Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2020

Homogénéisation

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« La notion des droits de l’homme est aujourd’hui la référence politique et morale commune en Occident. Tous les partis, toutes les écoles, toutes les "sensibilités" s’en réclament. Une telle unanimité sur un principe ultime de moralité et de légitimité est extrêmement rare sous nos climats. Peut-être faut-il remontent jusqu’à la période qui précède le Grand Schisme en Occident, peut-être faut-il remonter jusqu’aux alentours de l’an 1300 pour retrouver une homogénéité comparable des croyances. Ce fait d’opinion est important à relever. Il nous oblige à corriger un lieu commun selon lequel notre monde serait le cadre d’une explosion de diversité, d’une bigarrure, et d’un métissage croissants. Cela peut être vrai pour certains aspects superficiels de la vie contemporaine. Mais c’est certainement faux en ce qui concerne le principe des évaluations morales, qui est plus homogène que jamais. Ceux qui célèbrent la diversité qui leur semble le trait à la fois le plus plaisant et le plus noble de la société actuelle invoquent toujours ce qu’ils appellent "le droit à la différence". Au moment même où ils croient favoriser la différence, ils font tout le contraire, ils contribuent à l’homogénéisation de la société puisqu’ils traitent de la différence dans le langage des droits de l’homme. Si la "différence", laissons le terme sans définition puisque ses partisans le laissent en général indéterminé, est la matière ou l’objet, d’un droit de l’homme, alors on contribue à définir l’homme comme l’être qui a des droits, on enveloppe l’idée de la différence dans l’idée des droits, on travaille à accroître l’empire déjà sans rival de l’idée des droits de l’homme. Or, pour le dire en passant, la différence – gardons le mot – peut être appuyée d’une tout autre notion que celle de droit, et même d’une notion, en un sens, contraire, celle de devoir. »

Pierre Manent, Cours familier de philosophie politique

 

 

00:49 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/04/2020

Remède et poison...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Ce qui est un remède pour l'un peut être un poison pour l'autre. On ne peut arriver à une vie saine et accomplie par l'application de règles et de principes généraux, car c'est toujours à l'individu de l'assumer. La solution est en chacun, et si vous savez vous y prendre dans votre propre cas, vous savez aussi comment faire dans d'autres cas. Il n'existe pas de principe général qui s'applique partout, et chaque position psychologique n'est vraie que si vous pouvez aussi la retourner en son contraire. Ainsi une solution qui serait tout simplement impossible pour moi peut se révéler la plus juste pour quelqu'un d'autre. Je ne suis pas l'arbiter mundi, et je laisse le créateur engager lui-même la réflexion sur la diversité et les paradoxes de sa création. »

Carl Gustav Jung, Correspondance

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les saints

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Ce qui importe c’est de savoir ce qu’est exactement l’homme chrétien. Car il y a un type de l’homme chrétien, et ce type est consacré par l’Eglise elle même : c’est le saint. Les saints sont l’armée de l’Eglise. Juge-t-on la force d’un peuple sur la qualité de ses diplomates ? et bien les diplomates de l’Eglise ne valent pas grand-chose ; et précisément parce qu’ils sont médiocres, ils cèdent difficilement la place ; ils ressemblent à ces jongleurs maladroits qui recommencent vingt fois leur tour. Mais l’Eglise en arme, c’est l’Eglise debout et les saints au premier rang. »

Georges Bernanos, Lettre aux anglais

 

 

01:36 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ah ! Avoir un cheval, et partir au galop...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Ah ! avoir un cheval, et partir au galop, en chantant, peut-être vers quelqu’un que l’on aime, au coeur de toute la simplicité et de toute la paix du monde ; n’était-ce pas comme l’occasion offerte à l’homme par la vie même ? Évidemment non. Et, pourtant, une seconde, cela avait paru ainsi.

“Qu’est-ce que Goethe dit au sujet du cheval ? ” demanda-t-il.

“Las de la liberté, il accepta d’être sellé et bridé, et dut, pour sa peine, endurer jusqu’à la mort un cavalier.” »

Malcom Lowry, Au-dessous du volcan

 

 

01:27 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/04/2020

Le long des peupliers impairs...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Le long des peupliers impairs
Combien de fois suis-je passé ?
Tous tes voisins me connaissaient,
Il n'y a que toi qui m'ignorais !

Et que de fois j'ai regardé
Vers ta fenêtre qui brillait !
Tout l'univers me comprenait,
Il n'y a que toi qui refusais.

Combien de fois ai-je espéré
Une réponse murmurée !
Un jour, un seul jour de ta vie,
Un jour de toi m'aurait suffi !

Être amis une heure, être amants,
Une heure, une heure seulement !
Te voir un instant me sourire,
Un seul instant et puis mourir !

D'un doux rayon de ton oeil clair
J'aurais su faire au firmament
Une étoile qui éclaire
La route à venir du temps.

Tu aurais eu vie éternelle
Et combien d’autres en plus d’elle !
Et quel beau marbre auraient donc fait
Tes bras si blancs, tes bras glacés !

Visage à jamais adoré,
Telles ces fées inégalées
Remontant jusqu’à nous
Des tréfonds du passé !

J’avais pour toi les yeux d’un chien
Car je t’aimais d’amour païen,
Du même amour que les miens
Avaient connu aux temps anciens.

Mais aujourd’hui peu m’importe
De ne plus voir souvent ta porte,
Ni de savoir que ton regard
Se retourne en vain pour me voir.

Car aujourd’hui tu ne m’attires
Ni par l’allure ni par le corps,
Je te regarde sans désir,
Pour toi mes yeux sont ceux d’un mort.

Tu aurais dû t’envelopper
De ton charme sacré
Et faire jaillir dans la nuit
Le feu de l’amour infini. »

Mihai Eminescu, "Le long des peupliers impairs..." in Poésies

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/04/2020

Ange gardien

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Quand mon âme, la nuit, veillait dans les extases,
Je voyais comme en rêve un ange gardien fier,
Vêtu d'un long manteau d'ombres et de lumière,
Ouvrir sur moi ses ailes et sourire comme un frère,
Mais dès que je te vis, dans ton vêtement clair,
Trop belle enfant drapée d'amour et de mystère,
Mon ange s'est enfui, vaincu par tes yeux verts,
Serais-tu donc démon pour qu'un seul regard vert,
Filtrant sous les longs cils de ton oeil grand ouvert
Ait pu faire s'enfuir mon bel ange si fier
Lui qui veillait sur moi, fidèle comme un frère ?
A moins que tu ne sois...! Veux-tu clore tes paupières
Et que je reconnaisse ton beau visage clair ?
Tu es lui, voilà tout le mystère. »

Mihai Eminescu, "Ange gardien" in Poésies

 

 

08:15 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

conversation avec une dame sirotant un verre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« et Joe, il n'était pas bon
même à 40 ans passés, il aimait sans distinction
les putes et les chevaux comme n'importe quel type,
à son âge, on aime ce qui fait ressortir les couleurs
de la tige d'un dahlia, ainsi vont les choses,
les dieux nous brisent en deux avec plus que de la
foudre, deux fois marié, deux fois divorcé,
que demander de plus que des yeux injectés de sang
et un gros bidon, les hommes bien sont brisés
quotidiennement dans la Corée d'un soleil inutile ;
abandonnant ses boulots, plus souvent viré qu'une bouée,
ne sachant rien, absolument rien,
sauf peut-être quelle coupe de cheveux il voulait,
sursautant comme un gosse de 16 ans au milieu d'un
cauchemar, toujours en retard au travail
mais jamais en retard pour la première course
ou pour récupérer le tabouret du fond du HAPPY NIGHT.
d'après ce qu'on dit, Joe n'a jamais grandi
mais d'un autre côté il n'a jamais rapetissé non plus,
il a essayé d'aspirer la vie à travers ses
cigares bon marché et la musique monotone des juke-boxes,
ou la grosse June qui de toute façon s'en foutait,
et lorsque Joe s'en alla, un enfant s'en alla,
mais ils se souvenaient de lui : les putes, les barmen,
les patrons, les employés de l'agence pour l'emploi,
et les jockeys —
la manière qu'il avait de se tenir près de la corde
et de leur dire au moment où ils passaient devant lui :
"Salut, Willie ! Comment va ta mère aujourd'hui ?"
ou : "Eddie, tu devrais t'en trouver un en bois,
vu comment tu montes en ce moment."

Joe, je l'ai vu cette nuit où il a balancé son
verre dans le miroir, le barman
fou de colère l'a chassé avec une batte de base-ball
lui donnant des coups dans les couilles et partout ailleurs,
il l'a jeté dans la rue, dans les pattes
d'un taureau avec une seule corne qui n'était pas de brume,
une nouvelle brute bien plus dure que Joe et bien plus
valable, et c'est ainsi que les choses s'équilibrent :
un miroir brisé, un Joe en miettes.

et quand je suis revenu, le lendemain soir, le miroir était toujours
brisé et Helen, la grosse Helen, remuait sa bière,
et je lui ai payé un verre et j'ai dit :"Bébé, j'ai
quelque chose à te montrer, quelque chose que tu n'as
jamais vu avant."

et elle a souri, mais ce n'était pas ce à quoi elle pensait. »

Charles Bukowski, "conversation avec une dame sirotant un verre" in Les jours s'en vont comme des chevaux sauvages dans les collines

 

 

00:49 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/03/2020

Penser comme Sénèque...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« En revanche, quant au présent, il faut penser comme Sénèque : "Singulas dies, singulas vitas puta" ("Chaque jour séparément est une vie séparée"), et se rendre ce seul temps réel aussi agréable que possible.

Les seuls maux futurs qui doivent avec raison nous alarmer sont ceux dont l'arrivée et le moment d'arrivée sont certains. Mais il y en a bien peu qui soient dans ce cas, car les maux sont ou simplement possibles, tout au plus vraisemblables, ou bien ils sont certains, mais c'est l'époque de leur arrivée qui est douteuse. Si l'on se préoccupe des deux espèces de malheurs, on n'a plus un seul moment de repos. Par conséquent, afin de ne pas perdre la tranquillité de notre vie pour des maux dont l’existence ou l’époque sont indécises, il faut nous habituer à envisager les uns comme ne devant jamais arriver, les autres comme ne devant surement pas arriver de sitôt.

Mais plus la peur nous laisse de repos, plus nous sommes agiles par les désirs, les convoitises et les prétentions. La chanson si connue de Goethe : "Ich hab' mein sach auf nichts gestellt" ("J'ai placé mon souhait dans rien"), signifie, au fond, qu'alors seulement qu'il a été évincé de toutes ses prétentions et réduit à l'existence telle qu'elle est, nue et dépouillée, l'homme peut acquérir ce calme de l'esprit qui est la base du bonheur humain, car ce calme est indispensable pour jouir du présent et par suite de la vie entière. »

Arthur Schopenhauer, Aphorismes sur la sagesse dans la vie

 

 

00:35 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/03/2020

Christian Bobin : entretien autour de “La Nuit du Coeur”

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

07:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/03/2020

Un cauchemar

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Ce que nous redoutons tous le plus, dit le prêtre à voix basse, c'est un labyrinthe qui n'aurait pas de centre. C'est pourquoi l'athéisme n'est qu'un cauchemar. »

Gilbert Keith Chesterton, La Tête de César

 

 

18:05 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Si nous étions menacés de mourir

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

-- « Une petite question : Et si le monde allait finir… que feriez-vous ? »

Ce titre est celui qu’on peut lire dans le journal L’intransigeant du 14 août 1922. Voici le texte complet de la question posée à Marcel Proust et sa réponse :

« L’intransigeant : Un savant américain annonce la fin du monde, ou tout au moins la destruction d’une si grande partie du continent, et cela d’une façon si brusque, que la mort serait certaine pour des centaines de millions d’hommes. Si cette prédiction devenait une certitude, quels en seraient, à votre avis, les effets sur l’activité des hommes entre le moment où ils acquerraient ladite certitude et la minute du cataclysme ? Enfin, en ce qui vous concerne personnellement, que feriez-vous avant cette dernière heure ?

Marcel Proust : Je crois que la vie nous paraîtrait brusquement délicieuse, si nous étions menacés de mourir comme vous le dites. Songez, en effet, combien de projets, de voyages, d’amours, d’études, elle – notre vie – tient en dissolution, invisibles à notre paresse qui, sûre de l’avenir, les ajourne sans cesse.

Mais que tout cela risque d’être à jamais impossible, comme cela redeviendra beau ! Ah ! si seulement le cataclysme n’a pas lieu cette fois, nous ne manquerons pas de visiter les nouvelles salles du Louvre, de nous jeter aux pieds de Mlle X …, de visiter les Indes.

Le cataclysme n’a pas lieu, nous ne faisons rien de tout cela, car nous nous trouvons replacés au sein de la vie normale, où la négligence émousse le désir.

Et pourtant nous n’aurions pas dû avoir besoin du cataclysme pour aimer aujourd’hui la vie. Il aurait suffi de penser que nous sommes des humains et que ce soir peut venir la mort.

L’intransigeant : Tout ce que notre vie tient en dissolution et que notre paresse... Oui !

Tout ce qui pourrait être et qui ne sera pas... »

Marcel Proust, Journal "L'Intransigeant" du 14 Août 1922

 

Marcel Proust meurt le 18 novembre de la même année.

 

 

 

 

08:15 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/03/2020

L'avenir de l'espèce, l'avenir de l'espace...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Le dortoir est l’avenir de l’espèce, la cité-dortoir l’avenir de l’espace. Le village universel qu’implique et que promeut le Grand Remplacement n’est pas du tout un village (pas plus que les fermes aux mille veaux ne sont des fermes) : c’est une banlieue généralisée, entrecoupée de terrains vagues — un espace-poubelle, pour une humanité-déchet. »

Renaud Camus, Insoumission -- Journal 2016

 

 

23:29 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Un amour grave, exigeant et pur...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Amoureux de la vie, comment ne le serions-nous pas aussi de l'amour ? Mais, là encore, d'un amour grave, exigeant et pur. Non pas orageux à la manière romantique, car nous répugnons à compliquer les passions, et le seul risque de la comédie nous fait horreur. Ce qui distingue le mieux les romantiques d'autrefois et ceux d'aujourd'hui, c'est peut-être cela : le degré de virilité. Les défauts féminins sont ceux que nous exécrons le plus : le jeu, le mensonge, la coquetterie, l'artifice. »

Jean-René Huguenin, Aimer la vie, vivre l’amour in Une autre jeunesse

 

 

23:04 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'exemple

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Il y a toujours une route. Les autres sont sur la plage ou la place, à la foire ou au meeting, au cinéma ou… Ecarte-toi. Prends ce sentier que personne n’emprunte. "Je vais me perdre !" Te perdre où ? Par rapport à quelle borne ? Arrête de dire des sottises. Dès que tu seras engagé sur cette voie, c’est toi qui es la flèche et la direction. Tu ne suis pas l’exemple. Tu es l’exemple. »

Jean Cau, Le Chevalier, la mort et le diable

 

 

22:50 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Château de cartes

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Ce monde-ci, celui de l’âge sombre, l’Âge du Loup, s'effondrera comme un château de cartes, car il est bâti sur du sable. Le sable de l'imposture : oubli des traditions, mépris des sages, inversion des valeurs. Comme le dit l'un de nos poèmes : "Tout art sera bouffonnerie, tout mensonge sera préféré, chacun sortira de son apparence avec fierté et arrogance. L'instruction, l'âge, l'expérience ne seront plus honorés, mais bafoués." Après tornades et incendies, la végétation reprendra sa place. De même, la connaissance retrouvera tout son lustre. »

Christopher Gérard, Le songe d’Empédocle

 

 

22:25 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook