Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2007

Sida, "Act Up" et autres Cancers...

Il y a une semaine nous étions encore une fois dans un week-end « Sidaction ». Vous avez porté votre petit ruban rouge ? Vous vous êtes branchés sur cette vingtaine de chaînes de télévision et stations de radios qui d’un commun accord avaient décidé de tenir tête à la maladie avec votre concours ? Tant mieux. Il nous faut nous serrer les coudes afin de pouvoir à nouveau un jour plonger dans des culs sans combinaison Cousteau !

Mais, vous connaissez mon cynisme salvateur (en tout cas il nous sauve au moins moi, moi-même et je) et vous vous demandez à la lecture de ces premières lignes si c’est du lard ou du cochon ? « Mais où veut-il en venir ? »

Tout d’abord, je veux être précis : j’ai perdu quelques potes à cause de cette saloperie de maladie. Ça m’a rongé à chaque fois les sangs. J’ai trouvé ces morts injustes, d’autant plus que j’étais plus jeune quand elles sont survenues et que je n’avais pas forcément l’expérience que j’ai aujourd’hui pour affronter les épreuves douloureuses. Dans la cité des années 70 et 80 l’héroïne circulait comme les joints de nos jours. Je ne sais si c’est toujours le cas aujourd’hui, ayant presque entièrement coupé les liens avec cet univers glauque, mais ça m’a permis de voir partir un sacré paquet de potes et de connaissances, qui d’une overdose, qui d’un empoisonnement de substitut afin de palier au manque, qui du Sida. Et quelques-uns survivent encore, porteurs du virus, en espérant des jours meilleurs.

Ce qui me révulse, cependant, c’est le Lobbying propagé par des groupuscules pseudo-situationnistes comme « Act Up » qui font se propager dans les mentalités, de par leur militantisme violent et sans concession, l’idée selon laquelle le Sida serait la seule maladie du siècle digne de notre attention. Posez la question autour de vous : « Quelle est la maladie, selon vous, qui aura marqué la fin du siècle précédent et l’entrée dans le nouveau millénaire ? » Je suis prêt à parier que presque tout le monde répondra : « Le Sida ».

Or, malgré les chiffres annoncés par les tenants de l’information selon la propagande aux rouages bien connus, le Sida demeure par son rang relativement modeste parmi les causes de décès dans le monde.

Toute maladie est à combattre, la mort, quelle qu’elle soit, doit nous mobiliser. Ma future mort me mobilise chaque jour que Dieu fait, puisque je tente de la considérer intellectuellement, spirituellement pour me préparer au grand saut, au grand départ. Je vous conseille de lire ou relire Pascal et d’y réfléchir à votre tour. Mais la vérité doit être dite lorsqu’on a affaire à une telle débauche de mobilisations diverses au niveau social, thérapeutique et curatif, monétaire et budgétaire.

Les chiffres de l’année 2000 disaient que 278 253 cas de CANCERS étaient répertoriés en France cette année-là, dont quelque 150 000 promis à la mort.

Quelques 19 000 à 20 000 morts dus uniquement au CANCER de la prostate meurent chaque année dans ce pays.


Les maladies cardio-vasculaires, elles seules, font quelque 170 000 décès par an juste en France.

Le Sida : en 2003 le nombre de décès cumulés depuis le début de l’épidémie en France était de 33 745. Depuis le début de l’épidémie.


Mais les pays pauvres avec, en premier lieu, l’Afrique, n’est-ce pas là le point culminant de l’épidémie ? C’est bien exact. Mais rien que la malaria tue entre 1 million et 3 millions de personnes par an, selon les années, dont 90% en Afrique sub-saharienne. La malaria est à l’origine de quelque 400 millions de cas de maladies aiguës à travers le monde.
Le Président d’Afrique du Sud, Thabo Mbeki, rappelle ces faits que je viens d’évoquer et met la malaria en tête de liste des causes de morts en Afrique et il ajoute que la malaria n'est pas un problème ni en Amérique, ni en Europe. Mais on ne l’écoute pas.

En Europe Occidentale l’information circule et je ne connais pas, pour ma part, de personnes ne connaissant pas les moyens de se protéger du virus si elles en viennent à épouser des comportements à risques : changements de partenaires sexuels, toxicomanie. Sans être des experts du Virus de l’Immunodéficience Humaine, mettre une capote ou changer de seringue et d’aiguille avant de se shooter est à la portée de tous. Mis à part les malheureux ayant été victimes du virus par négligence (transfusés sans précaution, contamination par un conjoint n’osant pas avouer sa séropositivité contractée ailleurs) on ne peut pas dire que la prévention connue de tous soit difficile à appliquer. Elle est même simple et efficace. C’est une campagne radicale de prévention qu’il faut faire dans ces pays en voie de développement au lieu de s’en prendre au Pape, par exemple, en exigeant de lui qu’il remette en cause une des bases de son credo religieux en invitant nos frères africains à se protéger d’une capote avant de gambader de partenaire en partenaire. Ce n’est pas son rôle, mais c’est peut-être le nôtre.

Le virus du sida (H.I.V. ou V.I.H.) entraîne une chute des défenses immunitaires qui finit par rendre l’organisme incapable de se défendre contre la moindre infection. Ainsi, un de mes potes d’enfance porteur du virus du Sida depuis quelques années, mais dans un état assez stable, est mort en trois semaines après avoir mangé une mauvaise merguez qui lui développa une jaunisse fulgurante.

Le virus du Sida se transmet soit au cours de rapports sexuels avec des personnes qui en sont porteuses, d’où l’intérêt de l’emploi des préservatifs, soit par voie sanguine : lors d’une transfusion si le sang transfusé en contient (en France, la recherche d’anticorps révélant sa présence est, depuis l’affaire du sang contaminé, systématique), ou du fait de l’usage d’une seringue infectée (les toxicomanes par injection intraveineuse sont particulièrement exposés).

Au cours des années 1990, on a constaté que le virus présentait plusieurs formes, ce qui rend très difficile la réalisation d’un vaccin, alors que le nombre de malades progresse.

Bien entendu, il faut soigner les malades, et nous ne sommes pas dispensés de les soutenir et de faire preuve d’empathie et d’humanité à leur égard, quelles que soient les tendances à risques qui les ont conduits à être contaminés.

La recherche travaille. L’état fait ce qu’il peut. Mais « ACT UP » et consorts ont tendance à me révulser.
Jamais pour le CANCER, les maladies cardio-vasculaires, ou la malaria une telle débauche d’énergie médiatique n’a été enclenchée pour recueillir des fonds et, cependant, on a jamais vu un malade du cœur ou du CANCER venir insulter un ministre comme ce fut le cas il y a une dizaine d’année en direct à la télévision. Qu’est-ce qui légitime l’attitude d’ « « ACT UP » dans le maelström médiatique ambiant ?

Depuis 1968 les homosexuels ont su s’organiser afin d’obtenir l’abrogation d’une législation passéiste et abusivement discriminatoire à leur égard. Ils ont contribué à faire évoluer les mentalités vers une plus grande tolérance les concernant. Je ne trouve rien à dire à tout cela. Mais ils ont croisé sur leur chemin, pour leur malheur, le V.I.H. C’est à ce moment-là que les plus radicaux d’entre eux ont projeté sur cette fatale malédiction leurs fantasmes névrotiques les plus extrêmes, y voyant même comme une sorte de complot destiné à les exterminer tous. Je ne rentrerais pas dans le débat conspirationniste qui ne nous conduirait que vers une nébuleuse impasse. Cependant, je suis scandalisé lorsque je lis dans tel article écrit par un de leurs thuriféraires que l’épidémie du Sida équivaut à la Shoah, ou qu’un militant convaincu de sa cause (con vaincu ?) en appelle à un communautarisme refermé sur lui-même en même temps que fortement offensif. Ils en viennent à déclarer même avec une grande assurance que le combat contre le Sida cristallise tous les combats pour les droits de l’homme. Voilà comment on passe d’une promulgation juste, les droits de l’homme, à son négatif actif convaincant : le droit-de-l’hommisme. C’est au nom des droit de l’homme, par exemple, qu’on est parvenu à créer des cités dénuées de droits. Droit-de-l’hommisme. C’est au nom des droits de l’homme que les cerbères roses et en colère d’ « ACT UP » exigent que la situation des malades soit prise en considération. Comme si elle ne l’était pas. Cette attitude communautariste est digne de celle des musulmans de l’UOIF réclamant des horaires de piscine non-mixtes ou l’interdiction du porc dans les cantines de la République.

La faculté et l’autorisation d’assumer et de revendiquer sa différence est une chose, mais l’apparition de la volonté de distinction des droits indique la négation de notre démocratie lorsque les uns et les autres ne veulent plus s’intégrer à nos mœurs mais désirent nous intégrer aux leurs.

________________________________________________________________

Bande son du moment : Encore et toujours l'intégralité des albums de King Size


Lecture du moment : ...pas de lecture particulière... butinages divers...

Citation du jour : « Si vous êtes malade, ne le soyez pas trop longtemps. Tâchez de ne pas dépasser les 21 jours réglementaires, car, la patience des meilleurs amis est assez courte et vous auriez vite l'impression d'être délaissé.» Sacha Guitry

Humeur du moment : Le regroupement des forces... encore et toujours... toujours et encore...

03:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : Sida, Sidaction, Act-up, propagande, désinformation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/03/2007

Vivre et Écrire - III

Dans les grandes lignes, Écrire n’a pas la moindre importance. De nos jours, le risque est de petite envergure. Affirmer qu’on trempe sa plume même dans du sang, c’est souvent prendre la posture qui convient. Le spectacle en société vaut le détour. Vous aurez beau, emprunté d’une pouézie moderniste-expérimentale, recouvrir votre page de haut en bas de mots du type « massacre », « holocauste », « génocide », « viol », « tuerie », pas une goutte de sang ne viendra poindre sur votre papier… ou sur l’écran de votre PC. L’écrivain poussera son cri en vain. Même dévoré par le démon de sa névrose, il pourra, une fois le cahier rangé dans son tiroir ou laissé en vrac sur sa table de travail, son écran éteint, aller aux putes se faire sucer la queue, au supermarché le plus proche s’acheter une bouteille de Whiskey, se mettre à table en compagnie de sa fratrie, pointer à l’ASSEDIC, se promener dans la ville, dans la campagne, ou dans le trou du cul du monde. Un œil jeté aux livres qui encombrent les étagères des librairies le confirme à merveille. « Ça » ne trempe sa plume nulle part. « Ça » trompe sa plume et « Ça » trompe son monde en se trompant soi-même. Là, « Je » n’est même pas un autre. Trifouillage de mots. Masque sur les maux. Les profondeurs de l’Être sont merdiques aussi. Mais « Ça » se révèle à qui sait lire. Phrases pauvres ou pompeuses et architecturales, emphase, dérèglement nerveux et distance d’avec les missives. Et « Ça » a des théories sur les autres toutes faites mais bon sang c’est bien-sûr !

Écrire. J’en viens à éprouver du dégoût pour cet Acte et à ne plus même en mesurer le sens initial. Aussi je sors à mon tour dans la fraîcheur du soir et pars trouver un meilleur usage de mon corps pour ne pas ressembler aux usurpateurs. Car Écrire devrait être le risque par excellence, celui par lequel on se confronte en premier lieu à soi-même et aux autres toujours à travers soi-même. Quand la douleur se présente et qu’on ne désire pas l’esquiver, mais la regarder bien en face dans la noirceur de ses yeux au lieu de contaminer les autres de son poison néfaste. Car l’exigence qui compte est celle de la Vérité. Mais il faut se mêler aux faits, y inscrire sa persévérance au lieu de s’enfoncer dans une logorrhéique surabondance de foutre verbal qui n’est qu’une catharsis arrêtée sur elle-même. Appliquer des formules sans cesse. Brasser des mots, juste pour faire de jolies phrases. Déployer sa syntaxe, son vocabulaire pour que sa basse-cour prenne soudain des airs de cour royale. On peut, avec un peu de chance et beaucoup de culot devenir chef de meute. Mais « Celui qui veut apprendre à voler, celui-là doit d'abord apprendre à se tenir debout et à marcher et à courir, à grimper et à danser. Ce n'est pas du premier coup d'aile que l'on conquiert l'envol ! »*

Oui. Écrire est autre chose. Ce n’est, en tout cas, pas se draper de dentelle, se calfeutrer de distance, même si pour survivre, parfois, souvent, l’homme doté de raison pratique avec délectation l’Art du détachement. « Écris avec ton sang et tu verras que le sang est esprit. »* C’est qu’il convient d’observer les phénomènes « à mi-pente »* selon cette « morale de la pente »** que Saint-Exupéry exprimait avec une grande lucidité pour la « Terre des hommes »**. « Ce pour quoi tu acceptes de mourir, c'est cela seul dont tu peux vivre. »**

Contre l'improbable abstraction, facile et seulement musicale se doivent de prévaloir l'appréciation, l’évaluation, le jugement qui font surgir l’idée qui nous fait maintenir le fil d’Ariane qui en vient à élargir notre vue qui honore notre sentiment qui nous couronne de la pensée. Cependant, loin d’être docile face au cortège d'émotions surannées, Écrire instaure le face-à-face de l'homme avec le monde, le duel propitiatoire, la confrontation légitime de l’individu avec la Cité. Joute éternellement recommencée depuis l’Antiquité lointaine.

Vient la Vision. L’œil révèle la représentation passée au prisme de la subjectivité. Le « Moi » se voit affiné, débarrassé de ses scories grossières il devient une loupe frontale, un scalpel méticuleux. L’Impression est le trésor à capter pour dire le flux énergétique qui transperce le monde. L’objectivité naît-elle de la rencontre de la rencontre de plusieurs subjectivités ? Car ce qui importe, dans l’acte d’écrire, c’est (avant l’effet exprimé) la vue, le sentiment, l’intuition, la sensation, les cinq sens et le sixième naissant du parfait équilibre des cinq premiers. C’est une perception de plus en plus fine, aiguë, cinglante, de la réalité cachant le Réel de l’Être.

Écrire est une rencontre avec le monde. Et le monde ne vient au monde que parce que l’écrivain le regarde, le conquiert, le saisit, le comprend. Le monde obtient ainsi son unité dans la diversité qui est la sienne. Il y a le futur qui appelle. Il y a la grâce lumineuse de l’Origine. Il y a l’Instant, le Lieu et la Formule. Ici et Maintenant. L’écriture peut-être sobre, directe, travaillée, journalistique, classique, mais la chose observée, le phénomène appréhendé se doit d’être transcendé par l’absolutisme de la Vision qui s’impose et que la Raison sait étreindre. Sinon c’est du verbiage. Du nombrilisme. De la posture.


Se contenter de décrire la nature ? Écrire automatiquement ? Jeter des phrases en l’air en mimant la maîtrise ? Le jeu peut découvrir des parts de nous obscures, mais cela ne suffit pas. Écrire nous fait toucher les secrets du monde et nous les fait livrer sur la page comme des offrandes. La Raison guide, mais il ne s’agit nullement de faire du rationalisme car, n’en déplaise aux scientistes et aux scribouillards prosaïques l’énigme, la profondeur, l’obscurité, l’Ombre Silencieuse qui hurle, l’arcane secrète, l’intangible et le sacré percent vers nous sans cesse. Les captons-nous ? L'essence de l’écriture est la poésie : un émerveillement, une admiration, une extase dans le frimas percé par une lumière que nous croyons d'ailleurs mais qui est d’ici. C’est le démesuré, l’incalculable qui nous anime. C’est un souffle de feu, une palpitation de tellurique, une pluie de larmes de joie ou de souffrance. On l’approche tout au plus. S'en emparer est impossible. Écrire est cette parole que ce souffle nourrit et manifeste, d'où son pouvoir sur nous.

En lecteur enchanté de la « Paideia » de Werner Jaeger, je peux vous confirmer que « Poïésis » signifie, en Grec ancien, « faire en fonction et à partir d’un savoir ». C’est une action qui transmue, tout en l’affirmant, le monde. Cependant, ce n’est pas une fabrication limitée à ses données techniques, ni un simple rendement, un vulgaire ouvrage. C’est le suc substantifique. L'œuvre issue de la « poïésis » réconcilie l’intelligence, la Raison, l’entendement, la méditation, la réflexion, la rêverie, la fantaisie, autant dire l’Esprit avec la substance et l’étoffe de nos carnes sur ce vieux caillou et avec le temps qui nous est imparti, et l'homme avec l’Univers sous l’œil malicieux des dieux… ou l’œil scrutateur du Dieu unique. Elle est le partage d’un bien commun, des corps se croisant et embrassant un chant dans une étreinte de l’esprit, une éclosion commune dans le cercle de l’engagement, de la rencontre, les juteuses harmoniques issues de l’altercation entre la matière, le temps et les hommes. De cet Athanor naquirent les Cités de la Grèce ancienne, les œuvres des poètes et penseurs pré-Socratiques. Même le sinistre Platon. Sur la scène du monde. La Poésie est cette action dans le monde qui fonde sans cesse le monde. Écrire n’est rien d’autre que cela. Par nous le monde s’accouche continuellement. Supprimez la Poésie et le monde implose sur lui-même. Supprimez la Poésie… ou exaltez-vous de mauvaise littérature.
________________________________________________________________

*Friedrich Nietzsche
**Antoine de Saint-Exupéry

________________________________________________________________

Bande son du moment : L'intégralité des albums de King Size


Lecture du moment : ...pas de lecture particulière... butinages divers...

Citation du jour : « Bien écrire, c'est le contraire d'écrire bien. » Paul Morand (Venises)

Humeur du moment : Le regroupement des forces... encore et toujours...

29/03/2007

Votage pour la France !



Sa spécialité, à elle et à ses sbires, nous enfiler tout un tube de vaseline entièrement dans le cul, pour nous enculer sans qu'on le sente. Mais ayant réglé mes problèmes avec papa et maman et étant hétéro à 1000%, autant le préciser tout de suite : j'ai le trou du cul sensible. Bon vote !

15:55 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : Ségolène Royal, Bravitude, Voter | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La Nation selon Renan - III

"
III

Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n'en font qu'une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L'une est dans le passé, l'autre dans le présent. L'une est la possession en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis. L'homme, messieurs, ne s'improvise pas. La nation, comme l'individu, est l'aboutissant d'un long passé d'efforts, de sacrifices et de dévouements. Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime ; les ancêtres nous ont faits ce que nous sommes. Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire (j'entends de la véritable), voilà le capital social sur lequel on assied une idée nationale. Avoir des gloires communes dans le passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple. On aime en proportion des sacrifices qu'on a consentis, des maux qu'on a soufferts. On aime la maison qu'on a bâtie et qu'on transmet. Le chant spartiate : " Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes " est dans sa simplicité l'hymne abrégé de toute patrie. Dans le passé, un héritage de gloire et de regrets à partager, dans l'avenir un même programme à réaliser ; avoir souffert, joui, espéré ensemble, voilà ce qui vaut mieux que des douanes communes et des frontières conformes aux idées stratégiques ; voilà ce que l'on comprend malgré les diversités de race et de langue. Je disais tout à l'heure : " avoir souffert ensemble " ; oui, la souffrance en commun unit plus que la joie. En fait de souvenirs nationaux, les deuils valent mieux que les triomphes, car ils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun,

Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu'on a faits et de ceux qu'on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. L'existence d'une nation est (pardonnez-moi cette métaphore) un plébiscite de tous les jours, comme l'existence de l'individu est une affirmation perpétuelle de vie. Oh ! je le sais, cela est moins métaphysique que le droit divin, moins brutal que le droit prétendu historique. Dans l'ordre d'idées que je vous soumets, une nation n'a pas plus qu'un roi le droit de dire à une province. "Tu m'appartiens, je te prends." Une province, pour nous, ce sont ses habitants ; si quelqu'un en cette affaire a droit d'être consulté, c'est l'habitant. Une nation n'a jamais un véritable intérêt à s'annexer ou à retenir un pays malgré lui. Le vœu des nations est, en définitive, le seul critérium légitime, celui auquel il faut toujours en revenir.

Nous avons chassé de la politique les abstractions métaphysiques et théologiques. Que reste-t-il, après cela ? Il reste l'homme, ses désirs, ses besoins. La sécession, me direz-vous, et, à la longue, l'émiettement des nations sont la conséquence d'un système qui met ces vieux organismes à la merci de volontés souvent peu éclairées. Il est clair qu'en pareille matière aucun principe ne doit être poussé à l'excès. Les vérités de cet ordre ne sont applicables que dans leur ensemble et d'une façon très générale. Les volontés humaines changent ; mais qu'est-ce qui ne change pas ici-bas ? Les nations ne sont pas quelque chose d'éternel. Elles ont commencé, elles finiront. La confédération européenne, probablement, les remplacera. Mais telle n'est pas la loi du siècle où nous vivons. À l'heure présente, l'existence des nations est bonne, nécessaire même. Leur existence est la garantie de la liberté, qui serait perdue si le monde n'avait qu'une loi et qu'un maître.

Par leurs facultés diverses, souvent opposées, les nations servent à l'œuvre commune de la civilisation ; toutes apportent une note à ce grand concert de l'humanité, qui, en somme, est la plus haute réalité idéale que nous atteignions. Isolées, elles ont leurs parties faibles. Je me dis souvent qu'un individu qui aurait les défauts tenus chez les nations pour des qualités, qui se nourrirait de vaine gloire ; qui serait à ce point jaloux, égoïste, querelleur ; qui ne pourrait rien supporter sans dégainer, serait le plus insupportable des hommes. Mais toutes ces dissonances de détail disparaissent dans l'ensemble. Pauvre humanité, que tu as souffert ! que d'épreuves t'attendent encore ! Puisse l'esprit de sagesse te guider pour te préserver des innombrables dangers dont ta route est semée !

Je me résume, messieurs. L'homme n'est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagnes. Une grande agrégation d'hommes, saine d'esprit et chaude de cœur, crée une conscience morale qui s'appelle une nation. Tant que cette conscience morale prouve sa force par les sacrifices qu'exige l'abdication de l'individu au profit d'une communauté, elle est légitime, elle a le droit d'exister. Si des doutes s'élèvent sur ses frontières, consultez les populations disputées. Elles ont bien le droit d'avoir un avis dans la question. Voilà qui fera sourire les transcendants de la politique, ces infaillibles qui passent leur vie à se tromper et qui, du haut de leurs principes supérieurs, prennent en pitié notre terre à terre. "Consulter les populations, fi donc ! Quelle naïveté ! Voilà bien ces chétives idées françaises qui prétendent remplacer la diplomatie et la guerre par des moyens d'une simplicité enfantine." - Attendons, messieurs ; laissons passer le règne des transcendants ; sachons subir le dédain des forts. Peut-être, après bien des tâtonnements infructueux, reviendra-t-on à nos modestes solutions empiriques. Le moyen d'avoir raison dans l'avenir est, à certaines heures, de savoir se résigner à être démodé."

08:35 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : Nation, Renan, Bleu Blanc Rouge | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/03/2007

La Nation selon Renan - II

"II





À entendre certains théoriciens politiques, une nation est avant tout une dynastie, représentant une ancienne conquête, conquête acceptée d'abord, puis oubliée par la masse du peuple. Selon les politiques dont je parle, le groupement de provinces effectué par une dynastie, par ses guerres, par ses mariages, par ses traités, finit avec la dynastie qui l'a formé. Il est très vrai que la plupart des nations modernes ont été faites par une famille d'origine féodale, qui a contracté mariage avec le sol et qui a été en quelque sorte un noyau de centralisation. Les limites de la France en 1789 n'avaient rien de naturel ni de nécessaire. La large zone que la maison capétienne avait ajoutée à l'étroite lisière du traité de Verdun fut bien l'acquisition personnelle de cette maison. À l'époque où furent faites les annexions, on n'avait l'idée ni des limites naturelles, ni du droit des nations, ni de la volonté des provinces. La réunion de l'Angleterre, de l'Irlande et de l'Écosse fut de même un fait dynastique. L'Italie n'a tardé si longtemps à être une nation que parce que, parmi ses nombreuses maisons régnantes, aucune, avant notre siècle, ne se fit le centre de l'unité. Chose étrange, c'est à l'obscure île de Sardaigne, terre à peine italienne, qu'elle a pris un titre royal. La Hollande, qui s'est créée elle-même, par un acte d'héroïque résolution, a néanmoins contracté un mariage intime avec la maison d'Orange, et elle courrait de vrais dangers le jour où cette union serait compromise.

Une telle loi, cependant, est-elle absolue ? Non, sans doute. La Suisse et les Etats-Unis, qui se sont formés comme des conglomérats d'additions successives, n'ont aucune base dynastique. Je ne discuterai pas la question en ce qui concerne la France. Il faudrait avoir le secret de l'avenir. Disons seulement que cette grande royauté française avait été si hautement nationale, que, le lendemain de sa chute, la nation a pu tenir sans elle. Et puis le XVIIIe siècle avait changé toute chose. L'homme était revenu, après des siècles d'abaissement, à l'esprit antique, au respect de lui-même, à l'idée de ses droits. Les mots de patrie et de citoyen avaient repris leur sens. Ainsi a pu s'accomplir l'opération la plus hardie qui ait été pratiquée dans l'histoire, opération que l'on peut comparer à ce que serait, en physiologie, la tentative de faire vivre en son identité première un corps à qui l'on aurait enlevé le cerveau et le cœur. Il faut donc admettre qu'une nation peut exister sans principe dynastique, et même que des nations qui ont été formées par des dynasties peuvent se séparer de cette dynastie sans pour cela cesser d'exister. Le vieux principe qui ne tient compte que du droit des princes ne saurait plus être maintenu ; outre le droit dynastique, il y a le droit national. Ce droit national, sur quel critérium le fonder ? À quel signe le connaître ? De quel fait tangible le faire dériver ?

1. - De la race, disent plusieurs avec assurance.

Les divisions artificielles, résultant de la féodalité, des mariages princiers, des congrès de diplomates, sont caduques. Ce qui reste ferme et fixe, c'est la race des populations. Voilà ce qui constitue un droit, une légitimité. La famille germanique, par exemple, selon la théorie que j'expose, a le droit de reprendre les membres épars du germanisme, même quand ces membres ne demandent pas à se rejoindre. Le droit du germanisme sur telle province est plus fort que le droit des habitants de cette province sur eux-mêmes. On crée ainsi une sorte de droit primordial analogue à celui des rois de droit divin ; au principe des nations on substitue celui de l'ethnographie. C'est là une très grande erreur, qui, si elle devenait dominante, perdrait la civilisation européenne. Autant le principe des nations est juste et légitime, autant celui du droit primordial des races est étroit et plein de danger pour le véritable progrès.

Dans la tribu et la cité antiques, le fait de la race avait, nous le reconnaissons, une importance de premier ordre. La tribu et la cité antiques n'étaient qu'une extension de la famille. À Sparte, à Athènes, tous les citoyens étaient parents à des degrés plus ou moins rapprochés. Il en était de même chez les Beni-Israël ; il en est encore ainsi dans les tribus arabes. D'Athènes, de Sparte, de la tribu israélite, transportons-nous dans l'empire romain. La situation est tout autre. Formée d'abord par la violence, puis maintenue par l'intérêt, cette grande agglomération de villes, de provinces absolument différentes, porte à l'idée de race le coup le plus grave. Le christianisme, avec son caractère universel et absolu, travaille plus efficacement encore dans le même sens. Il contracte avec l'empire romain une alliance intime et, par l'effet de ces deux incomparables agents d'unification, la raison ethnographique est écartée du gouvernement des choses humaines pour des siècles.

L'invasion des barbares fut, malgré les apparences, un pas de plus dans cette voie. Les découpures de royaumes barbares n'ont rien d'ethnographique ; elles sont réglées par la force ou le caprice des envahisseurs. La race des populations qu'ils subordonnaient était pour eux la chose la plus indifférente. Charlemagne refit à sa manière ce que Rome avait déjà fait : un empire unique composé des races les plus diverses ; les auteurs du traité de Verdun, en traçant imperturbablement leurs deux grandes lignes du nord au sud, n'eurent pas le moindre souci de la race des gens qui se trouvaient à droite ou à gauche. Les mouvements de frontière qui s'opérèrent dans la suite du Moyen Âge furent aussi en dehors de toute tendance ethnographique. Si la politique suivie de la maison capétienne est arrivée à grouper à peu près, sous le nom de France, les territoires de l'ancienne Gaule, ce n'est pas là un effet de la tendance qu'auraient eue ces pays à se rejoindre à leurs congénères. Le Dauphiné, la Bresse, la Provence, la Franche-Comté ne se souvenaient plus d'une origine commune. Toute conscience gauloise avait péri dès le IIe siècle de notre ère, et ce n'est que par une vue d'érudition que, de nos jours, on a retrouvé rétrospectivement l'individualité du caractère gaulois.

La considération ethnographique n'a donc été pour rien dans la constitution des nations modernes. La France est celtique, ibérique, germanique. L'Allemagne est germanique, celtique et slave. L'Italie est le pays où l’ethnographie est la plus embarrassée. Gaulois, Étrusques, Pélasges, Grecs, sans parler de bien d'autres éléments, s'y croisent dans un indéchiffrable mélange. Les îles Britanniques, dans leur ensemble, offrent un mélange de sang celtique et germain dont les proportions sont singulièrement difficiles à définir.

La vérité est qu'il n'y a pas de race pure et que faire reposer la politique sur l'analyse ethnographique, c'est la faire porter sur une chimère. Les plus nobles pays, l'Angleterre, la France, l'Italie, sont ceux où le sang est le plus mêlé. L'Allemagne fait-elle à cet égard une exception ? Est-elle un pays germanique pur ? Quelle illusion ! Tout le Sud a été gaulois. Tout l'Est, à partir de l'Elbe, est slave. Et les parties que l'on prétend réellement pures le sont-elles en effet ? Nous touchons ici à un des problèmes sur lesquels il importe le plus de se faire des idées claires et de prévenir les malentendus.

Les discussions sur les races sont interminables, parce que le mot race est pris par les historiens philologues et par les anthropologistes physiologistes dans deux sens tout à fait différents. Pour les anthropologistes, la race a le même sens qu'en zoologie ; elle indique une descendance réelle, une parenté par le sang. Or l'étude des langues et de l'histoire ne conduit pas aux mêmes divisions que la physiologie. Les mots de brachycéphales, de dolichocéphales n'ont pas de place en histoire ni en philologie. Dans le groupe humain qui créa les langues et la discipline aryennes, il y avait déjà des brachycéphales et des dolichocéphales. Il en faut dire autant du groupe primitif qui créa les langues et l'institution dites sémitiques. En d'autres termes, les origines zoologiques de l'humanité sont énormément antérieures aux origines de la culture, de la civilisation, du langage. Les groupes aryen primitif, sémitique primitif, touranien primitif n'avaient aucune unité physiologique. Ces groupements sont des faits historiques qui ont eu lieu à une certaine époque, mettons il y a quinze ou vingt mille ans, tandis que l'origine zoologique de l'humanité se perd dans des ténèbres incalculables. Ce qu'on appelle philologiquement et historiquement la race germanique est sûrement une famille bien distincte dans l'espèce humaine. Mais est-ce là une famille au sens anthropologique ? Non, assurément. L'apparition de l'individualité germanique dans l'histoire ne se fait que très peu de siècles avant Jésus-Christ. Apparemment les Germains ne sont pas sortis de terre à cette époque. Avant cela, fondus avec les Slaves dans la grande masse indistincte des Scythes, ils n'avaient pas leur individualité à part. Un Anglais est bien un type dans l'ensemble de l'humanité. Or le type de ce qu'on appelle très improprement la race anglo-saxonne n'est ni le Breton du temps de César, ni l'Anglo-Saxon de Hengist, ni le Danois de Knut, ni le Normand de Guillaume le Conquérant ; c'est la résultante de tout cela. Le Français n'est ni un Gaulois, ni un Franc, ni un Burgonde. Il est ce qui est sorti de la grande chaudière où, sous la présidence du roi de France, ont fermenté ensemble les éléments les plus divers. Un habitant de jersey ou de Guernesey ne diffère en rien, pour les origines, de la population normande de la côte voisine. Au XIe siècle, l'œil le plus pénétrant n'eût pas saisi des deux côtés du canal la plus légère différence. D'insignifiantes circonstances font que Philippe-Auguste ne prend pas ces îles avec le reste de la Normandie. Séparées les unes des autres depuis près de sept cents ans, les deux populations sont devenues non seulement étrangères les unes aux autres, mais tout à fait dissemblables. La race, comme nous l'entendons, nous autres, historiens, est donc quelque chose qui se fait et se défait. L'étude de la race est capitale pour le savant qui s'occupe de l'histoire de l'humanité. Elle n'a pas d'application en politique. La conscience instinctive qui a présidé à la confection de la carte d'Europe n'a tenu aucun compte de la race, et les premières nations de l'Europe sont des nations de sang essentiellement mélangé.

Le fait de la race, capital à l'origine, va donc toujours perdant de son importance. L'histoire humaine diffère essentiellement de la zoologie. La race n'y est pas tout, comme chez les rongeurs ou les félins, et on n'a pas le droit d'aller par le monde tâter le crâne des gens, puis les prendre à la gorge en leur disant : " Tu es notre sang ; tu nous appartiens ! " En dehors des caractères anthropologiques, il y a la raison, la justice, le vrai, le beau, qui sont les mêmes pour tous. Tenez, cette politique ethnographique n'est pas sûre. Vous l'exploitez aujourd'hui contre les autres ; puis vous la voyez se tourner contre vous-mêmes. Est-il certain que les Allemands, qui ont élevé si haut le drapeau de l’ethnographie, ne verront pas les Slaves venir analyser, à leur tour, les noms des villages de la Saxe et de la Lusace, rechercher les traces des Wiltzes ou des Obotrites, et demander compte des massacres et des ventes en masse que les Othons firent de leurs aïeux ? Pour tous il est bon de savoir oublier.

J'aime beaucoup l'ethnographie ; c'est une science d'un rare intérêt ; mais, comme je la veux libre, je la veux sans application politique. En ethnographie, comme dans toutes les études, les systèmes changent ; c'est la condition du progrès. Les limites des États suivraient les fluctuations de la science. Le patriotisme dépendrait d'une dissertation plus ou moins paradoxale. On viendrait dire au patriote : " Vous vous trompiez ; vous versiez votre sang pour telle cause ; vous croyiez être celte ; non, vous êtes germain. " Puis, dix ans après, on viendra vous dire que vous êtes slave. Pour ne pas fausser la science, dispensons-la de donner un avis dans ces problèmes, où sont engagés tant d'intérêts. Soyez sûrs que, si on la charge de fournir des éléments à la diplomatie, on la surprendra bien des fois en flagrant délit de complaisance. Elle a mieux à faire : demandons-lui tout simplement la vérité.

2 - Ce que nous venons de dire de la race, il faut le dire de la langue. La langue invite à se réunir ; elle n'y force pas. Les États-Unis et l'Angleterre, l'Amérique espagnole et l'Espagne parlent la même langue et ne forment pas une seule nation. Au contraire, la Suisse, si bien faite, puisqu'elle a été faite par l'assentiment de ses différentes parties, compte trois ou quatre langues. Il y a dans l'homme quelque chose de supérieur à la langue : c'est la volonté. La volonté de la Suisse d'être unie, malgré la variété de ses idiomes, est un fait bien plus important qu'une similitude souvent obtenue par des vexations.

Un fait honorable pour la France, c'est qu'elle n'a jamais cherché à obtenir l'unité de la langue par des mesures de coercition. Ne peut-on pas avoir les mêmes sentiments et les mêmes pensées, aimer les mêmes choses en des langages différents ? Nous parlions tout à l'heure de l'inconvénient qu'il y aurait à faire dépendre la politique internationale de l'ethnographie. Il n'y en aurait pas moins à la faire dépendre de la philologie comparée. Laissons à ces intéressantes études l'entière liberté de leurs discussions ; ne les mêlons pas à ce qui en altérerait la sérénité. L'importance politique qu'on attache aux langues vient de ce qu'on les regarde comme des signes de race. Rien de plus faux. La Prusse, où l'on ne parle plus qu'allemand, parlait slave il y a quelques siècles ; le pays de Galles parle anglais ; la Gaule et l'Espagne parlent l'idiome primitif d'Albe la Longue ; l’Égypte parle arabe ; les exemples sont innombrables. Même aux origines, la similitude de langue n'entraînait pas la similitude de race. Prenons la tribu proto-aryenne ou proto-sémite ; il s'y trouvait des esclaves, qui parlaient la même langue que leurs maîtres ; or l'esclave était alors bien souvent d'une race différente de celle de son maître. Répétons-le : ces divisions de langues indo-européennes, sémitiques et autres, créées avec une si admirable sagacité par la philologie comparée, ne coïncident pas avec les divisions de l'anthropologie. Les langues sont des formations historiques, qui indiquent peu de choses sur le sang de ceux qui les parlent, et qui, en tout cas, ne sauraient enchaîner la liberté humaine quand il s'agit de déterminer la famille avec laquelle on s'unit pour la vie et pour la mort.

Cette considération exclusive de la langue a, comme l'attention trop forte donnée à la race, ses dangers, ses inconvénients. Quand on y met de l'exagération, on se renferme dans une culture déterminée, tenue pour nationale ; on se limite, on se claquemure. On quitte le grand air qu'on respire dans le vaste champ de l'humanité pour s'enfermer dans des conventicules de compatriotes. Rien de plus mauvais pour l'esprit ; rien de plus fâcheux pour la civilisation. N'abandonnons pas ce principe fondamental, que l'homme est un être raisonnable et moral, avant d'être parqué dans telle ou telle langue, avant d'être un membre de telle ou telle race, un adhérent de telle ou telle culture. Avant la culture française, la culture allemande, la culture italienne, il y a la culture humaine. Voyez les grands hommes de la Renaissance ; ils n'étaient ni français, ni italiens, ni allemands. Ils avaient retrouvé, par leur commerce avec l'Antiquité, le secret de l'éducation véritable de l'esprit humain, et ils s'y dévouaient corps et âme. Comme ils firent bien !

3. - La religion ne saurait non plus offrir une base suffisante à l'établissement d'une nationalité moderne. À l'origine, la religion tenait à l'existence même du groupe social. Le groupe social était une extension de la famille. La religion, les rites étaient des rites de famille. La religion d'Athènes, C'était le culte d’Athènes même, de ses fondateurs mythiques, de ses lois, de ses usages. Elle n'impliquait aucune théologie dogmatique. Cette religion était, dans toute la force du terme, une religion d’État. On n'était pas athénien si on refusait de la pratiquer. C'était au fond le culte de l'Acropole personnifiée. Jurer sur l'autel d'Aglaure c'était prêter le serment de mourir pour la patrie. Cette religion était l'équivalent de ce qu'est chez nous l'acte de tirer au sort, ou le culte du drapeau. Refuser de participer à un tel culte était comme serait dans nos sociétés modernes refuser le service militaire. C'était déclarer qu'on n'était pas athénien. D'un autre côté, il est clair qu'un tel culte n'avait pas de sens pour celui qui n'était pas d'Athènes ; aussi n'exerçait-on aucun prosélytisme pour forcer des étrangers à l'accepter ; les esclaves d'Athènes ne le pratiquaient pas. Il en fut de même dans quelques petites républiques du Moyen Âge. On n'était pas bon vénitien si l'on ne jurait point par saint Marc ; on n'était pas bon amalfitain si l'on ne mettait pas saint André au-dessus de tous les autres saints du paradis. Dans ces petites sociétés, ce qui a été plus tard persécution, tyrannie, était légitime et tirait aussi peu à conséquence que le fait chez nous de souhaiter la fête au père de famille et de lui adresser des voeux au premier jour de l'an.

Ce qui était vrai à Sparte, à Athènes, ne l'était déjà plus dans les royaumes sortis de la conquête d’Alexandre, ne l'était surtout plus dans l'empire romain Les persécutions d’Antiochus Épiphane pour amener l'Orient au culte de Jupiter Olympien, celles de l'empire romain pour maintenir une prétendue religion d'État furent une faute, un crime, une véritable absurdité. De nos jours, la situation est parfaitement claire. Il n'y a plus de masses croyant d'une manière uniforme. Chacun croit et pratique à sa guise, ce qu'il peut, comme il veut. Il n'y a plus de religion d’Etat ; on peut être français, anglais, allemand, en étant catholique, protestant, israélite, en ne pratiquant aucun culte. La religion est devenue chose individuelle ; elle regarde la conscience de chacun. La division des nations en catholiques, protestantes, n'existe plus. La religion, qui, il y a cinquante-deux ans, était un élément si considérable dans la formation de la Belgique, garde toute son importante dans le for intérieur de chacun ; mais elle est sortie presque entièrement des raisons qui tracent les limites des peuples.

4. - La communauté des intérêts est assurément un lien puissant entre les hommes. Les intérêts, cependant, suffisent-ils à faire une nation ? Je ne le crois pas. La communauté des intérêts fait les traités de commerce. Il y a dans la nationalité un côté de sentiment ; elle est âme et corps à la fois ; un Zollverein n'est pas une patrie.

5. - La géographie, ce qu'on appelle les frontières naturelles, a certainement une part considérable dans la division des nations. La géographie est un des facteurs essentiels de l'histoire. Les rivières ont conduit les races ; les montagnes les ont arrêtées. Les premières ont favorisé, les secondes ont limité les mouvements historiques. Peut-on dire cependant, comme le croient certains partis, que les limites d'une nation sont écrites sur la carte et que cette nation a le droit de s'adjuger ce qui est nécessaire pour arrondir certains contours, pour atteindre telle montagne, telle rivière, à laquelle on prête une sorte de faculté limitante a priori ? Je ne connais pas de doctrine plus arbitraire ni plus funeste. Avec cela, on justifie toutes les violences. Et, d'abord, sont-ce les montagnes ou bien sont-ce les rivières qui forment ces prétendues frontières naturelles ? Il est incontestable que les montagnes séparent ; mais les fleuves réunissent plutôt. Et puis toutes les montagnes ne sauraient découper des États. Quelles sont celles qui séparent et celles qui ne séparent pas ? De Biarritz à Tornea, il n'y a pas une embouchure de fleuve qui ait plus qu'une autre un caractère bornal. Si l'histoire l'avait voulu, la Loire, la Seine, la Meuse, l'Elbe, l'Oder auraient, autant que le Rhin, ce caractère de frontière naturelle qui a fait commettre tant d'infractions au droit fondamental, qui est la volonté des hommes. On parle de raisons stratégiques. Rien n'est absolu ; il est clair que bien des concessions doivent être faites à la nécessité. Mais il ne faut pas que ces concessions aillent trop loin. Autrement, tout le monde réclamera ses convenances militaires, et ce sera la guerre sans fin. Non, ce n'est pas la terre plus que la race qui fait une nation. La terre fournit le substratum, le champ de la lutte et du travail ; l'homme fournit l'âme. L'homme est tout dans la formation de cette chose sacrée qu'on appelle un peuple. Rien de matériel n'y suffit. Une nation est un principe spirituel, résultant des complications profondes de l'histoire, une famille spirituelle, non un groupe déterminé par la configuration du sol.

Nous venons de voir ce qui ne suffit pas à créer un tel principe spirituel : la race, la langue, les intérêts, l'affinité religieuse, la géographie, les nécessités militaires. Que faut-il donc en plus ? Par suite de ce qui a été dit antérieurement, je n'aurai pas désormais à retenir bien longtemps votre attention."


(...à suivre...)

02:25 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Nation, Renan, Bleu Blanc Rouge | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/03/2007

La Nation selon Renan - I

En guise réflexion...


"QU'EST-CE-QU'UNE NATION ?"

Conférence prononcée à la Sorbonne, le 11 mars 1882


Je me propose d'analyser avec vous une idée, claire en apparence, mais qui prête aux plus dangereux malentendus. Les formes de la société humaine sont des plus variées. Les grandes agglomérations d'hommes à la façon de la Chine, de l'Égypte, de la plus ancienne Babylonie ; - la tribu à la façon des Hébreux, des Arabes ; - la cité à la façon d'Athènes et de Sparte ; - les réunions de pays divers à la manière de l'empire carolingien ; - les communautés sans patrie, maintenues par le lien religieux, comme sont celles des israélites, des parsis ; - les nations comme la France, l’Angleterre et la plupart des modernes autonomies européennes ; - les confédérations à la façon de la Suisse, de l'Amérique ; - des parentés comme celles que la race, ou plutôt la langue, établit entre les différentes branches de Germains, les différentes branches de Slaves ; - voilà des modes de groupements qui tous existent, ou bien ont existé, et qu'on ne saurait confondre les uns avec les autres sans les plus sérieux inconvénients. À l'époque de la Révolution française, on croyait que les institutions de petites villes indépendantes, telles que Sparte et Rome, pouvaient s'appliquer à nos grandes nations de trente à quarante millions d’âmes. De nos jours, on commet une erreur plus grave - on confond la race avec la nation, et l'on attribue à des groupes ethnographiques ou plutôt linguistiques une souveraineté analogue à celle des peuples réellement existants. Tâchons d'arriver à quelque précision en ces questions difficiles, où la moindre confusion sur le sens des mots, à l'origine du raisonnement, peut produire à la fin les plus funestes erreurs. Ce que nous allons faire est délicat ; c'est presque de la vivisection ; nous allons traiter les vivants comme d'ordinaire on traite les morts. Nous y mettrons la froideur, l'impartialité la plus absolue.





I



Depuis la fin de l'empire romain, ou, mieux, depuis la dislocation de l'empire de Charlemagne, l'Europe occidentale nous apparaît divisée en nations, dont quelques-unes, à certaines époques, ont cherché à exercer une hégémonie sur les autres, sans jamais y réussir d'une manière durable. Ce que n'ont pu Charles-Quint, Louis XIV, Napoléon Ier personne probablement ne le pourra dans l'avenir. L'établissement d'un nouvel empire romain ou d'un nouvel empire de Charlemagne est devenu une impossibilité. La division de l'Europe est trop grande pour qu'une tentative de domination universelle ne provoque pas très vite une coalition qui fasse rentrer la nation ambitieuse dans ses bornes naturelles. Une sorte d'équilibre est établi pour longtemps. La France, l'Angleterre, l'Allemagne, la Russie seront encore, dans des centaines d'années, et malgré les aventures qu'elles auront courues, des individualités historiques, les pièces essentielles d'un damier, dont les cases varient sans cesse d'importance et de grandeur, mais ne se confondent jamais tout à fait.

Les nations, entendues de cette manière, sont quelque chose d’assez nouveau dans l'histoire. L'Antiquité ne les connut pas ; l’Égypte, la Chine, l'antique Chaldée ne furent à aucun degré des nations. C'étaient des troupeaux menés par un fils du Soleil, ou un fils du Ciel. Il n'y eut pas de citoyens égyptiens, pas plus qu'il n'y a de citoyens chinois. L'Antiquité classique eut des républiques et des royautés municipales, des confédérations de républiques locales, des empires ; elle n'eut guère la nation au sens où nous la comprenons. Athènes, Sparte, Sidon, Tyr sont de petits centres d'admirable patriotisme ; mais ce sont des cités avec un territoire relativement restreint. La Gaule, l'Espagne, l'Italie, avant leur absorption dans l'empire romain, étaient des ensembles de peuplades, souvent liguées entre elles, mais sans institutions centrales, sans dynasties. L'empire assyrien, l'empire persan, l'empire d'Alexandre ne furent pas non plus des patries. Il n'y eut jamais de patriotes assyriens ; l'empire persan fut une vaste féodalité. Pas une nation ne rattache ses origines à la colossale aventure d'Alexandre, qui fut cependant si riche en conséquences pour l'histoire générale de la civilisation.

L'empire romain fut bien plus près d'être une patrie. En retour de l'immense bienfait de la cessation des guerres, la domination romaine, d'abord si dure, fut bien vite aimée. Ce fut une grande association, synonyme d'ordre, de paix et de civilisation. Dans les derniers temps de l'empire, il y eut, chez les âmes élevées, chez les évêques éclairés, chez les lettrés, un vrai sentiment de " la paix romaine ", opposée au chaos menaçant de la barbarie. Mais un empire, douze fois grand comme la France actuelle, ne saurait former un État dans l'acception moderne. La scission de l'Orient et de l'Occident était inévitable. Les essais d'un empire gaulois, au IIIe siècle, ne réussirent pas. C'est l'invasion germanique qui introduisit dans le monde le principe qui, plus tard, a servi de base à l'existence des nationalités.

Que firent les peuples germaniques, en effet, depuis leurs grandes invasions du Ve siècle jusqu'aux dernières conquêtes normandes au Xe ? Ils changèrent peu le fond des races ; mais ils imposèrent des dynasties et une aristocratie militaire à des parties plus ou moins considérables de l'ancien empire d'Occident, lesquelles prirent le nom de leurs envahisseurs. De là une France, une Burgondie, une Lombardie ; plus tard, une Normandie. La rapide prépondérance que prit l'empire franc refait un moment l'unité de l’Occident ; mais cet empire se brise irrémédiablement vers le milieu du IXe siècle ; le traité de Verdun trace des divisions immuables en principe, et dès lors la France, l'Allemagne, l'Angleterre, l'Italie, l'Espagne s'acheminent, par des voies souvent détournées et à travers mille aventures, à leur pleine existence nationale, telle que nous la voyons s'épanouir aujourd'hui.

Qu'est-ce qui caractérise, en effet, ces différents États ? C'est la fusion des populations qui les composent. Dans les pays que nous venons d'énumérer, rien d'analogue à ce que vous trouverez en Turquie, où le Turc, le Slave, le Grec, l'Arménien, l'Arabe, le Syrien, le Kurde sont aussi distincts aujourd'hui qu'au jour de la conquête. Deux circonstances essentielles contribuèrent à ce résultat. D'abord le fait que les peuples germaniques adoptèrent le christianisme dès qu'ils eurent des contacts un peu suivis avec les peuples grecs et latins. Quand le vainqueur et le vaincu sont de la même religion, ou plutôt, quand le vainqueur adopte la religion du vaincu, le système turc, la distinction absolue des hommes d'après la religion, ne peut plus se produire. La seconde circonstance fut, de la part des conquérants, l'oubli de leur propre langue. Les petits-fils de Clovis, d'Alaric, de Gondebaud, d'Alboïn, de Rollon, parlaient déjà roman. Ce fait était lui-même la conséquence d'une autre particularité importante : c'est que les Francs, les Burgondes, les Goths, les Lombards, les Normands avaient très peu de femmes de leur race avec eux. Pendant plusieurs générations, les chefs ne se marient qu'avec des femmes germaines ; mais leurs concubines sont latines, les nourrices des enfants sont latines ; toute la tribu épouse des femmes latines ; ce qui fit que la lingua francica, la lingua gothica n'eurent, depuis l'établissement des Francs et des Goths en terres romaines, que de très courtes destinées. Il n'en fut pas ainsi en Angleterre ; car l'invasion anglo-saxonne avait sans doute des femmes avec elle ; la population bretonne s'enfuit, et, d'ailleurs, le latin n'était plus, ou même, ne fut jamais dominant dans la Bretagne. Si on eût généralement parlé gaulois dans la Gaule, au Ve siècle, Clovis et les siens n'eussent pas abandonné le germanique pour le gaulois.

De là ce résultat capital que, malgré l'extrême violence des mœurs des envahisseurs germains, le moule qu'ils imposèrent devint, avec les siècles, le moule même de la nation. France devint très légitimement le nom d'un pays où il n'était entré qu'une imperceptible minorité de Francs. Au Xe siècle, dans les premières chansons de geste, qui sont un miroir si parfait de l'esprit du temps, tous les habitants de la France sont des Français. L'idée d'une différence de races dans la population de la France, si évidente chez Grégoire de Tours, ne se présente à aucun degré chez les écrivains et les poètes français postérieurs à Hugues Capet. La différence du noble et du vilain est aussi accentuée que possible ; mais la différence de l'un à l'autre n'est en rien une différence ethnique ; c'est une différence de courage, d'habitudes et d'éducation transmise héréditairement ; l'idée que l'origine de tout cela soit une conquête ne vient à personne. Le faux système d'après lequel la noblesse dut son origine à un privilège conféré par le roi pour de grands services rendus à la nation, si bien que tout noble est un anobli, ce système est établi comme un dogme dès le XIIIe siècle. La même chose se passa à la suite de presque toutes les conquêtes normandes. Au bout d'une ou deux générations, les envahisseurs normands ne se distinguaient plus du reste de la population ; leur influence n'en avait pas moins été profonde ; ils avaient donné au pays conquis une noblesse, des habitudes militaires, un patriotisme qu'il n'avait pas auparavant.

L'oubli, et je dirai même l'erreur historique, sont un facteur essentiel de la création d'une nation, et c'est ainsi que le progrès des études historiques est souvent pour la nationalité un danger. L'investigation historique, en effet, remet en lumière les faits de violence qui se sont passés à l'origine de toutes les formations politiques, même de celles dont les conséquences ont été les plus bienfaisantes. L'unité se fait toujours brutalement ; la réunion de la France du Nord et de la France du Midi a été le résultat d'une extermination et d'une terreur continuée pendant près d'un siècle. Le roi de France, qui est, si j'ose le dire, le type idéal d'un cristallisateur séculaire ; le roi de France, qui a fait la plus parfaite unité nationale qu'il y ait ; le roi de France, vu de trop près, a perdu son prestige ; la nation qu'il avait formée l'a maudit, et, aujourd'hui, il n'y a que les esprits cultivés qui sachent ce qu'il valait et ce qu'il a fait.

C'est par le contraste que ces grandes lois de l'histoire de l'Europe occidentale deviennent sensibles. Dans l'entreprise que le roi de France, en partie par sa tyrannie, eu partie par sa justice, a si admirablement menée à terme, beaucoup de pays ont échoué. Sous la couronne de Saint Étienne, les Magyars et les Slaves sont restés aussi distincts qu'ils l'étaient il y a huit cents ans. Loin de fondre les éléments divers de ses domaines, la maison de Habsbourg les a tenus distincts et souvent opposés les uns aux autres. En Bohême, l'élément tchèque et l'élément allemand sont superposés comme l'huile et l'eau dans un verre. La politique turque de la séparation des nationalités d'après la religion a eu de bien plus graves conséquences : elle a causé la ruine de l'Orient. Prenez une ville comme Salonique ou Smyrne, vous y trouverez cinq ou six communautés dont chacune a ses souvenirs et qui n'ont entre elles presque rien en commun. Or l'essence d'une nation est que tous les individus aient beaucoup de choses en commun, et aussi que tous aient oublié bien des choses. Aucun citoyen français ne sait s'il est burgonde, alain, taïfale, visigoth ; tout citoyen français doit avoir oublié la Saint-Barthélemy, les massacres du Midi au XIIIe siècle. Il n'y a pas en France dix familles qui puissent fournir la preuve d'une origine franque, et encore une telle preuve serait-elle essentiellement défectueuse, par suite de mille croisements inconnus qui peuvent déranger tous les systèmes des généalogistes.

La nation moderne est donc un résultat historique amené par une série de faits convergeant dans le même sens. Tantôt l'unité a été réalisée par une dynastie, comme c'est le cas pour la France ; tantôt elle l'a été par la volonté directe des provinces, comme c'est le cas pour la Hollande, la Suisse, la Belgique ; tantôt par un esprit général, tardivement vainqueur des caprices de la féodalité, comme c'est le cas pour l'Italie et l'Allemagne. Toujours une profonde raison d'être a présidé à ces formations. Les principes, en pareils cas, se font jour par les surprises les plus inattendues. Nous avons vu, de nos jours, l'Italie unifiée par ses défaites, et la Turquie démolie par ses victoires. Chaque défaite avançait les affaires de l'Italie ; chaque victoire perdait la Turquie ; car l'Italie est une nation, et la Turquie, hors de l'Asie Mineure, n'en est pas une. C'est la gloire de la France d'avoir, par la Révolution française, proclamé qu'une nation existe par elle-même. Nous ne devons pas trouver mauvais qu'on nous imite. Le principe des nations est le nôtre. Mais qu'est-ce donc qu'une nation ? Pourquoi la Hollande est-elle une nation, tandis que le Hanovre ou le grand-duché de Parme n'en sont pas une ? Comment la France persiste-t-elle à être une nation, quand le principe qui l'a créée a disparu? Comment la Suisse, qui a trois langues, deux religions, trois ou quatre races, est-elle une nation, quand la Toscane, par exemple, qui est si homogène, n'en est pas une ? Pourquoi l'Autriche est-elle un État et non pas une nation ? En quoi le principe des nationalités diffère-t-il du principe des races? Voilà des points sur lesquels un esprit réfléchi tient à être fixé, pour se mettre d'accord avec lui-même. Les affaires du monde ne se règlent guère par ces sortes de raisonnements ; mais les hommes appliqués veulent porter en ces matières quelque raison et démêler les confusions où s'embrouillent les esprits superficiels."


(...à suivre...)

07:05 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Nation, Renan, Bleu Blanc Rouge | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/03/2007

Vranac

=--=Publié dans la Catégorie "Festoyons... Buvons la coupe..."=--=

 

Une bouteille de Vranac (prononcez : Vranats), un petit vin très sympathique du Monténégro, est à envisager. Pas épais, tanin plutôt léger, alcool fruité et suffisamment de délicatesse pour être bu aussi bien avec du poisson que de la viande... le Monténégro qui est, je vous le rappelle, une grosse montagne posée au bord de l'Adriatique avec ouverture sur la Méditerranée.

Vous le trouverez au rayon "Vin étrangers" dans les grandes surfaces du type CORA... c'est simple !

À moins de bouffer des merguez évitez le vin Croate qui a la délicatesse des Sidi Brahim, ça passe avec les barbecue... mais c'est tout.




"C’est moi qui bois, Seigneur, et c’est toi qui est ivre
Un verre bien en main, c’est mieux que la jolie pour demain
Boire du vin, chatouiller les jolies comme des tulipes
Boire un verre, ça vaut le royaume de Chine !
Nous sommes avec le vin, avec les filles, avec Dieu jour et nuit
C’est parce qu’on a péché qu’arrive le pardon ;
Si personne n’avait péché, il n’existerait pas, le pardon !
Que je boive ou ne boive pas, ils diront fous : « il boit ! »
Donc je bois pour leur épargner un mensonge vilain !
C’est que tout m’est désespoir, sauf boire !
S’il y a l’enfer pour ceux qui font l’amour et qui boivent,
Alors personne jamais ne verra le paradis des âmes.
Le ciel, bol à l’envers, redressons-le en bol de vin !
Quand je cuisine, tout m’indiffère !
Au vin ne renonce personne d’esprit résolu
Bois du vin ! sinon du monde des hommes ton nom s’en ira
Je pratique la religion du jus de la vigne
Sans arrêt bois du vin ! tourne autour des jolies !
Si les potiers sur leur tour changent ma poussière en pot
Que ce pot soit toujours rempli de vin pur !
Prendre garde à fouler doucement la poussière :
Ce grain de poussière fut, qui sait ? la prunelle d’une jolie !
Dieu, quand il mêla, moula notre glaise
D’avance savoir tout ce que je ferais, dirais ;
Je n’ai commis aucun péché qu’il ne l’ait ordonné ;
Donc au jour du jugement pourquoi me condamner ?

Puis le jour que tu passes sans boire de vin,
Dans tes jours pas de jour plus perdu que ce jour !

Fais-toi sur terre un paradis avec le verre de vin

Bois du vin ! tu ne sais pas d’où tu es venu !
Bois du vin ! sais-tu vers où t’en iras-tu ?

Dans une main le Livre, le verre dans l’autre main

Le temps vieillissant dans l’argile va t’allonger

Bois du vin ! car Dieu sait que tu sommeilleras dans la glaise
Le plaisir entre tes doigts, prend-le !bois le verre de vin !
Ma moustache, maison de vin, a balayé ta porte !
De tout ce qui n’est pas le vin, s’écarter c’est le mieux !

Bois ! Bois du vin sans souci ! L’Islam, où est-il ?
Fait la fête ! ne laisse pas en vent s’en aller tes jours !
Le paradis : un instant de notre vie vécu paisiblement !
L’état de la rose, le buveur seul est en état de le savoir
Bois du vin ! de toute façon que tu boives du vin ou non,
Tu n’iras pas au ciel, si ton destin c’est le feu de l’enfer
Du poison de la douleur, c’est le vin le contrepoison
Bois du vin ! dans l’herbe assis avec des jolies
Avant que sur ta tombe on fasse des fenaisons !
Rien ne manquait sur terre avant notre arrivée ;
Tout restera de même après notre départ."


Omar Khayyam

Khayyam (Omar) (Nichapur, v. 1050 – id., v. 1123), poète persan. Il doit sa notoriété en Occident au poète anglais E. Fitzgerald, qui traduisit, en les adaptant (1859), les célèbres ruba’iyyat (quatrains) de Khayyam. Il fut au début de sa carrière un brillant savant (mathématicien et astronome). En raison de son esprit libertaire et libertin il fut pourchassé par l'Islam officiel de son temps.

 

________________________________________________________________

Bande son du moment : Toujours "La Passion selon Saint Jean" de Jean Sébastien Bach sous la direction de Stephen Cleobury

Lecture du moment : ...pas de lecture particulière... butinages divers...

Citation du jour : « Les femmes : bulles de savon ; l'argent : bulles de savon ; la renommée : bulles de savon. Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons. » Yukio Mishima (Le Pavillon d'Or)

Humeur du moment : Le regroupement des forces se poursuit...

16:45 Publié dans Festoyons... Buvons la coupe... | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/03/2007

Sauternes

=--=Publié dans la Catégorie "Festoyons... Buvons la coupe..."=--=



Le Sauternes"Pavois d'Or" a le grand intérêt, me concernant, de me mettre rapidement de bonne humeur.




C'est un Vin qu'il faut boire frappé, pour ne pas dire glacé !!!!

Généralement, je n'aime pas ces vins blancs de "gonzesses", comme dirait certaine de mes connaissances, cependant je fais une exception pour le Sauternes qui se laisse véritablement savourer comme on ne savoure que... euh... les bonnes choses.

Le rouge est ma couleur préférée. De vin en vin, le rouge n'est jamais le même, 1000 et 1 aspects différents nous enchantent lorsque nous ne faisons que contempler les nuances lumineuses au travers d'un verre, à proximité d'une bougie, par exemple... Les rouges explosent littéralement le sens de la vue : cinabre, roux, carmin, cerise, groseille, grenat, rubis, pourpre, bordeaux... Ces termes sont à eux seuls des jouissances en attente... des jus qui ne demandent qu'à être appréciés...
Le rouge a la couleur du sang, du feu. Il brûle.

Mais le Sauternes, chers amis, lorsqu'il a passé une petite heure au frigo... laissez-moi vous dire que son attrait est des plus évidents avec viandes blanches en sauce et fromages qui fouettent ! L'arôme de bouche est des plus surprenant. Ici un fond de noix et de miel nous exalte le dôme du palais. Il n'est guère astringent comme le Bourgogne dont l'épaisseur peut vous permettre de vous passer d'un repas. Le miel, dont je parlais tout à l'heure, subsiste après la première attaque en bouche qui est gargantuesque. Exubérance et richesse du sucre. Guère d'acidité, d'amertume ou de dépôt tannique, par contre la sensation est tout de même alcoolisée.

Il faut prendre la peine d'en humer le bouquet en bouteille avant même que de verser en les verres l'agape salvatrice. Juste après le "plop" du bouchon... Le Sud et le sel de ses vents y a laissé des empreintes.

Très charnu, le Sauternes assiège la bouche non comme des hordes barbares mais comme des femmes lascives. De quoi tirer des plans sur la comète si, compagnon, tu le bois en compagnie féminine. Car s'il est charnu, il est aussi généreux et les inhibitions seront levées et jetées aux oubliettes comme du linge sale. Que Dieu me pardonne !

Sucré mais pas gras... le Sauternes est avant tout gouleyant... ça passe comme une lettre à la poste... ça se boit comme du p'tit lait... et sa persistance aromatique intense qui subsiste quelques minutes après le dernier verre prouve que c'est un bon vin...






Bordeaux, Cité des Lumières


par Philippe Sollers

"Où que je me trouve, je peux revenir soudain à Bordeaux par la couleur ou par le vin, par un signal lumineux sombre ou par un certain parfum dans la bouche.

Avant d'être la ville où je suis né, Bordeaux est ainsi une information diffuse, distribuée dans les tissus ou le contenu des bouteilles. Le mot de « bordeaux » lui-même, en dehors de l'étymologie, évoque pour moi la rive, le lieu stable d'où l'on pourrait voir, indéfiniment, couler l'espace et le temps. L'eau, le vin, le sang transformé en vin, le bord de la durée physique, et voilà une idée de ce que peut être un port dans l'aventure du corps, « le port de la lune », en plus, avec un croissant bienveillant et oriental, comme un poinçon des mille et une nuits en cours de sommeil.

La ville est entourée par des centaines de contes de fées protégés. Bordeaux est le château principal des châteaux environnants, une sorte de « coffre », un peu en retrait de l'océan dont la pression douce se fait sentir. Au sud : le brasier permanent des Landes. Au nord-ouest : l'ouverture atlantique. Entre le feu résineux et l'espace maritime incurvé : une ville tempérée qui résume tous les climats. Supposons maintenant que je sois à New York, à Pékin, à Amsterdam ou à Londres : j'ouvre cette bouteille de margaux, je la bois lentement, je vais dormir, et le lendemain matin, je sais que j'ai été filtré par Bordeaux. Il faut « dormir » le vin pour le comprendre. C'est d'ailleurs plutôt lui qui vous comprend, qui vous accepte ou qui vous refuse. N'est pas dans le bordeaux qui veut. Un Bordelais est souvent bavard, mais c'est pour mieux cacher son silence. Personne n'est aussi trompeur sans avoir à le faire exprès. Cette gaieté ? Peut-être une mélancolie profonde. Cet art de vivre ? Sans doute une conscience aiguë du néant. Bordeaux ou la contradiction : comme une relativité généralisée, d'ailleurs concentrée dans le livre par excellence, les Essais de Montaigne, « que philosopher c'est apprendre à mourir », pages lues au lycée, commentées, relues et apprises par coeur. Avec les Lettres persanes, l'Esprit des lois, avec le Discours de la servitude volontaire, on a l'inspiration libérale et juridique de la cité frondeuse fondamentale, ville de dissidence par rapport au pouvoir central, ville où l'on préfère les Anglais à Jeanne d'Arc et à Napoléon, Louis XV à Louis XIV, ville du Prince noir et de la belle Aliénor.

« Esprit frondeur » : je retrouve cette annotation à l'encre rouge sur mes bulletins d'écolier, et, avec le temps, je me rends compte qu'il s'agissait plutôt d'un éloge, d'un encouragement discret sous la réprobation d'apparence. Montaigne, La Boétie, Montesquieu, et, plus tard, pendant la Révolution, le parti girondin, si mal connu et réhabilité par l'Histoire. Mauriac, enfin, ce Landais, romancier fiévreux et conscience morale intraitable. Les Bordelais ont l'habitude de célébrer leurs « trois M », Montaigne, Montesquieu, Mauriac : il est temps de leur ajouter un quatrième mousquetaire, de les inscrire mieux au pluriel. Un S, donc : le mien.

Impression de Bordeaux, capitale du XVIIIe siècle, sur les écrivains : c'est Stendhal qui note que « sans contredit, Bordeaux est la plus belle ville de France ». Il la compare à Venise, d'autres à Versailles. C'est Hölderlin, en 1802, qui parle « des montagnes de raisins d'où la Dordogne descend, où débouchent le fleuve et la royale Garonne, leurs eaux unies ». Voici l'Aquitaine, le pays des eaux, mais aussi la Gironde, mot merveilleux ; girond, gironde : « beau, gentil, mignon ». Mais aussi : « joyau en forme de médaillon, comme une broche ». À Bordeaux, le jeune Baudelaire s'est embarqué sur le bateau des Mers-du-Sud. À Bordeaux, Lautréamont a débarqué un jour, portant avec lui toute une sauvagerie d'Amérique. La place de la Bourse (ex-place Louis XV) est la mémoire de ce temps passé. Comme les deux grandes colonnes rostrales, consacrées l'une au commerce, l'autre à la navigation. Échanger, circuler : c'était, et ce sera de nouveau, après le tunnel du XIXe siècle et d'une grande partie du XXe siècle, le destin de Bordeaux, ville européenne comme Londres, Hambourg, Barcelone, Naples, Venise, Amsterdam. Les Français aiment-ils l'Europe ? Pas sûr. Je me suis fait traiter de tous les noms pour avoir dit que je me sentais un écrivain européen d'origine française. C'était pourtant du Montesquieu adapté. Montesquieu, à propos des Lettres persanes (à relire ces temps-ci) : « L'auteur s'est donné l'avantage de pouvoir joindre de la philosophie, de la politique et de la morale à un roman, et de lier le tout par une chaîne secrète et, en quelque façon, inconnue. »

Une chaîne secrète ? Celle, simplement, des Lumières. L'aventure continue"


Voir aussi ce lien Cliquez : ICI

________________________________________________________________

Bande son du moment : "La Passion selon Saint Jean" de Jean Sébastien Bach sous la direction de Stephen Cleobury

Lecture du moment : ...pas de lecture particulière... butinages divers...

Citation du jour : « Quand dans un royaume il y a plus d’avantage a faire sa cour qu’à faire son devoir, tout est perdu. » Montesquieu

Humeur du moment : Regroupement des forces...

22/03/2007

Polyrythmies...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires"=--=

D'une rencontre peut naître un chant... en devenir... Cliquez : ICI

18:10 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (8) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/03/2007

The Motherfuckin' Warriors...

=--=Publié dans la Catégorie "Musique : Rêve Vénitien..."=--=

 

Lorsqu'en 1989 Eric James pose sa voix sur l'album des Sentinels ("Face of Desire"- Musidisc) sous la houlette de Roberto Piazza alias Little Bob à la production, déjà dans son esprit l'appel du grand Large se fait entendre. Au sein des Sentinels, ses collègues des Batailles hexagonales ne correspondent plus ni à son humeur, ni à ses attentes. Il n'attendra pas que l'album sorte. Il disparaît aux États-Unis pour un périple de 3 mois qui le mènera de New York jusqu'au Mexique. Parcours Initiatique à travers les Gigantesques Mégapoles et les Vastes espaces sauvages. De retour en France, sa Chimie intérieure transformée, après quelques tentatives ultimes pour relancer The Sentinels sur de nouveaux Rails, il décide de créer VENICE en durcissant le ton, le son, les mots et en élargissant considérablement la palette des couleurs harmoniques. Lui au Chant (et à l'Harmonica occasionnel) se retrouve ainsi encadré par Franck Schaack à la Batterie, Jean-Marc Joffroy à la Basse et Nebojsa Ciric dit "Nebo" aux guitares.
En Septembre 1991 Venice voit le jour dans un Local de Senlis (Oise). Les répétitions s’alignent (à raison de quatre à cinq par semaines) comme autant de batailles désespérées pour aller trouver la perle rare dans les limbes du Rock and roll.
Les Concerts s’enchaînent comme des guerres de conquêtes et la Vie se fait dure. Des hauts et des bas. Mais la Foi vivante et Vibrante ne les quitte pas. En Septembre 1993 Jean-Marc Joffroy quitte la Formation. Les concerts et les répétitions en file indienne auront eu raison de lui. Mourad Baali le remplace. Il restera dans la formation jusqu’au Printemps 2000. De fin 1995 à fin 1998 deux autres guitaristes, à tour de rôle, viendront épauler Nebo et se partager Rythmiques et solos. James Dent (1995-1997) et Willy Wedder (1997-1998). Eux aussi jetteront l’éponge avant la signature espérée.
C’est que les temps sont durs à l’égard du Rock dans les années 90, même s’il est indiscutable qu’un public pour lui existe. Les radios, les médias, les maisons de disques lui préfèrent une version Rap aseptisée de la culture hip hop qui, d’ailleurs, n’a plus grand chose à voir avec la « street attitude » originelle mais flirte plutôt avec la variété la plus appauvrie pour le sous-prolétariat des cités. Les authentiques rappeurs ne sont pas signés… ou s’ils le sont, leur flow devient vite émasculé.
VENICE persévère. De 1991 à 2000 le groupe tourne dans toute la France, mais aussi en Belgique, en Allemagne, en République Tchèque. Des centaines de concerts. Représentant la Picardie au Printemps de Bourges en 1993, VENICE ouvre aussi pour KAT ONOMA, GUN CLUB (de feu Jeffrey Lee Pierce), THE INMATES, ANGE, Les GARçONS BOUCHERS, Les VRP. Le groupe joue partout où c’est possible. Tournée des Fnacs en acoustique, participation à des festivals avec BERNARD LAVILLIERS ou les INNOCENTS. Plusieurs dates avec JEAN-LOUIS AUBERT & Co sur la Tournée « H ». La rencontre avec BORIS BERGMAN (parolier de Bashung, Paul Personne, Lio, Eddy Mitchell et beaucoup d’autres) oriente Eric vers des textes en Français. Une dizaine de chansons sont composées avec Boris Bergman dans la foulée.
S’étant doté d’un studio personnel, 12 pistes AKAÏ puis 16 pistes TEAC, VENICE enregistre maquette sur maquette durant toutes ces années et se lance à l’assaut des Maisons de disques. Une signature chez Warner, en édition, ne portera pas ses fruits malgré deux semaines de Studio à l’Hacienda de Tarare, près de Lyon. En 1999 le groupe sort son premier album chez OUTSIDE RECORDS, plus pour avoir une carte de visite à présenter que pour percer le sommet des Charts. Le travail lamentable du Label en question leur fera rompre le contrat. Enregistré à domicile, dans leur propre local, l’album « Les palmiers de Chance » résume à merveille un parcours de 8 années durant lesquelles le groupe a affiné son sens du Rock dans la diversité. C’est STEVE FORWARD (qui a travaillé avec Axel Bauer et Daran) qui mixe la galette. Les concerts qui suivent sont torrides. Le MCM café les accueille pour deux concerts dont un diffusé sur le câble. Mais le départ du bassiste, Mourad Baali, met à nouveau un frein à l’expansion. Mourad quitte le groupe pour s’orienter vers d’autres styles musicaux.
L’arrivée de Frédéric Laforêt (Bassiste multi instrumentiste… Claviers, Guitare, Programmations) va relancer le processus de création et redonner confiance aux Vénitiens originels, Eric, Franck et Nebo. De 2000 à 2004, les compositions s’enchaînent et un choix est fait pour le « projet » suivant. Eric part à New York pour se confronter à la Ville victime du 11 Septembre et, en vivant une vie d’homme et de père récent, écrire les textes des 12 chansons retenues pour l’album "Soudain l'Ouverture".

Malheureusement, l’éloignement Paris-New York finit par anéantir la connexion des uns et des autres et le groupe dépose les armes après 15 années de bons et loyaux services et un deuxième album qui aura laissé pas mal de monde sur le cul… à l’exception des merdiques maisons de disques.


Eric James, Chanteur, fondateur du Groupe...

"Première immersion aux alentours de 10 ans. A cet âge là, le rock se cantonne à trois double albums offerts par mes parents :
1) best of de Elvis Presley sur le label K TEL
2) album bleu des Beatles
3) album rouge des Beatles

Ensuite, une tante vicieuse m'offre de quoi tirer le diable par la queue:
"Piper At The Gates Of Dawn" de Pink Floyd
Et puis c'est les années où je me patchoulise en expérimentant mes premières cigarettes roulées à la main, imbibées parfois d'huile de cannabis. La bande son de l'époque c'est : "Aqualung" de Jethro Tull, "Harvest" de Neil Young, Led Zeppelin II, "In Rock" de Deep Purple, "Tommy" des Who, "Sticky Fingers" des Stones, "Diamond Dogs" de Bowie, et toujours les Floyd bien sûr. Mais mon groupe favori du moment c'est... Genesis ! sur les albums desquels j'apprends à chanter tout seul dans ma chambre. Pas facile Peter Gabriel comme prof de chant !!!
Ensuite c'est l'atterrissage d'un OVNI dans ma chambre de baba-cool : Un coffret de l'intégrale de Eddie Cochran ! Retour vers les racines et une coupe de cheveux en règle : Elvis dans GI Blues ! C'est la période "petite frappe", l'entrée au Lycée, les premières libations et les chaudes explorations sur fond de rock-a-billy pur et dur, mais aussi Frank Sinatra, Ray Charles, Otis Redding, James Brown et tout ce qui s'ensuit. Et puis, poursuivant dans l'éclectisme, après un court mais intensif passage chez AC/DC, je m'initie philosophiquement et éthiliquement aux Doors, en dévorant les pages de "Par-delà le bien et le mal", "Naissance de la tragédie" de Nietzsche, "Sur la route " de Kerouac, "Crime et châtiment" de Dostoïevski et "Martin Eden" de Jack London.

A l'aube des années 80, une nouvelle bifurcation avec la découverte du Punk tout d'abord (Clash, Buzzcocks et The Jam sur le podium) et puis de ce qu'on appelle à l'époque la "New Wave" avec Elvis Costello, Police, Roxy Music, The Cure, Siouxie And The Banshees, Psychedelic furs, Talking Heads, The B 52's, Urban Verbs, The Real Kids, The Feelies, The Fleshtones, Wall Of Voodoo, X, The Gun Club, The Cramps, The Unknowns et aussi la compilation "Nuggets" de Lenny Kaye... Mes deux groupes favoris de l'époque en tout cas, c'est les Stranglers et toujours les Doors. Mes livres de chevets : "Feyrdidurke" de Witold Gombrowitz, "Las Vegas Parano" de Hunter S Thompson, "Postier" de Bukowsky, "Ubik" de Philp K Dick, "Légendes d'automne" de Jim Harrison, "La conjuration des imbéciles" de John Kennedy Toole, "Demande à la poussière" de John Fante, "Lumière d'août" de William Faulkner, "Ainsi parlait Zarathoustra" de Nietzsche, la poésie de T.S Eliot, les BD de Will Eisner et de Hugo Pratt sans oublier bien sûr celles de Franck Margerin !
Mais parallèlement à cette vague, au printemps 1978, je suis mis K.O en écoutant l'intro d'un disque dont la chronique m'avait séduit dans le magazine Best : "Darkness on the edge of town" de Bruce Springsteen.
Mes amis punks se payent ma gueule, mais mon histoire d'amour est trop forte. Je remonte dans le temps en redécouvrant les trois premiers albums et continue à développer mon culte secrètement, car à part ma girlfriend du moment, personne dans mon entourage ne comprend ma fascination pour ce "Johnny Hallyday" américain.
Quand je vois le Boss sur scène durant la tournée "The River", je réalise que la scène, c'est la vraie terre promise !
Par le biais de Springsteen. je revisite bien sûr de fond en comble Bob Dylan et m'abreuve de folk rock à tendance John Fogerty et chemises à carreaux... Les grands espaces s'ouvrent à moi de façon lumineuse et épique, passages solaires donc, entrecoupés néanmoins de coulées sulfureuses et telluriques (Stooges et MC5 en cures saisonnières), la continuité du rock australien avec Radio Birdman et les Hoodoo Gurus. Les valeurs sûres comme Lou Reed et Le Velvet Underground, Patti Smith, Tom Waits... Mes groupes cultes comme Le Sir Douglas Quintet, les Modern Lovers ou les Reds.… Et le jazz de Charlie Parker et Thelonious Monk.
À l'âge adulte, les groupes qui par la suite et pour différentes raisons me remueront affectivement sont U2 (à partir de l'album "Joshua Tree"), mais bien plus encore R.E.M et Pearl Jam ainsi que Van Morrison dont je tombe littéralement amoureux sur le tard.
Au final, le cœur reste néanmoins profondément marqué au fer rouge par les Doors et Springsteen. Dionysos et Apollon. Nietzsche et Kerouac.

Bon appétit aux tueurs !"


Franck Schaack, batteur et Clown Cosmique...

"1979, j'ai 11 ans, curieux, je fouille dans les vinyles de mon oncle, il me fait écouter les bonnes émissions de radio, WRTL (Blancfrancard), Antoine de Caunes dans CHORUS le rendez-vous rock de la semaine, je commence à taper sur des sceaux (sur « Roxanne » de Police). 1980 voyage à Londres avec tonton (full période 80) déterminant .

La 6 ème me tend les bras, trop tard je suis tatoué à la Stewart Copeland mania et par The Police. De là j'ai eu affaire à des groupes divers. Première rencontre sérieuse en 1990 : Eric James (à l’époque chanteur des Sentinels). S'enchaînent concerts du sud de Montpellier au nord de la Tchéquie, de l'ouest de la Bretagne à l'est de la Suisse et l'aventure Vénitienne qui s’en est suivie..."


Frédéric Laforêt, Bassiste, multicartes...

Totalement autodidacte, c'est à 15 ans qu'il commence à apprendre la basse suite à un concert d'AC/DC. "J'étais fasciné par ce mec à droite de la scène, qui était calme tout en assurant des parties rouleau compresseur". Peu après, un ami lui fait découvrir le groupe qui va marquer son approche de l'instrument à tout jamais :RUSH. "Geddy Lee est un extraterrestre, il a un son énorme et un jeu immédiatement reconnaissable, et comment fait-il pour chanter en jouant de telles lignes ? " Cette influence majeure le poussera à s'intéresser aux claviers. "J'ai rapidement voulu concilier les claviers et la basse, le mariage me semblait réalisable , MERCI GEDDY !!! "

De là, naquirent les premiers groupes sérieux, et en particulier MARYLIN ; Groupe de hard rock dont la présence de claviers donnait un côté FM. "Je crois que ce qu'on faisait ressemblait pas mal à The Darkness..."

La rencontre avec Venice est à elle seule une aventure :

"Je connaissais Venice parce qu'étant amateur de leurs prestations scéniques qui déchirent, je les avais déja vus sur scène 2 ou 3 fois. Quand leur premier album est sorti, j'étais aussi content que si ça avait été mon propre groupe, s’il y avait bien un groupe qui devait y arriver c’était eux.

Plus tard, je recherchais un groupe cool pour jouer de la guitare, j’ai répondu à une annonce locale. Le studio de répétition privé était impressionnant, on a vaguement tapé le bœuf et putain, que ça jouait bien. Il y avait un truc bizarre, j’avais l’impression de les connaître et tout d’un coup, alors qu’ils attaquent « Le Rêve du Phénix », je réalise : VENICE !!! Et oui , pas très physionomiste le mec.

Du coup, je décline l’invitation à jouer avec eux ,ils avaient besoin d’un putain de bon guitariste pour seconder Nebo suite au départ d’un guitariste australien, James Dent, c’était trop sérieux pour ce que je voulais faire en tant que guitariste. Et dans ma tête je me disais : dommage qu’ils ne cherchent pas un bassiste, là, ç’aurait été différent."


Qu’on ne vienne pas dire que le destin n’est qu’illusion. Deux ans plus tard, une autre annonce dans un journal local : Venice cherche bassiste. BANCO !!!

"Mourad Baali avait décidé de quitter le groupe après plus de 6 années passées avec eux… pour divergences artistiques, alors je me suis pointé en connaissant déjà la moitié de l’album. Je crois qu’ils n’ont auditionné personne d’autre."

Premier concert avec eux quinze jours après et très vite, la nouvelle formule s’attaque à la composition du deuxième album.

"Sur les titres du 1er album, j’ai énormément respecté les lignes crées par mourad. Il y avait un son Venice, je ne pouvais pas tout chambouler comme ça et de toutes façon son travail à la basse était fabuleux. Ensuite, pour les nouvelles compositions, j’ai pu ouvrir mon âme. Certains titres sont nés sur 4 ou 5 cordes. Puis on a tous décidé d’intégrer des boucles dans notre musique. J'ai donc repris du service question machines. Au départ, juste quelques ambiances synthés puis, voyant que la sauce prenait, j’ai sortis la cavalerie lourde sur des titres comme « Le Cyborg verse une larme » ou « Le vin de mes pères »."




Nebojsa CIRIC, dit "Nebo"... Guitariste et Schtroumpf Métaphysique...

Nom : Ciric

Prénom : Nebojsa (lire : Néboïcha)

Diminutif : Nebo

Instrument : Guitares

Influences Guitaristiques : Jimmy Page, Jimi Hendrix, Robin Trower, Uli Jon Roth, Pat Travers, Ted Nugent, Rory Gallagher, Adrian Belew, Robert Fripp, Vernon Reid, Johnny Winter, Frank Zappa, The Edge, Stevie Ray Vaughan, Stevie Salas, Ritchie Blackmore, Ty Tabor, Goran Bregovic, Prince et… surtout… son frère d’armes et inspirateur initial, Laurent Rossi, guitariste de l’obscur combo « Wolfoni »…

Groupes préférés : Jimi Hendrix, Led Zeppelin, Doors, King’s X, Tea Party, Stone Temple Pilots.

Héros de jeunesse, héros de toujours : Friedrich Nietzsche, Jim Morrison, Wolfgang Amadeus Mozart, Giovanni Giacomo Casanova, Arthur Rimbaud, Antonin Artaud, John Lee Hooker, Miles Davis, John Coltrane, Lemmy.

Livres de chevet : La Bible ; « Ainsi Parlait Zarathoustra » de Friedrich Nietzsche ; l’intégrale de « Blueberry » par Giraud et Charlier ; « Citadelle » d’Antoine de Saint-Exupéry ; « Le Japon Moderne et l’éthique Samouraï » ainsi que « Le Soleil et l’Acier » par Yukio Mishima ; « L’unique et sa Propriété » de Max Stirner ; « L’Art de Jouir » ainsi que « Théorie du Corps Amoureux » par Michel Onfray ; « Retour à l’essentiel » de Jean Biès.

Signe Particulier : Abuse de la Fuzz, aboie d’la Wha wha.

Né en Ex-Yougoslavie. Amertume au goût de miel. Exil. Solitude sombre. Puis Solitude Joyeuse. Travailler sur soi. Traverser les précipices. Toujours à mi-pente. Expériences des limites. Écriture possédée. Lectures fiévreuses. Chutes et éveils. Haine et Amour. Gratuité de l’être et de l’échange. Détachement. Aime rompre le pain et boire la coupe. Musiques qui implorent et sanctifient. Questions. Feu. Eau. Terre. Air. Tao. Réponses. Libéral, Libertaire et Libertin. L’Âme sombre du Groupe. Mais Verbe Solaire. Aime la Vie, les Femmes, les enfants, les animaux et les Amérindiens. Déteste la nonchalance des hippies et des bobos ainsi que le drame éternel des complaintes psycho-socio-familiales. Tente d’évaluer sans juger.

Nietzsche. Van Gogh. Monet. Georges Mathieu. Anarchiste Royal. Tradition et modernité. Penser au-delà. Se refuse d’appartenir à la moindre tendance ou caste. Abhorre le nivellement Universel. Soufisme et Kabbale. Prières d'Agnostique. Son mot d’Ordre pour aller sur Mars : la Rage Antique contre la Peste Moderne… il se doute bien que personne n’en tiendra compte… Rêveur mais pas Naïf. Ne vote pas, envers et contre tout. Peut-être aux prochaines élections votera-t-il... Insoumis. Hais les Pouvoirs de Mort, de toutes sortes. Aime les Pouvoirs de Vie, de toutes sortes aussi.



Démarre la Guitare vers 11 ans. Première Guitare acoustique (une RYAN) à 12 ans. Première Guitare électrique(une FIVETONES) à 15 ans. Premières compos sérieuses à 16 ans. Le reste suit son cours.


Groupes et parcours musical de Nebo :

1980/1981 : Aspirine (Punk)

1981: Phonème (Hard Rock)

1982/1983 : Incubators (Punk)

1983/1985 : DP210 (Hard Rock/Heavy Metal) et BB sur Canapé (Rock ‘n’ Roll) et nombreuses Jams psychédéliques.

1985/1986 : Angelic (Hard Rock)

1987/1989 : Bosse en solo (Rock, Hard Rock, Pop, Acoustique, Progressif, Funk…)

1989 : Requiem (Hard Rock/Heavy Metal)

1990/1991 : Bosse toujours en Solo

Septembre 1991 : Eric James contacte Nebo suite à une annonce. Il rejoint Franck Schaack et le premier bassiste, Jean Marc Joffroy déjà à leurs postes et Venice vient au monde.

From yesterday screams the music...

Des marins perdus en mer... en quête de l'amour Impossible...


7 Seas.mp3 (Paroles : Eric James/Musique : Nebojsa Ciric-Eric James-Franck Schaack-Mourad Baali)

"The pedigrees have bought you
And sent me out of the tribe
True love’s in a sorry plight

The midnight hour now gives me such a thrill
I search on all fours two hundred days a year
The journey’s tough and gives me such a trial
Sometimes love is so inspiring

That’s why I travel the 7 seas
I cover the ground to see my babe
And I’ll cover it endlessly

Show me the way, if the pedigrees have left you alone
Show me the way, I’m puzzled and chilled to the bone
The journey’s tough and gives me to understand
That sometimes love is so despairing

Oh she cut me down, when she picked my heart
That’s why I travel the 7 seas
I cover the ground to see my babe
And I’ll cover it endlessly
(x2)

I travel the 7 seas
I cover this ground to see my babe
And I’ll cover it endlessly"



00:20 Publié dans Musique : Rêve Vénitien... | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/03/2007

Concerts...

Nous avons laissé notre empreinte sur tant de scènes. De la sueur et des larmes. Du sang parfois. Nous avons embrassé quelques filles. Nous avons rêvé un rêve noir, un rêve rouge, un rêve blanc comme une fleur de Lys. Nos plaies. Nos poches vides. Nos yeux délavés. Les bars enfumés. L'alcool dans les veines. Nous avons survécu à tout ce cirque. Avons chanté en anglais, en français, en électrique, en acoustique, des reprises pour nous donner du courage... Rolling Stones... Doors... Hendrix... Joe Jackson... Jam... Police... Beach Boys... Rory Gallagher... XTC... Steppenwolf... U2... Beatles... Gueules en vrac et cordes cassées... douleurs au dos, aux doigts et aux couilles... et dans le camion comme dans les chambres d'hôtel, ça sentait les pieds, les aisselles et le tabac froid. Des Pirates en dérive !

_______________________________________________________________


Quelques dates de concerts passés dont nous avons conservé la trace :

181- 24/04/02 Nantes
180- 21/06/00 Senlis, plein air
179- 16/06/00 Moissy-Cramayel, « les 18 marches »
178- 09/06/00 Paris, « Péniche Déclic »
177- 06/05/00 Marne-la-Vallée, Disney Village, Billy Bob’s
176- 08/04/00 Troyes, Fnac
175- 07/04/00 Reims, Fnac
174- 01/04/00 Creil, La Grange à musique
173- 03/03/00 Ris-Orangis, Le Plan (1ère partie Little Bob)
172- 03/02/00 Paris, MCM Café
171- 02/02/00 Paris, Fnac Montparnasse
170- 22/01/00 Amiens, Lune des Pirates
169- 15/01/00 Paris, Sentier des Halles
168- 14/01/00 Paris, Sentier des Halles
167- 08/01/00 Paris, Café Montmartre
166- 27/11/99 Chantilly, Pub Aka
165- 16/11/99 Rouen, Fnac
164- 09/11/99 Paris, Fnac Italie
163- 06/11/99 Paris, Café Montmartre
162- 29/10/99 Pont Sainte Maxence, Podium Café
161- 20/10/99 Cergy, Fnac
160- 18/10/99 Paris la Défense, Fnac Cnit
159- 16/10/99 Flamicourt, Salle des fêtes (soir)
158- 16/10/99 Aulnay-sous-bois, Fnac (après-midi)
157- 15/10/99 Créteil, Fnac (avec Little Bob)
156- 09/10/99 Creil, Grange à musique
155- 02/10/99 Creil, Lockness
154- 19/06/99 Creil, Lockness
153-12/06/99 Creil, Grange à musique
152- 29/04/99 Paris, Péniche Makara
151- 27/03/99 Créteil, Fnac
150- 13/02/99 Creil, Lockness
149- 02/02/99 Paris la Défense, Fnac Cnit
148- 13/11/98 Senlis, Le Pub
147- 02/11/98 Paris, MCM Café (enregistré, diffusé sur MCM)
146- 30/10/98 Creil, Lockness
145- 10/10/98 Senlis, Le Pub
144- 07/10/98 Paris, le Gambetta
143- 02/10/98 Beaumont, Route 66
142- 05/09/98 Mouy, L’Acropole
141- 29/08/98 Maisoncelle-Tuilerie, plein air
140- 12/07/98 Mont-L’Eveque, plein air
139- 11/07/98 Mouy, L’Acropole
138- 28/06/98 Saint-Leu d’Esserent, base de loisirs
137- 20/06/98 Mouy, l’Acropole
136- 13/06/98 Creil, cafétéria faïencerie
135- 12/06/98 Senlis, Le Cyclope
134- 31/05/98 Saint-Maximin, « FMC » (concert radio)
133- 23/05/98 Senlis, Le Cyclope
132- 08/05/98 Senlis, Le Cyclope
131- 10/04/98 Senlis, Le Cyclope
130- 22/03/98 Beauvais, Café musique Aska
129- 21/03/98 Feuquières, Salle polyvalente
128- 13/03/98 Senlis, Le Cyclope
127- 11/03/98 Paris, Fnac Bastille
126- 28/02/98 Noisy le Grand, Fnac
125- 25/02/98 Créteil, Fnac
124- 20/02/98 Senlis, Le Cyclope
123- 14/02/98 Tourcoing, Le grand mix (1ère partie de Elliot Murphy)
122- 13/02/98 Pont-Ste-Maxence, Centre culturel (1ère partie d’Ange)
121- 16/01/98 Senlis, Le Cyclope
120- 31/12/97 Senlis, Le Cyclope
119- 20/12/97 Creil, Médiathèque Faïencerie (concert et rencontre du public avec Boris Bergman autour des textes de Venice)
118- 12/12/97 Senlis, Le Cyclope
117- 05/11/97 Creil, Grange à musique
116- 02/11/97 Saint-Maximin, Radio FMC
115- 24/10/97 Senlis, Le Cyclope
114- 19/10/97 Boran sur Oise, Base nautique
113- 14/08/97 Roubaix, Hestivale-Hommelet
112- 18/07/97 Beauvais, Espace François Mitterand
111- 17/07/97 Bagnolet, CFPTS
110- 21/06/97 Pont Ste Maxence, Place du marché au blé
109- 21/06/97 Creil, Ile St-Maurice
108- 23/01/97 Paris, Hard Rock Café (Mourad blessé à la main, remplacé par Philippe Bleu)
107- 21/12/96 Clery sur Somme, Salle des fêtes
106- 22/11/96 Witten (Allemagne), Just another station (1ère partie de Lightmare)
105- 28/09/96 Creil, Grange à musique (Concert : anniversaire 5 ans du groupe, plus de 3 heures de concert)
104- 22/06/96 Créteil, Fnac (Fête de la musique, 1ère partie de Patrick Rondat)
103- 21/06/96 Chantilly, plein air
102- 20/06/96 Paris la Défense, Fnac Cnit
101- 11/04/96 Rueil, Théâtre André Malraux
100- 31/12/95 Paris, Hard Rock Café
099- 15/07/95 St-Jean au bois, Les Naïades
098- 21/06/95 Senlis, plein air
097- 01/06/95 Beaumont, Route 66
096- 19/08/94 Chalons sur Marne, plein air
095- 06/07/94 Paris, Fnac Montparnasse
094- 05/06/94 Compiègne, Bee Bop
093- 29/04/94 Massy, Animation Parvis de la Vendée
092- 19/03/94 Corbeil, MJC
091- 18/03/94 Amiens, Lune des Pirates
090- 02/02/94 Aix-en-Provence, Scat Club
089- 13/01/94 Paris, Locomotive
088- 13/12/93 Amiens, Club 66
087- 01/12/93 Paris, Arapao (1ère partie du Gun Club)
086- 19/11/93 Bretigny sur Orge, Salle Jules Verne
085- 13/11/93 Beauvais, Théâtre
084- 07/11/93 Pont Ste Maxence, Centre culturel
083- 30/10/93 Troyes, Parc des expositions (1ère partie de Jean-Louis Aubert, tournée H)
082- 08/10/93 Chalons sur Marne, MJC Vallée St Pierre
081- 25/09/93 Beauvais, Théâtre
080- 11/09/93 Anvers (Belgique), Fnac
079- 10/09/93 Gent (Belgique), Fnac
078- 09/09/93 Liege (Belgique), Fnac
077- 14/08/93 Witten (Allemagne), Festival plein air
076- 13/08/93 Berlin (Allemagne), Fnac
075- 03/07/93 Troyes, Fnac
074- 23/06/93 Reims, Fnac
073- 21/06/93 Paris, Fnac Bastille
072- 19/06/93 Créteil, Quartier des Bleuets
071- 17/06/93 Cognac, Le petit ramoneur
070- 06/06/93 Ris-Orangis, Le Plan (1ère partie de Jean-Louis Aubert, Tournée H)
069- 05/06/93 Sens, Salle polyvalente (1ère partie de Jean-Louis Aubert, Tournée H)
068- 03/06/93 Laval, Salle polyvalente (1ère partie de Jean-Louis Aubert, Tournée H)
067- 16/05/93 Amiens, Espace 1901
066- 15/05/93 Montirat St-Christophe, Salle des Fêtes
065- 09/05/93 St-Quentin, La locomotive
064- 05/05/93 St-Just en Chaussée, Salle des Fêtes
063- 24/04/93 Abbeville, Théâtre (1ère partie de Jean-Louis Aubert, Tournée H)
062- 22/04/93 Bourges, Salle Gilles Sandier (Printemps de Bourges, Venice représente la Picardie)
061- 16/04/93 Creil, Grange à musique
060- 14/04/93 Compiègne, Le Damier
059- 11/04/93 Lemberg, Le Domino
058- 03/04/93 Bouffemont, A la maison pour tous
057- 02/04/93 Drancy, Le Grand Zebrock (Festival avec Les Innocents)
056- 27/03/93 Jihlava (République Tchèque), Avangarda music club
055- 26/03/93 Zlin (République Tchèque), Rock Club Spusa
054- 25/03/93 Koprivnick (République Tchèque), Rock club Nora
053- 20/03/93 Plzen (République Tchèque), Rock Club Divadlo Pod Lampou (enregistrement du concert en 16 pistes et mixage dans les jours qui suivent)
052- 19/03/93 Prague (République Tchèque), Rock Club U Zovfalcu
051- 18/03/93 Teplice (République Tchèque), Rock Club Knak
050- 05/03/93 Abbeville, Théâtre (1ère partie de Patrick Verbeke)
049- 28/02/93 Montpellier, Etat général du rock, scène ouverte (avec le groupe Lofofora)
048- 20/02/93 Noisy le Grand, Fnac
047- 16/02/93 Creil, Grange à musique
046- 13/02/93 Lisieux, MJC
045- 12/02/93 Caen, Fnac
044- 06/02/93 Le Chesnay, Fnac Parly 2
043- 30/01/93 Fresnes, La ferme du Cottinville
042- 28/12/92 Amiens, Maison d’arrêt, concert pour les détenus
041- 11/12/92 Maignelay Montiny, salle polyvalente
040- 07/11/92 Paris la Défense, Fnac Cnit
039- 06/11/92 Corbie, Marché couvert (1ère partie des Garçons Bouchers)
038- 04/11/92 Rouen, Fnac
037- 31/10/92 Beauvais, Théâtre (Sélection Printemps de Bourges 1993, tête d’affiche : Roadrunners)
036- 25/10/92 Hirson, L’Eden
035- 23/10/92 Lille, L’Aéronef (soir, 1ère partie de Kat Onoma)
034- 23/10/92 Lille, Fnac (après-midi)
033- 03/10/92 Nogent sur Oise, Le Cargo de nuit
032- 02/10/92 Nogent sur Oise, Le Cargo de nuit
031- 18/09/92 Plouvenez-Quintin, Le moulin du Quérou
030- 17/09/92 Rennes, Fnac
029- 12/09/92 Verneuil en Halatte, Festival rock Oise (avec King Size, VRP, Bernard Lavilliers)
028- 05/09/92 Cergy, Fnac
027- 29/08/92 Ribecourt, Le Solo
026- 04/07/92 Serquigny, plein air, Festival les Arts au soleil
025- 27/06/92 Strasbourg, Café des Anges
024- 26/06/92 Strasbourg, Café des Anges
023- 21/06/92 Peronne, Stade Boinet
022- 20/06/92 Issy les Moulineaux, plein air
021- 17/06/92 Créteil, Fnac
020- 08/06/92 Paris, New Moon
019- 28/05/92 Laigneville, Café de la gare
018- 09/05/92 Creil, Grange à musique
017- 02/05/92 Compiègne, Le Damier
016- 01/05/92 Compiègne, Le Damier
015- 17/04/92 Broglie, Foyer Socio-culturel
014- 12/04/92 Persan, Chez Freddy
013- 14/03/92 Bruyère sur Oise, salle polyvalente
012- 13/03/92 Choisy la victoire, chapiteau
011- 04/03/92 Paris, Rex Club
010- 28/02/92 Ribecourt, Le solo
009- 19/02/92 Amiens, Lune des Pirates
008- 25/01/92 Javene-Fougères, Bar Ma Rivière
007- 24/01/92 Moelan, L’Apollo
006- 29/11/91 Massy, Centre culturel Paul Bailliart (1ère partie des Inmates)
005- 03/11/91 Staffelfelden, MJC
004- 02/11/91 Merlebarch, Café Union
003- 01/11/91 Nilvange, Le Gueulard
002- 28/10/91 Besançon, Taos Blue
001- 27/10/91 Strasbourg, Café des Anges

________________________________________________________________



Au temps où je partageais les guitares avec Willy Vedder, dit "Willy la houille" ou "Willy les paluches"... il a tenu le coup une petite année... puis a déposé les armes.



19:25 Publié dans Musique : Rêve Vénitien... | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/03/2007

Messages Transatlantiques -V-

=--=Publié dans la Catégorie "Musique : Rêve Vénitien..."=--=

 


Avec Roberto Piazza, dit Little Bob, lors d'une mémorable "Jam" en Live à la FNAC de Créteil vers la fin des années 90... Beau souvenir...
_______________________________________________________________________

Lundi 1er Décembre 2003

Nebo :


La délicatesse de l’écriture.
La plume inscrit toujours
des choses essentielles.
Comme la lame.

Eric :

Au commencement etait le Verbe ;
obéissance inexorable de l'écrivain.
Religion.



Mardi 2 Décembre 2003

Nebo :


Ma prosternation matinale,
intérieure,
est un lâcher prise,
non une soumission.

Eric :

Au réveil,
ma cafetière italienne et moi
échangeons des mots d'amour.



Mercredi 3 Décembre 2003

Nebo :


Ascèse,
non Ascétisme.
Joie,
Force,
non Orgueil.

Eric :

Dans la rue,
simplement marcher est une tache difficile.
Les sensations stupides de bonheur
me détournent de la Voie.



Jeudi 4 Décembre 2003

Nebo :


Le bruit de la Ville
clame, dit, chante, hurle
ce que je pense.

Eric :

Tapotant sur la table,
à l'aide de mes deux doigts,
je pense au prochain cataclysme.



Vendredi 5 Décembre 2003

Nebo :


L’Homme d’aujourd’hui
et la finitude de son projet
par rapport à l’infinitude
qu’il prétend atteindre.

Eric :

Le cinéaste de la Déconstruction
brûlera son scénario
avant de se mettre au travail.



Samedi 6 Décembre 2003

Nebo :


Je me sens vide.
De ce vide
qui n’accouche de Rien.

Eric :

J'attends encore celui
qui viendra sonner
ma Cloche.



Dimanche 7 Décembre 2003

Nebo :


Les sages se sentent pleins.
De ce Vide
qui accouche de la Plénitude.

Eric :

Qui a dit :
« La musique c'est le silence
entre les notes » ?



Lundi 8 Décembre 2003

Nebo :


En ce lieu
où tout est formulé,
je me tiens debout
face à mon mystère
d’Être.

Eric :

J'ai laissé passer
des familles entières d'oiseaux
au-dessus de ma tête.
La migraine a disparu.



Mardi 9 Décembre 2003

Nebo :


Le jaillissement,
souvent,
n’advient pas.
Comme en ce moment même.

Eric :

Bulles éclatant à la surface de l'eau :
Un poisson qui meurt
et un autre qui rit.



Mercredi 10 Décembre 2003

Nebo :


Se lâcher de toute posture.
Être dans la Nudité de l’Être.
Vivre enfin.

Eric :

Les journées s'accumulent,
où l'on nie l'évidence.
Et puis soudain, l'espace d'une seconde,
Une fenêtre s'ouvre sur l'Eternité.



Jeudi 11 Décembre 2003

Nebo :


Tant de Masques
se conçoivent
dans l’Ombre
de Dieu.

Eric :

Ma signature n'est, à l'origine,
qu'une piètre imitation de celle
de mon Père.



Vendredi 12 Décembre 2003

Nebo :


Une caresse,
un regard,
un chant d’oiseau,
un Sourire.
Une autre matinée.

Eric :

Je cherche encore un visage
qui puisse
m'aimer.



Samedi 13 Décembre 2003

Nebo :


Parfois,
l’espace d’un instant,
tout semble possible.

Eric :

Les résidences bétonnées
abritent de nouveaux
Alchimistes.



Dimanche 14 Décembre 2003

Nebo :


Lourd,
comme un Rocher,
je me laisse couler
dans la paisible rivière.

Eric :

Au fond de mes poches
il y a toujours au moins deux pièces.
Pour une éventuelle offrande
Aux anguilles sacrées.



Lundi 15 Décembre 2003

Nebo :


La Virginité.
Le Souffle rafraîchissant.
La Guérison accessible.

Eric :

J'ai parcouru la totalité
de mon Corps
à la recherche d'une ancienne cicatrice
d'enfant.



Mardi 16 Décembre 2003

Nebo :


D’abord,
l’apparition sous les mains créatrices.
Puis, sous la foison des possibles,
nommons les choses.
Expérience.

Eric :

Au-dessous du cocotier,
Ma tête s'auréole
de crainte.



Mercredi 17 Décembre 2003

Nebo :


Peu de Certitudes.
Perdu, en somme.
La Solitude, seule,
M’apparaît totalement,
irréductiblement,
incroyablement,
Authentique.

Eric :

Je me suis surpris
à claquer la porte.
Défaillance de l'attention



Jeudi 18 Décembre 2003

Nebo :


En la Caverne,
le froid lui-même
est une douce chaleur.

Eric :

Les miettes du repas
sont mes ennemies
jurées.



Vendredi 19 Décembre 2003

Nebo :


Connecté aux mystérieuses limbes.
les maux éteints,
les mots absents.
La Musique seule
dit les choses et l’Être.

Eric :

J'aimerais saluer du chapeau,
hélas,
je n'en porte pas.



Samedi 20 Décembre 2003

Nebo :


L’Espoir se terre
dans le réseau
de nos nerfs,
dans la fibre
de nos muscles,
dans nos liquides
infinitésimaux.

Eric :

J'aimerais aussi faire don d'une valise
qui contiendrait tous mes objets précieux.
Mais je ne possède rien de
précieux.



Dimanche 21 Décembre 2003

Nebo :


Une Fraternité
me couronne en ce jour
face aux champs des possibles.

Eric :

Une vieille femme
m'a lancé un regard noir
ce matin,
dans la rue.



Lundi 22 Décembre 2003

Nebo :


Merveille des Chiffres
s’élançant vers partout,
nul part et au-delà.

Eric :

A l'autre bout
de mon tapis d'Orient,
Il y a peut-être un ami
qui comme moi
va dîner seul ce soir.



Mardi 23 Décembre 2003

Nebo :


Un curieux ensemencement.
Sensation d’arrêt.
Trouble du recueillement.
Juste avant la Projection.

Eric :

Dans ses bras,
Le tic-tac de l'horloge
Redevient inoffensif.



Mercredi 24 Décembre 2003

Nebo :


Lumière, ô Lumière !
Reviens vers l’âtre noir
de la caverne.
Lumière, ô Lumière !
Annonce la fulgurance,
clame la clameur d’être,
chante la Vision élargie,
danse la Joie de l’Amour,
vibre, Lumière,
éclaire, ô Lumière !
Panse, ô Lumière !
Souris, ô Lumière !

Eric :

Il n'y aura pas de fin heureuse,
ni dénouement miraculeux à cette histoire.
Ma débâcle est un chef d'œuvre
inattaquable.



Jeudi 25 Décembre 2003

Nebo :


Mon Corps
me rappelle
mes limites.
Mon sourire
les repousse
un peu plus loin.

Eric :

Etrangers, inconnus,
que je croise dans la rue.
Ils emportent, chacun de leurs côtés
un morceau de mon âme.



Vendredi 26 Décembre 2003

Nebo :


Vivre au milieu
des ruines.
En souriant
saluer le déclin.
Nonchalamment.
En apparence.

Eric :

De nos jours et même de tout temps,
céder à la bonne humeur
requiert de la prudence. De l'adresse...
Car on a vite fait de sombrer
dans la vulgarité.



Samedi 27 Décembre 2003

Nebo :


Une Solitude Hautaine
qui fait murmurer
dans mon dos.

Eric :

Passants sous l'averse.
En quête d'un abri.
Leur élégance est de courte durée.



Dimanche 28 Décembre 2003

Nebo :


Tricher
en riant
pour survivre.

Eric :

Aujourd'hui je sais combien
redevenir un enfant
tient de l'héroïsme.



Lundi 29 Décembre 2003

Nebo :


Ma veste en cuir,
usée, trouée,
veut témoigner
de mille années
de Nomadisme.
Mille années d’errance.

Eric :

Mon visage de quarante ans
possède une beauté
contredite par le miroir.



Mardi 30 Décembre 2003

Nebo :


Il m’arrive encore
de désirer de toutes mes forces
la vision définitive.

Eric :

Bouches hurlantes
aux passage des colombes
Victorieuses.



Mercredi 31 Décembre 2003

Nebo :


L’Homme recule devant lui-même.
Il cligne des yeux.
Tirant sur un joint,
je considère ce cirque.
J’écoute le hululement
de mes chimères.

Eric :

J'imagine un monde
où chacun irait cogner
à la porte de son voisin,
en quête de sel ou d'une
simple pipe.



Jeudi 1er Janvier 2004

Nebo :


Je tente de calculer
le temps qui me reste.
Ce sinistre Sursis.

Eric :

Quand la mort frappe
par surprise,
on ouvre grand les yeux.
Comme des nouveaux-nés.



Vendredi 2 Janvier 2004

Nebo :


Ce geste d’un lointain passé.
Ouvrir une vieille porte,
où dorment des démons
et se cachent des anges.

Eric :

Je suis sorti de mon cachot,
en pleine lumière,
pour regagner ce terrain vague
Où m'attendait l'Ange Exterminateur.



Samedi 3 Janvier 2004

Nebo :


L’Abîme est partout
où le regard se pose.
Le sonder
est une autre histoire.

Eric :

Certains jours bénis,
je me sens aussi léger
qu'un papillon.



Dimanche 4 Janvier 2004

Nebo :


L’Audace souveraine
du départ admirable.
Prendre le large
à chaque aube.

Eric :

De la lointaine Ithaque
me parviennent quelques échos
presque fantomatiques.



Lundi 5 Janvier 2004

Nebo :


Chaque histoire
appartient à celui
qui sait la mener
jusqu’au bout,
à son terme.

Eric :

Il peut nous en coûter
de transgresser certaines règles de vie
comme celle du "devoir d'inspiration", par exemple.
A raviver le cœur des autres,
on ravive aussi le sien.



Mardi 6 Janvier 2004

Nebo :


Un souffle qui incendierait
mon cœur.
Mon incantation
ne me mènera
nul part.

Eric :

Matelot,
apprend à naviguer
sur les vagues du mépris.
Jusqu'au Septentrion.



Mercredi 7 Janvier 2004

Nebo :


Accomplir les Actes
comme s’ils n’appartenaient
à Rien.
Si ce n’est
à la beauté du geste,
comme celui du Calligraphe.

Eric :

Si dieu existe,
il est en chacun.
Et en chacun subsiste
un raccourci jusqu'à lui.



Jeudi 8 Janvier 2004

Nebo :


Vêtu de noir
par respect
pour la nuit,
je guette le feu d’artifice
qui éventrerait la ténèbres.

Eric :

Un vieux vélo,
enchaîné à son poteau,
se reflète dans une flaque
de clair-de-lune.



Vendredi 9 Janvier 2004

Nebo :


Aux confins du désert
plus rien ne peut stopper
l’avancée du Serpent.

Eric :

Un cœur sec qui demande pardon
n'est pas tout a fait sec,
ou bien il est déjà vendu
au Démon.



Samedi 10 Janvier 2004

Nebo :


Les Loups descendront
sur les places publiques
aux jours précédant le Jugement.

Eric :

Aux derniers jours,
des vagues d'inconnus se précipiteront
sur d'autres vagues d'inconnus
et s'embrasseront a pleine bouche.



Dimanche 11 Janvier 2004

Nebo :


Rêves de flammes.
Sculptures surréelles.
Il me faut laisser
ces chimères à la cave.
Retrouver
une profession de Foi
terrestre.

Eric :

L'épicier me rend deux pièces
sur le prix d'une barre de céréales.
Puis enchaîne sur un autre client.



Lundi 12 Janvier 2004

Nebo :


Boire aussi
le Venin
du Serpent
pour mieux
en combattre
les morsures.

Eric :

Ne plus s'aimer,
ne plus se haïr.
Une luxueuse sensation
que j'expérimente en silence.



Mardi 13 Janvier 2004

Nebo :


L’infini devient une torture
lorsque, descendant du Ciel,
il possède un Corps
mortel et limité
pour sa densité,
son tourbillon.

Eric :

J'échangerais bien
une poignée de vagins
contre une poignée de main
amicale.



Mercredi 14 Janvier 2004

Nebo :


Glorieux combat perdu.
Nous avons quitté le champ de bataille
avec tous les honneurs.

Eric :

Quand on revient à la Guerre
apres avoir perdue la précédente,
ça ne s'appelle plus la Guerre.
C'est de la Poésie.



Jeudi 15 Janvier 2004

Nebo :


Devenir
un astre,
unique,
sur une voie lactée
unique.

Eric :

Avoir un corbeau
pour ami.
Réconcilier deux royaumes.



Vendredi 16 Janvier 2004

Nebo :


Si je suis d’une légende,
mystérieuse et profonde,
y-a-t-il un frère,
une sœur,
qui soit de ma légende,
de mon histoire ?

Eric :

Il nous est donné le pouvoir
d'imaginer toute une foule de mondes,
et autant de portes dont les clés demeurent souvent introuvables.
Nous-même ainsi avons-nous été imaginés.



Samedi 17 Janvier 2004

Nebo :


Une Offrande rythmique
à la courbe des lèvres,
au contour des reins.
Nous nous abandonnons.

Eric :

La pluie tambourine
contre les vitres.
Je ne sais si ma solitude
s'en trouve allégée ou bien
accentuée.



Dimanche 18 Janvier 2004

Nebo :


Aube écarlate
sur le suaire
de ma malédiction.

Eric :

J'observe la ville
Majestueuse et ensoleillée.
Muette et insondable,
comme une femme.



Lundi 19 Janvier 2004

Nebo :


Parvenir
à comprendre
mon séjour
ici.

Eric :

Le geôlier négligeant
de mon crâne
autorise le passage
des parias.



Mardi 20 Janvier 2004

Nebo :


Jeune
je n’imaginais pas
que la vie
serait ainsi.

Eric :

O, Légendes malfaisantes des forêts !
Votre musique trouve un chemin
jusqu'à mes oreilles,
creuse mon visage
Et y multiplie les rides.



Mercredi 21 Janvier 2004

Nebo :


Notre Silence.
Je bride
mes impulsions épistolaires.
Je fais le vide et m’isole.
Un lac tranquille.

Eric :

Je ne fais que
dissimuler, dissimuler,
toujours dissimuler.
Une caverne précieuse
au milieux des pillards.



Jeudi 22 Janvier 2004

Nebo :


Si je le pouvais
je cicatriserais
tes Blessures
avec quelques baisers.

Eric :

Choix décisif :
se jeter dans la gueule du Monstre
ou devenir l'idiot du village !



Vendredi 23 Janvier 2004

Nebo :


Ton œil
reflète la lumière.
Ton corps
la détourne.
Ta Force
cherche à la rassembler.

Eric :

Carte des Menus
apéritif, repas.
« Ça se passe bien ? »
Carte des desserts donc,
Sucreries et même
un café.
Addition.
« Au plaisir ! »


PS: Il n'y a plus de sable dans votre sablier.



Samedi 24 Janvier 2004

Nebo :


Notre histoire
tumultueuse
ressemble de plus en plus
à un hymne très ancien.

Eric :

Après que le moineau
se fut posé, puis endormi
au creux de son épaule,
le vieil homme sut qu'il avait atteint
Tout ce qu'il y avait à atteindre…



Dimanche 25 Janvier 2004

Nebo :


De l’Amour,
de l’Amour,
et d’avantage
que l’Amour.

Eric :

Le tapage de la rue.
Du chaos consenti.
Le brouillon des âmes.



Lundi 26 Janvier 2004

Nebo :


Mon visage matinal,
au réveil :
un arbre ancien.


Eric :

Je jure de mépriser
toute Victoire
prochaine.



Mardi 27 Janvier 2004

Nebo :


Quand je soulève
ma valise
j’ai mal au dos.

Eric :

Comme il est curieux
qu'à toujours vouloir retenir,
on perde de vue ?



Mercredi 28 Janvier 2004

Nebo :


Multiplicité.
Entrelacs.
Entre Aurore et Crépuscule.
Feux.
Lumière perforée d’Ombre.

Eric :

Bien polir ses chromes
pour absorber le ciel
et avaler la route.



Jeudi 29 Janvier 2004

Nebo :


La Vision
du monde
est une
contradiction.

Eric :

J'ai ajusté mes chaussettes,
resserré mes lacets,
reboutonné chacune de mes poches.
Prêt pour le sacrifice.



Vendredi 30 Janvier 2004

Nebo :


A l’intérieur,
dans les flux,
sous l’épiderme,
il faut parvenir
à emporter dans la Mort
ce qu’il y a de meilleur
de notre Vie.

Eric :

Dévissons le couvercle
de cette migraine.
Saupoudrons avec de l'azur.



Samedi 31 Janvier 2004

Nebo :


Je me charge,
le temps de trois mots écrits,
de toute l’incarnation
du monde.

Eric :

Imperméable a la logique
de l'orateur.
Je jaugeais les arguments
de sa moustache.




Dimanche 1er Février 2004

Nebo :



Ainsi, parfois,
la phrase est un mystère.
La voix adéquate y apporte
beaucoup de Clarté.

Eric :

Mes amis mastiquent tous
avec style.
Encore trop de repas pris
en compagnie des goujats.



Lundi 2 Février 2004

Nebo :


Ma lame fleurie dans le sang.
Le Lieu où je suis n’est pas nommable.
J’y entre et en sors
à ma convenance.
Rares sont les êtres humains
que j’y croise.
Nous y rompons le pain
sans arrière-pensée.

Eric :

Ecrire ses mots et les savoir perdus.
Les voir s'éloigner comme autant de vaisseaux
lancés au hasard.



Mardi 3 Février 2004

Nebo :


Ecriture.
Trace singulière,
foudroyante,
affirmée.

Eric :

Une fleur gracieusement tenue
et non pas saisie.
Une fleur tendue.
Mais pour personne.



Mercredi 4 Février 2004

Nebo :


Le poème
n’a qu’un seul but :
rendre visible,
palpable,
la Réalité.

Eric :

Mes premiers terrains de jeu,
coccinelles, pâquerettes et
boutons d'or.
Une tristesse de toute
Beauté.



Jeudi 5 Février 2004

Nebo :


La Robustesse.
Le feu de mes ressources.
Je suis comme tout le monde :
un puits sans fond.
Comment l’appréhender ?

Eric :

Travailleurs de la tôle
aux regards durs.
Je les contemple.
Modeste puceron.



Vendredi 6 Février 2004

Nebo :


Je sais qu’une bonne convalescence
exige parfois de sévères restrictions.
Il me faudrait brûler bien des choses.
Ses lettres en premier lieu.

Eric :

Hommes sans attaches
aux robustes mâchoires.
En route pour le Royaume
du Prêtre Jean.



Samedi 7 Février 2004

Nebo :


Avec le temps
on fini toujours
par trouver sa place.
Mais il faut s’y atteler
Au plus tôt.

Eric :

Au bout des territoires conquis de haute lutte,
on ne trouve pas de récompense.
Juste une longue tristesse.



Dimanche 8 Février 2004

Nebo :


Mes supplications
se perdent
dans le Vide.
Elles ne trouvent aucun allié.

Eric :

Ce qui nous est offert
est tellement plus grand
que ce que l'on désire,
qu'il y a nécessité
à réajuster notre vision.



Lundi 9 Février 2004

Nebo :


Avec de la patience,
les livres finissent
par nous céder leurs secrets.

Eric :

Je me suis adossé à un arbre,
perdu dans mes pensées.
Au fin fond du Manuscrit
trouvé a Saragosse.



Mardi 10 Février 2004

Nebo :


Les mots,
tendrement,
devraient pouvoir
réparer le moindre
chagrin.
Abréger le désordre du Monde.

Eric :

Un dispensaire
aux litières vides.
Dehors, des lépreux
jouant aux dominos.



Mercredi 11 Février 2004

Nebo :


J’ai jouis,
soufferts
et aimé.
Comme les marins
avec l’Océan.

Eric :

J'ai commencé
depuis hier,
à chérir le passé.



Jeudi 12 Février 2004

Nebo :


Mes oreilles hurlent
et saignent
de ce silence
suspendu
qui n’est point Paix.

Eric :

Au pic de la tour
la plus haute :
une goutte de Rosée.



Vendredi 13 Février 2004

Nebo :


L’écriture ne devrait
même plus être
un palliatif.
De palliatif,
il ne devrait
même plus y en avoir.
Tout devrait être Là.
Simplement.
On devrait pouvoir
avaler sa douleur
et la chier
à Satiété,
en Rigolant,
dans une
INCARNATION TOTALE.

Eric :

Du vent s'engouffre
dans les portes.
Il prend les décisions,
répudie l'ancien mobilier.
...
Sur le bord d'anciennes nationales,
déployant leur fulgurance
au travers du pays,
gisent quelques glorieux
noyaux de pêches.



Samedi 14 Février 2004

Nebo :


L’Homme Total
Sème et Moissonne
tout au long de l’année.
Constance.

Eric :

Nos solutions sont
pleines d'amour.
Elles ne se formalisent pas
d'être ainsi dédaignées.



Dimanche 15 Février 2004

Nebo :


L’Aube
s’amoncèle
en mes Veines.

Eric :

Mes sourcils distingués
Suffiront pour le
Carnaval.



Lundi 16 Février 2004

Nebo :


Une barque,
entourée de roseaux,
cherche une articulation
dans la respiration du soir.

Eric :

Rubans de nuages
dans un ciel pourpre.
Un ciel semblable a ceux, perdus,
de mon adolescence.



Mardi 17 Février 2004

Nebo :


L’écorce,
ma main,
sueur et sève.
L’Hiver transpire
sa fuite, déjà.

Eric :

Oh j'ai honte
de n'avoir pas su
aimer ces arbres.
ils veillaient pourtant chaque nuit,
derrière les vitres.
Juste au pied de ma chambre.
Et maintenant, qu'est-il donc devenu,
mon sommeil d'enfant inviolé ?



Mercredi 18 Février 2004

Nebo :


La Source
veut tarir.
Nos larmes
la rempliront
peut-être.

Eric :

Avant le second souffle,
prêts a tout lâcher.
C'est un instinct supérieur
qui nous maintient en course.



Jeudi 19 Février 2004

Nebo :


Je guette
l’heure
lumineuse.

Eric :

Je regarde
pousser
ma barbe.



Vendredi 20 Février 2004

Nebo :


Un livre Blanc
portant, juste,
trace de mon Sang.

Eric :

Après ma mort ?
Servez-vous donc !
Ouvrez les tiroirs,
sortez les malles.
Vous n'y trouverez que
des itinéraires inachevés.



Samedi 21 Février 2004

Nebo :


Résurgences
très anciennes.
La Distance se réduit
entre moi et moi.

Eric :

En période de méditation intense,
se déclenchent, à la verticale
de mon âme,
des sons purs comme
le cristal.



Dimanche 22 Février 2004

Nebo :


Cette courbe
qui m’intercepte
et m’interdit,
m’engendre
et m’afflige.

Eric :

Ne sous-estimez pas
le rôle de Harry Potter
sur la génération future.



Lundi 23 février 2004

Nebo :


Suis-je au fait de devant qui,
devant quoi,
mon cœur trépide ?
Ma main suit
une abstraite courbe.
Quête.
Amertume.
Ma mémoire cherche
à s’ajuster.

Eric :

J'ai eu confiance
malgré tout.
Une immense confiance.
pourquoi douter
si près du but ?



Mardi 24 Février 2004

Nebo :


Parfois,
à nouveau,
comme au temps
de mes 20 ans,
j’aspire au départ,
sans espoir de retour.

Eric :

Quand Dieu prépare
ses bénédictions
l'air devient sec et
silencieux.



Mercredi 25 Février 2004

Nebo :


Aigle, né à proximité
de la source noire,
à chaque soif
inapaisable j’y reviens.
Curieux exil.

Eric :

Qu'as-tu fait camarade ?
Que ne m'as-tu cherché des yeux ?
Tu m'aurais trouvé.
Au lieu de mettre fin
à tes jours.



Jeudi 26 Février 2004

Nebo :


Par le cheminement
des Siècles
vint, un jour,
le souffle incarné.

Eric :

Sur une locomotive désaffectée,
envahie par les fleurs.
Je digérais le sermon du
curé.



Vendredi 27 Février 2004

Nebo :


Les flancs de l’Aube
saignent
le martyre.

Eric :

Boum Boum Boum !
Ouvrez-donc cette porte.
C'est ici que j'ai vécu...
Il y a si longtemps.



Samedi 28 Février 2004

Nebo :


Parfois je guette
une moisson d’été
dans ta voix fragile.

Eric :

Ah, l'odeur du premier baiser !
Jusqu'où m'a t-elle emmené ?
J'ai rouvert les yeux
bien trop tôt.



Dimanche 29 Février 2004

Nebo :


Ma paume dans la tienne.
Un beau Silence.
Une chute libre.
Le Monde reste à faire.

Eric :

Derrière ces dunes
et tous ces arbres ensablés,
elle s'est embarquée dans la chaleur
de l'après-midi.
Pour y goûter l'amour...
Dans les bras d'un autre.



Lundi 1er Mars 2004

Nebo :


Arbre de la Connaissance.
Arbre de Vie.
Un oiseau a-t-il été témoin
du désastre de la tentation ?

Eric :

Un enfant a pris ma main,
m'a emmené vers des jeux
dont je ne connais plus le sens.



Mardi 2 Mars 2004

Nebo :


La serpe dans l’ombre.
Le Pain.
Le Vin.
Le Miel.
Le Fromage.
La quiétude.

Eric :

Derrière ces portes,
on s'éclaire à la bougie.
On invente des contes
pour endormir les enfants.



Mercredi 3 Mars 2004

Nebo :


La Plume
sans encre
ne demeure pas muette.
Un cœur.
Un couteau.
Roulez jeunesse.

Eric :

Ne me faites pas rire,
jeunes gens talentueux.
Par pitié, ne me faites pas rire.
Ou je pourrais en mourir.



Jeudi 4 Mars 2004

Nebo :


Ce Simulacre
qui nous sert
de repère :
en Rire en dansant.

Eric :

Je ronge mes ongles.
Regarde le ciel.
Recrache dans la rivière.



Vendredi 5 Mars 2004

Nebo :


Le bottleneck au doigt,
je récolte
des spasmes douloureux.

Eric :

Quand l'Art s'installe
où on ne le prévoit pas,
il s'allège soudain.



Samedi 6 Mars 2004

Nebo :


La guitare a définitivement
planté ses lames dans les cibles choisies.
Les chansons l’affirment.

Je suis VIVANT.
Son des cloches
sur la Place Saint-Marc.

Eric :

Retour de Croisade.
Pour certains, c'est maintenant
qu'elle commence :
à la descente du bateau.



Dimanche 7 Mars 2004

Nebo :


Le temps m’est compté.
Je bois le thé vert
et me brûle.

Eric :

Le dehors se fait
de plus en plus féroce.
Le dedans, lui,
regorge de surprises.



Lundi 8 Mars 2004

Nebo :


Le paradoxe
de mon Être :
je vis
comme je déteste.

Eric :

Faire la poussière de
mes livres.
Deux fois l'an.



Mardi 9 Mars 2004

Nebo :


Feuille de houx
sur l’Océan en furie,
je lève les voiles.

Eric :

Une sculpture représentant...
un bras de fer.
Pas de gagnants !



Mercredi 10 Mars 2004

Nebo :


Ce qui me dévore
de l’intérieur
se tait.

Eric :

Au Jugement Dernier
je ne réciterais pas La Fontaine.
J'improviserais.



Jeudi 11 Mars 2004

Nebo :


Ce bras de fleuve,
qui mène à la mer,
tordu, vivace,
c’est moi.

Eric :

Un vieux clocher
me rappelle tout ce que j'ai laissé
derrière moi.
L'occasion d'une chanson.



Vendredi 12 Mars 2004

Nebo :


Mon âme bande,
se dépouille de son corps,
s’engouffre dans les fonds.
Avec crainte.

Eric :

Que le prochain coiffeur
à saisir ma chevelure
soit béni.



Samedi 13 Mars 2004

Nebo :


C’est un temps de fureurs.
Il faut faire l’Amour
et, face au Simulacre,
feindre pour survivre.

Eric :

J'ai enfermé quelques-uns
de ses cheveux d'or
dans le creux d'une enveloppe.



Dimanche 14 Mars 2004

Nebo :


Canevas du Cosmos.
Etoffe de la Matière.
Moi, ici-bas,
ne suis qu’une Larme.
Ma prière se poursuit.

Eric :

À quoi se raccrocher ?
Cette fois-ci je sais
qu'il n'y a rien.
Je laisse mon cœur
tambouriner.



Lundi 15 Mars 2004

Nebo :


Voici,
depuis un an
rien n’a bougé.
Seul le Monde persévère,
dans sa combustion Hivernale.
Ronde des aliénés.
Bal perpétuel des sorciers,
des démons, des nains,
des sacrificateurs de l’innocence.
Et pourtant, chaque jour,
j’apprends à aimer.

Eric :

Quand une signature
avec des larmes
n'est pas possible,
alors on jette sa lettre.


Toujours la même Jam avec Little Bob

FIN

13/03/2007

Messages Transatlantiques -IV-

=--=Publié dans la Catégorie "Musique : Rêve Vénitien..."=--=

 

Lundi 1er Septembre 2003

Nebo :


« Il importe peu
de vouloir
changer le monde.
L’essentiel
est d’accepter
de se changer soi. »
me dit la brindille
sur le chemin.

Eric :

« Et n'oublie pas :
non pas le changement
mais l'acceptation du changement.
L'action non-corrompue ;
non-agissante. »
Me dit alors la brindille,
quand je la portais
à ma bouche.



Mardi 2 Septembre 2003

Nebo :


Les faux-culs
conjurent en silence.
De côté, je les surveille.
Ma lame est aiguisée.

Eric :

J’époussette mes manches,
une odeur de malédiction
et le cœur débordant.

Eric :

Masturbation magnifique.
Oubli total de la misère humaine.
Grandeur et abondance volcanique.
Auto-autodafé !

Nebo :

Les mots
lacèrent le vif
des sombres carnes.



Mercredi 3 Septembre 2003

Nebo :


La souffrance est apaisée.
Le sel de la vie
enlève son goût d’acier
dans ma bouche.

Eric :

Dans le vent,
rien qui ne soit déjà parti.
Le grenier de mon crâne
est résolument vide.

Eric :

Ai-je encore quelque chose a dire ?
Quelque chose a prouver ?
Quand tu m'offres ton ventre
à lécher.

Nebo :

Parfois je meurs.
Me réveille plus tard.
Prêt pour une autre partie.



Jeudi 4 Septembre 2003

Nebo :


Dans l’enceinte
je me faufile.
Ils m’observent,
m’analysent.
Tel un curieux fantôme.
Je souris.

Eric :

Les mains en arabesque
je joue a créer des mondes.
Des Paradis et des enfers.

Eric :

J'ai mes entrées chez les souris.
Toutes les magouilles
de Cendrillon.

Nebo :

En fin Stratège,
j’élabore de jour en jour
ma traversée transversale
du Labyrinthe.



Vendredi 5 Septembre 2003

Nebo :


L’encre a laissé des traces
sur mes doigts.
Comme du sang existentiel.

Eric :

Je me promène.
Je suis dans les rues.
Je suis un brouillon
ambulant.

Eric :

Face au miroir.
Respectueux envers mes genoux.
Attendri devant mon nombril.
Terrorisé par ma bouche.

Nebo :

Ma Viande a encore
deux ou trois choses
à affirmer.
Á vivre.



Samedi 6 Septembre 2003

Nebo :


Une vieille photo.
De piteux souvenirs.
J’en ris à pleines envolées.
Je suis là.

Eric :

S'il m'était donné de revenir
dans ma vie passée,
je serais tenté par le Mal.

Eric :

Je claque mes fesses
à pleine volées,
rattrape le temps perdu.

Nebo :

Curieux !
Quelques papiers froissés
Me précipitent vers l’avenir.



Dimanche 7 Septembre 2003

Nebo :


Ne rien dire.
Les choses se présentent.
Les cueillir.

Eric :

Encore plus de baisers. Encore plus de lèvres.
Voir si au bout de l'extase
quelque chose se donne
enfin à toucher.



Lundi 8 Septembre 2003

Nebo :


Les signes sont manifestes.
Qui les voit ?
Comme aux jours de Noé
chacun vaque à ses occupations.

Eric :

Quelle punition divine
pour la modernité ?
Qu'elle se voit couronnée
de succès !



Mardi 9 Septembre 2003

Nebo :


Le feu intérieur.
Je le sens.
Il prit.
Il danse.
Je jouis.

Eric :

Je lance un regard neuf
sur mon épiderme
rajeuni malgré moi.



Mercredi 10 Septembre 2003

Nebo :


L’aigle a touché terre.
A présent, encore,
il déploie ses ailes
pour un autre envol.

Eric :

Les brebis sont gommées des champs.
Le vent joue dans l’herbe
comme sur une lyre.



Jeudi 11 Septembre 2003

Nebo :


Les physiciens quantiques
pensent « à gauche ».
Les billes sont lâchées
et tombent à gauche !

Eric :

J'ai pensé « Gagnant » !
Et depuis
mes dés roulent toujours.



Vendredi 12 Septembre 2003

Nebo :


Je lui demande : «
Comment voudrais tu
que je te prenne ? »
Elle me dit : «
Par derrière.
Comme une pute.
Une chienne.
Une salope. »
Je bois du champagne,
fume un joint,
la considère.
Je souris.

Eric :

En pleine débauche lucide,
je me donne
comme un yogi,
un Bouddha,
un Christ.



Samedi 13 Septembre 2003

Nebo :


Parfois, cet étrange sentiment :
la Vie n’est pas,
la Mort non plus.
Douces, très douces illusions.

Eric :

Rien ne se laisse capturer
A l'école de l'Erreur.



Dimanche 14 Septembre 2003

Nebo :


Le disque dur
du Roland VS-1880
crépite comme un feu.
L’Athanor des alchimistes.

Eric :

Ma bouche se pince.
Mon regard se fait dur.
Les conditions requises
Pour l'éclat de rire.



Lundi 15 Septembre 2003

Nebo :


Dire est difficile.
Surtout dire
l’essentiel.

Eric :

Comme autant de précieux Mandalas de sable,
Jetés solennellement dans la rivière,
Imaginons la destruction systématique
De toutes les oeuvres d'art
Apres leur parachèvement.



Mardi 16 Septembre 2003

Nebo :


Lorsque les mots me manquent,
mes palpitations me reprennent !
Juste combat.

Eric :

Il m'a fallu être attaqué
par les démons
pour apprendre la politesse.



Mercredi 17 Septembre 2003

Nebo :


Nous prenons.
Sans cesse.
N’avons cesse de prendre.
Et pourtant,
donner est une bénédiction.

Eric :

Pour le grand nombre
l'authentique générosité
est souvent perçue comme une insulte, un danger,
quelque chose d'inapproprié
qui avance comme Jésus,
à découvert.



Jeudi 18 Septembre 2003

Nebo :


Une délivrance
par les Sens.
Bien que les Sens
soient trompeurs.
Voilà qui me semble
très clair.

Eric :

J'ai la certitude
d'un corps.
Donc d'un chemin.



Vendredi 19 Septembre 2003

Nebo :


La Solitude
est aussi,
est surtout,
un Royaume.

Eric :

Pour qui sait tendre l'oreille,
il y a du vacarme
dans les sables du désert.



Samedi 20 Septembre 2003

Nebo :


Par la lecture
et l’écriture,
au quotidien,
je me trace à la machette
un chemin de fortune,
dans l’épaisse jungle
« humaine trop humaine ».

Eric :

Quand ma plume se pose,
que mes yeux reviennent sur le Monde,
j'ai cinq ans.



Dimanche 21 Septembre 2003

Nebo :


Etre dans la voie
consiste bien, en fait,
à laisser venir à Soi
la texture du Monde.
Alors exulte
notre Esprit Créateur.

Eric :

Aucune cloison n'est à l'épreuve du rire.
Le grand méchant loup aurait dû
y penser.



Lundi 22 Septembre 2003

Nebo :


L’Absence de liens
entre l’Être et les Choses
semble bien être
la maladie Moderne
ultime.

Eric :

Décomposition des jours et des âmes
aussi fascinante
qu'un bouquet final.



Mardi 23 Septembre 2003

Nebo :


Vulgarité des mots.
Imagination des maux.
Tout est définitivement aplatis.
Partout :
massacres,
génocides de circonstances.
Hainamourement,
souffrances.

Eric :

Une fourmi escalade sa colline,
elle ignore tout
de la botte.



Mercredi 24 Septembre 2003

Nebo :


La profonde fatigue.
Redoutable ennemi intérieur.
En embuscade à Vie.

Eric :

Le bouton de rose
ignore le doute.
Ne soupçonne pas même
sa future éclosion.



Jeudi 25 Septembre 2003

Nebo :


Antre des possibles.
A l’intérieur,
les forces se regroupent.

Eric :

Toujours consciencieux
au cœur même de la lutte.
Je récupère dans le creux de ma main
les miettes du petit déjeuner.



Vendredi 26 Septembre 2003

Nebo :


Logique. Logos. Verbe.
Pensée. Cheminement.
Tout se déploie avec assurance.

Eric :

Panique-Froncements de sourcils,
Moiteur des mains.
Echec-Héroisme.



Samedi 27 Septembre 2003

Nebo :


Est-il encore d’usage
de tenir compte
des quatre points cardinaux
lorsqu’on s’oriente ?
Parfois j’en doute
face à une telle agitation.

Eric :

Voix orageuses,
cavalcades dans le ciel,
invitations au salut
où à la perdition.



Dimanche 28 Septembre 2003

Nebo :


La chair est une couronne.
L’esprit est un Sabre.
L’Être s’en satisfait.

Eric :

A chaque nouvelle vie
rentre une dose d'humour
supplémentaire.



Lundi 29 Septembre 2003

Nebo :


Si cette malédiction se poursuit,
j’en ferai une bénédiction
pour la sélection des humbles.

Eric :

Spermatozoïde dans sa course aveugle,
et puis Mystère et Métamorphose. Omniscience.
Et puis Stupeur.
Et puis nouveau départ
sous la lumière trompeuse.



Mardi 30 Septembre 2003

Nebo :


Un vent fort
nous encercle
dans sa gangue.
Je te salue Seigneur.

Eric :

Centimètres perdus sous l'astre royal.
Quand le dos du vieillard se voûte
sa prunelle reste scintillante.



Mercredi 1er Octobre 2003

Nebo :


Douceur des traits.
Velouté des formes.
Le calligraphe
pratique l’érotisme.

Eric :

Rayer une vie entière
pour les lèvres
d'une fille.



Jeudi 2 Octobre 2003

Nebo :


Ces Stances
ne sont que des canifs
jetés au hasard
du grand Mektoub.

Eric :

Mes compagnons itinérants
ont tendu haut leurs chiffons :
ils me rappellent à leur danse.



Vendredi 3 Octobre 2003

Nebo :


Gerbe d’éclairs.
Passion. Ivresse.
Allons !
Croisons le fer
puisqu’il le faut !

Eric :

J'ai mendié deux pièces d'or,
j'ai recouvert le Prince de haillons.
Pour juste un peu d'air pur.



Samedi 4 Octobre 2003

Nebo :


Le feu dans la poitrine.
La toux l’attise à profusion.
Un univers en moi
s’élabore.

Eric :

Je déchaîne les tempêtes
en clignant
des yeux.



Dimanche 5 Octobre 2003

Nebo :


L’incarnation,
bien que douloureuse,
se poursuit.

Eric :

Battements du cœur, aussi lourds
que les coups du marteau
sur l'enclume.



Lundi 6 Octobre 2003

Nebo :


A nouveau,
de loin,
les navires
me font signe !

Adorable Haschisch…

Eric :

Le vol de la mouette
soulage ma souffrance.
Je suis happé.



Mardi 7 Octobre 2003

Nebo :


Sueurs. Spasmes.
Souffles. Sucre amer.
Son sexe m’accueille.
Lutte acharnée.

Eric :

Mes mains cherchent un appui,
une échappatoire.
Il n'y a que son corps.
J'apprends a étreindre.



Mercredi 8 Octobre 2003

Nebo :


Le désir sournois
d’être une tornade,
un Volcan.
Une apocalypse guerrière.

Eric :

Des voix plutôt que l'écho.
Des poignées de mains
au travers des vitrines.
De la vie plutôt que du rêve.



Jeudi 9 Octobre 2003

Nebo :


Enjamber les cadavres
nombreux parmi les vivants.
Mort-vivants en vérité.
Un masque de médecin
sur mon visage effacé.
La Peste à éviter.

Eric :

Vagues de poussières
victorieuses
au raz des soupiraux.



Vendredi 10 Octobre 2003

Nebo :


Que survienne
enfin
le souffle salvateur
d’une Esthétique
générale !
La Mort s’en trouvera
déconcertée.

Eric :

La guérison universelle
des mains moites.
Une nouvelle ère.



Samedi 11 Octobre 2003

Nebo :


Le poids.
M’en délester.
La Danse aventureuse.
Un rire de Prince.

Eric :

Débarrassé de mes bagues,
et autres colliers,
je suis entré dans l'eau
du Baptême.



Dimanche 12 Octobre 2003

Nebo :


L’Abîme
attire mon œil.
J’observe
la courbe du cou.
La veine néfaste.

Eric :

L'apprentissage par la douleur,
c'est le venin transformé
en Antidote.



Lundi 13 Octobre 2003

Nebo :


Crier des faits.
Soulever des nécessités.
Que faire d’autre ?

Eric :

Envoyer rouler une pierre
d'un coup de pied.
Et suivre sa course.
Exutoire rudimentaire.
Classique indémodable.



Mardi 14 Octobre 2003

Nebo :


Me soumettre ?
Jamais !
Quoi que…
… la littérature y parvienne.
Elle seule !

Eric :

Des milliers de livres
et leurs premiers chapitres ;
leurs approches respectives
dans l'Art des préliminaires.



Mercredi 15 Octobre 2003

Nebo :


Vide au point
de ne pas pouvoir
écrire le mot
« Vide ».

Eric :

Optimisme de la bulle de savon
juste avant
qu'elle ne crève.



Jeudi 16 Octobre 2003

Nebo :


C’est dans la Solitude
que je trouve
l’équilibre.
Lourdeur partout ailleurs.
Tristesse.

Eric :

Crever ses poches
comme Rimbaud.
Oublier le tripotage
de la menue monnaie.



Vendredi 17 Octobre 2003

Nebo :


Parfois,
Je songe à elle.
Etrange manque.

Eric :

Tout ceci n'est que du vent
me direz-vous.
Oui, mais il contribue
à gonfler ma voile.



Samedi 18 Octobre 2003

Nebo :


La seule règle
De base
C’est qu’il n’y a pas de règles !
Juste des lois !

Eric :

Douceur du policier caressant sa matraque
et le bourreau sa hache.
Un Subtil paradoxe.



Dimanche 19 Octobre 2003

Nebo :


O Saint Haschisch
qui détruit
ou régénère !

Eric :

J'ai connu un guitariste
aux mains défoncées.
Sa guitare s'appelait Esmeralda.



Lundi 20 Octobre 2003

Nebo :


Nuit.
Les battements de cœur
en vérité valsent.
Un Royaume s’ouvre.
Je m’avance.

Eric :

Ils ont frappé à la porte
ce matin-la.
N'ont découvert que son cadavre.
Et le restant d'un petit déjeuner.



Mardi 21 Octobre 2003

Nebo :


Temple abîmé.
Blessures de l’âme.
Nous sommes tenus en laisse.
Soumis.
Mektoub.

Eric :

Une vieille fierté
veut que je marche sur ces oeufs
sans en briser aucun.



Mercredi 22 Octobre 2003

Nebo :


Courbatures.
Fièvre.
Larmes.
Apprendre à subir.

Eric :

Quand chaque matin
je me hisse hors du lit,
je ne sais si je suis
perdant ou victorieux.



Jeudi 23 Octobre 2003

Nebo :


L’apprentissage authentique,
c’est celui du sacrifice consenti
juste pour exister.

Eric :

La vie. Juste une longue seconde.
Le temps donné à une larme
pour qu'elle puisse toucher terre.



Vendredi 24 Octobre 2003

Nebo :


C’est, parfois,
dos au mur
que les solutions
surviennent.

Eric :

L'authentique volonté
est incontrôlable, inattendue.
Elle ne se cuisine d'ailleurs pas.
C'est une Cru-auté.



Samedi 25 Octobre 2003

Nebo :


Nous produisons.
Nous consommons.
Nous dormons.
Nous vieillissons.
Morts avant d’être au monde.

Eric :

Jour après jour
je le rempli comme je peux,
mon flacon de lucidité.



Dimanche 26 Octobre 2003

Nebo :


Trouver le mot est faux.
C’est le mot qui me trouve.
La barque est au centre des roseaux.

Eric :

Ne jamais pouvoir désemplir.
est-ce être vide
ou bien plein ?



Lundi 27 Octobre 2003

Nebo :


Tu me captes.
Le cœur enflé.
L’automne nous va bien.
Tout est inaccompli.

Eric :

Les bribes du passé
s'attachent à remuer derrière moi.
Agitation comique et poussiéreuse.
Queue du chien errant.



Mardi 28 Octobre 2003

Nebo :


L’instant est lumineux.
Le front au ras des flots,
le couteau à la main,
j’avance.

Eric :

Je fonce droit
vers mon Zénith.
A l'est de Saint Jean.



Mercredi 29 Octobre 2003

Nebo :


Le poème brûle
comme un feu
de résistance.
Le séisme se propage.

Eric :

O mon frère !
Nos accords, nos différents,
nos disputes, nos fruits !



Jeudi 30 Octobre 2003

Nebo :


Entre deux fronts,
quatre yeux,
deux langues,
s’instaure le Silence.

Eric :

Mon amour, mon amour,
rappelle-moi encore
l'abîme qui nous sépare.



Vendredi 31 Octobre 2003

Nebo :


Ta présence occultée
m’irradie
avec violence.

Eric :

Le souvenir de sa voix
filtrée par le téléphone.
Ancrée sur mon âme.



Samedi 1er Novembre 2003

Nebo :


L’aigle survole
les eaux noires,
infestées de salamandres,
de crapauds,
de serpents.
Eaux noires
creusant le cour des choses.

Eric :

J'attend de la modernité
une vraie fantaisie.
Une nouvelle cité lacustre.
Une nouvelle Venise.



Dimanche 2 Novembre 2003

Nebo :


Le sang se cabre
comme un cheval féroce.
Les guerriers pénètrent les murs,
leur clameur réveille
les très anciennes maisons.

Eric :

Les amours du passé
reviennent frapper à ma porte.
Ils réclament l'addition.



Lundi 3 Novembre 2003

Nebo :


Mon sommeil est un lac paisible.
L’éveil un ruisseau serein.
Puis je guette
le courant propice.

Eric :

Ma jambe droite
pas plus que ma jambe gauche
ne connaissent le Tao.
Elles m'entraînent dans la rue.



Mardi 4 Novembre 2003

Nebo :


Au centre.
Main tendue.
Prise fragile.
Rien ne jaillit.

Eric :

Je me rend invisible.
Je passe inaperçu.
J'observe à loisir.



Mercredi 5 Novembre 2003

Nebo :


Aller au bout de la lumière
est une affaire
de présomptueux.

Eric :

La dévotion doit se consommer
avec un zeste
d'humour.



Jeudi 6 Novembre 2003

Nebo :


La Violence de la Racine
quand elle se rappelle
à nous.
Un forage souvent s’impose.

Eric :

Belle saleté du mineur,
à creuser au voisinage
de la Mort.



Vendredi 7 Novembre 2003

Nebo :


En guise d’étoile
ton œil scintille.
L’âtre de ton ventre
dévore ma viande.

Eric :

L'orgasme a modifié
son haleine.
Curieuse chimie.



Samedi 8 Novembre 2003

Nebo :


La Sagesse sereine
sait être inquiète.
La fibre s’érige
à la rencontre du monde.

Eric :

De retour au soleil.
Mes yeux embués de larmes
et des compagnons
aux bras chargés d'amour.



Dimanche 9 Novembre 2003

Nebo :


Ta courbe m’est dédiée.
L’intimité de ta langue
me dit l’essentiel.

Eric :

La sueur de mon front.
Essence grasse et magique.
La main glisse en arrière du crane.
Peigne et me réconforte.



Lundi 10 Novembre 2003

Nebo :


Le creux de la nuit
est une maison
protectrice.

Eric :

Dans l'obscurité.
Baisers de l'autre monde
sur ma bouche.



Mardi 11 Novembre 2003

Nebo :


Dans cette clairière
la Haute Lumière
réanime le feu
de la Légende.

Eric :

Forêt antique de l'enfance.
Terre rouge et Eucalyptus.
Epaules solidifiées.



Mercredi 12 Novembre 2003

Nebo :


Ta tendresse
aimante mon cou,
mes épaules,
mes mains.
Nous sourions.

Eric :

Ecarter un cheveu
de sa bouche.
N'attendre rien.



Jeudi 13 Novembre 2003

Nebo :


Nomades.
Levons le camp.
Ensablons le feu.
L’horizon chante.

Eric :

Le fouet a laissé ses marques
sur mon dos.
La douleur me pousse
vers l'avant.



Vendredi 14 Novembre 2003

Nebo :


L’ombre tantôt me suit,
tantôt me devance.
Fidèle compagne.

Eric :

Retrouvez-moi.
Indiquez-moi ma place.
Je marche et ne me saisis plus.



Samedi 15 Novembre 2003

Nebo :


Je m’ancre dans la non-action.
Le Sabre et la Plume.
C’est un mouvement, en fait,
très particulier.
L’avancée est profonde.

Eric :

Mouvement des mains
qui se joignent.
Récoltant l'eau de pluie.



Dimanche 16 Novembre 2003

Nebo :


Il faut toucher le nerf.
Sang est le Livre.
L’écriture est Aube.
Toujours.
Maintenant.

Eric :

Phrases longues comme des rails.
Locomotive de ma tête,
attaquée de toute part.



Lundi 17 Novembre 2003

Nebo :


La Liberté
est une attitude intérieure.
Un Socle interne
que rien n’atteint.
Une Fondation,
non une posture.
Quel que soit
le Régime en place,
un Homme Libre
est toujours
un Homme Libre.

Eric :

J'ai ri.
Tenant une fleur
à la bouche.



Mardi 18 Novembre 2003

Nebo :


La réalité intime
de mon Cerveau
me dicte des choses
qui semblent folles,
bien que très raisonnables,
auxquelles ma Raison
n’entrave que couic.

Eric :

J'ai construit mon être
Rempart après rempart.
Meurtrière après meurtrière.
Pauvre Forteresse !



Mercredi 19 Novembre 2003

Nebo :


Je pratique sans cesse
de terrifiants réajustements.
Sinon je ne serais
qu’un abîme constant.

Eric :

Au point de non-retour,
je me vois
habillé de terreur
et assoiffé d'amour.



Jeudi 20 Novembre 2003

Nebo :


L’Homme est perdu
dans la moiteur
des ténèbres de l’Homme.

Eric :

Dans le pire de mes cauchemars,
je veux hurler,
mais ne peux que gémir.



Vendredi 21 Novembre 2003

Nebo :


Être, c’est, aussi,
être infirme,
malhabile,
sale.
Chair incarnée
n’ayant
plus pieds dans la Vie.

Eric :

Envoyez mon double faire son jogging,
envoyez mon double au cinéma,
envoyez mon double faire la queue
au restaurant huppé !



Samedi 22 Novembre 2003

Nebo :


Mille abruptes pentes
à gravir.
Irruptions néfastes.
Nécessité.
Sainte Nécessité.
Très très Sainte Nécessité.

Eric :

Une vie sans surprises,
surprenante de
banalités.



Dimanche 23 Novembre 2003

Nebo :


L’engourdissement.
Le vertige.
L’initiation.
Me débarrasser
des raclures
de mon Être.
La Toux me crève les poumons.

Eric :

Contre les coups du sort,
préférer une lutte sans violence :
Grandeur d'Âme,
Patience,
Aristocratie.



Lundi 24 Novembre 2003

Nebo :


Être Voué à la terreur
et à l’angoisse.
Seul au monde.
Nuit de Noces intimes.

Eric :

Sur ma lande desséchée :
les buissons du dégoût,
les fleurs de la solitude.



Mardi 25 Novembre 2003

Nebo :


Ecrire est une Métaphysique
du Cœur.
Lointaines traces Humaines
dans les méandres de l’âme.

Eric :

L'artiste se pose souvent malgré lui
en Homme de Foi,
en Homme de Défi.



Mercredi 26 Novembre 2003

Nebo :


Un immense cantique de Vie
jaillit de l’Univers,
étouffé par la Passion néfaste
du monde.
Sado-masochisme Total.

Eric :

Mes yeux ne voient plus
les « Pourquoi », les « Comment », les « Hélas ».
Mes yeux sont devenus secs.
Pierreux.



Jeudi 27 Novembre 2003

Nebo :


Ma douleur
finira bien
par m’entraîner
vers les monts olympiens.
Les célestes rives.

Eric :

Il faut du talent
pour les gestes
d'adieu.



Vendredi 28 Novembre 2003

Nebo :


Etre un Homme
est difficile.
Déjà.
Et nous devrions
être plus
que des hommes.

Eric :

Une vie peut basculer en un clin d'œil.
Long est le chemin
du retour.



Samedi 29 Novembre 2003

Nebo :


Demeurer ?
Aucune importance.
La poussière
demeure.

Eric :

Le vol du papillon
est d'une pureté
presque insolente.



Dimanche 30 Novembre 2003

Nebo :


Ma tendre épouse.
Quarante ans.
Tu souris encore.
Buvons.

Eric :

Si tu veux entendre
battre le cœur de ta maison,
va t'asseoir dans la cuisine.

(À Suivre...)

11/03/2007

Messages Transatlantiques -III-

=--=Publié dans la Catégorie "Musique : Rêve Vénitien..."=--=

Lundi 23 Juin 2003

Nebo :


Ode néfaste d’un instant,
saisie l’Espace et le temps,
et réveille l’Être endormi
en les abysses. Profond.

Eric :

Clapotis.
Lac souterrain.
Joyaux qui tintent.



Mardi 24 Juin 2003

Nebo :


Les muscles fatigués,
la sueur salée,
le miel de l’Être.

Eric :

Joues rouges
Au-dessus de l'enclume.
Forgeron sur la voie.



Mercredi 25 Juin 2003

Nebo :


La phrase se love
sensuellement sur mes lèvres
comme un serpent d’or
aux écailles de pétales de Rose.

Eric :

Pensées, questions,tentatives,
attitudes, souvenirs du jour.
Ce petit monde s'envole doucement
vers le ciel
comme des bulles de savons.



Jeudi 26 Juin 2003

Nebo :


Volutes de Haschisch,
ondoyantes Orientales,
vous me dites d’étranges choses.

Eric :

Lèvres charnues.
Dents pourries.
Diamants à la place des yeux.



Vendredi 27 Juin 2003

Nebo :


Miettes de tabac devant le clavier.
L’Herbe maudite et très sainte m’apaise.
Fermant les yeux,
une lumineuse jeunesse me revient.

Eric :

Bras tendus sous les projecteurs ;
récepteurs et paratonnerres.
Résonance ultime
de la chair et des os.
Fardeau et Salut.

Nebo :

La sueur. Cette humidité.
Odeur de bière et de pisse.
Chaleur. Prière. Douleur.
Violence. Encens.
La rumeur enfle la salle.
Joie ! Le son et sa Puissance.

Eric :

La sueur. Lave piquante dans les yeux.
Alibi des yeux qui veulent pleurer.
Vapeurs des corps et fumées du tabac,
dans un halo couleur de nacre.
Dissimulant le Créateur attentif.
Le Créateur attentif.



Samedi 28 Juin 2003

Nebo :


Déroute et plaintes.
Me libérer du lien.
Prendre le large.
L’encre sur la page,
la page dans le cahier ,
le cahier dans la vie.
Mais la Vie est ailleurs…

Eric :

Dans mon poing serré,
du sable sec.
Dans mon crâne aussi,
un vent sec.



Dimanche 29 Juin 2003

Nebo :


Quand le mirage disparaît,
il ne me reste plus
que mon ombre sur le sable du désert
sous le haut soleil.

Eric :

Lèvres gercées,
et puis toi...
Lèvres humides
à nouveau.



Lundi 30 Juin 2003

Nebo :


Sacrifice et furie.
Devant les lions de la place St Marc.
Etrange prémonition.

Eric :

Qui, en moi,
invite à briser leurs socles ?
Je fais la sourde oreille.
Pour le moment j'incruste une date,
un nom.



Mardi 1er Juillet 2003

Nebo :


Sa chatte humide accueille
la langue de mon incarnation.
Sel et miel et lait et thé.
Ventre vierge. Spasme assoiffé.

Eric :

J'ai oublié tous mes visages.
Tous absorbés
par son nombril.



Mercredi 2 Juillet 2003

Nebo :


Définitivement. Je prends le large,
quitte ton port, étudie un retrait
vers des eaux plus sereines.
Je vois mille choses dans les reflets
du café qui me brûle les lèvres.

Eric :

Poignée de main amicale.
Vérité de son pouls :
fâcheries, pleurs, rêves, sourires,
regrets, amour, secrets, questions,
décisions, guerre, feu, air,
retrouvaille cimentée.
fatum.



Jeudi 3 Juillet 2003

Nebo :


Ces Stances trans-Atlantiques
sont des vagues existentielles
participant au naufrage général.
Un rire lumineux en plus.
Une danse au milieu des plaintes.
Assurément une chorale.

Eric :

Chefs d'orchestres
armés de cure dents ;
musiciens aux mains vides.
Tout le monde est prêt.



Vendredi 4 Juillet 2003

Nebo :


Elle me dit alors :
« jamais je ne t’oublierai,
tu m’as éveillée à la Vie,
à la révolte, à l’Art. »
Ses yeux brillaient
tandis qu’elle s’éloignait.
Furtive comme une chatte.

Eric :

Je l'oublierais vite.
Je sortirais les mains
de mes poches.
J'abandonnerais l'écriture.



Samedi 5 Juillet 2003

Nebo :


Je porte le poids de mon corps.
La sueur. Temps lourd et orageux.
Ma grand-mère dans son fauteuil roulant,
l’œil perdu dans un « ailleurs »
qu’elle seule connaît.
Ici et maintenant un trésor m’est offert.

Eric :

J'ai dépouillé l'arbre
de ses feuilles ;
j'ai devancé l'automne.



Dimanche 6 Juillet 2003

Nebo :


Tristesse de ta voix
au téléphone
qui s’éloigne
de nous.

Eric :

Autrefois j'ouvrais la bouche
pour parler et rire.
Aujourd'hui j'écoute.
J’écoute. J’écoute.



Lundi 7 Juillet 2003

Nebo :


Sainte, très Sainte Energie,
tu t’empares de moi
comme bon te semble,
me propulse vers moi-même.
Tendre retrouvailles.
Puissante Oraison intérieure.

Eric :

Le cœur va sortir.
Va me prendre
dans ses bras.



Mardi 8 Juillet 2003

Nebo :


Le 8 Juillet 1971, Jim,
on te met en terre
au cimetière du Père Lachaise.
Les vers ont-ils bouffé ta panse
d’alcoolique halluciné ?
J’interrogerai le Yi-King,
à l’occasion,
avec de l’Herbe Sainte
et un peu de bourbon…

Eric :

J'aurais aimé qu'on récupère
mon crâne et qu'on en fasse
un nid pour les moineaux.
Pépiements et cris,
Printemps toujours célébré.

Mercredi 9 Juillet 2003 :

Nebo :


Vivace,
ce mouvement qui
ordonne mon corps.

Eric :

Coups de fouets
dans l'arène :
le lion montre
les crocs.



Jeudi 10 Juillet 2003 :

Nebo :


L’horreur de l’Être
quand, diminué,
il tressaille.

Eric :

Longues sueurs,
longues douches.
Je récupère ce qu'il y a
à récupérer.



Vendredi 11 Juillet 2003

Nebo :


L’écriture,
beau leurre,
paradoxe qui érige
et construit.

Eric :

Forteresse de poussières, solidifiée
inattaquable, imprenable.
Le termite y est comme chez lui.



Samedi 12 Juillet 2003

Nebo :


La solitude
est une douceur.
Aussi.
Etrange de passer
tant d’heures
sans parler.
Sans prononcer
un seul mot.

Eric :

Un volet s'est ouvert.
Le vent me rapporte un souvenir.
Un ancêtre.
L' Atlantide.



Dimanche 13 Juillet 2003

Nebo :


Ma barbe d’une semaine
me gratte
et pique.
Mon fils, petit hérisson,
la caresse
et m’invite
à la raser.

Eric :

Pique pique.
Paume de main parfaite
sur ma peau usée.
L’alpha et l'oméga.



Lundi 14 Juillet 2003

Nebo :


Colère
de ma peau
contre la sienne.
Sortir. M’arracher.
Quitter le champs des batailles.

Eric :

Nos mains s'entrecroisent,
toutes quatre masculines.
J'aime une femme
aux mains masculines !



Mardi 15 Juillet 2003

Nebo :


Ce qui me manque le plus :
ce sont les tâches d’encre,
les feuilles froissées,
le bureau qui ressemble
à un charnier. Stylo Noire.
Stylo Rouge. Bouts de gommes.
Crayon à papier.
La douleur dans la main
au terme d’une journée d’écriture.
L’ordinateur veille et, malgré nous,
ordonne,
nous transforme
déjà.

Eric :

Allons au nouveau mat
du navire.
Voiles qui claquent.
Drapeaux qui claquent.



Mercredi 16 Juillet 2003

Nebo :


Parfois s’éteignent les lèvres
et les regards
ne disent plus rien.

Eric :

Le vent est passé
dans les branches.
Tout est fini.



Jeudi 17 Juillet 2003

Nebo :


Le vent souffle sur la ville.
Que ne suis-je
face à une vallée !

Eric :

Frémissements et bourgeons ;
tout autour
et sur ma peau.



Vendredi 18 Juillet 2003

Nebo :


Trente-huit Printemps
ont nourri mon âme.
Trente-huit hiver
m’ont appris à mourir.

Eric :

Des coups de marteaux au loin.
Le cheveu se hérisse.
La gorge se serre.
C'est ma route.



Samedi 19 Juillet 2003

Nebo :


Le retour du Soleil
apporte la promesse antique.
Grappes de raisins
aux dents blanches des filles.
Lyre et tambourin.

Eric :

La nuit me couronnera d'étoiles
au gouvernail des cuisses
musclées de plaisir.



Dimanche 20 juillet 2003

Nebo :


La douleur de l’accouchement.
Les doigts sur l’acier des cordes.
Hier ? Demain ? Quelle importance ?
Ici et Maintenant
se joue quelque chose de plus délicat.

Eric :

Une frange sur les yeux.
Soleil clignotant.
Promesse.



Lundi 21 Juillet 2003

Nebo :


L’électricité dans les membres,
comme contenue.
La lourdeur. Les nœuds.
Gueule de bois.
Les veillées fraternelles ont un prix.

Eric :

Nuages en lambeaux
du petit matin.
Sourire intérieur.



Mardi 22 Juillet 2003

Nebo :


Le sang dans les notes.
La douleur d’être.
Pars, à présent.

Eric :

Une pousse
dans l'aire de jeux.
Soumise aux crachats.



Mercredi 23 Juillet 2003

Nebo :



Débâcle intérieure.
Un arc-en-ciel demeure
comme seule garantie
d’une alliance qui semble morte.

Eric :

Mes deux fesses sont nues
quand je fixe la route.
Fesses de nouveau-né.



Jeudi 24 Juillet 2003

Nebo :


Je cherche, depuis peu,
une berge où ma barque
accosterait.
Prendre du recul.
Dresser un bivouac.
La pluie. Le feu.
L’odeur de cuir humide :
est-ce ma veste ou ma peau ?

Eric :

Et mon visage ;
de plus en plus
un étranger
en dehors de mon âme.



Vendredi 25 Juillet 2003

Nebo :


Longue nuit,
presque blanche,
noueuse de questions.
Comme le visage de ma fille,
malade, vomissant sa bile.
On cherche les bonnes raisons.
On tente une justification.
On s’inquiète.
La Vie nous balaye.

Eric :

Petit peuplier frémissant.
Marteaux-piqueurs
au travail.



Samedi 26 Juillet 2003

Nebo :


La maison vacante.
L’âme vacante.
Le cœur vacant.
Vide.
Occidental et vide.

Eric :

J'ai attendu ma voisine.
Un cognement a la porte.
pour demander du sel.



Dimanche 27 Juillet 2003

Nebo :


Vent. Ciel. Douceur.
Ici les embruns
me clouent sur place.
L’Océan domine tout,
paisiblement.

Eric :

Marcher dans le sable,
voilà ce qui est
marcher.



Lundi 28 Juillet 2003

Nebo :


Minérale attitude.
Être simplement
cette larme.
Cette vague.
Ce grain de sable.

Eric :

Mégot de cigarette.
Sanctifié
au bas de la dune.



Mardi 29 Juillet 2003

Nebo :


Le sel sur sa peau.
Ma main dans ses cheveux.
Son regard est ailleurs.
Les amants ont la vie dure.

Eric :

L'ossuaire de sa bouche,
parfois, caverne
de diamants.



Mercredi 30 Juillet 2003

Nebo :


Quelque chose de vif.
Une extravagance intérieure.
Indescriptible.
Possédé.

Eric :

Mon regard est possédé
par le cerf-volant,
lui-même possédé
par l'enfant.



Jeudi 31 Juillet 2003

Nebo :


Le corps est dérangé.
C’est profond.
La courbe des palpitations
se love autour de mes nerfs.
Le chuintement des vagues
l’apaise tout juste.
Je suis une bombe atomique.

Eric :

Quel oiseau divin
au raz des vagues,
me saisira tel un poisson
dans sa bouche ?



Vendredi 1er Août 2003

Nebo :


Je laisserai derrière moi
quelques traces de pas sur la sable.
Rien d’autre.
Le vent et la mer,
ainsi que d’autres pas plus dignes,
plus grossiers,
plus conquérants,
effaceront tout ça.

Eric :

Qui chantera ce soir
autour du feu ?
Quelle jeunesse ?
Pour quelle beuverie ?



Samedi 2 août 2003

Nebo :


De retour.
Le goudron.
La compression du béton.
Le goût de l’acier sur la langue.
La Ville et ses merveilles.
Babylone.

Eric :

Tee-shirt élimé,
Pantalon épuisé.
Et l'avenir intact.



Dimanche 3 Août 2003

Nebo :


L’hostile persévérance.
La guitare fume
comme une arme
sur le champs de bataille.
Je suis un survivant.

Eric :

Les rires résonnent déjà.
Ils ont besoin d'un dos.
Le mien.



Lundi 4 Août 2003

Nebo :


La canicule.
Morsure du Soleil.
Ecrire à l’ombre
après une dure journée
de travail.

Eric :

Je n'ai retenu personne,
aucune jolie passante.
Juste la solitude.



Mardi 5 Août 2003

Nebo :


Sueur collante.
Palpitations haletantes.
Il semble
que le globe entier brûle.
Ce sont des prémisses.

Eric :

Nous sommes plusieurs
à reconstruire.
Tous illuminés.



Mercredi 6 Août 2003

Nebo :


Courbatures.
Douleur.
Sueur.
Je suis.

Eric :

Au fond des rides :
larmes du cœur.
Limon accumulé.



Jeudi 7 Août 2003

Nebo :


S’accomplir
par la vocation de l’Esprit
et la bonne disposition du Corps.

Eric :

Méditation matinale.
Telle une toilette
Obligatoire.



Vendredi 8 Août 2003

Nebo :


Lancer les dés
dans un rire,
en dansant.

Eric :

Fidèle aux mêmes chaussures.
Aller jusqu'au bout
de l'usure



Samedi 9 Août 2003

Nebo :


Ecrire est Acte.
A proximité de l’encrier
et de la plume,
repose le Sabre.

Eric :

Le soleil illumine
les trottoirs bétonnés :
invitation au labyrinthe.



Dimanche 10 Août 2003

Nebo :


Ce Silence intérieure,
avant l’assaut.
Le joint crépite,
le thé brûle.
Le crépuscule.

Eric :

Quelques pièces au fond des poches.
Cuivre et Nickel.
La Terre-Mère
toujours disponible.



Lundi 11 Août 2003

Nebo :


La page blanche
accueille
l’ombre de ma main.

Eric :

Quelqu'un m'a vu ;
Quelqu'un m'a souri.
Un vieil ange
Derrière la vitre.



Mardi 12 Août 2003

Nebo :


Un petit souffle
qui ne dit rien,
à première vue,
mais porte l’Univers entier
en lui.

Eric :

Apparences de formes
devant mes yeux.
Trans-Formations.



Mercredi 13 Août 2003

Nebo :


J’ai eu de tristes pensées
en regardant s’éloigner au loin
le signe de la main
de l’ami voyageur.

Eric :

Trains en route.
Sages serpents
Qui nous digèrent.



Jeudi 14 Août 2003

Nebo :


Son Silence
en dit très long
sur le chaos
qui la tourmente.

Eric :

Une tasse de café,
une cuillère et un sucre.
Valse connue de l'inox
contre la porcelaine.



Vendredi 15 Août 2003

Nebo :


Tes sept années
sont passées si vite.
O mon fils
ne te presse pas trop vite.
Cueille le temps
avant qu’il ne te cueille.

Eric :

Dieu était amoureux.
Alors il dessinait
la bouche des enfants.



Samedi 16 Août 2003

Nebo :


L’oppression
dans ma poitrine
qui alourdit mon souffle.

Eric :

Chaussures délacées
au pied du lit.
Pas la force pour un thé.



Dimanche 17 Août 2003

Nebo :


Chant intérieur.
Profond.
Tenace.
Les cellules.
Les Atomes.
Les liquides.
Je le distingue avec précision.

Eric :

Rassemblement des nuées
au dessus du dessert.
Inquiétude et tarte aux pommes.



Lundi 18 Août 2003

Nebo :


Aculé au mur.
Plus question de tergiverser.
L’ombre de mon père.
L’ombre du dieu mort ?
Etrangeté.

Eric :

Miroir à présent impénétrable.
Visage et corps
emportés dans le mutisme.



Mardi 19 Août 2003

Nebo :


« Eleven » déploie ses voiles.
L’Océan est calme
mais menaçant.

Eric :

Les enfants jouent
sur le pont.
Un cri de mouette.



Mercredi 20 Août 2003

Nebo :


Je meurs d’un orgasme électrique,
sur scène,
avant d’être jeté au public.
Ce rêve.
Ou ce cauchemar.

Eric :

Une scène balayée, lessivée,
au petit matin
par l'homme de ménage.
Les drames finissent toujours
Dans la tranquillité.



Jeudi 21 Août 2003

Nebo :


Ecrire à la veille
du départ.
Retour
à une part de l’âtre.
Brûle-t-il encore ?

Eric :

J'ai mes sentiers
à la fidèle poussière.
Aux longues marches sans but.



Vendredi 22 Août 2003

Nebo :


Soleil dessus l’aile de l’avion.
Soleil dessus les nuages.
Soleil par la fenêtre dessus mon bras.
Soleil.

Eric :

Désarmé en plein ciel,
sans ressource, sans triche.
Sensation pure
de mon visage.



Samedi 23 Août 2003

Nebo :


Être sur ce point précis.
Cloué.
Le regard de mon père
scrute, fuit, hurle, fait face.
Larmes.

Eric :

Les esclaves ont baissé les palmes
au soleil de midi !



Dimanche 24 Août 2003

Nebo :


En haut sur la colline,
la rosée matinale.
Le chant du coq.
Un oiseau survole les arbres.

Eric :

Mon regard s'éparpille
dans l'univers
des fourrés.



Lundi 25 Août 2003

Nebo :


Le monde a implosé mille fois.
Le village a changé si peu.
Odeur de mon enfance.
Sauf, les vieilles maisons
qui, bien que là,
désertes, tombent en ruine.
L’herbe sauvage règne.
La tombe de mon grand-père
m’apaise.
Mon père retrouvé aussi.

Eric :

Au loin, le bruit du marteau
sur le roc.
Un labeur véritable.
à l'épreuve du temps.



Mardi 26 Août 2003

Nebo :


Bande d’ordures !
Qu’avez-vous fait
de mon beau pays ?!
Où l’avez-vous enterré ?

Eric :

Je donnerais ma sympathie
aux mouches,
et mes larmes
à la terre.



Mercredi 27 Août 2003

Nebo :


Le foyer.
A présent,
un autre feu y brûle.

Eric :

Ne pas oublier :
mes Hommages
à la porte d'entrée.



Jeudi 28 Août 2003

Nebo :


Le regard
de mes enfants
me couronne
d’une force tranquille.

Eric :

Un pas vers la fenêtre,
un doigt sur le rideau,
un oeil au-dehors,
un enfant dans l'adulte.



Vendredi 29 Août 2003

Nebo :


Du fin fond
de ma mémoire morte
d’immémoriaux souvenirs
m’assiègent.

Eric :

Un conflit de voix et des propos décousus
s'entrechoquent dans mon crane.
Vieilles aventures et philosophies de cuisine.
Mais qui parle ? et qui répond ?
Plus rien n'appartient à personne.



Samedi 30 Août 2003

Nebo :


Ma solitude
m’enchante
le temps
d’une inspiration,
expiration,
toujours recommencées.

Eric :

Personne encore
n'est venu frapper
à ma porte.



Dimanche 31 Août 2003

Nebo :


Les deux particules
se sont mises en route,
depuis la nuit des temps,
pour cette étreinte.
Ecrire, aussi,
c’est dire
ce qui advient
à l’instant
de la rencontre.

Eric :

La première étincelle du silex
est née dans des mains
maladroites.

(À Suivre...)