Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2016

Au bout de quelques années nous sommes infidèles à ce que nous avons été

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nous désirons passionnément qu’il y ait une autre vie où nous serions pareils à ce que nous sommes ici-bas. Mais nous ne réfléchissons pas que, même sans attendre cette autre vie, dans celle-ci, au bout de quelques années nous sommes infidèles à ce que nous avons été, à ce que nous voulions rester immortellement. Même sans supposer que la mort nous modifiât plus que ces changements qui se produisent au cours de la vie, si dans cette autre vie nous rencontrions le moi que nous avons été, nous nous détournerions de nous comme de ces personnes avec qui on a été lié mais qu’on a pas vues depuis longtemps. (…). On rêve beaucoup du paradis, ou plutôt de nombreux paradis successifs, mais ce sont tous, bien avant qu’on ne meure, des paradis perdus, et où l’on se sentirait perdus. »

Marcel Proust, La recherche du temps perdu vol. 4 – Sodome et Gomorrhe

 

15:09 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/03/2016

Flatter l’animal populaire dans sa candide sottise et dans ses instincts

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Certains de nous s’étonnaient quelquefois que la véhémence de notre pacifisme, remplissant la moitié de notre journal et de l’Action Française, ne valût pas à notre bord les vastes suffrages qu’avaient recueillis autrefois le briandisme, le socialisme anti-militariste et genevois. Je n’en étais pas autrement surpris. L’abrutissement des cerveaux français, la confusion des idées et des sentiments les plus simples étaient tels qu’il existait une paix “pour la gauche” et une paix “pour la droite”. La paix à l’usage des démagogues et du prolétariat se prêchait par d’énormes insanités. On la garantissait perpétuelle et universelle. Ses apôtres, qui connaissaient leur métier, ne s’embarrassaient pas de scrupules logiques. Ils préconisaient froidement la plus sauvage guerre civile comme remède à la guerre bourgeoise. Ils avaient su confondre la paix avec l’abolition de la caserne et la fin des galonnards. Ils avaient l’immense avantage de flatter l’animal populaire dans sa candide sottise et dans ses instincts, pour nous, nous avions le tort d’être des pacifistes intelligents. Nos écrits réclamaient une certaine paix, dans le temps et dans l’espace, parce que notre pays n’avait plus les moyens de conduire victorieusement une guerre, et que nous répugnions à souhaiter une révolution nationale issue d’une défaite. »

Lucien Rebatet, Les décombres

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Gaffeur et maladroit

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je disais que nos délibérations numéro 1 sont toujours demeurées secrètes. Il n’en saurait être de même de nos délibérations numéro 2, par lesquelles un grand nombre de personnes sont averties que tel jour, à telle heure, il y aura telle manifestation patriotique, ou tel cortège. Les jeunes gens bavardent entre eux, ou devant des personnes qui n’ont pas leurs convictions. II est inévitable que quelques mouchards se faufilent dans un mouvement politique aussi étendu que le nôtre. Quelque temps avant la guerre, un de ces mouchards nous fut signalé. C’était un solide gaillard, appartenant à la Préfecture de Police, intelligent, débrouillé, de bonne mine, et qui se donnait comme employé de commerce, avec, bien entendu, les meilleures références. Le comité des Camelots du Roi le mit en surveillance et acquit bientôt la certitude que la dénonciation était légitime. Il y avait ce soir-là grande réunion à la Salle des Sociétés Savantes, rue Danton. Le mouchard, un sieur M…, fut chargé du "service intérieur", dans le petit corridor menant à la tribune des orateurs. Poste de choix. A huit heures précises, comme il était convenu, quatre camelots, se jetant sur lui à l’improviste, le ligotèrent et le transportèrent sur l’estrade, où il demeura pendant une bonne heure, exposé aux quolibets des auditeurs, avec une pancarte définissant son rôle, sans aménité. Au bout de ce temps, les mêmes quatre camelots le portèrent au dehors, sur sa chaise, tel un saucisson habillé en monsieur et le remirent cérémonieusement à l’officier de paix, qui commandait les forces policières :
« Nous vous le rendons, il vous appartient.
— Mais non.
— Mais si.
— Je vous dis que non.
— Informez vous ».
L’officier de paix alla consulter des agents en bourgeois, qui reconnurent aussitôt que M… était un copain, et l’accueillirent en le traitant de gaffeur et de maladroit. »

Léon Daudet, Vers le roi 

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une belle femme doit aussi se montrer en public

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La foule vous est utile, jeunes beautés. Portez souvent vos pas errants hors de chez vous. C'est vers une troupe de brebis que va la louve pour trouver une proie à saisir ; c'est vers une compagnie d'oiseaux que se jette en volant l'oiseau de Jupiter. Une belle femme doit aussi se montrer en public : dans le nombre elle trouvera peut-être quelqu'un qu'elle séduira. Que dans tous les endroits, avide de plaire, elle passe quelque temps, et qu'elle s'applique de toute son attention à faire valoir sa beauté. (...) Marcher les cheveux épars et donner libre cours à ses larmes sied bien à une femme. »

Ovide, L'art d'aimer

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/03/2016

La Russie a une longueur d'avance sur l'Occident

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La chute de l'URSS et le retour de la Sainte Russie sont bien plus importants que ce que nous croyons habituellement. Ce n'est pas seulement l'échec du communisme devant le monde occidental. Ce sont les retrouvailles avec notre civilisation issue du christianisme et du monde humaniste gréco-romain. Ce travail de retour de l'être véritable de l'homme doit être à présent prolongé à l'Ouest…

En Irak, en Libye, en Ukraine ou ailleurs, qui porte la dynamique de la mort sinon le monde occidental sous la direction de l'oligarchie qui règne aux USA ? Il y a une dialectique mortifère entre l'Occident et l'islamisme radical qui fut souvent aidé — notamment contre l'URSS de l'époque — par les Américains.

Le complexe militaro-industriel américain est sans doute aujourd'hui le plus grand danger pour tous et pour le peuple américain lui-même qui semble oublier avoir lui aussi perdu sa liberté et son authenticité originelles…

La chute de l'URSS et la dérive de l'Occident vers le matérialisme sont le signe qu'une époque nouvelle s'est mise en place. Cette époque verra sans doute, comme l'avait pressenti Malraux, un retour à l'humanisme de la tradition gréco-romaine et chrétienne. Un monde où Dieu ne sera plus effacé par l'orgueil de l'ego, le sens de l'honneur par la puissance de l'argent, les racines par l'idolâtrie de la technique, et la personnalité par le règne des masses, ce monde pourrait devenir possible à l'avenir. Et les penseurs russes, comme Dostoïevski et Berdiaev, l'ont prophétisé avant les autres. La Russie a une longueur d'avance sur l'Occident sur le plan politique, mais aussi, et surtout, sur le plan métaphysique ! »

Ivan Blot, La Russie de Poutine

 

11:12 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/03/2016

Puis, avec le temps, j’ai commencé à deviner la vérité des mots

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il y eut un temps où je croyais aux mots - à la valeur des mots en tant que tels – où je jurais par eux, m'encourageais et me consolais par eux, les notais et les retenais, les accueillais avec une foi aveugle et un enthousiasme sincère, et les donner aux autres en guise de cadeaux. Puis, avec le temps, j’ai commencé à deviner la vérité des mots, à comprendre de mieux en mieux d'où ils viennent, comment ils surgissent et comment ils disparaissent et aussi comment ils changent de forme et de signification, quelle est leur valeur provisoire et quelle est leur valeur vraie et durable. Et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'enfin me soit devenu clair ce qu'ils sont et comment ils sont : du vent et de la poussière, le fruit du désordre et du hasard, comme tout le reste autour de moi : de simples leurres, des enfants du leurre et des mères de leurres nouveaux.

Je ne suis qu'un homme, je m'exprime et m'exprimerai par des mots jusqu’à la fin de mes jours, cela va de soi, mais je ne me ferai pas d'illusions sur la force et l'importance des mots, je ne m'attarderai pas sur eux, je ne ferai que m’en servir, tout comme celui qui, fuyant à la recherche du salut, se sert de la pierre sur laquelle il a posé le pied, ou de la branche à laquelle il s’est accroché. »

Ivo Andrić, Signes au bord du chemin

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Mon mensonge et ma double infamie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le matin. Assis à ma table, je regarde mon manuscrit, celui que j'ai rédigé hier et avant-hier, et que je devrais continuer. Avec un étonnement douloureux, je constate que cette tâche surpasse mes capacités.
Comme si quelqu'un d'autre s'était servi de mon nom pour écrire ces lignes ; puis il est mort ou parti en voyage, sans retour. Comme si ce manuscrit était rédigé en une langue que je ne connais pas et que je n'ai jamais connue.
Hésitant et honteux, j'attends le moment inévitable où mon mensonge et ma double infamie seront révélés. Celle de ne pas être capable de mettre deux mots intelligents l'un à la suite de l'autre, et celle de m'être fait connaître comme écrivain et d'avoir été considéré et promu comme tel par tout le monde. »

Ivo Andrić, Signes au bord du chemin

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/02/2016

Tellement obsédé par les êtres humains

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je suis tellement obsédé par les êtres humains et si assoiffé de gestes et de formes que je passerais des heures à regarder dans la rue le visage et le vêtement des passants, si je n’en avais pas honte. Une femme qui passe en coup de vent à côté de moi et dont le visage attire mon attention, me cause une véritable douleur, comme si on arrachait et emportait une part de mon être. Je ne peux m’empêcher de me retourner après elle, même si tout en moi se révolte contre cette pratique, pour la voir se perdre désespérément dans la foule. »

Ivo Andrić, Signes au bord du chemin

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ils portent le cilice et pratiquent la repentance

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On veut nous convaincre que la présence de millions de musulmans en Europe n'aura pas d'incidence sur notre avenir. Alors que, sous nos yeux, déjà la France change de visage. Et que demain, peut-être, elle changera de demeure. L'Europe toute entière entrera dans le "Dar el-Islam". Les églises pourraient devenir des mosquées, comme l'a suggéré le recteur Boubakeur, pourtant un "musulman modéré". Le 30 mai 1453, à Constantinople, un dignitaire errant dans la rue bredouillait et versait toutes les larmes de son corps devant la main de Fatma apposée avec le sang d'une chrétienne sur le porche de Sainte-Sophie. Une voix d'outre-tombe lui répondit :
— Il est trop tard pour sangloter. Les prières de remords ne servent plus à rien. Que n'avez-vous bredouillé, crié, pleuré avant-hier, avant la prise de la ville ?

Dans l'armée française, aujourd'hui, il y a 15% de musulmans. Demain, 50% ? Y a-t-on réfléchi ?

Nos hommes politiques, sourds à l'appel de l'Orient chrétien martyr et aux leçons des attentats du 7 janvier, sont devenus des dhimmis en puissance. Ils portent le cilice et pratiquent la repentance. Interrogé par "Libération", Alain Juppé, qui se vante de n'avoir jamais lu le Coran, s'est indigné que des mères portant le voile islamique ne puissent pas accompagner les sorties scolaires. Il en appelle à sa propre mère : "Quand ma maman allait à la messe, elle portait un foulard." Ainsi ose-t-il invoquer les racines chrétiennes de la France pour mieux justifier le port du voile islamique, qui n'a rien à voir avec un foulard. Subversion totale de l'histoire de France par des élites aveugles ou pétrifiées devant le risque d'une confrontation.

Nos élites ont accepté, par avance, leur "diminutio capitis". Afin de s'acclimater à l'esprit de dhimmitude, elles pratiquent au jour le jour la dhimmitude de l'esprit. Nous sommes dans une inversion logique absolue : à chaque fois que l' "islamisme" frappe, nos élites déclarent l'urgence pour prendre des mesures contre "l'islamophobie". Tariq Ramadan peut rire sous cape. Le fruit est mûr. »

Philippe de Villiers, Le Moment est venu de dire ce que j'ai vu

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/02/2016

Folies sanguinaires...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La principale différence entre le temps des douze Césars et le nôtre est de grandeur : les folies sanguinaires d’un Caligula ne touchait qu’une infime minorité de la société romaine, au lieu que celle d’un Hitler ont désolé des peuples entiers. »

Gabriel Matzneff, Le défi

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ce secret à jamais inexprimable

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Pourquoi avait-elle cette façon de regarder, d’ouvrir un livre, de tourner une page, cette façon de porter les objets comme s’ils étaient tous précieux ou fragiles, cette manière de se tenir comme si elle était toujours dans l’attente ? … Mais il hésitait à l’interroger. A quoi bon essayer de la faire parler, puisqu’elle était de la race de celles qui se taisent ? (…) Peut-être qu’un jour, en se retirant d’elle, en s’arrachant de ses bras, il connaîtrait en effet ce qui lui était caché jusqu’ici — ce secret à jamais inexprimable, à jamais invisible, dont toute chose lui annonçait l’existence. »

Paul Gadenne, Siloé

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/02/2016

D’autres modes d’existence et de civilisation sont possibles

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Aucun des dogmes de la société moderne n’est inébranlable. Ni les usines gigantesques, ni les offices buildings qui montent jusqu’au ciel, ni les grandes villes meurtrières, ni la morale industrielle, ni la mystique de la production ne sont nécessaires à notre progrès. D’autres modes d’existence et de civilisation sont possibles. La culture sans le confort, la beauté sans le luxe, la machine sans la servitude de l’usine, la science sans le culte de la matière permettraient aux hommes de se développer indéfiniment, en gardant leur intelligence, leur sens moral et leur virilité. »

Alexis Carrel, L’Homme cet inconnu

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Rien ne se fait que dans le sang

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il tourna dans l'escalier. Un blessé, sur les marches, gémissait :
— Santa Maria.
Oui, la mère de Dieu, la mère de Dieu fait homme. Dieu qui crée, qui souffre dans sa création, qui meurt et qui renaît. Je serai donc toujours hérésiarque. Les dieux qui meurent et qui renaissent : Dionysos, Christ. Rien ne se fait que dans le sang. Il faut sans cesse mourir pour sans cesse renaître. Le Christ des cathédrales, le grand dieu blanc et viril. Un roi, fils de roi.
Il trouva un fusil, alla à une meurtrière et se mit à tirer, en s'appliquant. »

Pierre Drieu la Rochelle, Gilles

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/02/2016

Un bordel pour curés que les macs appellent le Vatican

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« — Krakauer, le Pollak, m'a fait rencontrer Breton. Il goûtait dans une boulangerie de la rue de Rennes. Il a une belle gueule, calme, un poète avec une vraie gueule de poète, ce qui est une assez remarquable nouveauté ; au demeurant très sympathique. Fort conscient de ce qu'il vaut, mais pas le moins du monde poseur. Il y avait avec lui un peintre autrichien et un boxeur, australien je crois. Je lui ai dit notre admiration. J'ai bien fait d'employer le mot, n'est-ce pas ? Il a été très gentil. Nous avons boulotté des chaussons aux pommes ensemble, ensuite il nous a payé un verre dans un bordel, à côté de Saint-Sulpice, un bordel pour curés, paraît-il, que les macs appellent le Vatican. Le boxeur s'est fait sucer la queue au Vatican, en toute simplicité, par une putain costumée en enfant de choeur. »

Lucien Rebatet, Les deux étendards

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L’hérédité n’est pas le vrai sacre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Une aristocratie, c’est la persévérance d’une tradition. Un privilège ne s’acquiert pas une fois pour toutes. On doit le renouveler à chaque génération en le méritant par l’excellence de ses services. Sans quoi la chaîne se rompt, et la supériorité à laquelle fût lié l’octroi du privilège, se dégrade en vanités que régit le souci mondain de l’étiquette et des préséances. L’hérédité n’est pas le vrai sacre. Un héritage se transmet, mais il ne se conserve que par la passion et le labeur des héritiers. C’est une vertu humble et obstinée que l’aristocratie du sang. »

Pol Vandromme, Une indifférence de rébellion

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook