Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2014

Aux temps romains, on vous aidait à vous tuer, ouvertement

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Notre société a autorisé la "pilule", et, ce faisant, elle rend plus heureux le genre humain. Elle y réussirait mieux encore en autorisant, mettant au point et réglementant l’euthanasie : empêcher les hommes de souffrir quand ils meurent, voilà qui est plus important que d’aller dans la lune, et qui devrait intéresser les distributeurs de prix Nobel. Aux temps romains, on vous aidait à vous tuer, ouvertement. Aujourd’hui l’officieux serait l’objet de poursuites. Elle était bien noble, pourtant, la conception que c’était votre ami, votre compagnon d’armes, votre esclave, qui vous aidait à vous tuer ; c’était avec celui-là qu’on aurait pu à bon droit faire le "mêlement des sangs" ; quel que fût son rang, ce pacte faisait de lui votre égal. Mais aujourd’hui ! Honte à la société où l’on n’a le droit de dire à personne : "Achevez-moi" ! »

Henry de Montherlant, Le treizième César

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La vie intérieure de l’homme moderne...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’espérance, voilà le mot que je voulais écrire. […] La vie intérieure de l’homme moderne a un rythme trop rapide pour que s’y forme et murisse un sentiment si ardent et si tendre, il hausse les épaules à l’idée de ces chastes fiançailles avec l’avenir. […] Le monde moderne n’a pas le temps d’espérer, ni d’aimer, ni de rêver. Ce sont les pauvres gens qui espèrent à sa place, exactement comme les saints aiment et expient pour nous. »

Georges Bernanos, Les enfants humiliés - journal 1939-1940

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La République...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Chaque fois que la République ôte sa chemise, c’est pour en mettre une plus merdeuse. »

Léon Bloy, L’Invendable (Journal, 1904-1907)

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le lecteur doit plutôt se préparer à une marche hasardeuse...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le recours aux forêts — ce n'est pas une idylle qui se cache sous ce mot. Le lecteur doit plutôt se préparer à une marche hasardeuse, qui ne mène pas seulement hors des sentiers battus, mais au-delà des frontières de la méditation. »

Ernst Jünger, Traité du rebelle

 

08:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Cette fumée refoulée en nous par un vent d'adversité

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Tout ce qui se dégage de notre cœur et de notre cerveau n'est que fumée, mais quelle angoisse au cœur, quelle obstruction au cerveau, quand cette fumée, au lieu de monter en l'air en gaies spirales, est refoulée en nous par un vent d'adversité ! »

Edmond Thiaudière, La Proie du Néant

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/01/2014

Il te restera un souvenir dans la parole des hommes ; ne la regarde pas comme une chose sans valeur

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Hélas ! ne faisons pas le mal pendant que nous sommes dans ce monde ; tournons nos mains sincèrement vers le bien. Ni le bon, ni le méchant ne dureront à jamais : ce qu’il y a de mieux, c’est de laisser de bonnes actions comme souvenir. Tu ne jouiras pas toujours des richesses, de l’or et des grands palais, niais il te restera un souvenir dans la parole des hommes ; ne la regarde pas comme une chose sans valeur. »

Abū-l-Qāsim Manṣūr ibn Ḥasan al-Ṭūṣī dit Ferdowsî, Le Livre de Feridoun et de Minoutchehr Rois de Perse d'après le Shah-Nameh

 

« L'amant à qui l'on tend la coupe à pareille heure est renégat de son amour s'il refuse : le vin de minuit est sacré !
O dévots, ne nous blâmez pas. Ceux qui boivent jusqu'à la lie vont dans le sens de leurs destins. Le vin, le Seigneur l'a donné.
Celui qu'en ma coupe il versa, je le bus sans qu'il m'en condamne. Etait-ce vin du Paradis ou de la folie, je ne sais.
Rires du vin, boucles mêlées, beauté des belles créatures ont brisé bien des repentirs. »

Khwajeh Chams ad-Din Mohammad Hafez-e Chirazi dit Hafez

 

« Une seule perle a souvent plus de valeur qu'un monceau de perles. »
« O roi ! si tu tiens à ton bonheur, veille à celui de tes sujets. »

« Accueille avec bonté les étrangers et les voyageurs. Ta renommée dépend d'eux. »
« Accorde ta confiance à l'homme qui craint Dieu, et méfie-toi de l'homme qui ne craint que le sultan. »

« N'attache de prix qu'aux trésors que tu pourras emporter avec toi dans le Paradis. »
« Le hanneton qui est juché sur une rose est encore un hanneton. »

« Ce chat que tu caresses mangera ta colombe. »
« Le tumultueux torrent qui descend des montagnes va se perdre dans les ravins, mais la plus modeste goutte de rosée est aspirée par le soleil qui l'élève jusqu'aux étoiles. »
« Serais-tu riche comme Karoûn, fais apprendre un métier à ton fils. »
« Ta femme ne pourra sortir de chez toi que le jour de son enterrement. »

Mushrif-ud-Din Abdullah dit Saadi, Le Jardin des fruits

 

« Luths, parfums et coupes,
lèvres, chevelures et longs yeux,
jouets que le Temps détruit, jouets !
Austérité, solitude et labeur,
méditation, prière et renoncement,
cendres que le Temps écrase, cendres ! »

« Autrefois, quand je fréquentais les mosquées,
je n'y prononçais aucune prière,
mais j'en revenais riche d'espoir.
Je vais toujours m'asseoir dans les mosquées,
où l'ombre est propice au sommeil. »

« “ Allah est grand !” . Ce cri du moueddin ressemble à une immense plainte.
Cinq fois par jour, est-ce la Terre qui gémit vers son créateur indifférent ? »

« Puisque notre sort, ici-bas, est de souffrir puis de mourir,
ne devons-nous pas souhaiter de rendre le plus tôt possible à la terre notre corps misérable ?
Et notre âme, qu'Allah attend pour la juger selon ses mérites, dites-vous ?
Je vous répondrai là-dessus quand j'aurai été renseigné par quelqu'un revenant de chez les morts. »

Ghiyath ed-din Abdoul Fath Omar Ibn Ibrahim al-Khayyām Nishabouri dit Omar Khayyam

 

« Je viens de cette âme
qui est à l'origine de toutes les âmes
je suis de cette ville
qui est la ville de ceux qui sont sans ville
Le chemin de cette ville n'a pas de fin
Va, perds tout ce que tu as,
c'est cela qui est le tout. »

« La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s'est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s'y trouve. »

« Les conseils de Mevlana :


1. Sois comme l'eau courante pour la générosité et l'assistance.
2. Sois comme le soleil pour l'affection et la miséricorde.
3. Sois comme la nuit pour la couverture des défauts d'autrui.
4. Sois comme la mort pour la colère et la nervosité.
5. Sois comme la terre pour la modestie et l'humilité.
6. Sois comme la mer pour la tolérance.
7. Ou bien parais tel que tu es ou bien sois tel que tu parais. »

Jalâl ud Dîn Rûmî

 

« L’amour est une perfection qui est impliquée dans la perfection divine. Lorsque chez l’amant mystique cette perfection a rejoint, depuis la pure condition créaturelle, la majesté de la divinité,
son être extérieur et son être intérieur assument la condition seigneuriale divine. Il cherche alors
sa patrie d’origine. Il devient indifférent aux événements de l’époque, aux vicissitudes du temps, à
l’influence du lieu. Lorsqu’il est investi de la perfection même, les voiles de la condition suzeraine
divine (robûbîya) s’enlèvent, et l’amant d’amour divin est emporté au lieu propre de son origine première. Tout en étant dans les connexions terrestres, il est gardé sous la protection de la munificence, car les esprits-saints sont préservés par un voile dans les enceintes sacro-saintes, de la corruption du monde. Il n’y a plus (pour eux) que transfert de station mystique en station mystique. Ceux qui furent faits des vivants par l’amour divin, jamais l’aiguillon de la mort ne pourra les atteindre. »


« Celui qui se familiarise avec Dieu, devient familier avec toute chose belle, avec tout visage séduisant, avec toute voix belle, avec tout parfum excellent. Les vrais mystiques savent làdessus
des secrets qu’il n’est pas bon de dévoiler aux profanes, sous peine d’encourir des punitions et des supplices. Lorsque le voile de la contemplation est levé, le Sage trouve la douceur
du langage intime qui rapproche le Désiré du désirant (‘âshiq), lui fait trouver douceur à contempler les Attributs, lui fait désirer la Fiancée Éternelle, et soupirer après le visage du Témoin de l’immortalité. S’il se familiarise avec la Vérité (al-Haqq), ce n’est pas parce qu’il la
comprend (ma’rifa), car la compréhension ferait cesser le désir, et le désirant s’anéantirait sous la
pression du déluge de l’Unité (Tawhîd). Au stade du Désir (‘ishq) le désirant n’a rien d’autre à demander que la beauté de la Vérité (et non le stade de la Sagesse (ma’rifa). A chaque instant il se
tourne de la Vérité vers le monde du Royaume, il aperçoit la Vérité dans les visages des Kérubîm (etc.) jusqu’au Paradis de l’Asile Sacré (Ma’awâ). Et, s’il échappe à la contemplation ambiguë (iltibâs = du Ciel), il aperçoit le royaume de la Terre, il y voit la Vérité dans toute chose belle, sauf
dans Adam, où il se retrouve dans la familiarité divine elle-même, puisque Adam a été proposé aux Anges comme Image adorable de Dieu, familiarité qui a échappé à Satan (iltibâs), et a été exprimée par Bistami (Subhânî : iltibâs al-anâniya). D’où le hadîth; la Rose rouge est la Gloire même de Dieu. Et l’on m’a dit que, lorsque le Prophète voyait une rose en bouton, il la baisait, la
posait sur ses yeux. »

« Tantôt elle est dans les pleurs, tantôt elle est dans les rires ; tantôt ardente de feu, tantôt vibrante de musique ; tantôt la substance même de l’argile humaine est consumée par le feu de l’amour, et tantôt le luth de prééternité accompagne la psalmodie. Tantôt dans l’ivresse mentale, tantôt dans la lucidité, tantôt abolie à soi-même. Tantôt dans l’angoisse, tantôt dans l’exultation ; tantôt dans la crainte, tantôt dans l’espoir ; tantôt dans la séparation, tantôt dans la réunion. Pas d’étape où faire halte, quand elle est séparée ; pas même de séjour à demeure, lors de la réunion. Voilà ce qui est exigé d’un Fidèle d’amour que Dieu mène en ce monde par les degrés de l’amour humain à l’ascension de l’amour divin ; parce que dans le jardin de l’amour, il ne s’agit que d’un seul et même amour, et parce ce que c’est dans le livre de l’amour humain qu’il faut apprendre à lire la règle de l’amour divin. »

Abû Mohammad Rûzbehân-i Baklî, extraits du livre: le Jasmin des fidèles d’amour

 

22:29 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le visage ordinaire et usé d’une fille grandie dans les taudis

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le train m’emportait à travers un monstrueux paysage de terrils, de cheminées, de tas de ferrailles, de canaux putrides, de chemins faits de boue et de cendre, tout piétinés d’empreintes de sabots. On était en mars, mais il avait fait affreusement froid, et partout élevaient encore des amoncellements de neige noircie. Comme nous traversions lentement les faubourgs de la ville, nous longeâmes d’interminables rangées parallèles de petits taudis grisâtres qui joignaient perpendiculairement le talus du chemin de fer. Derrière une de ces cahutes, une jeune femme était agenouillée sur les pavés, enfonçant un bâton dans un tuyau de plomb qui devait servir de décharge à un évier placé à l’intérieur, et qui, sans doute, s’était bouché. J’eus le temps de la détailler, avec son tablier qui pendait comme un sac, ses lourds sabots, ses bras rouges de froid. Elle leva la tête au passage du train ; un instant, je fus si prés d’elle que nous aurions presque pu nous regarder dans les yeux ; Elle avait un visage rond et pâle, le visage ordinaire et usé d’une fille grandie dans les taudis, qui a vingt-cinq ans mais en paraît quarante à force d’avortements et de travaux abrutissants, mais ce visage présentait, durant la seconde ou je l’entrevis, l’expression la plus désolée, la plus dénué d’espérance que j’ai jamais contemplée. Je saisis alors combien nous nous trompons quand nous disons : "Pour eux, ce n’est pas la même chose, ce n’est pas comme pour nous" - comme si les gens qui ont grandi dans les taudis ne pouvaient rien imaginer d’autre que des taudis ; en effet, ce que j’avais lu sur son visage, ce n’était pas la souffrance ignorante d’une bête. Elle ne savait que trop bien ce qui lui arrivait, elle comprenait aussi bien que moi quelle destinée affreuse c’était d’être ainsi agenouillée là, dans ce froid féroce, sur les pavés gluants d’une misérable arrière cour, à enfoncer un bâton dans un puant tuyau d’égout. »

George Orwell, Le quai de Wigan

21:15 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Jean-Paul Bourre : La Meute Légendaire

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

La meute légendaire

« Certains chasseurs se souviennent obscurément de l’existence d’un âge d’or de la Chasse, une période légendaire où les tueurs n’entraient pas au royaume enchanté. Ceux-là font vivre, sans même le savoir, la petite flamme sacrée qui brûle au fond des forêts, à la limite de ces mondes étranges dont parlent les croyances populaires. Déjà, dans les "romans de la Table Ronde" tout commençait par une chasse au cerf. Ce cerf blanc qui hante nos sommeils d’enfants était donc bien autre chose qu’un vulgaire gibier fuyant devant la meute assoiffée de carnage… bien autre chose. Une clé, la clé d’une frontière féerique que seul le chasseur au cœur pur pouvait franchir. (Il y a loin du geste rituel, et même du simple coup de fusil qui abat l’oiseau rapide, aux canonnades répétées qui détruisent sans comprendre, pour le plaisir vulgaire d’une détente facile à presser. Ces deux mondes portent le même nom, mais ils n’ont pas les mêmes manières pour exprimer ce qu’est la Chasse.)
Bottés, sonnant de la trompe, d’autres parcourent les mêmes forêts, épuisant le cerf dans une folle poursuite. Casaque rouge ou noire, le chasseur d’aujourd’hui semble tout droit sorti d’un livre mythologique inconnu. Il a des airs d’images d’Epinal qui ravivent les émotions de l’enfance, lorsque sur le parvis d’une église romane nous allions entendre les sonneries des fanfares. Car c’est d’enfance qu’il s’agit, de l’enfance mystérieuse, violente, s’identifiant aux héros des légendes pour revenir éblouie, émerveillée, après l’interminable jeu de piste. Il est curieux de constater que les grands mythes qui ont charmé notre enfance chantent la même chose : l’aventure exaltante du héros et du chasseur. David Crockett, le coureur des bois ami de la nature, le vainqueur de l’Ours devenu son animal totémique, accomplira un cycle prodigieux qui le mènera à la mort, sur les remparts de Fort Alamo. Cette double destinée du guerrier et du chasseur réveille en nous les images d’une vie singulière, aux limites du rêve, à la mesure des lois naturelles que l’homme retrouve à travers l’instinct.
La Chasse est un voyage, une épopée qui renverse la raison pour aller chercher ailleurs une réponse à l’incendie qui ravage les muscles et le cœur du chasseur. Celui qui galope huit heures à cheval dans les sous-bois de Sologne pour la seule ivresse de la poursuite, celui-là appartient déjà à la Légende. Mais ce champion de l’errance se fait de plus en plus rare, à l’heure où les "officiels" de la chasse suivent la Meute au volant de leurs voitures, l’œil collé sur le pare-brise comme sur l’écran d’un téléviseur où l’on projetterait La Grande Meute. Ceux-là regagneront leurs châteaux de brique rose, traversant les villages en conquérants, avec la vanité de l’homme d’affaires qui vient d’emporter le contrat de l’année.
Tout cela resterait simplement ridicule, comme un mauvais spectacle de cirque, si les bouffons de cour ne prétendaient pas annexer — pour leur seul bon plaisir — la dernière grande aventure humaine.
Ces boutiquiers de province, du fond de leurs demeures classées « monuments historiques », jouent aux aristocrates, en rêvant devant des cerfs empaillés. Mais la pupille de verre des trophées de chasse ne reflète plus aucun vertige. Fini le temps des chasses sauvages, lorsque la Meute splendide entourait le maître d’équipage bravant le Cerf, sa dague luisante au poing. Le châtelain qui "commande" la chasse se contente de la suivre en voiture. Il ne risquera aucun coup d’andouillet. D’ailleurs, il refuse tous les "face à face", quels qu’ils soient, de peur qu’on s’aperçoive bien vite que sa couronne de gloire n’était qu’une vulgaire couronne de papier. La Vénerie légendaire se meurt ; détruite par le snobisme et la vanité de ces dindons de province qui en font une affaire d’honneur… comme si l’honneur leur appartenait encore. Que leur reste-t-il, derrière leurs fenêtres Renaissance avec vue sur le parc ? Une curiosité qui n’a rien à envier à celle des grands ensembles de Sarcelles ; un goût sordide pour les intrigues de concierge, pour le voyeurisme de palier… Tout ça à travers la lorgnette d’un titre qui n’impressionne pourtant plus personne.
L’homme de qualité brave cette médiocrité qui ne vaut pas un cerf. Mais hélas, il n’a pas la science des compromissions. Emporté par son rêve, il ne voit pas les pièges qu’on lui tend, au nom des lois et des embrouilles en tout genre. Si au moins le piège avait la franchise d’un piège de chasse, la dure réalité du métal qui broie avec une violence d’homme, si les intrigues se nouaient à la manière des ronces sauvages, tout serait alors possible pour l’homme de qualité. Mais les ruses pour l’abattre ne viennent pas de la forêt. La forêt se confond tellement à l’homme, qu’il lui serait impossible d’agir par traîtrise. Elle connaît toutes les attitudes du chasseur, la beauté de sa science, la perfection de sa folie, son grand amour pour l’animal qu’il chasse… Les intrigues viennent de l’homme, l’autre, celui qui cherche dans la Chasse les possibilités d’affaires et les joies médiocres de la vanité. L’intrigue vient toujours de l’impuissance de l’homme à comprendre les états de fièvre du coureur des bois.
Sont-ils nombreux ces "chasseurs de l’Impossible", ces meneurs de loups lancés sur la piste du rêve ? De plus en plus rares… car les maniaques du fusil, "les viandeurs" comme les appellent les nostalgiques des anciennes chasses, ont depuis longtemps souillé la noblesse du fusil ou du couteau de Chasse. Les derniers survivants conduisent la Meute légendaire le long des étangs, passent au soir tombant sous les fenêtres des châteaux, pour bien montrer la puissance du rêve sur les petits intérêts bourgeois. La Meute est déjà loin. Elle se moque du cerf empaillé qui fait pourtant l’admiration des visiteurs. Elle poursuit le secret même de la Vie, et n’a que faire de la noblesse de paille, pleine de poussière et d’ennui. La Chasse se mérite. Comme toutes les grandes aventures. Le pire ennemi de la Chasse, c’est la médiocrité qui progresse chaque jour un peu plus, couverte de médailles honorifiques et de titres ronflants. Notre devoir ne serait-il pas de lâcher la Meute sur la médiocrité, pour guérir à tout jamais la forêt du cancer qui la menace ! 
»

 

Le Grand Veneur

« Nous sommes à la recherche des derniers héros de Sologne, ceux qui poursuivent le Cerf des légendes pour le seul amour de la poursuite, de la Chasse féerique, celle qui allume dans l’âme les beautés de l’Impossible.
Ils vivent au bord des étangs, au hasard des sous-bois, sur l’itinéraire des équipages fantômes, au-delà des limites humaines.
L’un deux, l’un des plus fameux veneurs de Vouzeron, est un authentique coureur des bois, un spécialiste de la forêt, au sens où l’entendent les gens de cœur. Le voir vivre, c’est assister à un miracle permanent : celui de la Chasse qui incendie le cœur, délie les muscles, réveille le regard aux premières lueurs de l’aube, allume la soif irrationnelle, lorsque le soleil traverse le ciel, comme un animal de légende.
A eux tous, ils forment un clan — au sens tribal —, une caste où se rencontrent les derniers amoureux de la forêt libre. Ils sont à la charnière de deux mondes, comme les sentinelles d’une grandeur appelée à disparaître un jour. Tous leurs gestes sont un élan vers la profondeur, un départ pour la course enivrante. Ils ont l’art de transporter l’extase : une fanfare, le reflet d’un habit rouge, derrière un rideau d’arbres, l’aboiement des chiens qui répondent, la fatigue après plusieurs journées de cheval, lorsque le cœur devenu transparent comprend la forêt… Ils ont la forêt à la place du cœur… et cela leur donne droit à tous les excès, à toutes les folies. (Ce privilège ne sera jamais celui de la noblesse empaillée, qui a oublié que l’orgueil — le vrai — est une aventure où l’on risque beaucoup de soi-même.)

Une terrasse retirée, au bord d’un étang, non loin de la route de Salbris. Un lieu fait pour le calme, les longues méditations, mais aussi l’attente, l’observation...
C’est le ballet du silence, avec son envol de canards sauvages, le cri des poules d’eau qui nous rapproche tout à coup de l’autre rive.
Mlle A. H., nous reçoit sur la terrasse, en bottes de chasse, un couteau au côté. Elle a l’air d’une énigme suspendue au-dessus des eaux, un sphinx armé qui protégerait l’âme profonde de la forêt.
Cette Diane en arme, appartient aux sous-bois de Sologne comme aux étangs paisibles. La violence de la Chasse lui donne l’air victorieux de ceux qui regardent le monde comme une aventure permanente.
"Elle peut galoper plus de huit heures !" avait dit Michel Bellot, qui reçoit souvent la "Chasse" dans son auberge de Nançay.
Alors A. H. parla, de la chasse, d’un de ses amis fils de veneur, l’un des derniers vrais coureurs des bois, en butte aux intrigues de village, aux cabales de salons où l’on décide des chasses à coups d’influence.
"Il gêne tout le monde, expliqua M. Bellot. Sa seule présence dérange. On a déjà tout fait pour nuire à sa réputation. De quoi l’accuse-t-on ? D’être l’un des meilleurs piqueux, de vivre la chasse comme une passion réelle, avec toute la force que donne le véritable amour ! Les petits esprits pardonnent rarement cela. Ils n’aiment pas recevoir des leçons de grandeur." Le coureur des bois, face à la noblesse de paille. A ce point de vue, la ligne qui sépare ces deux races d’individus est hautement significative : d’un côté, la vie dans ce qu’elle a de plus spontané, les mouvements du cœur, l’instinct magique qui envoûte l’homme et l’animal, liés ensemble par le même vertige… de l’autre, la chasse calculée, un spectacle sans ombre, fait pour la vanité et le profit.
... L’homme en habit rouge quitte Vouzeron aux premières lueurs de l’aube. Il galope droit sur la forêt, pour retrouver la vie. 
»

Jean-Paul Bourre, L'Orgueil des Fous

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'égalitarisme Nazi...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

"Si étrange que cela puisse paraître au premier abord, il semble bien que le nazisme lui-même soit un produit de la pensée égalitariste et positiviste moderne. Non pas seulement en tant que — ce serait trop facile — perversion illuministe et raciste (donc sa supposée antithèse), même si son langage conscient s'est articulé sur ce type d'argumentations, mais en tant que théorie égalitariste pathologique, c'est-à-dire inconsciente et contrôlant chaque aspect même le plus futile de l'organisation sociale, culturelle ou politique du national-socialisme.
Alors que le communisme bolchevique s'est empressé de reproduire castes et classes à l'intérieur de la matrice égalitariste de sa société bureaucratique, le nazisme n'a eu de cesse de suivre une sorte de logique égalitaire totalitaire qu'on retrouve jusque dans sa procédure d'extermination des juifs d'Europe : à la différence des antisémitismes antérieurs, catholiques ou protestants, le nazisme ne fait plus de la judéité un problème religieux, réglable si je puis dire par la conversion de l'individu, mais un problème national, social et racial qu'on ne peut résoudre que par son anéantissement collectif. Ainsi, rares seront les savants juifs qui connaîtront un autre sort que l'exil ou le four crématoire, en dépit du fait que leurs connaissances auraient sans doute grandement aidé les Allemands dans des domaines aussi stratégiques que l'électronique, l'aérodynamique ou la physique des particules, en particulier au cours de leur affrontement militaire avec les deux plus grands États continentaux de la planète. La vision raciste du nazisme reproduit à l'encontre de la communauté visée (juifs, slaves, nègres, asiates) un égalitarisme négatif qui fait fi de toutes les différences individuelles et culturelles objectives opérant en son sein, et lui permet ainsi de transformer à grande échelle les individus en question en savonnettes, et leurs bibliothèques en brasier.
Aucun roi très chrétien du Moyen Âge (et donc empreint de la pensée que les juifs sont directement responsables de la mort du Christ) ne se serait laissé aller à de telles absurdités, et de tels crimes.
La "race aryenne" elle-même et sa destinée ne sont pas à l'abri d'un tel retour du refoulé. En effet, la mise en esclavage des juifs et autres races inférieures par les peuples du Reich allemand ne vise rien d'autre en finalité qu'un grand paradis égalitaire de citoyens aryens, et le remplacement à court terme de cette main-d'oeuvre (sous)-humaine par la machine-reine est évoqué dans plusieurs textes "théoriques nazis" d'avant-guerre.
Le nietzschéisme de caniveau du national-socialisme (une lecture débile de textes censurés et reformatés par la soeur du philosophe) trahit pourtant à maintes reprises ses origines petites-bourgeoises voire (sous)-prolétariennes : sa haine des juifs et des "démocrates" n'a d'égale que celle qu'il réserve à l'aristocratie austro-allemande.
Si toute allusion plus ou moins directe à un "programme génétique et biopolitique" fait désormais si peur en Occident, c'est que les nazis ont systématisé cette vision positiviste et égalitariste de la race humaine (transférée sur le plan fantasmatique maternel/germanique) en procédant à grande échelle à son application : suppression des fous, homosexuels, déviants et autres exceptions de la nature et des sociétés. À ces simples mots, le philosophe de Sils Maria aurait sans doute répliqué par quelque aphorisme assassin.
Pour les nazis, le "problème juif" était un problème abstrait, un problème économétrique pur, c'est précisément ainsi qu'ils purent le "régler" à coups de statistiques et de moyens industriels, rationnels et démesurés.
Les koulaks, les prêtres, les Ukrainiens, et tous les opposants réels ou virtuels occupent à peu près la même place dans l'imaginaire pathologique des communistes bolcheviques qui, lorsqu'ils entreprirent leur plan de destruction systématique de la culture russe, n'étaient pas pourvus des conditions techniques, géopolitiques et géographiques qui permirent au Reich hitlérien d'élaborer puis de réaliser son programme industriel d'extermination, et durent donc recourir à des méthodes "classiques" quoique développées à une échelle jusque-là inconnue (déportations, travail forcé, massacres, organisation des famines).
Quoi qu'il en soit, ce que l'obscurantisme nazi doit paradoxalement à la vision égalitariste des races, cultures, sociétés et individus s'exprime dans la langue même de cette idéologie. Quiconque a lu (ou parcouru, c'est amplement suffisant) ce fatras obscur qu'est Mein Kampf ne peut constater qu'une seule chose : comme beaucoup de ses confrères marxistes et léninistes, Hitler est bien le petit-bourgeois moderne formé par l'humanisme positiviste typique des années 1900, sa langue est plate, jargonnesque, monotone, répétitive. Hitler ne prendra vraiment sa mesure qu'en public, à la radio ou à la tribune, en laissant libre cours à son inspiration hystérique, ses écrits sont particulièrement navrants sur le plan stylistique, et ils témoignent de l'incroyable impudence que l'inculture instruite par un siècle de rationalisme égalitariste a pu provoquer chez des individus médiocres et de basse extraction.

Par nature, la véritable noblesse est incompréhensible au commun des mortels."

Maurice G Dantec, Le théâtre des opérations, Journal métaphysique et polémique - 1999

 

11:10 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/01/2014

Libre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« On pense que l’esclave est celui qui agit par commandement et l’homme libre celui qui agit selon son bon plaisir. Cela cependant n’est pas absolument vrai, car en réalité être captif de son plaisir et incapable de rien voir ni faire qui nous soit vraiment utile, c’est le pire esclavage, et la liberté n’est qu’à celui qui de son entier consentement vit sous la seule conduite de la Raison. Quant à l’action par commandement, c’est-à-dire l’obéissance, elle ôte bien en quelque manière la liberté, elle ne fait cependant pas sur le champ un esclavage, c’est la raison déterminante de l’action qui le fait. Si la fin de l’action n’est pas l’utilité de l’agent lui-même, mais de celui qui la commande, alors l’agent est un esclave, inutile à lui-même ; contraire, dans un état et sous un commandement en lesquels la loi suprême est le salut de tout le peuple, non de celui qui commande, celui qui obéit en tout au souverain ne doit pas être un esclave inutile à lui-même, mais un sujet. Ainsi cet état est le plus libre, dont les lois sont fondées en droites Raisons, car dans cet état chacun, dès qu’il le veut, peut être libre, c’est-à-dire vivre de son entier consentement sous la conduite de la Raison. »

Spinoza, Traité théologio-politique

16:02 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les gens vraiment forts savent toujours qu’ils ne le sont pas assez.

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

La vie est une fulgurance temporelle. Une flèche décrochée vers une cible improbable. Nous sommes les passagers du radeau de la méduse, les vagues n’auront pas raison de nous. Mais où accosterons-nous, je suis incapable de le dire.

Jean-René Huguenin à la date du mardi 25 février 1958, dans son Journal, écrit :

« 1° Me dépouiller de mon artifice.
2° M’interdire de ronronner.
3° Ne jamais m’aimer tel que je suis.
4° Ne pas utiliser les restes.
Hier soir, une terrible bouffée de mépris pour moi m’a longtemps empêché de dormir. Des choses que j’ai écrites, ici même — et avec quelle complaisance ! —, sur ma grandeur d’âme, mon courage, la beauté de mon cœur, me sont apparues comme des monstruosités.
Depuis quelques jours je suis soulevé, emporté en avant malgré moi par je ne sais quelle exigence. Le mot de Valéry : "Ne se fixer que des buts impossibles" !

On se tue à se regarder.

Aimer sa souffrance — pas ses larmes.
Les gens vraiment forts savent toujours qu’ils ne le sont pas assez.

Peut-être même faut-il faire machine arrière. Avec le peu de temps que j’ai, tout est compromis.

Ah, bon élève, bon élève ! Que n’ai-je tué plus tôt le bon élève en moi !

Tout rebâtir sur l’amour du monde. Tout rebâtir sur la vanité du monde.
C’en est fini des principes ! Il n’y a plus de principes, il n’y a plus de morale, il n’y a plus de sagesse. Ajouter en enlevant.
Un certain sens de l’honneur — celui que j’ai, je crois — n’est pas — Dieu merci ! — moral.

Je n’ai de morale que contre moi.

Il y a du bourgeois en moi. Je me suis resté imbécilement fidèle, comme si je m’étais épousé.

De croire que je croyais en Dieu m’a fait plus de mal que le blasphème.

C’est un gouffre où je me jette, je sais bien. Qu’arrivera-t-il ? C’est le moment ou jamais de montrer que je n’ai pas peur de la mort, de n’importe quelle mort.

Je crois en Dieu, mais pas comme je croyais. »

Il a 24 ans. Il brûle.

Le lundi 29 septembre de la même année :

« 80 % de oui à de Gaulle. 80 % de oui à l’honneur, à la grandeur, à la force. Même si de Gaulle est un grand âne prétentieux, 80 % de Français ont répondu oui à ce qu’il a su magnifiquement symboliser : la tradition d’une France héroïque et généreuse. 80 % de Français ont dit non à Faye et aux Éditions du Seuil, à Bresson et à Vadim, aux intellectuels de gauche et à l’impuissance, à l’ennui, à l’indécision, à la mauvaise conscience. Ce qu’on attend de la politique on l’attend aussi du roman : de grandes aventures, de la passion, le goût de vivre. Je suis sûr, je suis passionnément sûr que je parle le langage de demain. »

Et à 20 ans, le vendredi 26 octobre 1956 :

« Révolution en Pologne, insurrection en Hongrie ! La Syrie, la Jordanie, le Liban, le Maroc unis dans la haine de la France, alors qu’à Budapest on chante La Marseillaise !
Ah, Français, il y a là de quoi vous faire flamber le sang ! Amollis, endormis dans l’indifférence, il est temps de vous réveiller, de brûler. Un peuple, comme un homme, a besoin d’être haï et de haïr. La haine du monde arabe doit nous relever, nous dresser, nous brûler. C’est le moment ou jamais d’être fort. Il faut profiter de la haine des autres. Le monde, en ce moment, bouillonne. Que les cœurs, que le sang jaillissent ! Les grands coupables sont ceux qui manquent une occasion de combattre. »

À la date du mardi 2 décembre 1958 :

« Vu hier après-midi Ph. Sollers. Nous avons parlé de choses tellement importantes et intimes (« passion-détachement ») que tout à coup, d’un accord tacite, nous nous sommes arrêtés, à la fois humiliés, heureux et effrayés d’une telle ressemblance. Mais sa passion se contemple trop elle-même. Elle n’est pas assez incarnée, héroïque. La mienne repose sur le sacrifice, la sienne sur le plaisir — il a le sacrifice en horreur. Il lui manque quelque chose, un poids, du tragique, un rêve, son intelligence éclaire tout, elle ne respecte pas ces grands repaires d’ombre où notre mystère se tapit, il explique trop ; il n’inquiète pas. Il est lisse et lumineux, et on a l’impression que son bonheur ne cache pas de blessures, c’est un bonheur propre et sans charme, dur comme un bonheur d’enfant. J’aime mieux les êtres qui saignent. J’aime les forts au regard tremblant — tremblant d’amour...
— Quand je pense que j’ai à peu près complètement perdu quatre mois de ma vie, le tiers de toute une année, peut-être le centième de mon existence, j’ai le vertige.
— Que je suis devenu lourd et lent à m’émouvoir ! Oh, retrouver la grâce de m’émerveiller d’un rien ! Comment ai-je pu à ce point me trahir, oublier ma passion de la noblesse, me vulgariser, c’est-à-dire me mettre à la portée de tous — car tout le mal vient de là, pas de bonheur qui ne soit singulier, pas de joie sans refus monstrueux.
Je suis plus que jamais persuadé d’une chose : on ne peut pas à la fois aimer et être faible. « Nulle grandeur qui n’inspire la terreur, dit Nietzsche. Qu’on ne s’y laisse pas tromper ! »
— « Se constituer par toute espèce d’ascétisme une réserve de puissance et la certitude de sa force » ( N.) »

Tiens ! "N." !

Mais le lundi 16 février 1959, à propos de Philippe Sollers :

« Il manque à Sollers le sens du tragique, le goût du vatout, des grandes folies, du désespoir. C’est déjà un homme de lettres. Je cherche en vain des êtres brûlants. Coudol est décidément impossible. Tous mesurés, conscients. Il n’y a plus de fous. C’est étrange avec quelle facilité les autres excitent mon mépris, parfois ma haine même. Ah, mon Dieu, faites-moi connaître des imprudents ! »

Et ces sentences, le lundi 2 mars 1959 :

« on peut demander de l’amour, de la pitié ; mais on ne saurait demander le respect : ou on le force, ou on ne le mérite pas. La volonté, ce n’est pas se contraindre, mais s’obéir. Il n’y a pas un instant de notre vie où nous ne sachions ce que nous devons faire. »

Et ça, à la date du mercredi 1er février 1961 :

« Si j’ai raté, depuis novembre, tant d’occasions de me "reprendre", si mes réveils, mes contre-attaques ont chaque fois avorté en peu de jours, c’est que je me contentais de modifier mes attitudes. Jamais je n’ai aussi vivement senti la nécessité de remettre en question non pas mon caractère, ma personnalité, mais ce qui les détermine : ma conception du monde. Il s’agit de réinventer Dieu.

— Seuls les hommes de volonté résisteront à la civilisation moderne.

— Créer les conditions d’un nouvel héroïsme. Attaquer, par tous les moyens possibles, la civilisation bourgeoise. Restaurer la Douleur.

— C’est Dieu, ce Dieu auquel je crois : le Dieu des forts, le Dieu des héros, qui m’envoie ce livre de Massis sur Maurras et son temps. Devant tant de passion, de force et de foi, la médiocrité de notre époque, la tiédeur de ma vie me terrassent de honte. Ah, il est vraiment temps de "faire face", selon le mot du cher Bernanos.
— Il suffit de croire à l’existence de l’âme pour être, dans le monde moderne, un héros.
— Assez de concessions ! Guerre sans merci aux tièdes, aux esthètes du Nouveau Roman, aux prêtres de gauche, aux bourgeois, aux « jeunes gens du monde », à tous les médiocres, les arrangeurs, les négociateurs de compromis entre la Science et l’Art, la matière et l’esprit, Karl Marx et Dieu, l’argent et l’âme !
Ce que je désire ? Simplement construire un monde qui me convienne. »

Le mardi 19 septembre 1961 :

« En fin de compte, il est plus beau de supporter ses passions que d’essayer de les rejeter. Il faut s’exposer le plus possible. S’exposer le plus possible et, douloureux, angoissé, menacé, s’offrir encore à d’autres menaces, à d’autres blessures, avec une curiosité superbe. »

Journal – Jean-René Huguenin

La jeunesse écarlate. Je l’imagine très bien, nocturne face à ses livres, face à sa page, les muscles tendus, l’inquiétude tenace. Les tempes auréolées par le feu de la fièvre. Possédé par la nécessité de dire. Confronté à son manque de discipline, car c’est un âge où l’on ne devrait pas être sérieux. Il y a dans ce qu’il écrit l’appel d’une Force, une injonction intraitable qui le confronte à sa plaie. Il se brûle les poumons de nicotine et il fronce les sourcils, comme sur cette photo trop rare, avant d’affirmer, par son écriture transportée, ce qui incombe, ce qui tombe sous le sens par son aigu scalpel.

11:14 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/01/2014

Denis Tillinac : Eloge du Réac

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

Eloge du Réac


L 'autre jour, je croisais Régis Debray, qui est mon voisin de palier, devant les boîtes aux lettres de notre immeuble. Il prenait son courrier. Comme d'habitude, j'ai glissé les prospectus qui engorgeaient ma boîte aux lettres dans celles d'à-côté et j'ai laissé les lettres.

« Tu ne les prends pas? », m'a demandé Régis. « Non, lui ai-je répondu benoîtement, ce sont des factures, donc des emmerdements, ma femme s'en occupera ». Après avoir éclaté de rire, il a hoché la tête. De la morosité attristait son regard. « Tu as de la chance. Un réac peut dire ça, et le faire. Nous, on n'a même pas le droit de le penser ». Par « nous », il entendait les modernes, les branchés ; bref, les gens convenables. Moi, je suis catalogué réac depuis belle lurette. Donc, pas convenable. Qu'est-ce qu'un réac au juste ? Le contraire d'un branché et d'un moderne. L'hérétique de la théologie préchée implicitement par les bulletins paroissiaux que sont devenus la plupart des quotidiens et des hebdos français. Un réac est un dissident de l'ordre moral qui bouquine sans culpabilité au coin du feu tandis que son épouse apprête un fricot dans la cuisine. Après quoi, il déserte le logis conjugal pour aller voir un match avec des copains sans se soucier de la vaisselle. Si l'anatomie d'une minette lui paraît avenante, un réac en dresse le constat à haute voix. C'est du machisme et c'est mal vu, mais ça n'a pas d'importance, un réac est méjugé par définition, et s'en fiche. On le confond à tort avec un boeuf ou un droitier, parce qu'il ose dire comme Chevènement que l'ordre républicain est bafoué dans certaines banlieues et qu'il serait urgent d'y remédier. Ou bien il affirme, comme Régis Debray justement, que trente années de pédagogie soixante-huitarde ont fabriqué en série des semi- analphabètes privés de repères et de morale. Le même Régis Debray a aussi peu de goût que moi pour la plupart des « créations » contemporaines, mais il n'a pas le droit d'avouer le classicisme de ses goûts: un flic intérieur, commis par la langue de bois officielle, le surveille de près. Le seul fait d'avoir émis des réserves sur les offensives américaines contre l'Irak et la Serbie lui a valu la réprobation unanime du haut clergé de la pensée unique. En qualité de réac, je puis affirmer que les Américains, en ces deux occurrences, se sont fourvoyés, et nos autorités avec. Pire: je prétends qu'au Kosovo, sous le faux règne de la KFOR, ce sont surtout les Serbes qu'il faut plaindre. En écrivant cela, je crois voir les modernes bigots pincer le bec: le bon parti des bien- pensants, c'est l'UCK.

En vacances, un réac a le droit de glander, de draguer, de jouer au foot où de se faire des apéros à perte de temps. Un branché se croit tenu de donner dans le « culturel », il se tape une kyrielle de festivals, concerts, visites guidées, etc. Un réac intello est dispensé de colloques, de pétitions et de manifs. Le reste à l'avenant. Un réac jouit de tant de privilèges que j'ai de la compassion pour les spectateurs innombrables du puritanisme « politiquement correct ». Le plus précieux de ces privilèges, c'est tout simplement la liberté. Y compris celle de vivre ses ambivalences à coeur ouvert. Prolo ou bobo, le branché est corseté dans un uniforme mental; sa pensée, sa sensibilité sont formatées par les normes au demeurant variables de la modernité. Variables mais strictes. La fluidité sied au réac. Par exemple, je suis plutôt conservateur sur le registre de la culture, permissif en matière de moeurs (sauf pour la drogue) mais aussi hostile au capitalisme mondialisé que Bové et Laguiller réunis. Evidemment, toute insoumission a un prix. Un écrivain réac est mal barré s'il rêve d'avoir le Goncourt ou d'entrer à l'Académie. Grâce au ciel, il y a des rêves plus chatoyants dans la besace de mon imagination.

Denis TILLINAC, Ce qui reste des jours

18:45 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Matrice

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

 

« Nous allons mettre l’Homme à la place de Dieu, et régner en maîtres sur le Royaume de la Terre » — voici ce que dit en gros, je cite de mémoire, un des personnages des Possédés, de Dostoïevski. C’est souvent ainsi qu’on a traduit la pensée de Nietzsche, ce qui a conduit bon nombre d’exégètes nécessiteux à oser la qualifier de « nihiliste ». Elle l’aurait certes été si elle avait suivi l’imperturbable et stupide logique sur laquelle des projets tels que ceux des personnages des Possédés sont érigés, mais Nietzsche savait que de telles perspectives conduisent au suicide, quand elles ne sont pas instaurées par lui, ou son désir, ce que nous conte précisément Dostoïevski dans son roman. Nietzsche pensait avec justesse que seul un surmontement de l’homme lui-même pourrait compenser avec efficience la mort de Dieu, crime dont l’homme se rendit coupable avec le christianisme, événement qui ne devint visible, accessible à la conscience historique des peuples qu’avec le rationalisme positiviste des XVIIIe et XIXe siècles. Désormais privé de Dieu, l’Homme, après avoir épuisé tous les substituts disponibles, continue la farce : il s’institue lui-même Totalité, prend la place de l’Ancien Dieu, et tel un esclave parfaitement consentant, continue son œuvre culpabilisatrice. Pour Nietzsche, les tentatives « totalitaires » et pseudo-politiques de type nihilistes ou anarchistes n’étaient au final que les ultimes avatars des mêmes perspectives morales, des mêmes évaluations qui avaient présidé à l’instauration d’un Dieu mort sur la croix pour racheter les fautes de l’humanité. Car, comme Deleuze le pointe avec lucidité dans son opuscule sur le philosophe, ce qui compte en effet, c’est la manière dont le drame se poursuit dans l’inconscient. Là où s’agite le théâtre de nos désirs, et de nos métaphysiques. Désormais sans Dieu, l’homme accède à sa liberté et à sa puissance, mais incapable d’en faire un acte positif et réellement libre, un acte artistique et fondateur, il voit cette même liberté et cette même puissance se dissoudre dans l’évaluation négative et « révolutionnaire » de l’homme total, jusqu’à la tyrannie et l’impuissance, la tyrannie de l’impuissance. Car Nietzsche connaissait tout le potentiel autodestructeur d’un tel rapprochement : les deux termes, humanité et totalité, s’annulent instantanément et plus sûrement encore que matière et antimatière. L’Homme n’est tout simplement pas prêt pour cette mutation. Il est une matrice, dans l’attente de la douloureuse et libératoire Séparation qui la conduira au-delà d’elle-même. »

Maurice G. Dantec, Le Théâtre des Opérations, Journal Métaphysique et Polémique - 1999

17:43 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/01/2014

La passivité intellectuelle, la confusion et l'amnésie collective

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Une critique pertinente de la conception dominante de l'éducation éclairée — de l'analyse dominante du processus de "modernisation" — doit ainsi se développer autour de deux axes. Le premier consiste à mettre en évidence la persistance de ces formes de particularisme supposées désuètes — liens familiaux, religion, conscience ethnique, nationalisme noir — qui n'ont pas seulement fait preuve de leur résistance au melting pot, mais continuent d'apporter aux gens des ressources psychologiques et spirituelles indispensables à une citoyenneté démocratique, ainsi qu'une façon de voir les choses véritablement cosmopolite, par opposition au point de vue déraciné, désorienté, si souvent synonyme, aujourd'hui, d'émancipation intellectuelle. Le second axe doit permettre d'expliquer pour quelles raisons la culture de masse, uniformisée, des sociétés modernes n'engendre en aucun cas une mentalité éclairée et indépendante, mais, au contraire, la passivité intellectuelle, la confusion et l'amnésie collective. »

Christopher Lasch, Culture de masse ou culture populaire

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

A quels enfants allons-nous laisser le monde ?

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Comme cer­taines représen­ta­tions dans les rêves sont le pro­duit d’un com­pro­mis entre la per­cep­tion d’une réal­ité physique qui tend à inter­rompre le som­meil et le désir de con­tin­uer à dormir, l’idée d’une civil­i­sa­tion à défendre, aussi envi­ron­née de périls qu’on veuille bien l’admettre, est encore ras­sur­ante : c’est le genre de cal­mant que vendent men­su­elle­ment les démoc­rates du Monde diplo­ma­tique, par exem­ple. Parmi les choses que les gens n’ont pas envie d’entendre, qu’ils ne veu­lent pas voir alors même qu’elles s’étalent sous leurs yeux, il y a celles-ci : que tous ces per­fec­tion­nements tech­niques, qui leur ont si bien sim­pli­fié la vie qu’il n’en reste presque plus rien de vivant, agen­cent quelque chose qui n’est déjà plus une civil­i­sa­tion ; que la bar­barie jail­lit comme de source de cette vie sim­pli­fiée, mécan­isée, sans esprit ; et que parmi tous les résul­tats ter­ri­fi­ants de cette expéri­ence de déshu­man­i­sa­tion à laque­lle ils se sont prêtés de si bon gré, le plus ter­ri­fi­ant est encore leur progéni­ture, parce que c’est celui qui en somme rat­i­fie tous les autres. C’est pourquoi, quand le citoyen-écologiste pré­tend poser la ques­tion la plus dérangeante en deman­dant : "Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?", il évite de poser cette autre ques­tion, réelle­ment inquié­tante : "A quels enfants allons-nous laisser le monde ?" »

Jaime Sem­prun, L’abîme se repe­u­ple

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook