Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2014

Impossibilité pour l’homme de désespérer complètement...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je peux dire et je dirai tout à l’heure que ce qui compte est d’être humain, simple. Non, ce qui compte est d’être vrai et alors tout s’y inscrit, l’humanité et la simplicité. Et quand suis-je plus vrai et plus transparent que lorsque je suis le monde ? »

« Impossibilité pour l’homme de désespérer complètement. Conclusion : toute littérature de désespoir ne figure qu’un cas limite et pas le plus significatif. Ce qui est remarquable dans l’homme ce n’est pas qu’il désespère, c’est qu’il surmonte ou oublie le désespoir. »

« Elle dit, et puis se contredit ou reconnaît sans discuter qu’elle a tort. Tout cela parce qu’elle estime que c’est sans importance. Elle ne pense pas réellement à ce qu’elle dit, préoccupée qu’elle est d’une autre blessure, infiniment plus grave, qu’elle traînera avec elle, inconnue, jusqu’à la mort. »

Albert Camus, Carnets

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

J’ai souffert d’être seul, mais pour avoir gardé mon secret, j’ai vaincu la souffrance d’être seul

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Chaque fois que l’on (que je) cède à ses vanités, chaque fois que l’on pense et vit pour "paraître", on trahit. À chaque fois, c’est toujours le grand malheur de vouloir paraître qui m’a diminué en face du vrai. Il n’est pas nécessaire de se livrer aux autres, mais seulement à ceux qu’on aime. Car alors ce n’est plus se livrer pour paraître mais seulement pour donner. »

« Il y a beaucoup plus de force dans un homme qui ne paraît que lorsqu’il le faut. Aller jusqu’au bout, c’est savoir garder son secret. J’ai souffert d’être seul, mais pour avoir gardé mon secret, j’ai vaincu la souffrance d’être seul. Et aujourd’hui, je ne connais pas de plus grande gloire que de vivre seul et ignoré. »

« D’avoir rejeté cette vie, de m’être fermé tout ce qu’on appelle “l’avenir”, de rester encore dans l’incertitude et la pauvreté, je ne saurais pas dire aujourd’hui si ce fut force ou faiblesse. Mais je sais du moins que, si conflit il y a, c’est pour quelque chose qui en valait la peine. À moins qu’à bien voir… Non. Ce qui m’a fait fuir, c’était sans doute moins de me sentir installé que de me sentir installé dans quelque chose de laid. »

Albert Camus, Carnets

 

14:04 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La triomphante civilisation "humaine" des modernes

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le monde traditionnel connut la Royauté divine. Il connut l'acte de passage - l'Initiation ; les deux grandes voies du rapprochement - l'Action héroïque et la Contemplation ; la méditation - le Rite et la Fidélité ; le grand soutien : la Loi Traditionnelle, la Caste ; le symbole terrestre : l'Empire.

Tels sont les fondements de la hiérarchie et de la civilisation traditionnelles, intégralement détruites par la triomphante civilisation "humaine" des modernes. »

Julius Evola, Révolte contre le monde moderne

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Chier défini­tive­ment cette généra­tion, cette cul­ture et ces quar­terons de chiens, débiles dis­tin­gués et déguisés qui occu­pent l’avenir

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Économie, Reli­gion, Sno­bisme, Anti-Sémitisme bon enfant, Faux Clas­si­cisme, Réac­tion­nar­iat sub­limod­ernisé, Rétro-Chic, Photo, Vidéo, Pro­preté, Arriv­isme, Sport, Froideur, Ennui, Fadeur, Égoïsme, Col­lec­tion, Sym­pa­thie, Sol­i­dar­ité, Gaspillage... Des broutilles, je vous dis ! On n’a encore rien vu ! Lente­ment, douce­ment, les esprits se lais­sent glisser vers une gris­erie du mod­ernisme, un Pro­grès "in Progress" extrême­ment sournois. Il est temps aujourd’hui, où se sont déclarés tous les nou­veaux pon­cifs, de chier défini­tive­ment cette généra­tion, cette cul­ture et ces quar­terons de chiens, débiles dis­tin­gués et déguisés qui occu­pent l’avenir. D’un utopisme ridicule, poli­tique, athée, sympa, porno, plébéien, sale, brouil­lon, écol­o­giste dont les derniers bas­tions sont occupés par les effrayants punks de la dernière heure, les espérat­ifs déglin­gués, les patients du Grand Soir qui ne font plus peur à per­sonne et qui ont au moins le béné­fice de la voy­ou­cratie, révoltés timides et expan­sifs qui se croient nihilistes – de cet idéal­isme donc que, pour ma part, j’exècre, mais que je ne con­damne pas, nous sommes passés à un Arriv­isme inqual­i­fi­able­ment salaud, économique, biblique, dur, sans aucune sen­su­al­ité, bour­geois, pro­pre, arro­gant, tech­nique, encore plus inad­mis­si­ble. Il n’y a rien de pire que ces nou­veaux métiers grâce aux­quels vivent les plus grandes cra­pules de la "Démoc­ra­tie". Ils sont fiers tous ces magouilleurs, ces débrouil­lards, ces enculeurs par-devant !

[...]

Soyons pré­cis! Mon­tons une liste de toutes ces pro­fes­sions où il ne peut pas y avoir UNE SEULE per­sonne val­able, et dont le développe­ment et la séduc­tion entraîneront sans plus tarder l’extinction bien méritée de tout intérêt pos­si­ble pour la race humaine. Ô Fonc­tions inadmissi­bles dont les carnes fer­ont tous les irrem­boursables frais !... Pro­mo­teurs immo­biliers ! Agents de pub­lic­ité ! Agents de Change ! Pub­lic Rela­tions ! Graphistes ! Cadres en tout genre ! Con­seillers Artis­tiques ! Cri­tiques d’Art ! Infor­mati­ciens ! Archi­tectes ! Produc­teurs ! Sta­tis­ti­ciens ! Jour­nal­istes ! Design­ers ! Psy­ch­an­a­lystes ! Assis­tantes sociales ! Dessi­na­teurs de Ban­des Dess­inées ! Chanteurs de Var­iétés ! Speak­ers ! Secré­taires d’État ! Spon­sors ! Restau­ra­teurs ! Ban­quiers ! Exam­i­na­teurs ! Multi-Médiaistes ! Proctériens ! Allez ! Tous au Vél’d’hiv ! Et que ça saute ! — Mais il en faut, mon­sieur ! Juste­ment non, il n’en faut pas. Quand je pense que la plu­part des génies de tous les temps se sont lais­sés traiter d’"inutiles", alors qu’on laisse croire de nos jours à l’efficacité, l’indispensable présence de toutes ces raclures infâmes !... C’est le comble ! Ah ! quel régal ce serait de tous les envoyer braire dans des gazons de dégueulis, qu’on les hum­i­lie à leur tour, pour qu’ils voient ce que c’est que d’être de l’autre côté de l’anus ! Que de poubelles à créer, je vous assure ! Rien que dans le Show-Business, l’Informatique ou la Pub­lic­ité ! Des charniers à organ­iser ! De quoi occu­per tous nos petits Eich­manns punkies ! Voca­tions comblées pour les zonards sadiques ! A l’œuvre, fri­mousses ! »

Marc-Édouard Nabe, Au régal des ver­mines

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Notre rayon lumineux fouille la nuit

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nous avons le devoir d'être dur. Nous ne devons rien cacher de la vérité, jamais. Nous sommes des phares. Notre rayon lumineux fouille la nuit, impassible. S'il éclaire soudain le chaos tumultueux et grandiose de la mer dont la beauté bouleverse l'homme, tant mieux ! Mais s'il se braque sur une charogne pourrissante dans une crevasse de roches, tant pis ! Il est le phare, il éclaire : c'est tout. »

Jean Anouilh, Colombe

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/06/2014

M’oublier, m’ignorer...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Où irais-je, si je pouvais aller, que serais-je, si je pouvais être, que dirais-je, si j’avais une voix, qui parle ainsi, se disant moi ? Répondez simplement, que quelqu’un réponde simplement.
C’est le même inconnu que toujours, le seul pour qui j’existe, au creux de mon inexistence, de la sienne, de la nôtre, voilà une simple réponse.
Ce n’est pas en pensant, qu’il me trouvera, mais que peut-il faire, vivant et perplexe, oui, vivant, quoi qu’il dise.
M’oublier, m’ignorer, oui, ce serait le plus sage, il s’y connaît. »

Samuel Beckett, Textes et Nouvelles pour rien

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Un amour qui ne supporte pas d’être confronté avec la réalité n’en est pas un

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Notre époque meurt d’avoir cru aux valeurs et que les choses pouvaient être belles et cesser d’être absurdes. Adieu, je rentre dans l’histoire où me tiennent enfermé depuis si longtemps ceux qui craignent de trop aimer. »

« Un amour qui ne supporte pas d’être confronté avec la réalité n’en est pas un. Mais alors, c’est le privilège des cœurs nobles que de ne pouvoir aimer. »

« À trente ans, presque du jour au lendemain, j’ai connu la renommée. Je ne le regrette pas. J’aurais pu en faire plus tard de mauvais rêves. Maintenant, je sais ce que c’est. C’est peu de chose. »

Albert Camus, Carnets

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Au milieu de l’extraordinaire silence qui m’accueillait soudain

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il est ahurissant de voir la facilité avec laquelle s’écroule la dignité de certains êtres. À la réflexion, cela est normal puisque la dignité en question n’est maintenue chez eux que par d’incessants efforts contre leur propre nature. »

« On se demandait où était la guerre — ce qui, en elle, était ignoble. Et on s’aperçoit qu’on sait où elle est, qu’on l’a en soi — qu’elle est, pour la plupart, cette gêne, cette obligation de choisir qui les fait partir avec le remords de n’avoir pas été assez courageux pour s’abstenir ou qui les fait s’abstenir avec le regret de ne pas partager la mort des autres. »

« Je me suis trouvé dans ce compartiment de première, éclairé, chauffé, j’ai fermé la porte derrière moi et j’ai baissé tous les stores. Et alors, une fois assis, au milieu de l’extraordinaire silence qui m’accueillait soudain, je me suis senti délivré. Délivré d’abord de tous ces jours haletants qui venaient de passer, de cet effort pour dominer ma vie, de ces tumultes difficiles. Tout se taisait. Le wagon vibrait doucement. Et si j’entendais derrière les vitres les froissements de la nuit pluvieuse, je l’entendais encore comme un silence. »

Albert Camus, Carnets

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ceux qui ont une grandeur en eux ne font pas de politique

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La pensée est toujours en avant. Elle voit trop loin, plus loin que le corps qui est dans le présent. Supprimer l’espérance, c’est ramener la pensée au corps. Et le corps doit pourrir. »

« La politique et le sort des hommes sont formés par des hommes sans idéal et sans grandeur. Ceux qui ont une grandeur en eux ne font pas de politique. »

« En tout cas, la seule expérience qui m’intéresse, c’est celle où justement tout se trouverait être comme on l’attendait. Faire une chose pour être heureux, et en être heureux. Ce qui m’attire, c’est ce lien qui va du monde à moi, ce double reflet qui fait que mon cœur peut intervenir et dicter mon bonheur jusqu’à une limite précise où le monde alors peut l’achever ou le détruire. »

Albert Camus, Carnets

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Quand on a compris...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Quand on a compris que rien n'est, que les choses ne méritent même pas le statut d'apparences, on n'a plus besoin d'être sauvé. On est sauvé. »

Emil Cioran, Le mauvais démiurge

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/06/2014

Le regard devient circulaire et solaire

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La haute montagne peut permettre à certains d'assouvir leur goût stupide du risque pour le risque ; elle peut permettre à des gens plus ou moins "entraînés" et inconscients de pratiquer une activité sportive banale ; elle peut être le luxe que se paient des hommes à l'esprit étroit pétrifiés par la "civilisation" des plaines de regarder à la jumelle des "panoramas" touristiques. Mais, pour d'autres, elle n'est rien de tout cela : elle est une voie de libération, de dépassement, d'accomplissement intérieur.
Les deux grands pôles de la vie à l'état pur, l'action et la contemplation, s'y confondent.
L'action, c'est la responsabilité absolue, le fait de se sentir absolument seul, de ne pouvoir compter que sur sa force et son courage, joints à une maîtrise de soi lucide et chirurgicale.
La contemplation, c'est l'essence même de cette expérience héroïque: le regard devient circulaire et solaire, il n'y a plus que le ciel et des forces pures et libres qui reflètent et figent l'immensité dans le chœur titanique des sommets. »

Julius Evola, Méditations du haut des cimes

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Louis XIV avec un "assuré social"

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je voudrais voir un peu Louis XIV avec un "assuré social" !... il verrait si l’Etat c’est lui !... pensez les milliards que représente le moindre cotisant ! ah, Louis peigne-chose !... »

Louis-Ferdinand Céline, D’un château l’autre

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ceux qui, intérieurement, n’appartiennent pas et ne veulent pas appartenir à ce monde

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« A ceux qui, intérieurement, n’appartiennent pas et ne veulent pas appartenir à ce monde il reste donc seulement à constater des rapports généraux de cause à effet qui échappent à la bêtise de nos contemporains et à contempler avec tranquillité toutes les excroissances qui, selon une logique bien reconnaissable, fleurissent sur le sol d’un monde en pleine décomposition. »

Julius Evola, L'Arc et la Massue

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/06/2014

Aucune autre époque ne s'est voulue aussi tolérante et ouverte, enchantée d'elle-même

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« "Les optimistes, disait Bernanos, sont des imbéciles heureux, et les pessimistes, des imbéciles malheureux." À peine me suis-je fait à moi-même le serment de ne plus jamais céder à la seconde imbécillité que me parviennent du front de la culture - c'est-à-dire des collèges et des lycées - des informations dont on diminuerait considérablement l'horreur en les qualifiant d'alarmantes. Je savais qu'un nouvel exercice faisait fureur dans les classes de français : l'écriture d'invention. Mais j'aurais été bien en peine de dire de quoi il retournait exactement. Cette ignorance vient d'être comblée par la lettre d'une enseignante qui, comme tant d'autres, doit lutter pied à pied contre l'institution et ses directives pour faire dignement son métier.

Soit la première scène de l'acte V d'Andromaque. Hermione vient d'ordonner à Oreste (qui l'aime) d'assassiner Pyrrhus (qui la dédaigne). Sa passion la divise, son âme est le théâtre d'un combat déchirant entre la jalousie qui confirme la décision qu'elle vient de prendre et la douleur qui voudrait l'annuler. Deux images également insupportables l'assaillent : celle de Pyrrhus gisant et celle de Pyrrhus indifférent. Sous le titre "Écriture-expression orale", le manuel de seconde édité par Hachette Éducation propose l'exercice suivant : "Transposez la situation dans le monde contemporain et réécrivez en prose, à la première personne, la monologue d'Hermione. Tout en conservant les matériaux du personnage, vous pouvez, si vous le souhaitez, recourir à la tonalité comique et à un registre de langue peu soutenue (Des textes à L'oeuvre. Français, seconde, Livre du professeur, Hachette Éducation, 2000, p. 67.)." Et le livre du maître fournit, en guise d'exemple, à tous les professeurs, un devoir d'élève (après corrections) qu'il vaut la peine de lire en parallèle avec le poème racinien.

Hermione : "Où suis-je ? Qu'ai-je fait ? Que dois-je faire encore ?
Quel transport me saisit ? Quel chagrin me dévore ?
Errante, et sans dessein, je cours dans ce palais.
Ah ! ne puis-je savoir si j'aime ou si je hais ?"

La copie exemplaire : "Où j'en suis, moi ? Qu'est-ce qui m'arrive ? Pourquoi je déprime comme ça ? Qu'est ce que je vais bien pouvoir faire ? je traîne en jogging devant la télé, même pas maquillée en plus. Je l'aime ou je lui en veux vraiment ?"

Hermione :"Le cruel ! de quel oeil il m'a congédiée !
Sans pitié, sans douleur, au moins étudiée !
L'ai-je vu se troubler et me plaindre un moment ?
En ai-je pu tirer un seul gémissement ?
Muet à mes soupirs, tranquille à mes alarmes,
Semblait-il seulement qu'il eût part à mes larmes ?
Et je le plains encore ? Et pour comble d'ennui,
Mon cœur, mon lâche cœur s'intéresse pour lui ?
Je tremble au seul penser du coup qui le menace ?
Et prête à me venger, je lui fais déjà grâce ?"

Le devoir exemplaire : "Le salaud, comme il m'a jetée ! Il n'a même pas fait style de me regretter un peu... Il n'a même pas rougi quand il m'a avoué qu'il me lâchait pour un mec ! Pas la moindre honte. Rien à faire, tranquille... et moi, je suis encore accro !"

Hermione : "Non, ne révoquons point l'arrêt de mon courroux :
Qu'il périsse ! Aussi bien il ne vit plus pour nous.
Le perfide triomphe, et se rit de ma rage :
Il pense voir en pleurs dissiper cet orage ;
Il croit que toujours faible et d'un cœur incertain,
Je parerai d'un bras les coups de l'autre main.
Il juge encor de moi par mes bontés passées.
Mais plutôt le perfide a bien d'autres pensées.
Triomphant dans le temple, il ne s'informe pas
Si l'on souhaite ailleurs sa vie ou son trépas.
Il me laisse, l'ingrat ! cet embarras funeste.
Non, non, encore un coup : laissons agir Oreste.
Qu'il meure, puisque enfin il a dû le prévoir,
Et puisqu'il m'a forcée enfin à le vouloir..."

La copie exemplaire : "Non, plus moyen de changer d'avis sans passer pour une conne... Puisqu'il se la joue tapette, il va le regretter... je préviens la patronne... Il croit que quand j'aurai fini ma déprime, je serai comme avant, je dirai pas qu'il pique dans la caisse et qu'il va coiffer la mère Pluduc chez elle, ça fait de la clientèle en moins pour le salon, sale con... Il se fout de tout, c'est le bonheur, ça roucoule, si c'est pas une honte et que les autres crèvent, il va voir... Il m'a pas laissé le choix, Polo va le dérouiller, il saura que c'est moi, "petite coiffeuse frustrée" qu'il m'a dit, tout ça parce que l'autre chiffe est comptable, un intello autant dire... Bon, j'appelle la patronne... Crève, connard !"

Au XIXème siècle, les grands textes de la littérature étaient pour les élèves des modèles à imiter. Comme le rappelle Gérard Genette, l'étude des oeuvres se prolongeait tout naturellement en un apprentissage de l'art d'écrire. Au siècle suivant, la littérature cesse d'être un modèle pour devenir un objet. Les élèves ne doivent plus rédiger des fables ou des portraits, mais des dissertations portant sur La Fontaine ou sur La Bruyère. Le XXIe siècle rompt avec ce ronron : voué à la tâche exaltante de déscolariser l'école, il fait entrer l'enseignement littéraire dans l'âge de la désublimation et de la compression temporelle. La nouvelle inventio en effet, ne consiste nullement à rapprocher l'élève des oeuvres, mais, bien au contraire, à dépouiller celles-ci de leur étrangeté, à les actualiser, à les rapprocher de la vie jusqu'à les rendre télécompatibles. Ainsi se défait le lien patiemment tissé par la littérature entre le sentiment éprouvé et les mots qu'il exprime : tout doit pouvoir être dit dans n'importe quel idiome.

Cet exercice n'a rien à voir non plus avec le renversement carnavalesque du style élevé en style populaire. Pour le brut, le salace et le fat aujourd'hui, tel qu'en lui même enfin l'école l'accueille et le titularise, il n'y a ni style haut ni style bas : il, y a un style moi, moderne, nature, droit au but, qui transcende les différences de classe comme de sexe et qui est parlé par les jeunes, c'est-à-dire par tout un chacun. Au centre du système éducatif trône l'élève et, au centre du monde comme au sommet du temps, une humanité adolescente, libérée de la forme et si fière d'en avoir fini avec les tabous sexuels comme avec la négation petite-bourgeoise de l'altérité qu'elle fait de Pyrrhus un garçon coiffeur gay, pour pimenter la fureur d'Hermione. Aucune autre époque de l'Histoire ne s'est voulue aussi tolérante et ouverte. Aucune n'a été aussi enchantée d'elle-même. Pour faire place à la littérature, c'est-à-dire à l'art de sortir de soi, il lui manque ce temps du verbe : l'imparfait du présent. Imbécillité des pessimistes. Ils prévoient la catastrophe alors que, ni vu ni connu, elle a déjà eu lieu. Ils noircissent l'avenir quand c'est le présent qui est sinistré. »

Alain Finkielkraut, L'Imparfait du présent

 

15:20 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Un visage n’est qu’ombres, lumières et couleurs

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Après tout, un visage n’est qu’ombres, lumières et couleurs, et voilà que parce que un visage a grimacé d’une certaine façon, le bourreau éprouve mystérieusement une détente, une autre angoisse a relayé la sienne. »

Maurice Merleau-Ponty, Signes

 

14:31 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook