Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2012

Alain Finkielkraut et Fabrice Hadjadj : La Modernité

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

15:03 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/09/2012

Peter Sloterdijk et Rémi Brague : La Mondialisation

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

14:55 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/09/2012

Cette petite salope hystérique et criminelle d'Adolf...

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 

Je me souviens avoir découvert, un jour, ces passages du livre de l'écrivain homosexuel Jean Genet, "Pompes Funèbres" (1947) qui m'avait autant plu du point de vue du style, que fortement interloqué sur le plan du fond :

« Les joyeux l'appellent encore "œil de bronze" ce que l'on nomme aussi "la pastille", "la rondelle", "l'oignon", "le derch", "le derjeau", "la lune", "son panier à crottes". […] La vénération que je porte à cet endroit du corps et l'immense tendresse que j'ai accordée aux enfants qui me permirent d'y pénétrer, la grâce et la gentillesse du don de ces gosses, m'obligent de parler de tout cela avec respect. Ce n'est pas profaner le mort le mieux aimé que dire […] le bonheur qu'il m'offrit quand mon visage était enfoui dans une toison que ma sueur et ma salive rendaient moites, se collant en de petites mèches qui séchaient après l'amour et restaient rigides […]. J'aimai la violence de sa queue, son frémissement, sa taille, les boucles de ses poils, la nuque, les yeux de ce môme et le trésor unique et ténébreux, "l'œil de bronze" qu'il ne m'accorda que très tard, un mois avant sa mort environ. »

Erotisation homosexuelle de Adolf Hitler et de la violence nazie :

« Le petit gars de Paris accomplit son travail avec vaillance. D'abord il eut peur de faire du mal au Führer. Le membre était d'acier. De toute cette machine à supplice qu'était Paulo, la verge en était la pièce essentielle. Elle avait la perfection des rouages, des bielles fabriquées avec précision. […] Elle était également sans tendresse, sans douceur, sans le tremblement qui fait souvent frémir délicatement les plus violentes. […] Il fonça jusqu'au fond. Il éprouva une grande joie à sentir le tressaillement de bonheur de Madame. La reconnaissance de la beauté de son travail le rendit fier et plus ardent. Ses bras, par en dessous, près des épaules, s'aggripèrent au bras de l'enculé, et il fonça plus dur, avec plus de fougue. Le Führer râlait doucement. Paulo fut heureux de donner du bonheur à un tel homme. Il pensa : "T'en veux de l'aut' ?" et en fonçant : "Tiens mon chéri." Soulevant encore ses reins, sans sortir du trou : "Du petit Français" et fonçant "Encore un coup... C'est bon, ça te plaît ? Prends-en toujours." Et chaque mouvement de va-et-vient dans l'œil de bronze, s'accompagnait mentalement d'une formule dont le lyrisme était dicté par le bonheur accordé. A peine eut-il une fois un léger ricanement, vite effacé, quand il pensa "Cui-là, c'est la France qui te le met." Hitler une main sur sa queue et ses parties mutilées, sentait cette ardeur s'exalter, encore que chaque coup de bite arrachât un râle de bonheur. »

et également, parlant de la Milice Française sous l'occupation :

« J'aime ces petits gars dont le rire ne fut jamais clair. J'aime les miliciens. Je songe à leur mère, à leur famille, à leurs amis, qu'ils perdirent tous en entrant dans la Milice. Leur mort m'est précieuse […]. Le recrutement s'en fit surtout parmi les voyous, puisqu'il fallait oser braver le mépris de l'opinion générale qu'un bourgeois eut craint, risquer d'être descendu la nuit dans une rue solitaire, mais ce qui nous attirait surtout c'est qu'on y était armé. Ainsi j'eus, pendant trois ans, le bonheur délicat de voir la France terrorisée par des gosses de seize à vingt ans […]. J'aimais ces gosses dont la dureté se foutait des déboires d'une nation […]. J'étais heureux de voir la France terrorisée par des enfants en armes, mais je l'étais bien plus quand ces enfants étaient des voleurs, des gouapes. Si j'eusse été plus jeune, je me faisais milicien. Je caressais les plus beaux, et secrètement je les reconnaissais comme mes envoyés, délégués parmi les bourgeois pour exécuter les crimes que la prudence m'interdisait de commettre moi-même. »

 

 

Bien entendu, les liens entre homosexualité et Nazisme sont connus depuis des lustres, certes, pas par le grand public qui n'a retenu, de manière manichéenne et pavlovienne, que le fait des Triangles Roses en Camps de Concentration sous le IIIème Reich, mais les historiens informés connaissent cela depuis presque toujours. Serge Gainsbourg se moquait déjà des "gestapettes" au milieu des années 70 avec son album concept, "Rock Around The Bunker" dont un simple morceau comme "Nazi Rock" faisait se dresser les cheveux sur les têtes franchouillardes de la France giscardienne d'alors.

 

 

Voici venir la nuit des longs couteaux


Enfilez vos bas noirs les gars
Ajustez bien vos accroche-bas
Vos porte-jarretelles et vos corsets
Allez venez ça va se corser
On va danser le
nazi rock nazi
nazi nazi rock nazi

Maquillez vos lèvres les gars
Avec des rouges délicats
Faites vous des bouches sanglantes
Ou noires ou bleues si ça vous tente
On va danser le
nazi rock nazi
nazi nazi rock nazi

Sur vos boucles blondes les gars
Mettez fixatifs et corps gras
N´épargnez ni onguents ni fards
Venez avant qu´il n'soit trop tard
On va danser le
nazi rock nazi
nazi nazi rock nazi

 

Ah, on pourrait penser qu'il y a là des relents de cette virile homosexualité issue de la Grèce et de la Rome Antiques que n'aurait pas rejeté, non plus, le nationaliste japonais exalté qu'était Yukio Mishima. C'est exact. Mais en négatif, ai-je envie de préciser aussitôt, à mille lieux de la qualité spirituelle des "amateurs de garçons" d'Athènes dont riaient les guerriers de Sparte tout en reconnaissant en eux des adversaires de qualité. C'est une homosexualité décadente et sombre, nordique et d'un paganisme ténébreux, aucunement solaire et méditerranéenne comme l'était celle d'un éraste et d'un éromène.

 

Ah elle était belle "la Race des Seigneurs"... quelques langues commencent enfin à se délier et ça n'est qu'un début. Un historien viendra un jour qui écrira un livre de vulgarisation et servira de point de départ à un débat qui sèmera, à n'en point douter, la gène au sein de la communauté gay, ce qui sera rigolo... car comme toute personne sensée s'en doutait déjà, Adolf Hitler était probablement une fieffée salope gay...

Y'a du nouveau...

---------------

 

Dossier Hitler : Le parti nazi est à l’origine un club gay dominé par un ex-prostitué nommé Adolf

 par Normand Lester

Cent vingt mille livres ont été écrits sur Hitler et le nazisme. Plus que sur Napoléon. Et on continue de découvrir des choses sur l’homme le plus monstrueux du XXe siècle.
Les recherches les plus récentes indiquent qu’Hitler était probablement un ex-prostitué sadomasochiste coprophile et bisexuel, assassin de sa nièce qui était aussi sa maîtresse.

Normand Lester fait le point sur la vie secrète du Führer.

1-    Pourquoi Hitler a tué l’amour de sa vie (3 août)
2-    Hitler, ses femmes et ses fouets (10 août)
3-    Eva Braun : avec son Hitler jusqu’en enfer (17 août)
4-    Le parti nazi: à l’origine un club gay dominé par un ex-prostitué nommé Adolf (24 août)


---------------------------------

1939 - Hitler félicitant Rudolf Hess. Les historiens attribuent une liaison à Hitler avec ce dernier

Hitler n’aimait pas seulement les adolescentes, il était aussi attiré par les homosexuels machos. Quiconque en doute n’a qu’à regarder l’iconographie nazie de l’époque. En fait, Hitler jusqu’en 1934 s’entourait continuellement d’homosexuels et cela depuis son adolescence. Le parti nazi lui-même à ses débuts était un véritable club social gay.

Le professeur Lothar Machtan de l’Université de Brême écrit dans son livre The Hidden Hitler, que c’est par la fréquentation des cercles homosexuels de Munich dans les années 1920 qu’il a développé son charisme érotique particulier. À ses débuts, toute la direction du parti nazi était constituée de déviants sexuels ou d’homos. C’est le cas de Ernst Röhm, qui a organisé, financé et armé les redoutables sections d’assaut (SA) du parti, les « chemises brunes ». Seuls des homosexuels pouvaient accéder au poste d’officier dans les SA.

 Le parti nazi se réunissait alors souvent à la brasserie Bratwurst Glöckl, fréquentée par des homos, où Röhm avait sa table. Un des principaux lieutenants de Hitler à l’époque, Julius Streicher, était un pédophile sadique bisexuel et un tortionnaire. Lui aussi se déplaçait toujours avec un fouet. Comme Röhm, Streicher était un violeur d’enfants. Les deux étaient des amis intimes de Hitler. Streicher éditait des revues pornographiques dans lesquelles paraissaient régulièrement des récits impliquant des meurtres rituels d’enfants et des viols de femmes.

Les historiens ont découvert beaucoup d’indices selon lesquels Hitler lui-même aurait eu des relations homosexuelles. On lui attribue des liaisons avec trois hommes, Ernst Röhm
dont on vient de parler, Rudolf Hess, son secrétaire particulier, et Albert Forster, le gauleiter de Danzig que Hitler appelait affectueusement « Bubi », un sobriquet que les homosexuels allemands de l’époque réservaient à leur amant. Quant à Hess, il serait devenu l’amant de Hitler alors qu’ils étaient emprisonnés ensemble à la forteresse de Landsberg dans les années 1920.

Libéré avant Hess, Hitler parlait de sa tristesse d’être séparé de « son Rudy », qui était surnommé « Fraulein Anna » dans les cercles homosexuels. Hitler considérait comme une de ses possessions les plus précieuses une lettre d’amour manuscrite de Louis II de Bavière à son valet.

Le chef des SA Ernst Röhm aurait eu des preuves de l’homosexualité de Hitler et aurait voulu le faire chanter. C’est ce qui expliquerait son assassinat et le massacre sur ordre du Führer de tout l’état-major homosexuel des SA lors de la « Nuit des longs couteaux » en 1934. Les derniers mots de Röhm furent, semble-t-il, pour crier son amour pour son Führer. À compter de cette date, l’Allemagne nazie mènera une campagne de répression contre l’homosexualité et des milliers d’homosexuels se retrouveront dans des camps de concentration, portant sur le bras de leur chemise un triangle rose à l’endroit où les Juifs portaient l’étoile jaune.

L’auteur juif Samuel Igra, dans son livre Germany’s National Vice, soutient qu’Hitler n’a pas gagné misérablement sa vie seulement comme artiste avant la Première Guerre mondiale, mais qu’il s’est régulièrement prostitué auprès de clients homosexuels à Vienne de 1907 à 1912 et, ensuite, à Munich de 1912 à 1914.

Pendant plusieurs années Hitler a vécu dans des maisons de chambres et des hôtels connus pour accueillir des homos. Il a vécu notamment à l’Hôtel Mannheim, fréquenté par des homosexuels juifs bourgeois. « Der Schone Adolf » — « le beau Adolf » comme on l’appelait — était fiché à la police de Vienne comme un « pervers sexuel » et comme un individu qui s’adonnait à des « pratiques homosexuelles ». L’expression utilisée dans le dossier de police s’appliquait à des jeunes hétéros sans le sou qui se prostituaient auprès de riches homos. Quand il ne se prostituait pas, Hitler peignait et dessinait pour gagner sa vie. Il existe plusieurs nus féminins de lui.

En 1914, il se porta volontaire pour servir dans l’armée du Kaiser. Son dossier militaire de la Première Guerre mondiale l’identifiait comme « pédéraste ». C’est ce qui expliquerait que, malgré sa bravoure et ses capacités de leadership, il ne dépassa jamais le grade de caporal.

Les explications sexuelles de son antisémitisme et de ses crimes abondent. Simon Wiesenthal, le célèbre chasseur de nazis, croit que le fait pour Hitler d’avoir contracté la syphilis d’une prostituée juive dans sa jeunesse à Vienne expliquerait sa haine des Juifs.

Certains affirment qu’il les détestait parce qu’il était lui-même en partie d’origine juive. Sa grand-mère, Anna-Maria Schikelgruber, a en effet donné naissance à son père, enfant illégitime, alors qu’elle était domestique chez un riche financier juif viennois qui serait donc son grand-père. Il serait maintenant possible de confirmer ou d’infirmer cette légende par des tests d’ADN sur un morceau du crâne d’Hitler conservé à Moscou depuis son autopsie de 1945. On dit que Staline s’en servait comme cendrier.

En 2010, le journal britannique The Daily Telegraph a révélé qu'une étude menée à partir de salive prélevée sur 39 parents connus d'Hitler pour déterminer leur ADN indique qu’Hitler pourrait avoir des origines juives.  

Le journal a rapporté qu’un historien et un journaliste belge, Jean-Paul Mulders, et Marc Vermeeren ont traqué des parents d’Hitler en Autriche pour faire les prélèvements qui révèlent qu’ils possèdent un chromosome appelé haplogroupe E1b1b1, rare Europe occidentale, trouvé plus fréquemment chez les juifs ashkénazes et séfarades ainsi que chez les Berbères d’Afrique du Nord. L’haplogroupe E1b1b1, qui représente les chromosomes d’environ 18 à 20% des la population ashkénaze et de 8.6 à 30% des séfarades, semble être l'une des principales lignées fondatrices de la population juive

---------------

SOURCE

---------------

 

Voyez également CE LIEN (en anglais)...

Ainsi que cet Article de chez LIBERATION...

 

23:13 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/08/2012

Faire payer un loyer aux Propriétaires... Aaaah ! ça qu'ça en est une idée socialope !

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Vous êtes propriétaire et vous avez votez à Gôche ? Vous avez bien fait, bande de crétins naïfs !

Hollande voudrait faire payer les gens qui sont propriétaires de leur logement et qui ne payent plus de crédit dessus, sous prétexte que ne payant pas de loyer ce serait un "revenu fictif". Donc, résumons-nous un instant : l'ouvrier a fait l'acquisition d'une maison entre 25 et 35 ans. Il a payé son crédit toute sa vie en se saignant, dans l'espoir, la plupart du temps, de parvenir à transmettre quelque chose à ses enfants. Et à l'approche de la retraite (si on considère un crédit d'une durée de 20 à 30 ans) l'état SOCIALOPE va lui imposer un "loyer" pour la maison qui est la sienne !!!

Vous croyez que je blague, que je fais de l'anti-socialisme primaire ? Ca n'est qu'une proposition pour l'instant mais même si cela n'en dépasse pas le stade, cela montre à quel degré mental se situent les tenants de la "pensée" (pouvons-nous appeler cela comme ça ? Je me le demande !) de gauche.

Le socialisme c'est la lie de l'Humanité... des salopes dans toute leur splendeur maladive ! Incroyable de putasserie !

Source : Libération du 12 Août 2012...

Voir en fin d'article les propositions des têtes penseuses de la racaille sociale-triste ! Si vous ne voulez pas tout lire et que vous faites confiance à votre serviteur, ça dit :

« Parmi les 100 mesures, sept ramèneraient de nouvelles recettes suffisantes au financement de l’ensemble des autres. L’abolition d’un quotient conjugal dans le calcul des impôts permettrait notamment de dégager chaque année 24 milliards d’euros, sans rien changer à l’assiette et aux taux de l’impôt sur le revenu. D’autres relèvent du simple bon sens, comme la suppression des Maisons de l’emploi (40 millions), qui doublonnent avec le guichet unique qu’est devenu Pôle Emploi. Plus audacieuse, l’idée de soumettre à l’impôt sur le revenu les "revenus fictifs", que constitue l’absence de loyer pour les millions de propriétaires ayant remboursé leur emprunt, rapporterait 5,5 milliards par an. "Si toutes ces mesures étaient mises en place, l’Etat serait largement bénéficiaire au final, conclut Agathe Cagé. Cela montre qu’il existe bien des marges de manœuvre sans que cela se traduise par une ponction supplémentaire sur l’économie." »

18:10 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Déclaration de Bruxelles 9 juillet 2012 par l'International Civil Liberties Alliance (ICLA)

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Deux vidéos à regarder jusqu'au bout. Des hommes et des femmes de bonne volonté s'organisent et résistent au sein de l'ICLA.

 

Alain Wagner présente l'International Civil Liberties Alliance (ICLA) dans une entrevue avec Pascal Hilout de "Riposte Laïque"...

17:05 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/08/2012

PAUL MORAND, 1888-1976 : PORTRAIT

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Merci au fidèle lecteur de mon Blog, Paglop77, de m'avoir fait connaître ce lien...

Installez-vous et savourez. Un homme d'esprit.

 


Partie 1/2

 


Partie 2/2

 

Paul Morand

 

07:02 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/07/2012

L'homme entre science et religion

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 


L'homme entre science et religion - 01/03

 


L'homme entre science et religion - 02/03

 


L'homme entre science et religion - 03/03

07:00 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/07/2012

Au-delà du Big Bang

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 


Au-delà du Big Bang - 01/03



Au-delà du Big Bang - 02/03



Au-delà du Big Bang - 03/03

07:00 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/07/2012

Le sens de la globalisation, la place de l'Occident et de l'Europe dans le monde

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Le sens de la globalisation, la place de l'Occident et de l'Europe dans le monde avec les philosophes Peter Sloterdijk et Rémi Brague...

 

16:56 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/06/2012

Emil Michel Cioran

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 

Ne pas hésiter à visiter le Blog VOULOIR qui consacre à Cioran un beau dossier.

23:46 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ernst Jünger, un témoin du XXème siècle

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Ernst Jünger, 102 années au coeur de l'Europe (Sous-titres en anglais... désolé pour ceux qui ne causent pas la langue de Shakespeare...)

Ernst Jünger

00:03 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/06/2012

Le discours socialiste

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

14:45 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/05/2012

La diversité donne à l’homme blanc les moyens de remplacer la haine par la condescendance...

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Raphaël Enthoven : « La diversité est une invention des Blancs, c’est un délire colonial ! »

Raphaël Enthoven

16:31 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/05/2012

Evgueni Rodionov, Martyr pour la Foi

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Evgueni Rodionov est né le 23 mai 1977, un enfant à ce qu'on disait, aimable, serviable, poli et en parfaite santé. Bien que bon élève après sa classe de seconde, il part travailler dans une fabrique de meubles, et apprend le métier d'ébéniste, puis il se spécialise dans la tapisserie de mobilier. Ce travail lui convient et le salaire est convenable. Sa mère se souvient que même avec les trois emplois qu'elle cumulait elle ne gagnait pas autant que son jeune fils. Ce dernier améliore considérablement la vie familiale. Mais à ses dix-huit ans Evgueni est appelé sous les drapeaux.

En février 1996, le jeune soldat russe et garde-frontière est capturé par des rebelles musulmans de Tchétchénie.

Il est gardé prisonnier – et probablement torturé – pendant 100 jours afin d'abjurer sa Foi.

Le chef du groupe d'islamistes tchétchènes, Ruslan Khaikhoroyev, choisit de l'exécuter le 23 mai 1996, jour de son dix-neuvième anniversaire, et jour de l'Ascension du Seigneur selon le calendrier Orthodoxe.

Il est exécuté près de Bamut après avoir été torturé pour avoir refusé de retirer la croix qu'il portait autour du cou et de renier le Christ en épousant la Religion du Prophète Mahomet.

Sa tombe a été indiquée à sa mère par les assassins en personne contre une grosse rançon pour laquelle ses parents, modestes, ont dû hypothéquer leur maison. Elle a pu identifier le corps de son fils grâce à ses bottes mais surtout grâce à la croix qu'il y avait sur le corps sans tête, croix qui avait été donnée au jeune garçon par sa grand-mère maternelle le jour de ses 11 ans. Sa mère se souvient que jour pour jour 20 ans après son mariage le 23 Octobre 1997 elle déterrait le corps de son fils et le ramenait à la maison pour l'enterrer. L'inscription sur la tombe est "Pardonne moi, mon fils".

Cinq jours après son enterrement, son père décédait de chagrin.

Sa croix a été remise par sa mère à l'église Saint-Nicolas de Pygy à Moscou, et est conservée dans le sanctuaire de cette église.

Evgueni Rodionov est souvent considéré comme un saint en Russie. Une église porte son nom avec l'accord du Patriarche de Moscou et de toutes les Russies d'alors, Alexis II... Le jeune martyr n'est pas encore inscrit dans le registre des Saints Russes, mais il se murmure que cette situation ne va pas durer longtemps... on trouve déjà des icônes du jeune garçon.

Comme il y a une justice, tout de même, un mois après l'exécution d'Evgueni, le groupe tchétchène responsable de son exécution a été décimé par les forces spéciales russes.

Un des chefs Tchétchènes, Salautdin Temirbulatov a été capturé en Tchétchénie en 2000, et ensuite condamné à perpétuité pour les nombreux massacres qu'il avait ordonné.

18:56 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/05/2012

Deutschland, Deutschland über alles

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=


A méditer... 


 

Les secrets de la réussite du travailleur allemand :  ces petits plaisirs qui nous sont défendus

Par Olivier Hirsch from CAUSEUR

On a disséqué les raisons de la compétitivité de l’économie allemande de long en large : tissu dense de PME, savoir-faire professionnel et culture technique, ou travail placé culturellement au dessus de tout. Tout cela est bien connu. 

Ces analyses négligent pourtant certains aspects essentiels de la condition du travailleur allemand, qui frappent le frontalier lorsqu’il pénètre en territoire allemand. Vue de l’autre côté du Rhin, la France apparaît réellement comme la grande nurserie que décrivait le regretté Philippe Muray. Car enfin, voici un pays qui donne des leçons à l’Europe entière, et qui dans le même temps célèbre la bière à l’occasion d’une fête mondialement connue1, où fumer un joint entre amis n’entraîne aucun risque de poursuite pénale, où les clopes sont vendues dans la rue par des automates, et se trouvent dans des versions low cost au Lidl du coin, où l’hygiénisme alimentaire n’a pas encore condamnné la si délicieuse Bratwurst à 1,50€. Outre-Rhin, il est aussi très facile de dîner de plats simples, mais robustes pour 5 ou 6 euros dans de nombreux restaurants. Comment ne pas y voir un lien de cause à effet sur le bien-être général ?

Mais il y a bien plus. En Allemagne, la frustration sexuelle, cause de tant de “dépressions” n’existe quasiment pas. Pour le prix de deux coupes de cheveux, le travailleur célibataire ou mal marié peut se soulager auprès de ces agents rationnels à l’avantage compétitif certain que sont les jeunes prostituées de l’Est. Celles-ci se relaient dans les “Häuser” qui ont fleuri jusque dans la moindre petite ville de tous les Länder2. La prostitution y relève quasiment de la pension de famille, bon enfant, loin de la clandestinité sordide où l’a poussée la législation sarkozyste en France. Dans des conditions de sécurité et de salubrité qui n’ont strictement rien à voir avec la précarité des professionnelles officiant sous nos cieux.

Enfin, comment ne pas évoquer les Autobahn ? Un pays dont la police roule en Porsche 911, au pire en break Audi, semble avoir bien compris que le plaisir de conduire vite est un acquis de l’homme libre à l’ère du pétrole. Certes les panneaux “conseillent” une vitesse de 130 km/h, au risque de complications assurantielles pour les fauteurs d’accidents. Mais cette responsabilité n’est-elle pas la condition même de la liberté ?

Lorsque le travailleur allemand n’est pas au turbin, il peut donc boire, fumer, bouffer, baiser et se taper une pointe – pas nécessairement dans cet ordre – dans des conditions qui n’ont strictement rien à voir avec celles que connaît son malheureux voisin français. Parce qu’on le considère comme un adulte.

Et si c’était ça, le secret de la productivité allemande ?

00:07 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook