Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2020

Annick de Souzenelle - L'Eglise Orthodoxe

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

23:49 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/04/2020

Annick de Souzenelle -- Perte de repères

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

16:00 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Professeur Didier Raoult -- Coronavirus : point d’actualité, présentation de l’Etat Major

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

01:53 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/03/2020

Professeur Didier Raoult -- Coronavirus : Remerciements, Toxicité des Traitements, Mortalité

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Un pays qui parvient à virer de son conseil scientifique gouvernemental un esprit brillant comme le Professeur Didier Raoult, ne mérite que le mépris...

 

01:56 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/03/2020

Christian Bobin : entretien autour de “La Nuit du Coeur”

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

07:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Coronavirus : La Suisse durcit ses mesures mais écarte tout confinement

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

POLEMIQUE Le conseiller fédéral à l’Intérieur et à la Santé, Alain Berset, a qualifié les mesures prises en Italie et en France de « politique spectacle »

 


La présidente de la confédération suisse, Simonetta Sommaruga (au centre), et le conseiller fédéral Alain Berset, le 16 mars 2020 à Berne.

 

La Suisse ne suit pas, pour l’instant, l’exemple de ses voisins. Si le pays a durci vendredi ses mesures face au coronavirus, interdisant les rassemblements de plus de 5 personnes, il a écarté tout confinement. Les autorités estiment en effet que cela relève de la « politique spectacle ».

 

 

L’économie tourne à 80 %

Pour répondre à la crise, le gouvernement a débloqué 32 milliards de francs suisses (30,4 milliards d’euros) supplémentaires pour soutenir l’économie. Une enveloppe de 10 milliards de francs suisses avait déjà été annoncée il y a une semaine. « Notre économie fonctionne actuellement à environ 80 % de sa capacité et nous devons faire tout notre possible pour maintenir un niveau d’activité suffisant », a estimé le ministre de l’Economie, Guy Parmelin.

En Suisse, la maladie Covid-19 a tué 43 personnes. Plus de 4.800 personnes ont été testées positives jusqu’à présent mais le pays ne teste pas tous les cas suspects en raison d’une quasi-pénurie de tests. Face à la rapide progression des cas, l’Académie suisse des sciences médicales (ASSM) a publié vendredi des directives sur les décisions en matière de tri des patients dans les unités de soins intensifs. En cas de surcharge des capacités aux soins intensifs, « le pronostic à court terme est le facteur décisif pour le triage », indique l’ASSM.

Forte hausse des cas

Actuellement, « le nombre de personnes infectées augmente de manière forte », a reconnu le ministre de l’Intérieur et de la Santé, Alain Berset. Après avoir ordonné la fermeture des écoles, des cafés, restaurants et commerces autres qu’alimentaires, de santé et de première nécessité et après avoir interdit toutes les manifestations publiques et privées, il a cependant rejeté le confinement de la population. La justification de son choix risque jeter un froid diplomatique. « Ce que nous faisons dans le pays aujourd’hui est très proche de ce que font les pays autour de nous. Mais la différence, c’est que nous ne faisons pas de politique spectacle », a-t-il souligné. L’Italie et la France apprécieront.

-----------------------

SOURCE : 20 Minutes

-----------------------

00:28 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/03/2020

Didier Raoult : « Pour traiter le Covid-19, tout le monde utilisera la chloroquine »

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 


« J’estime ne pas avoir le droit en tant que médecin de ne pas utiliser le seul traitement qui ait jusqu’ici fait ses preuves », dit le Pr Didier Raoult.

Joint dimanche, ce spécialiste des maladies infectieuses se dit convaincu d’avoir trouvé un remède contre le coronavirus. Le Pr Raoult juge « immoral » d’attendre pour l’administrer et affirme qu’il se « fiche » qu’un essai clinique soit lancé.

Didier Raoult en est persuadé : il a trouvé « le » remède le plus efficace pour traiter les patients atteints du Covid-19. Directeur de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection de Marseille (Bouches-du-Rhône), cet infectiologue, spécialiste des maladies infectieuses tropicales émergentes, affirme que la chloroquine, un antipaludéen utilisé depuis des décennies et bien connu des voyageurs sous le nom de Nivaquine, a des effets spectaculaires sur l'épidémie en cours.

Six jours après en avoir administré à des patients atteints de Covid-19, dit-il, seulement 25 % d'entre eux étaient encore porteurs du virus, quand 90 % de ceux qui n'avaient pas reçu ce traitement étaient toujours positifs. Si certains de ses confrères ne le prennent pas au sérieux, remettant en cause ses méthodes et les résultats de ses essais thérapeutiques, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé samedi 21 mars que ce traitement allait être expérimenté « à plus large échelle ». « J'ai demandé à ce que l'étude du professeur Raoult puisse être reproduite […] dans d'autres centres hospitaliers, par d'autres équipes indépendantes, a fait savoir le ministre. Je suis cela d'extrêmement près. » Le gouvernement reste toutefois prudent, car les résultats du Pr Raoult ont été obtenus sur 24 malades uniquement, sans placebo. « Jamais aucun pays au monde n'a accordé une autorisation de traitement sur la base d'une étude comme celle-ci », souligne Olivier Véran.

Le Parisien -- Aujourd'hui en France a joint le Pr Raoult, qui juge « immoral » de ne pas administrer la chloroquine aux malades du Covid-19 dès maintenant.

Le gouvernement a autorisé un essai clinique de grande ampleur pour tester l'effet de la chloroquine sur le coronavirus. C'est important pour vous d'avoir obtenu cela ?

DIDIER RAOULT -- Non, je m'en fiche. Je pense qu'il y a des gens qui vivent sur la Lune et qui comparent les essais thérapeutiques du sida avec une maladie infectieuse émergente. Moi, comme n'importe quel docteur, à partir du moment où l'on a montré qu'un traitement était efficace, je trouve immoral de ne pas l'administrer. C'est aussi simple que ça.

Que répondez-vous aux médecins qui appellent à la prudence et sont réservés sur vos essais et l'effet de la chloroquine, notamment en l'absence d'études plus poussées ?

Comprenez-moi bien : je suis un scientifique et je réfléchis comme un scientifique avec des éléments vérifiables. J'ai produit plus de données en maladies infectieuses que n'importe qui au monde. Je suis un docteur, je vois des malades. J'ai 75 patients hospitalisés, 600 consultations par jour. Donc, les opinions des uns et des autres, si vous saviez comme ça m'est égal. Dans mon équipe, nous sommes des gens pragmatiques, pas des oiseaux de plateau télé.

Comment en êtes-vous arrivé à travailler sur la chloroquine en vous disant que cela pouvait être efficace pour traiter le coronavirus ?

Le problème dans ce pays est que les gens qui parlent sont d'une ignorance crasse. J'ai fait une étude scientifique sur la chloroquine et les virus il y a treize ans qui a été publiée. Depuis, quatre autres études d'autres auteurs ont montré que le coronavirus était sensible à la chloroquine. Tout cela n'est pas une nouveauté. Que le cercle des décideurs ne soit même pas informé de l'état de la science, c'est suffocant. L'efficacité potentielle de la chloroquine sur les modèles de culture virale, on la connaissait. On savait que c'était un antiviral efficace. On a décidé dans nos expérimentations d'ajouter un traitement d'azithromicyne (un antibiotique contre la pneumonie bactérienne, NDLR) pour éviter les surinfections bactériennes. Les résultats se sont révélés spectaculaires sur les patients atteints du Covid-19 lorsqu'on a ajouté l'azithromycine à l'hydroxychloroquine.

Qu'attendez-vous des essais menés à plus grande échelle autour de la chloroquine ?

Rien du tout. Avec mon équipe, nous estimons avoir trouvé un traitement. Et sur le plan de l'éthique médicale, j'estime ne pas avoir le droit en tant que médecin de ne pas utiliser le seul traitement qui ait jusqu'ici fait ses preuves. Je suis convaincu qu'à la fin tout le monde utilisera ce traitement. C'est juste une question de temps avant que les gens acceptent de manger leur chapeau et de dire, c'est ça qu'il faut faire. Sous quelle forme et pendant combien de temps administrez-vous la chloroquine à vos patients ?

On donne de l'hydroxychloroquine à raison de 600 mg par jour pendant dix jours (sous forme de Plaquenil, le nom du médicament, NDLR) sous la forme de comprimés administrés trois fois par jour. Et de l'azithromycine à 250 mg à raison de deux fois le premier jour puis une fois par jour pendant cinq jours.

Est-ce un traitement qui peut être pris en prévention de la maladie ?

Nous ne le savons pas.

Lorsque vous l'administrez, au bout de combien de temps un patient atteint du Covid-19 peut-il guérir ?

Ce qu'on sait pour l'instant, c'est que le virus disparaît au bout de six jours.

Comprenez-vous néanmoins que certains de vos confrères appellent à la prudence sur ce traitement ?

Les gens donnent leur opinion sur tout, mais, moi, je ne parle que de ce que je connais : je ne donne pas mon opinion sur la composition de l'équipe de France enfin ! Chacun son métier. La communication scientifique de ce pays s'apparente aujourd'hui à de la conversation de bistrot.

Mais n'y a-t-il pas des règles de prudence à respecter avant l'administration d'un nouveau traitement ?

A ceux qui disent qu'il faut trente études multicentriques et mille patients inclus, je réponds que si l'on devait appliquer les règles des méthodologistes actuels, il faudrait refaire une étude sur l'intérêt du parachute. Prendre 100 personnes, la moitié avec des parachutes et l'autre sans et compter les morts à la fin pour voir ce qui est plus efficace. Quand vous avez un traitement qui marche contre zéro autre traitement disponible, c'est ce traitement qui devrait devenir la référence. Et c'est ma liberté de prescription en tant que médecin. On n'a pas à obéir aux injonctions de l'Etat pour traiter les malades. Les recommandations de la Haute autorité de santé sont une indication, mais ça ne vous oblige pas. Depuis Hippocrate, le médecin fait pour le mieux, dans l'état de ses connaissances et dans l'état de la science.

Quid des risques d'effets indésirables graves liés à la prise de chloroquine, notamment à haute dose ?

Contrairement à ce que disent certains à la télévision, la Nivaquine (le nom d'un des médicaments conçus à base de chloroquine, NDLR) est plutôt moins toxique que le Doliprane ou l'aspirine prise à forte dose. En tout état de cause, un médicament ne doit pas être pris à la légère et toujours prescrit par un médecin généraliste.

Avez-vous conscience de susciter un immense espoir de guérison pour les patients atteints ?

Je vois surtout qu'il y a des médecins qui m'écrivent du monde entier tous les jours pour savoir comment on traite des maladies avec l'hydroxychloroquine. J'ai reçu des appels du Massachusetts General Hospital et de la Mayo Clinic de Londres. Les deux plus grands spécialistes mondiaux, l'un des maladies infectieuses, l'autre des traitements antibiotiques, m'ont contacté pour me demander des détails sur la manière de mettre en place ce traitement. Et même Donald Trump a tweeté sur les résultats de nos essais. Il n'y a que dans ce pays qu'on ne sait pas très bien qui je suis ! Ce n'est pas parce que l'on n'habite pas à l'intérieur du périphérique parisien qu'on ne fait pas de science. Ce pays est devenu Versailles au XVIIIe siècle !

 

 

Qu'entendez-vous par là ?

On se pose des questions franco-françaises et même parisiano-parisiennes. Mais Paris est complètement décalé du reste du monde. Prenez l'exemple de la Corée du Sud et la Chine, où il n'y a plus de cas. Dans ces deux pays, ils ont décidé depuis longtemps de faire des tests à grande échelle pour pouvoir diagnostiquer plus tôt les patients infectés. C'est le principe de base de la gestion des maladies infectieuses. Mais on est arrivé à un degré de folie tel que des médecins sur les plateaux télé ne conseillent plus de faire le diagnostic de la maladie, mais disent aux gens de rester confinés chez eux. Ce n'est pas de la médecine ça.

Vous pensez que le confinement de la population ne sera pas efficace ?

Jamais on n'a pratiqué ainsi à l'époque moderne. On faisait ça au XIXe siècle pour le choléra à Marseille. L'idée du cantonnement des gens pour bloquer les maladies infectieuses n'a jamais fait ses preuves. On ne sait même pas si ça fonctionne. C'est de l'improvisation sociale et on n'en mesure pas du tout les effets collatéraux. Que se passera-t-il quand les gens vont rester enfermés chez eux, à huis clos, pendant 30 ou 40 jours ? En Chine, on a rapporté des cas de suicides par peur du coronavirus. Certains vont se battre entre eux.

Faut-il, comme le réclame l'Organisation mondiale de la Santé, généraliser les tests en France ?

Ayons le courage de le dire : la tambouille à la française, ça ne marche pas. La France n'en est qu'à 5000 tests par jour quand l'Allemagne en effectue 160 000 par semaine ! Il y a une espèce de discordance. Dans les maladies infectieuses, on effectue le diagnostic des gens et, une fois qu'on a obtenu le résultat, on les traite. D'autant que l'on commence à voir des personnes porteuses du virus, apparemment sans signes cliniques, mais qui, dans un nombre non négligeable de cas, ont des lésions pulmonaires visibles au scanner montrant qu'ils sont malades. Si ces gens ne sont pas traités à temps, il y a un risque raisonnable qu'on les retrouve en réanimation où on ne les rattrapera pas. Ne tester les gens que lorsqu'ils sont déjà gravement malades est donc une manière extrêmement artificielle d'augmenter la mortalité.

Et faut-il généraliser le port des masques ?

C'est difficile à évaluer. On sait qu'ils sont importants pour les personnels de soin, car ce sont les rares personnes qui ont vraiment des rapports très, très proches avec les malades lorsqu'ils les auscultent, parfois à 20 cm de leur visage. On ne sait pas très bien jusqu'où volent les virus. Mais certainement pas à plus d'un mètre. Donc, au-delà de cette distance, ça n'a peut-être pas beaucoup de sens de porter un masque. En tout cas, c'est vers les hôpitaux qu'il faut envoyer en priorité ces masques pour mettre les soignants à l'abri. En Italie et en Chine, une partie extrêmement importante de malades s'est révélée au final être des personnels de soins.

----------------------

SOURCE : Le Parisien

----------------------

23:05 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Branquignols et autres barjots

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 



 

L'ÉDITORIAL du 20 Mars 2020 de Jacques Julliard pour Marianne Magazine

Si c’est aux grandes épreuves que l’on reconnaît les grands peuples, la France à l’heure du coronavirus a quelque souci à se faire. Et d’abord à cause de sa classe politique entière. Pour tout dire, je l’ai trouvée fort misérable. Incapable de recul. Incapable de hauteur. Quand il s’est agi la semaine dernière de reporter les élections municipales, ce ne fut qu’un cri : halte à l’autoritarisme macronien ! On ne va pas, à cause d’un petit rhume, priver de sa parole le peuple souverain ! Le président du Sénat, le vénérable Gérard Larcher, prévint Emmanuel Macron que s’il commettait cet abominable attentat, on l’entendrait, lui, Larcher ! Et Christian Jacob parla de « coup d’Etat ». Pour une fois qu’il y avait une sottise à commettre, la classe politique fut unanime. Il ne restait plus au président de la République qu’à dire aux Français : restez chez vous et allez voter !

Moins de vingt-quatre heures plus tard, oui, vingt-quatre heures, la classe politique, de nouveau unanime, soulignons cette rareté, déclara : devant la gravité du mal, il faut reporter le deuxième tour ! Il ne restait plus à Agnès Buzin, visiblement à bout de nerfs, qu’à assumer l’absurdité de la situation dans laquelle elle avait accepté d’être placée : déserter une mission ministérielle de première importance – la santé – pour une élection qu’elle a qualifiée elle-même lundi de « mascarade ». Elle en paie le prix, mais ce sont tous les membres de la classe politique qui se trouvent aujourd’hui en pleine contradiction : en bon français, on les appellera des branquignoles.

On l’a déjà oublié, mais samedi dernier, l’après-midi, la veille du scrutin, dont l’absurdité était déjà patente, un millier de « gilets jaunes » ont défilé à Paris, et, comme à leur habitude, s’en sont pris aux vitrines, au mobilier urbain, à la police. Avec comme mot d’ordre : « Macron démission ! ». Et cela malgré les mises en garde de leurs porte-parole habituels, Maxime Nicolle et Jérôme Rodrigues. Si on leur coupait la tête, ils continueraient de défiler tous les samedis, comme des poulets de basse-cour. En bon français, on les appelle des barjots. De dangereux barjots.

Mais le peuple, direz-vous ? Lui, au moins, n’obéit pas à des réflexes conditionnés. Il est libre ! Libre d’aller en bande et en rangs serrés sur les bords de la Seine, boire alternativement au goulot d’une bouteille… On peut bien « une dernière fois » s’amuser avec ses copines, dit une fille à sa mère. En bon français, on appelle ça des charlots.

Pendant ce temps, qui est celui d’une des plus graves crises de l’après-Seconde Guerre mondiale, que faisait l’Europe ? L’Europe ne faisait rien, comme à son habitude. Désormais exclue des grands théâtres géostratégiques de la planète, du Proche- à l’Extrême-Orient, elle continue de tenir des réunions dans l’indifférence générale. Elle aurait pu, au moins, régler de manière cohérente la question des frontières en période de pandémie ; pousser à la production d’objets de première nécessité, masques, gels, appareils respiratoires, organiser la solidarité entre ses membres. Rien de tout cela. Je trouve que les antieuropéens, à vrai dire en recul, ont bien du temps à perdre : on ne se mobilise pas contre un fantôme.

Peut-être, à défaut de solidarité européenne, aurait-on pu s’attendre à un minimum de concertation et d’assistance entre nations. Où donc, par exemple, est passé le couple franco-allemand, sans lequel rien désormais n’est faisable à l’échelle du continent ? Quant à l’amitié entre les « soeurs latines », l’Italie et la France, je vous conseille, si vous avez des amis transalpins, de n’aborder le sujet qu’avec précaution. Nos amis italiens ne décolèrent pas contre nous, et ils ont raison. Déjà en 2017-2018, nous les avions laissé tomber lors de l’afflux des migrants, tandis que Gabriel Attal, porte-parole de LREM, déclarait : « La position du gouvernement italien sur l’Aquarius est immonde. » Tout récemment, Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, a critiqué les mesures prises à Rome « qui n’ont pas permis d’enrayer l’épidémie ».

Pendant le même temps, les Chinois envoyaient en Italie un avion-cargo chargé de médicaments et du personnel sanitaire. Par leur prétention, leur fatuité, leur indifférence, les Français se rendent odieux à l’étranger, alors que cette heure dramatique à l’échelle planétaire devrait être par excellence une heure française. Par parenthèse, Emmanuel Macron, qui est loin d’avoir personnellement démérité devant cette crise, devrait bien en profiter pour régler un problème qui pèse lourdement sur l’ensemble de son gouvernement : le choix des collaborateurs. J’ai cité Gabriel Attal et Sibeth Ndiaye comme exemples de ces contre-emplois. J’aurais dû y ajouter Benjamin Griveaux, et toute cette bande de macroniens de la première heure, souvent venus de la gauche, qui se révèlent à l’usage autant de bras cassés. Sans compter la malheureuse Agnès Buzyn, que l’on retira à l’heure du danger de son poste essentiel pour l’envoyer se casser le nez sur l’Hôtel de Ville de Paris. Ils s’appellent entre eux les « mormons ». En bon français, on appelle ça des gugusses.

J’entends dire un peu partout que la crise sanitaire cache une crise de civilisation qui couvait depuis longtemps. Et que rien ne serait désormais comme avant. Je n’en crois rien, connaissant un peu ce petit monde, mais je veux bien faire un effort et me persuader que la France va redevenir un pays sérieux… Sans blague ! Faites attention, si vous dites vrai, vous allez finir par me faire aimer le coronavirus.

 



----------------------------

SOURCE : Marianne Magazine

----------------------------

 

20:11 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Linda Kebbab : « Le difficile confinement des territoires perdus de la République »

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 



FIGAROVOX/ENTRETIEN - Dans certains quartiers, les forces de l’ordre sont prises à partie et les guets-apens se poursuivent, rendant la mission des policiers encore plus difficile et dangereuse, alerte Linda Kebbab (Déléguée nationale de l'Unité SGP Police-FO).

Par Paul Sugy

FIGAROVOX -- Certains «territoires perdus» sont d’ordinaire peu enclins à respecter l’Etat de droit. Dans certains de ces quartiers, les réseaux sociaux rapportent des images de heurts avec les forces de l’ordre, qui tentent d’intervenir pour faire appliquer les règles de confinement. Les mesures d’urgence y sont-elles moins observées qu’ailleurs ?

Linda KEBBAB -- Malheureusement, dans certains quartiers une partie des habitants ne prend pas la mesure de la situation, alors qu’il en va de la santé de leurs proches. Quotidiennement, les policiers sont confrontés à des refus de confinement de bandes habituées à agresser les forces de l’ordre. Maintien du trafic de stupéfiants, activités crapuleuses qui augmentent sur la voie publique, ou tout simplement rejet de l’autorité de l’État... Plusieurs guets-apens (des voitures sont mises à feu, des commerces dévalisés...) ont été enregistrés avec à chaque fois des agressions contre les pompiers et les policiers qui interviennent. À l’heure où nous parlons, je suis avisée d’un énorme caillassage contre mes collègues à Clichy-sous-Bois. Intenable !

FIGAROVOX -- Les policiers et gendarmes se retrouvent alors au contact de populations qui risquent de les infecter ?

Linda KEBBAB -- Évidemment, plus le contact est inévitable, plus le risque augmente. À Clichy-sous-Bois, un policier a été mordu pour avoir demandé à un habitant de respecter le confinement, près de Lyon d’autres en surnombre ont approché les policiers - dépourvus de masques - et les ont obligés à quitter les lieux au risque de se faire cracher dessus...

L’état-major du 93 a transmis la consigne suivante aux agents déployés sur le terrain: en cas de refus d’une personne de respecter le confinement et si elle est verbalisée plusieurs fois, ordre est donné de l’interpeller pour «mise en danger de la vie d’autrui». Nous le devons pour assurer la protection de la population, mais évidemment cela nous obligera à être encore plus au contact d’un potentiel porteur du virus. Plusieurs interpellations ont déjà eu lieu, d’ailleurs non sans difficulté, parfois sous les outrages de certains habitants depuis leurs fenêtres.

FIGAROVOX -- Le déploiement des forces de l’ordre pour faire respecter le confinement conduit-il à démobiliser certains effectifs en charge de la sécurité quotidienne des Français, rendant certaines portions du territoire moins sûres qu’avant ?

Linda KEBBAB -- Le ministère ne semblait pas avoir anticipé, nous avons donc dès dimanche, alors que l’annonce d’un confinement était une évidence à venir, saisi le ministre par courrier et lui avons demandé d’adapter l’organisation des services vers le plus urgent. Les tribunaux tournant désormais au ralenti, c’était une mesure nécessaire. Néanmoins il est vrai qu’il y ait déjà une perception de hausse des délits sur la voie publique tels que les vols ou dégradations de voitures, mais aussi les cambriolages des résidences principales délaissées par leurs propriétaires pour les secondaires. Il est beaucoup trop tôt pour dire si ce phénomène va s’inscrire dans la durée ou sera détectable sur les futures statistiques.

Lassés de ne pas pouvoir accomplir leurs missions dans des quartiers où l’insécurité chronique exige une attention de tous les instants, les policiers qui connaissent très bien leurs interlocuteurs, se concentrent sur le secours aux personnes - car le confinement est un facteur d’augmentation des violences ou conflits intrafamiliaux - et trouvent progressivement des solutions pour concilier lutte contre la criminalité et confinement à faire respecter. C’est aussi dans ce but que l’état-major du 93 a pu prendre cette initiative compréhensible.

-----------------------

SOURCE : Le Figaro

-----------------------

19:49 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Coronavirus : la Russie va envoyer spécialistes et équipements en Italie

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Ce que Bruxelles ne peut pas... Moscou peut...

-----------------------

 



La Russie va envoyer en Italie des spécialistes et des équipements pour l'aider à lutter contre le nouveau coronavirus, après un record de près de 800 morts en 24 heures dans la péninsule, a annoncé samedi le Kremlin. 

Le président russe Vladimir Poutine "a confirmé la volonté de la Russie d'apporter une assistance nécessaire de manière opérationnelle et a en a donné les détails concrets", au cours d'un entretien téléphonique samedi avec le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, selon un communiqué du Kremlin, cité par les agences de presse russes.

La Russie va notamment envoyer à l'Italie "des moyens de protection, des systèmes mobiles (...) pour la d&eeacute;sinfection par aérosol des transports, des équipements médicaux", ainsi qu'y dépêcher "des spécialistes pour apporter une assistance pratique dans les zones les plus touchées" par la pandémie, précise le communiqué.

Les deux dirigeants se sont mis d'accord pour "une coopération étroite dans la lutte contre le coronavirus", ajoute-t-il.

Cette annonce intervient au moment où l'Italie a enregistré samedi un nouveau record de décès en 24 heures, avec 793 morts, ce qui porte à 4.825 le nombre des personnes qui y ont été tuées par le nouveau coronavirus en un mois, selon les chiffres de la protection civile.

En Russie, 306 cas de Covid-19 ont été officiellement enregistrés à ce jour, mais aucun décès.

-----------------------

SOURCE : La Libre Belgique

-----------------------

19:36 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La théologie négative : Denys l'Aréopagite avec Marie-Anne Vannier et Bertrand Vergely

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 

Denys l'Aréopagite

 

Le Pseudo-Denys l'Aréopagite

07:00 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/03/2020

Bertrand Vergely : Le pardon. « Le péché contre l’Esprit ne sera pas pardonné » !

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Spéciale Dédicace à mon cher ami Larkens qui trouvera dans cette vidéo de très beaux propos sur l'Allemagne. 

 

07:00 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/03/2020

Bertrand Vergely : La Liberté (Orthodoxie)

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

22:10 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Albert Camus - Discours de réception du prix Nobel, 1957

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

12 minutes de pure intelligence...

 

00:12 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/03/2020

Coronavirus, analyse des données épidémiques dans le monde par le Professeur Didier Raoult

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 

15:25 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook