avec lesquelles j'avais rêvé le même rêve, bleu, rouge, jaune, pourpre, chatoyant durant de nombreuses années à porter nos lots d'angoisses et nos gerbes d'espoir.

Mais tout se discrimine tout seul, si je puis dire, par soi-même, tandis que le terre tourne comme elle tourne et que chacun vieillit comme il vieillit.

10:05 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/05/2012

Pour qui consent à voir, pour qui veut entendre, pour qui veut vraiment aimer

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

J'ai longtemps cru que la Vérité était ailleurs, or si la Justice n'est pas de ce monde soyez assurés qu'elle s'en vient à grands pas et que pour venir, parce qu'il y a eu le Mystère de l'Incarnation qui fut, comprenez-le bien, une Incarnation Totale, le germe qui a été laissé et qui pousse depuis plus de 2000 ans indique que la Vérité est bien ici, à notre portée pour qui consent à voir, pour qui veut entendre, pour qui veut vraiment aimer.

Oh je suis un pécheur. Je ne suis pas digne d'écrire ce que j'écris qui peut être si mal compris et que l'on me catalogue d'hypocrite.
Je suis un laïc, j'aime le vin, la bonne chère et les femmes. Tant de choses qui, disent les clercs de la Religion, ne sont que chimères destructrices. Pourtant Dieu a planté dans ma chair, car comme disait Nietzsche "le corps est une raison supérieure", le sens de l'Appel qui est le sien et je marche sous son regard espérant marcher sous son sourire.

Quand je prendrai le Baptême, puisse Dieu faire que le Ciel s'ouvre un peu pour moi. Moi qui ai le sentiment d'éprouver le scandale de la prière non exaucée.

10:18 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/05/2012

Justification

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Toute justification face à qui que ce soit est bien inutile. La seule justification qui vaille n'est pas de ce monde, aussi il m'apparaît de plus en plus inutile d'argumenter dans la bataille et la controverse pour dévoiler ce qui, énorme, à la portée de tous, visible dans son assise, siège quotidiennement à la vue de chacun. Il convient juste de dire les choses humblement, de pointer du doigt la douloureuse blessure que plus personne ne ressent clairement tellement l'anesthésie est générale.

Il faut déposer les armes face à ceux qui se rassurent, se trouvent des excuses, bref, se justifient à leur tout puisqu'il sont le produit d'une société qui passe son temps à se justifier aussi.

L'Amour n'a pas à se justifier. L'Amour est et il ne se discute pas. Sachez que sitôt que l'amour a besoin de justification, d'aménagement, ça n'est pas de l'Amour.
Jeûnes, compassion, rien n'arrive aux mollets de l'Amour qui n'a besoin ni de jeûne ni de compassion puisqu'il est, par essence, supérieur à ceux-là, les contenant en abondance accomplie. Ayant atteint à l'Amour, tout jeûne est inutile et la compassion en déborde naturellement, même lorsqu'on est dans la colère qui, alors, devient Sainte car elle n'est que soif de Justice.

Et Dieu aime l'Amour et Dieu aime la Justice.

10:05 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/05/2012

Une guérison issue de l'écartèlement

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Ce qui me convient, après tout, c'est la guérison issue de l'écartèlement. Ce qui s'éloigne il faut le laisser s'éloigner et y puiser une force et s'y construire une opportunité. Ce que l'on considère comme une assise précieuse peut, donc, partir au moindre coup de vent. S'éloignent, de ce fait, les douces illusions, les souvenirs, les choses que l'on prenait pour des fondations solides, des rocs, tous s'effritent comme des os partant en poudre.

Nous étions là, au temps jadis, à tenir tête au monde, épaule contre épaule et à rire à poumons déployés des artifices du système, mais ça, c'était jadis.

Ce qui se dessine ici n'est rien d'autre que la trame psychologique de chansons à venir, de textes attendant l'éclosion, d'écrits qui diront par le scalpel les tenants et les aboutissants de ce que nous sommes : prisonniers de la toile existentielle à nous croire juges de justice pour nos plus humbles amis.

10:15 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/05/2012

Horizons proches

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

En fait, je me donne des visions d'horizons proches, que je peux presque toucher. C'est de l'ordre de la création artistique, de la musique, beaucoup, et de l'écriture, surtout. Je n'attends rien de plus que de pouvoir me mesurer à moi-même et, si Dieu veut, de soigner mes blessures.

15:53 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

En cet Instant et au Lieu où je me trouve

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Je n'ai plus envie de m'amuser à reconstituer le passé. Le temps le tasse de plus en plus et je n'y ai plus beaucoup recours, du moins consciemment. A mon âge, mon futur lointain ne me préoccupe pas beaucoup, j'ai le sentiment d'être coincé dans mon présent et "coincé" n'est pas le bon terme, je dirais plutôt que je m'y glisse, dans mon présent, et le considère à sa juste mesure. Je le savoure, mon présent, avec cette certitude que c'est en lui que se trouve mon Salut, Ici et Maintenant, en cet Instant et au Lieu où je me trouve, en moi, profondément... le Royaume.

15:49 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Contentement

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

L'agitation, le bruit, la frénésie qui caractérisent notre temps nous rendent sourds et aveugles. Et, sourds et aveugles, nous nous en contentons.

15:36 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/04/2012

Être pleinement...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

D'abord, je suis... puis j'ai conscience que je suis... ensuite je me fouille. Faisant ces trois choses je suis pleinement. Je suis fait à l'Image de Dieu... je suis trinitaire. Je cherche la césure et le lien entre mon être et ma pensée et cette comparaison, cette mise en perspective...

Je me fais homme en trois temps...

1-Il faut être pour penser

2-Il faut penser pour être

3-Réaliser que l'on pense

Réaliser que l'on pense consiste à déterminer le besoin impérieux que l'on a de penser comme on pense, en présentant sa pensée devant sa raison propre, en passant par sa faculté de comprendre et d'être son propre juge ; remettre son être propre à sa place, face à l'Absolu, c'est-à-dire lever le voile de l'Absolu qui est en soi. Alors seulement ce qu'on pense est vrai et alors seulement on EST.

Trinité...

00:55 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook