Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2020

Et je résolus de ne point m’abandonner à la crainte, non plus à l’orgueil

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« La lune s’était levée, et dans sa clarté je m’abandonnais aux pensées qui nous assaillent lorsque nous nous enfonçons dans l’incertain. En moi s’éveillaient les souvenirs de magnifiques heures matinales, où nous chevauchions à l’avant garde de nos colonnes, tandis que derrière nous, dans la fraîcheur de l’aube, s’élevait le chant des jeunes cavaliers. Nous sentions alors notre cœur battre solennellement, et tous les trésors de la terre eussent pâli devant la joie qui nous attendait dans la glorieuse rigueur de l’action imminente. Oh ! Quelle différence entre ces heures lointaines et cette nuit où, dans la pâle clarté, je voyais luire des armes pareilles aux griffes et aux boutoirs de quelque monstre. Nous nous enfoncions dans les forêts des Lémures qui sont sans droit et sans ordre humains, et chez qui nulle gloire ne se pouvait cueillir. Et j’éprouvais la vanité de tout éclat, de tout honneur, et une grande amertume m’emplissait.
C’était cependant une consolation pour moi de ne point être, comme la première fois, alors que je cherchais Fortunio, le jouet d’aventures magiques, mais le champion d’une juste cause, appelé à la lutte par la haute contrainte de l’esprit. Et je résolus de ne point m’abandonner à la crainte, non plus à l’orgueil. »

Ernst Jünger, Sur les falaises de marbre

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/01/2020

C’est de nos cœurs que Dieu se retire

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Je le dis, je le répète, je ne me lasserai jamais de proclamer que l’état du monde est une honte pour les chrétiens. Le sacrement de baptême leur a-t-il été conféré simplement pour leur permettre de juger de haut, avec mépris, les malheureux incrédules qui, faute de mieux, poursuivent une entreprise absurde, s’efforçant inutilement d’instaurer, par leur propre moyen, un royaume de justice sans justice, une chrétienté sans Christ ? Nous répétons sans cesse avec des larmes d’impuissance, de paresse et d’orgueil que le monde se déchristianise. Mais le monde n’a pas reçu le Christ, c’est nous qui l’avons reçu pour lui, c’est de nos cœurs que Dieu se retire, c’est nous qui nous déchristianisons, misérables ! »

Georges Bernanos, Français si vous saviez

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le conformisme universel

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Je suis un homme comme vous, n’importe lequel d’entre vous, mais je sens ce que vous ne sentez pas, ce que vous subissez sans le sentir – l’immense pression exercée à chaque heure, jour et nuit, sur nous tous, par le conformisme universel, anonyme, disposant de ressources inépuisables, de méthodes ingénieuses et implacables pour la déformation des esprits. »

Georges Bernanos, Le chemin de la croix aux âmes

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/01/2020

Citadelles de luxe

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« A quoi sert d’avoir du courage quand il s’agit de docilement faire la queue à tous les guichets que la société hypermoderne dresse devant vous, ou, mieux encore, quand vous passez des heures seul face à un écran d’ordinateur ? A quoi sert d’avoir le goût du risque lorsque depuis l’enfance on vous oblige à attacher votre ceinture en voiture, et à appliquer en toutes circonstances le principe de précaution ? A quoi sert d’avoir le sens de l’Histoire lorsque vous baignez dans un système de zapping permanent qui consacre le fugace et l’éphémère, et où l’actualité la plus futile mobilise seule l’attention des médias et des masses de spectateurs sidérés ? A quoi sert de chercher à être d’abord soi-même, c’est à dire un "être distingué", dans une société où toutes les catégories sociales et toutes les sensibilités tendent à se ressembler avec l’espoir de ressentir un peu de vibration communautaire dans le grégarisme le plus pur ? En somme, il n’y a plus de vraie droite ni de vraie gauche, se revendiquant comme telles, mais plutôt un vaste consensus mou qui véhicule des valeurs de préservation (et nullement des valeurs conservatrices ou libérales) sur fond d’annonces apocalyptiques permanentes. La gloire a été remplacée par la célébrité, la flamboyance par l’exhibitionnisme, et le panache par la dépression nerveuse. La réussite se mesure désormais à sa capacité de se tirer d’affaire, à savoir se planquer, et à s’installer, pour les plus riches, dans des citadelles de luxe (pas de vrai luxe, celui-là n’existe plus) bourrées d’électronique protectrice et isolante. »

Olivier Bardolle, La vie des hommes

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Voici l'aurore

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Voici l’aurore, la nuit craque de tous les côtés. On la croyait éternelle. On aurait dû dormir. Puisque voici un nouveau, un immense jour jusqu’à ce soir. Tout est déjà passé. Tout est déjà passé de l’autre côté, déversé dans le gouffre où les jours s’entassent lorsqu’ils ont été vidés, et ma vie qui traîne le long des années et de mon âge sans y entrer jamais. »

Marguerite Duras, La vie tranquille

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/01/2020

Parce qu’enfin on tient une explication et on sait pourquoi

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Moi, quand je suis en présence d’un con, d’un vrai, c’est l’émotion et le respect parce qu’enfin on tient une explication et on sait pourquoi. Chuck dit que si je suis tellement ému devant la Connerie, c’est parce que je suis saisi par le sentiment révérenciel de sacré et d’infini. Il dit que je suis étreint par le sentiment d’éternité et il m’a même cité un vers de Victor Hugo, oui, je viens dans ce temple adorer l’Eternel. Chuck dit qu’il n’y a pas une seule thèse sur la Connerie à la Sorbonne et que cela explique le déclin de la pensée en Occident. »

Romain Gary, L'angoisse du roi Salomon

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Mitraillette au poing, se donner le luxe d’une féérie sanglante

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« J’essaie de lui apprendre à dominer sa colère, ses espoirs naïfs, son penchant à la grandiloquence. Il est jeune, il ne peut pas comme moi, en couvrant de ridicule les souvenirs d’un riche passé, s’aider à oublier l’opprobre d’aujourd’hui. Je l’entends parler d’en finir, de faire une virée, ici ou ailleurs, avec quelques copains, mitraillette au poing, se donner le luxe d’une féérie sanglante, vantarde et misérable. La mitraillette est le dur emblème de cette jeunesse traquée, le seul outil sur lequel sachent se serrer, aujourd’hui, ces mains qu’on a faites inutiles. Je me fais traiter d’intellectuel, de politicien, de dégonflé. J’accepte de l’être. Ma défaite l’encourage. Mais l’envie banale, l’aveugle révolte, quand elles sont portées et brandies par la puissante haine d’un adolescent, finissent par tourner en fierté. »

Raymond Abellio, Les yeux d’Ézéchiel sont ouverts

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/01/2020

Votre fraîcheur d'origine

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« ”Elle viendra, elle viendra à coup sûr ! m’exclamai-je, en courant dans ma chambre. Demain si ce n’est pas aujourd’hui, elle saura bien me trouver !” C’est ça, le maudit romantisme de ces cœurs purs ! Ô la saloperie, ô la bêtise, ô la naïveté de ces fichues “âmes sentimentales”! Et comment ne pas comprendre ? Et qu’il en faut peu, mais peu, des mots, et qu’il en faut peu, d’idylle, pour retourner une âme comme on veut. La voilà, votre virginité, la voilà, votre fraîcheur d’origine… »

Fiodor Dostoïevski, Carnets du sous-sol

 

 

23:56 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Familles...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Il y a quelque chose de stupéfiant qui revient sans cesse dans les films : un rassemblement d'êtres humains appelé "famille". Apparemment, dans les temps anciens, ce type d'organisation devait être fort répandu. Une "famille" est un groupe de gens qui paraissent vivre ensemble. Elle se compose d'abord d'un homme et d'une femme, et si par hasard l'un d'eux disparaît, on continue à parler de lui et son image (ce qu'on appelle des photographies) se retrouve un peu partout dans la maison. Puis viennent les jeunes, des enfants d'âges différents. Et le plus surprenant, ce qui semble caractériser toutes ces "familles", c'est que l'homme et la femme sont toujours le père et la mère de tous les enfants. Parfois, il y a aussi des gens plus vieux, les parents de l'homme ou de la femme. Je ne sais vraiment pas quoi en penser. En fait, ils semblent tous être parents les uns des autres !

Et dans les films, tous ces débordements sentimentaux paraissent liés à cette structure de "famille" qui, en outre, est présentée comme à la fois normale et décente.

J'ai appris, bien entendu, à éviter de juger mon prochain, et surtout les gens d'une autre époque. Je sais que cette notion de "famille" est contraire au dicton "Être seul, c'est être bien", mais ce n'est pas ça qui me gêne. Après tout, j'ai déjà passé plusieurs jours de suite avec d'autres personnes et j'ai été jusqu'à rencontrer les mêmes étudiants pendant plusieurs semaines. Ce n'est pas tant la Faute de Promiscuité qui me dérange dans ces "familles" ; je ressens plutôt une espèce de choc en imaginant tous les risques que ces gens ont pu courir. Ils donnent l'impression d'éprouver tellement de sentiments les uns pour les autres.

Cela me scandalise et m'attriste.

Et ils se parlent tellement entre eux. Leurs lèvres, même s'il n'en sort aucun son, ne cessent de remuer. »

Walter Tevis, L'oiseau d'Amerique (Mockingbird)

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Reliés par d'innombrables liens au passé et à l'avenir

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Tous mes films, d'une façon ou d'une autre,  répètent que les hommes ne sont pas seuls et abandonnés dans un univers vide,  mais qu'ils sont reliés par d'innombrables liens au passé et à l'avenir,  et que chaque individu noue par son destin un lien avec le destin humain en général.  Cet espoir que chaque vie et que chaque acte ait un sens, augmente de façon incalculable  la responsabilité de l'individu à l'égard du cours général de la vie. »

Andreï Tarkovski, Le temps scellé

 

 

01:09 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/01/2020

La rouille du quotidien

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« La destruction, c’est le revers de la foi dans la vie ; si un homme, au-delà de dix-huit ans, parvient à se tuer, c’est qu’il est doué d’un certain sens de l’action. Le suicide, c’est la ressource des hommes dont le ressort a été rongé par la rouille, la rouille du quotidien. Ils sont nés pour l’action, mais ils ont retardé l’action ; alors l’action revient sur eux en retour de bâton. Le suicide, c’est un acte, l’acte de ceux qui n’ont pu en accomplir d’autres. C’est un acte de foi, comme tous les actes. Foi dans le prochain, dans l’existence du prochain, dans la réalité des rapports entre le moi et les autres moi.
"Je me tue parce que vous ne m’avez pas aimé, parce que je ne vous ai pas aimés. Je me tue parce que nos rapports furent lâches, pour resserrer nos rapports. Je laisserai sur vous une tache indélébile. Je sais bien qu’on vit mieux mort que vivant dans la mémoire de ses amis. Vous ne pensiez pas à moi, eh bien, vous ne m’oublierez jamais !" »

Pierre Drieu la Rochelle, Le feu follet

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/01/2020

Handicapées bardées de diplômes...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Pauline Lecomte : En occident, précisément en Europe, les femmes ne sont-elles pas victimes des machistes autant que les féministes qui ont développé le même mépris abyssal pour les tâches traditionnelles du foyer ?

Dominique Venner : Les femmes en pâtissent, comme elles pâtissent d’un système éducatif qui les prépare à divers métiers entrant dans la logique production/consommation en les détournant de leurs fonctions sacrées. Il est vrai que prendre deux fois par jour un bus ou un métro bondés, et subir ensuite les avanies d’un chef de service, de collègues ou de clients revêches, est un sort épanouissant ! La transmission des savoirs élémentaires ayant été ainsi interrompue, les éditeurs en profitent pour vendre des manuels pratiques : comment éduquer son enfant, faire la cuisine, ranger la maison, enfoncer un clou, planter des roses ou des radis, apprendre à coudre une nappe ou une chemise de nuit... Les jeunes mariées et les jeunes mères ayant été souvent transformées en handicapées bardées de diplômes, c’est tout bénéfice pour le système marchand et celui de la consommation. Les femmes produisent des salaires qu’elles sont priées de dépenser illico en fringues jetables, entretenant le très rentable et inutile mécanisme du gaspillage. Mais, mais, mais… rien est aussi simple… Il en est des femmes en politique comme dans les activités et responsabilités professionnelles ou encore dans les aventures les plus fougueuses. On ne compte plus les navigatrices solitaires qui font pâlir d’envie les plus rudes marins. »

Dominique Venner, Le Choc de l'Histoire

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Je suis un être réel, un être sensible

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Alors que l’ancienne philosophie commençait par la proposition : je suis un être abstrait, un être purement pensant, mon corps n’appartient pas à mon essence ; la philosophie nouvelle au contraire commence par la proposition : je suis un être réel, un être sensible ; oui mon corps dans sa totalité est mon moi, mon essence même. C’est pourquoi l’ancienne philosophie pensait dans une contradiction et un conflit continuels avec les sens pour empêcher les représentations sensibles de souiller les concepts abstraits ; le philosophe nouveau, au contraire pense en harmonie et en paix avec les sens. L’ancienne philosophie admettait la vérité du sensible (et jusque dans le concept de Dieu qui inclut l’être en lui-même, car cet acte devait malgré tout être ne même temps un être distinct de l’être pensé, un être extérieur à l’esprit et à la pensée, un être réellement objectif (objectives, c’est à dire sensible), mais elle ne l’admettait que d’une manière dissimulée, purement abstraite, inconsciente et involontaire, uniquement parce qu’elle ne pouvait pas faire autrement ; la philosophie nouvelle au contraire reconnaît la vérité du sensible avec joie, consciemment : elle est la philosophie sincèrement sensible. »

Ludwig Feuerbach, La philosophie de l’avenir

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/01/2020

Par-delà cette mesure

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il en est de la valeur des hommes comme celle des diamants, qui a une certaine mesure de grosseur, de pureté, de perfection, ont un prix fixe et marqué, mais qui, par-delà cette mesure, restent sans prix, et ne trouvent point d'acheteurs. »

Chamfort, Maximes et pensées, caractères et anecdotes

 

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La faune...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Quand une difficulté surgit, il faut absolument que cette faune prenne le parti de l'étranger, contre le parti de la nation dont ils se prétendent pourtant les porte-parole. Impossible d'imaginer une pareille bassesse — et en même temps, une pareille inconscience de la bassesse. »

Le Général de Gaulle, cité par Alain Peyrefitte dans "C'était de Gaulle"

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook