Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2014

L’esprit humain regorge de passions ; il en a à revendre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’esprit humain regorge de passions ; il en a à revendre (…) ; mais ce malheureux esprit, dont la dépravation naturelle est aussi grande que son aptitude soudaine, quasi paradoxale, à la charité et aux vertus les plus ardues, est fécond en paradoxes qui lui permettent d’employer pour le mal le trop-plein de cette passion débordante. Il ne croit jamais se vendre en bloc. Il oublie, dons son infatuation, qu’il joue à plus fin et plus fort que lui, et que l’Esprit du Mal, même quand on ne lui livre qu’un cheveu, ne tarde pas à emporter la tête. »

Charles Baudelaire, Les Paradis Artificiels

16:03 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il faut évidemment se demander tout d'abord ce que c'est que le citoyen...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il faut évidemment se demander tout d'abord ce que c'est que le citoyen, puisque les citoyens, en certain nombre, sont les éléments mêmes de l'État. Ainsi, recherchons en premier lieu à qui appartient le nom de citoyen et ce qu'il veut dire, question souvent controversée et sur laquelle les avis sont loin d'être unanimes, tel étant citoyen pour la démocratie, qui cesse souvent de l'être pour un État oligarchique. Nous écarterons de la discussion les citoyens qui ne le sont qu'en vertu d'un titre accidentel, comme ceux qu'on fait par un décret. On n'est pas citoyen par le fait seul du domicile ; car le domicile appartient encore aux étrangers domiciliés et aux esclaves. On ne l'est pas non plus par le seul droit d'ester en justice comme demandeur et comme défendeur ; car ce droit peut être conféré par un simple traité de commerce. Le domicile et l'action juridique peuvent donc appartenir à des gens qui ne sont pas citoyens. Tout au plus, dans quelques États, limite-t-on la jouissance pour les domiciliés on leur impose, par exemple, de se choisir une caution ; et c'est une restriction au droit qu'on leur accorde.
Les enfants qui n'ont pas encore atteint l'âge de l'inscription civique, et les vieillards qui en ont été rayés sont dans une position presque analogue : les uns et les autres sont bien certainement citoyens ; mais on ne peut leur donner ce titre d'une manière absolue, et l'on doit ajouter pour ceux-là qu'ils sont des citoyens incomplets ; pour ceux-ci, qu'ils sont des citoyens émérites. Qu'on adopte, si l'on veut, toute autre expression, les mots importent peu ; on comprend sans peine quelle est ma pensée. Ce que je cherche, c'est l'idée absolue du citoyen, dégagée de toutes les imperfections que nous venons de signaler. A l'égard des citoyens notés d'infamie et des exilés, mêmes difficultés et même solution.
Le trait éminemment distinctif du vrai citoyen, c'est la jouissance des fonctions de juge et de magistrat. D'ailleurs les magistratures peuvent être tantôt temporaires, de façon à n'être jamais remplies deux fois par le même individu, ou bien limitées, suivant toute autre combinaison ; tantôt générales et sans limites, comme celles de juge et de membre de l'assemblée publique.
On niera peut-être que ce soient là de véritables magistratures et qu'elles confèrent quelque pouvoir aux individus qui en jouissent ; mais il nous paraîtrait assez plaisant de n'accorder aucun pouvoir à ceux-là même qui possèdent la souveraineté. Du reste, j'attache à ceci peu d'importance ; c'est encore une question de mots. La langue n'a point de terme unique pour rendre l'idée de juge et de membre de l'assemblée publique ; j'adopte, afin de préciser cette idée, les mots de magistrature générale, et j'appelle citoyens tous ceux qui en jouissent. Cette définition du citoyen s'applique mieux que toute autre à ceux que l'on qualifie ordinairement de ce nom.  »

Aristote, Politique

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Quand on crie de cette manière : "Liberté !"

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« J’entends parler de nouveau de liberté. A grands cris. C’est mauvais signe. Quand on crie de cette manière : "Liberté !" en général, ce que l’on souhaite, c’est l’inverse. »

Reinaldo Arenas, Traître, in Adiós a Mamá

00:23 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/01/2014

Cette alluvion énigmatique blutée par les siècles qu’il sait de naissance être la littérature

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Et voici qu’il se prend à considérer avec un vague sentiment de malaise cette alluvion énigmatique blutée par les siècles qu’il sait de naissance être la littérature, et qui repose sur ses étagères en petits blocs duveteux de poussière, couleur de limon séché, par où ils signifient qu’ils nous ont été apportés par un déluge (car elle coule ferme, la littérature) et qu’ils sont là parce qu’entre tous ils fertilisent. Mais est-ce si sûr ? Combien encore là-dedans qui portent la vie, qui la donnent ? La mort ne fait pas grâce pour toujours. Il y a des volumes qui sont tièdes encore sous les doigts comme une chair recrue d’amour, comme si le sang battait sous la peau fine, et aussi chaque nuit, dans le silence des grandes bibliothèques, il y a un livre glorieux dont vacille dans le noir et s’éteint pour toujours la petite lumière, mais sans qu’on le sache encore, comme nous parvient après des siècles la nouvelle de l’extinction d’une étoile. »

Julien Gracq, La Littérature à l’estomac

20:17 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Quand nous nous sommes une fois "fait une idée" d’un écrivain...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Quand nous nous sommes une fois "fait une idée" d’un écrivain (et tout l’effort de notre critique écrite et parlée vise à ce qu’une telle sclérose intervienne très vite), nous devenons paresseux à en changer – nous marchons en terrain sûr et nous lisons de confiance, d’un œil dressé d’avance à ramener les hauts et les bas, les accidents singuliers de ce qui s’imprime, à la moyenne d’une "production" sur laquelle nous savons à quoi nous en tenir. »

Julien Gracq, La Littérature à l’estomac

18:07 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il n’est pas assez coiffé du genre humain

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Quiconque a passé son enfance chez les chrétiens, plus tard, chaque fois qu’il sera lâche, il y a de grandes chances pour que ce christianisme remonte en lui ; jusqu’au jour où, de toute la puissance de son âge mur, il aura éliminé définitivement le poison. Costals ne hait pas le christianisme. Pour qu’il haïsse cette croyance, il faudrait qu’elle eût contaminé un être qu’il aime. Or, tous ceux qu’il aime en sont indemnes. Quant à la haïr d’être la religion des "ennemis du genre humain" (Tacite), il n’est pas assez coiffé du genre humain pour cela. Le christianisme, il le méprise, sans plus. »

Henry de Montherlant, Les lépreuses

17:07 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/01/2014

Marginalité sociale intégrée

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

Intéressante analyse de Michéa, sauf que ça n'est pas le Capitalisme ni le Libéralisme qui sont les responsables de cette sinistre situation, mais bel et bien une idéologie souterraine gauchiste qui s'appuierait sur n'importe quel système porteur afin de faire aboutir ses idées "progressistes", quitte à utiliser des éléments du libéralisme et du capitalisme pour toucher aux buts qui sont les siennes.

 

« À la question posée, il convient donc de répondre clairement que si la Caillera est, visiblement, très peu disposée à s'intégrer à la société, c'est dans la mesure exacte où elle est déjà parfaitement intégrée au système qui détruit cette société. C'est évidemment à ce titre qu'elle ne manque pas de fasciner les intellectuels et les cinéastes de la classe dominante, dont la mauvaise conscience constitutive les dispose toujours à espérer qu'il existe une façon romantique d'extorquer la plus-value. Une telle fascination intellectuelle pour la "fièvre généreuse du délinquant" (Foucault) serait, cependant, difficile à légitimer sans le concours bienveillant de la sociologie d'Etat. Cette étrange sociologie, en effet, afin de conférer aux pratiques, légales et illégales, du système qui l'emploie cette couleur "rebelle" qui les rend à la fois politiquement correctes et économiquement rentables, recourt à deux procédés principaux qui, quand on y réfléchit, sont assez peu compatibles.

Tout d'abord, elle s'efforce d'inscrire ce qu'Orwell nommait "le crime moderne" dans la continuité des délits et des crimes d'autrefois. Or ce sont là deux univers très différents. Le bandit d'honneur des sociétés traditionnelles (le cas des pirates est plus complexe) puisait sa force et sa légitimité historique dans son appartenance à une communauté locale déterminée ; et, en général, il s'en prenait d'abord à l'État et aux divers possédants. Le délinquant moderne, au contraire, revendique avec cohérence la froide logique de l'économie pour "dépouiller" et achever de détruire les communautés et les quartiers dont il est issu. Définir sa pratique comme "rebelle", ou encore comme une "révolte morale" (Harlem Désir) voire, pour les plus imaginatifs, comme "un réveil, un appel, une réinvention de l'histoire" (Félix Guattari), revient, par conséquent, à parer du prestige de Robin des Bois les exactions commises par les hommes du Sheriff de Nottingham. Cette activité peu honorable définit, en somme, assez bien le champ d'opérations de la sociologie politiquement correcte.

Quant au second procédé, il consiste à présenter l'apparition du paradigme délinquant moderne - et notamment son rapport très spécifique à la violence et au plaisir qu'elle procure - comme l'effet mécanique de la misère et du chômage et donc, à ce titre, comme une réponse légitime des exclus à leur situation. Or s'il est évident que la misère et le chômage ne peuvent qu'accélérer en retour la généralisation du modèle délinquant moderne, aucun observateur sérieux - ou simplement honnête - ne peut ignorer que ce modèle a d'abord été célébré dans l'ordre culturel, en même temps qu'il trouvait ses bases pratiques dans la prospérité économique des "trente Glorieuses". En France, par exemple, toutes les statistiques établissent que le décollage des pratiques délinquantes modernes (de même que la constitution des mythologies de la drogue) a lieu vers 1970, tandis qu'en Allemagne, au Danemark et aux Pays-Bas il est perceptible dès 1964-1965. Expliquer le développement de la délinquance moderne (développement qui, dans un premier temps - on s'en souvient - avait été tenu par la sociologie officielle pour un pur "fantasme" des classes populaires) comme un effet conjoncturel du chômage est évidemment une procédure gagnante pour le système capitaliste. D'une part, elle conduit à présenter la "reprise économique" - c'est-à-dire l'aide accrue de l'État aux grandes firmes - comme la clé principale du problème ; de l'autre, elle dispense d'interroger ce qui, dans la logique même du capitalisme de consommation, et la culture libérale-libertaire qui lui correspond, détermine les conditions symboliques et imaginaires d'un nouveau rapport des sujets à la Loi. »

Jean-Claude Michéa, L'enseignement de l'ignorance

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le centre de la personne vivante

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’amour ne sélectionne pas de caractères, il adopte la personne tout entière par une élection massive et indivise. L’amour ne veut rien savoir sur ce qu’il aime ; ce qu’il aime c’est le centre de la personne vivante, parce que cette personne est pour lui une fin en soi, ipséité incomparable, mystère unique au monde. J’imagine un amant qui aurait vécu toute sa vie auprès d’une femme, qui l’aurait aimée passionnément, et ne lui aurait jamais rien demandé et mourrait sans rien savoir d’elle. Peut-être parce qu’il savait depuis le commencement tout ce qu’il y avait à savoir. »

Vladimir Jankélévitch et Béatrice Berlowitz, Quelque part dans l’inachevé

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/01/2014

L'Esprit est la lumière, la vie et la paix...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L'Esprit est la lumière, la vie et la paix. Si en conséquence vous êtes illuminé par l'Esprit, votre propre vie est imprégnée de paix et de sérénité. En conséquence de quoi vous êtes remplis de la connaissance spirituelle des êtres créés et de la sagesse du Logos ; vous est accordée l'intelligence du Christ ( cf. 1 Cor 2:16 . ) , et vous en venez à connaître les mystères du royaume de Dieu ( cf. Luc 8:10 ).
Ainsi, vous pénétrez dans les profondeurs du Divin et quotidiennement à partir d'un coeur serein et illuminé vous prononcez des mots de vie pour le bénéfice des autres ; car vous-même êtes empli de bénédiction, puisque vous avez en vous la bonté elle-même qui produit de son trésor des choses nouvelles et anciennes ( cf. Mt 13:52). »

Nicétas Stéthatos, La philocalie

20:44 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les rayons de la lumière primordiale...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les rayons de la lumière primordiale qui illuminent les âmes purifiées avec la connaissance spirituelle non seulement les remplissent de bénédiction et de luminosité ; mais également, par le biais de la contemplation des essences intérieures des choses créées, ils les conduisent vers les cieux noétiques. Les effets de l'énergie divine, cependant, ne s'arrêtent pas là, ils continuent jusqu'à ce que par la sagesse et par la connaissance des choses indescriptibles, ils unissent les âmes purifiées avec l'Un, pour les faire sortir de l'état de la multiplicité dans un état ​​d'unité en Lui. »

Nicétas Stéthatos, La philocalie

18:37 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La nature des choses change en fonction de l'humeur intérieure de l'âme...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La nature des choses change en fonction de l'humeur intérieure de l'âme, c'est-à-dire que chacun détermine ce que sont les autres en fonction de ce qu'il est lui-même. »

« Celui qui est parvenu à la prière véritable, celui-ci ne fait pas de différence entre les choses. Il ne distingue pas le juste du pécheur, il les aime tous pareillement et ne juge pas, de même que Dieu envoie le soleil et la pluie sur les hommes justes et injustes. »

Nicétas Stéthatos, La philocalie

16:37 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/01/2014

Se perdre pour oublier

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le producteur lui retira l’antenne et le remplaça par ce qu’il avait sous la main, une pub Berkeley Boo, marque très populaire de cigarettes de marijuana à bout filtre : "Un petit rayon de soleil californien". »

« Se perdre, se perdre pour oublier, c’est ce qu’ils appellent de tous leurs voeux.

Comment faire, me direz-vous ? Seule la mort apporte l’oubli absolu. Mais la mort est un objectif infiniment lointain. Alors, on se défonce. Qui cherche l’oubli espère étancher par la drogue, l’alcool, la folie, la simulation, sa soif d’inexistence. Mais c’est un leurre. Tous ces subterfuges ne provoquent qu’une illusion, un avant-goût de l’oubli, juste ce qu’il faut pour exciter l’appétit. »

Philip K. Dick, Les machines à illusions

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le mot culture intervient comme "formule magique"

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Thomas Macho, chercheur en anthropologie culturelle ("Kulturwissenschaftler") à Berlin, l’écrivait récemment : le mot culture intervient comme "formule magique" pour décrire les modes et tendances en matière politique, économique, technologique ou sociétale. Ce n’est donc pas fortuitement qu’il entre avec succès dans la composition d’innombrables expressions et néologismes (…)

Le mot culture est devenu à l’évidence une sorte de charpente conceptuelle, sous laquelle on peut faire cohabiter des événements aussi disparates que le mégaconcert des "trois ténors", la guerre en Afghanistan, la guerre au Kosovo, la finale du mondial de football ou les cérémonies d’adieu à la Reine des Coeurs Lady Diana Spencer - sans oublier le concert du Nouvel An en direct de Vienne ni la Love Parade berlinoise. (…)

Il y a un an, sortait chez Reclam un livre joliment intitulé "Philosophiephilosophie" : "Philosophie de la philosophie". Et peut-être, par analogie, faudrait-il parler, là où il n’est vraiment question que de culture, d’une "Kulturkultur" ou "culture de la culture". On se démarquerait au moins de cette déferlante des cultures à rallonge qui contribuent à désamorcer le concept même de culture et à le rendre arbitraire, alors qu’avant tout il est censé être créateur de sens et de repères identitaires.

Si tout est culture ou peut le devenir, à quoi sert d’intervenir en matière de politique ou d’éducation culturelle ? Le réflexe d’éduquer et d’instruire, enfin ce qui en reste et continue sans doute d’être à l’oeuvre dans tout discours sur la culture, tourne à vide quand la culture n’a plus en face d’elle son contraire. »

Ulrich Fuchs, De l’(in)utilité de l’art du théâtre in Masques, Théâtre et Modalité de la Représentation

08:20 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Obscénités

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mais les mots lui manquaient pour traduire ses sentiments. Il y suppléait à grand renfort d’obscénités : la vulgarité lui était nécessaire sans doute pour calmer la violence de son émotion. »

William Somerset Maugham, Le Roi de Talua in L’Archipel aux Sirènes

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/01/2014

Bientôt ce vide emplit l’âme d’un vague pressentiment

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le Pacifique est incertain et changeant comme le coeur de l’homme. La houle parfois le soulève en lourdes vagues, gris comme la Manche au large de Beachy Head ; d’autres jours, sous l’orage, il se hérisse de crêtes blanches. On ne le voit pas souvent calme et bleu. Mais, alors, il est d’un bleu insolent. Dans un ciel sans nuages flamboie le soleil implacable. A la douce caresse des vents alizés, vous vous sentez saisi par la nostalgie de l’inconnu, et, au roulement magnifique des flots qui se déploient à l’infini, vous oubliez, dans un désir exaspéré de vivre, la jeunesse évanouie et son cortège de souvenirs cruels et doux. C’est sur une pareille mer que se gonflait la voile d’Ulysse, à la recherche des Iles Fortunées.
Mais il y a aussi des jours où le Pacifique ressemble à un lac. L’eau est lumineuse et lisse. Les poissons volants - reflets d’ombre sur l’éclat d’un miroir - font jaillir en plongeant de petites gouttes diaprées. Des nuages floconneux traînent à l’horizon. Au crépuscule, leurs formes étranges donnent l’illusion de hautes cimes neigeuses. Ce sont les montagnes du pays de vos rêves. Dans un silence invraisemblable, vous glissez sur une mer enchantée. Parfois des mouettes annoncent que la terre est proche - île oubliée, perdue dans le désert immense des flots. Mais les mouettes, les mouettes mélancoliques, en sont le seul indice. Jamais un bateau à la fumée amie ; ni paquebot majestueux, ni légère goélette, pas même une barque de pêcheurs. C’est le désert, le vide.

Et bientôt ce vide emplit l’âme d’un vague pressentiment. »

William Somerset Maugham, Le Pacifique in L’Archipel aux Sirènes

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook