Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2020

Déshumanisation...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Quand je vois que les jeunes sont en train de perdre les vieilles valeurs populaires et d'absorber les nouveaux modèles imposés par le capitalisme, en courant le risque de se déshumaniser et d'être en proie à une forme d'abominable aphasie, à une brutale absence de capacité critique, à une factieuse passivité, je me souviens que telles étaient les caractéristiques des SS et je vois s'étendre dans nos cités l'ombre horrible de la croix gammée »

Pier Paolo Pasolini, Ecrits corsaires

 

 

23:54 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La cage aux phobes...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Je suis frappé depuis quelques années par l’opération de médicalisation systématique dont sont l’objet tous ceux qui ne pensent pas dans la juste ligne : on les taxe de phobie.

Et personne n’ose seulement délégitimer cette expression en la problématisant (c’est-à-dire en disant ce que se devrait de dire à tout propos un intellectuel : qu’est ce que, au fait, ça signifie ?).

Il y a maintenant des phobes pour tout, des homophobes, des gynophobes (encore appelés machistes ou sexistes), des europhobes, etc.

Une phobie, c’est une névrose : est-ce qu’on va discuter, débattre, avec un névrosé au dernier degré ? Non, on va l’envoyer se faire soigner, on va le fourrer à l’asile, on va le mettre en cage.

Dans la cage aux phobes. »

Philippe Muray, Exorcismes spirituels III

 

 

23:28 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/08/2020

Entretenir l'hallucination du pouvoir

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Le problème actuel de la classe politique, c'est qu'il ne s'agit plus de gouverner, mais d'entretenir l'hallucination du pouvoir, ce qui exige des talents très particuliers. Produire le pouvoir comme illusion, c'est comme de jongler avec des capitaux flottants, c'est comme de danser devant un miroir. Et s'il n'y a plus de pouvoir, c'est que toute la société est passée du côté de la servitude volontaire. Cette mystérieuse figure, sur laquelle on s'est interrogé depuis le XVIe siècle, n'est plus un mystère désormais, puisqu'elle est devenue la règle générale. Mais d'une façon étrange : non plus comme volonté d'être serf, mais comme chacun devenu serf de sa propre volonté. Sommé de vouloir, de pouvoir, de savoir, d'agir, de réussir, chacun s'est plié à tout cela, et la visée du politique a parfaitement réussi : chacun de nous est devenu un système asservi, auto-asservi, ayant investi toute sa liberté dans la volonté folle de tirer le maximum de lui-même. »

Jean Baudrillard, Cool Memories

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Un si profond oubli de sa liberté

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Il est incroyable de voir comme le peuple, dès qu'il est assujetti, tombe soudain dans un si profond oubli de sa liberté qu'il lui est impossible de se réveiller pour la reconquérir : il sert si bien, et si volontiers, qu'on dirait à le voir qu'il n'a pas seulement perdu sa liberté mais "gagné" sa servitude. »

Étienne de La Boétie, Discours de la servitude volontaire

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/08/2020

Mourir... dormir, rien de plus...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Être ou ne pas être, telle est la question. Y a-t-il plus de noblesse d'âme à subir la fronde et les flèches de la fortune outrageante, ou bien à s'armer contre une mer de douleurs et à l'arrêter par une révolte ? Mourir... dormir, rien de plus ;... et dire que par ce sommeil nous mettrons fin aux maux du coeur et aux mille tortures naturelles qui sont le legs de la chair : c'est là une terminaison qu'on doit souhaiter avec ferveur. Mourir... dormir, dormir ! Peut-être rêver ! Oui, là est l'embarras. Car quels rêves peut-il nous venir dans ce sommeil de la mort, quand nous sommes débarrassés de l'étreinte de cette vie ? »

William Shakespeare, Hamlet, acte III, scène I

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

C'est un droit de l'homme que d'être idiot

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« La seule parade infaillible est donc celle déjà recommandée par Aristote au dernier chapitre des "Topiques" : ne pas s'engager dans une controverse avec le premier venu, mais seulement avec ceux que l'on connaît et dont on sait qu'ils ont assez de raison pour ne pas étaler au jour des absurdités et se rendre ainsi ridicules ; afin de discuter au moyen de bonnes raisons, et non à coups de rodomontades ; afin d'écouter ces raisons et de leur répliquer ; et de qui l'on sait enfin, qu'ils font grand cas de la vérité, qu'ils aiment entendre de bonnes raisons, même dans la bouche de leur adversaire, et ont assez le sens de la justice pour pouvoir admettre de perdre la partie, si la vérité est dans l'autre camp. Il en résulte que de cent hommes, on en trouvera à peine un seul qui soit digne que l'on discute avec lui. Quant aux autres, qu'on les laisse dire ce qui leur passe par la tête, car "despire est juris gentium" (c'est un droit de l'homme que d'être idiot), et qu'on médite ce conseil de Voltaire : "La paix vaut encore mieux que la vérité". Et un proverbe arabe dit : "C'est à l'arbre du silence que pend son fruit : la paix". Il est vrai que la controverse est souvent bénéfique à l'un comme à l'autre, du fait qu'ils frottent leurs têtes entre elles, et lui sert à rectifier ses propres pensées, et aussi à concevoir des vues nouvelles. Simplement, il faut que les deux duellistes soient à peu près égaux en savoir et en intelligence. Si le premier fait défaut à l'un d'eux, il ne comprend pas tout, n'est pas à niveau. Si la seconde lui fait défaut, l'aigreur qu'il en ressentira l'amènera à faire usage de faux-fuyants, d'astuces ou de grossièreté. »

Arthur Schopenhauer, L'art d'avoir toujours raison

 

 

01:07 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/08/2020

Buvez...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Le sage des Rubaïyates n'a pas plus d'affinités avec ce vieil eudémonisme païen qu'avec n'importe quelle variante du christianisme. Il n'est pas davantage un adorateur de Bacchus qu'un saint. Dionysos faisait du vin non pas un médicament, mais un sacrement. Jésus-Christ fit aussi du vin non pas un médicament, mais un sacrement. Alors qu'Omar en fait non pas un sacrement, mais un médicament. Il fait la fête parce que la vie est triste ; il s'amuse parce qu'il est malheureux. "Buvez, dit-il, parce que vous ignorez quand vous partirez et où vous irez. Buvez parce que les étoiles sont cruelles et le monde aussi vain qu'une toupie. Buvez parce qu'il n'y a rien en quoi l'on puisse croire, rien qui vaille qu'on se batte. Buvez parce que tout a dégénéré en une ignoble égalité et une paix funeste." C'est ainsi qu'il nous tend sa coupe. Mais sur le fier autel du christianisme se dresse une autre figure, qui nous tend elle aussi une coupe de vin. "Buvez, nous dit-elle, car le monde entier est aussi rouge que ce vin, rouge de l'amour et de la colère de Dieu. Buvez, car les trompettes sonnent pour la bataille et ceci est le coup de l'étrier. Buvez, car ceci est mon sang, le sang du nouveau testament que j'ai versé pour vous. Buvez, car je sais d'où vous venez et pourquoi. Buvez, car je sais quand vous partirez et où vous irez." »

Gilbert Keith Chesterton, Hérétiques

 

 

00:39 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le téléscope et le microscope

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« La vérité, c'est que l'exploration et les conquêtes rétrécissent le monde. Le télégraphe et le bateau à vapeur rétrécissent le monde. Le téléscope rétrécit le monde ; seul le microscope l'agrandit. Bientôt le monde sera déchiré par une guerre entre partisans du téléscope et partisans du microscope. Les premiers étudient de vastes étendues mais vivent dans un monde circonscrit ; les seconds étudient des choses minuscules mais vivent dans un monde infini. Il est sans doute enivrant de foncer à bord d'une voiture autour de la terre, de voir l'Arabie comme un tourbillon de sable ou la Chine comme un éclair de riz. Ce sont d'anciennes civilisations où d'étranges vertus sont ensevelies comme des trésors. Si nous désirons les comprendre; il ne faut pas les visiter en touriste ou en curieux, mais avec la loyauté des enfants et la patience infinie des poètes. Conquérir ces pays, c'est les perdre. L'homme qui se dresse dans son potager, avec un monde fabuleux s'ouvrant à sa porte, est un homme aux grandes idées. Son esprit créé la distance alors que la voiture l'anéantit stupidement. Les modernes considèrent la terre comme un globe, quelque chose dont on peut aisément faire le tour, comme l'esprit d'une institutrice. »

Gilbert Keith Chesterton, Hérétiques

 

 

00:11 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/07/2020

Sylvain Tesson, Une liberté vertigineuse (Documentaire 2013)

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

Quel bonheur que cette intelligence, cette sensibilité...

 

12:12 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Des enfants, des efféminés, des femmes...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« 4. Je leur donnerai des enfants pour princes, et des efféminés domineront sur eux.

5. Et le peuple se précipitera, homme contre homme, et l'ami contre l'ami (et chacun sur son prochain) ; l'enfant se soulèvera contre le vieillard, et l'homme de rien contre le noble.

6. Et l'on saisira son frère, né dans la maison paternelle : Tu as un vêtement, sois notre prince, et que cette ruine soit sous ta main.

7. En ce jour il répondra : Je ne suis pas médecin, et dans ma maison il n'y a ni pain ni vêtement ; ne m'établissez pas prince du peuple.

(...)

12. Mon peuple a été dépouillé par ses oppresseurs, et des femmes ont dominé sur lui. Mon peuple, ceux qui te disent (bien)heureux te trompent, et ils détruisent le chemin par où tu dois marcher. »

Sainte Bible, "Esaïe 3" (Traduction française de M. L'abbé Jean-Baptiste Glaire ; avec les differences de l'Hébreu, de la Septante et de la Vulgate par le père Fulcran Vigouroux)

 

 

00:11 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/07/2020

Zemmour. Prénom : Éric (entretien septembre 2018)

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

06:37 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/07/2020

Jean-Paul Bourre, Le dernier meneur de loup (entretien complet décembre 2017)

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

06:25 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/06/2020

Fête de la musique...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La liberté à laquelle aspire l'homme moderne n'est pas celle de l'homme libre, mais celle de l'esclave un jour de fête. »

Nicolás Gómez Dávila, Le réactionnaire authentique

 

07:04 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/06/2020

Radioscopie : Jean Raspail (1976)

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

21:17 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/06/2020

C’est ainsi qu’on fabrique les hommes, aujourd’hui

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Trente-deux mille sept cent quarante-deux instituteurs découvrirent, à la même seconde, le sujet de la rédaction du lendemain : "Décrivez la vie, à bord des navires, des malheureux passagers de l’armada, développez vos sentiments à leur égard en imaginant, par exemple, que l’une de ces familles désespérées vient vous demander l’hospitalité." Imparable ! Le cher petit ange a l’âme naïve et le cœur sensible des enfants, il va tartiner sur quatre pages un pathos infantile à faire pleurer les concierges, il sera premier, on lira sa copie en classe et tous les copains enrageront d’avoir compté trop chichement leurs larmes. C’est ainsi qu’on fabrique les hommes, aujourd’hui. »

Jean Raspail, Le camp des saints

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook