Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2013

Il n'y a qu'un seul problème : celui de la mort...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 


Cliquez sur l'image

Emil Michel Cioran, Cahiers 1957-1972

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Mettre en cause le fait même d'exister...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 


Cliquez sur l'image

Emil Michel Cioran, Cahiers 1957-1972

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/07/2013

Dans la gratuité absolue...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 


Cliquez sur l'image

Emil Michel Cioran, Cahiers 1957-1972

23:27 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/07/2013

Mortel

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 


Cliquez sur l'image

Emil Michel Cioran, Cahiers 1957-1972

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Dita Parlo...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 


Cliquez sur l'image

Emil Michel Cioran, Cahiers 1957-1972



Dita Parlo

07:03 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/07/2013

Je me sens si petit...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 


Cliquez sur l'image

Emil Michel Cioran, Cahiers 1957-1972

17:45 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Je ne sais plus qui je suis

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 


Cliquez sur l'image

Emil Michel Cioran, Cahiers 1957-1972

14:58 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/07/2013

Jardin et Portique

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’opposition entre le stoïcisme et l’épicurisme parait bien souvent artificielle, surtout chez Sénèque, l’auteur de prédilection de Montaigne. Pour des raisons de stratégie politique - et de politique politicienne… -, Cicéron renvoie artificiellement dos à dos ces écoles qui se ressemblent par plus d’un point. Les Lettres à Lucillius le montrent bien souvent. Sénèque lui-même, honnête, ne refuse pas d’utiliser telle ou telle idée d’Epicure s’il la trouve juste. Sur la question de la mort, du suicide, du dépouillement par exemple, Jardin et Portique professent des opinions identiques. »

Michel Onfray, Le christianisme hédoniste

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Anarchisme aristocratique

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Cette race bénie des sceptiques, qui ne croient ni au progrès, ni à l’action, ni au sens de l’histoire, ni à aucune des chimères dont s’enivrent nos contemporains. La réaction n’est séduisante que dans l’anarchisme aristocratique ; lorsqu’elle se pique de réorganiser la société, elle devient aussi ennuyeuse que la gauche, et tombe dans les mêmes ornières. »

Gabriel_Matzneff, L’archange aux pieds fourchus

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/07/2013

Faire Face...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Lorsque le risque vient à nous, il s’agit premièrement de lui faire face puisqu’il serait encore plus dangereux de lui tourner le dos. La prudence n’est alors que l’alibi des lâches. »

Georges Bernanos, La liberté pour quoi faire ?

22:47 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La nature en sa substance

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Quand donc, au sein des peuples et des cultures humaines, on court le risque de préciser l'ébauche de l'Etat, le foyer réel des attaques et des résistances ne tarde pas à paraître : c'est la famille. Elle se soustrait plus longtemps et plus opiniâtrement à la refonte par le plan d'Etat que l'armée, la vie économique, l'Eglise, et même l'individu. Sa force vient de ce qu'on porte ici la main, non uniquement sur une institution, un état social, un sacrement, un destin individuel, mais en même temps sur la nature en sa substance.
C'est donc en ce point que s'accumulent les mesures pratiques, les réflexions des théoriciens et des utopistes. Elles reviennent à soustraire l'enfant à l'influence de la famille, pour le modeler sur le type, selon une orientation définie, et pour le moraliser aux dépens de sa formation individuelle »

Ernst Jünger, L'Etat Universel

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/07/2013

S’engraisser en paix...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je ne me lasserai pas de répéter qu’il y a des hommes qui se vantent d’aimer la liberté parce qu’ils en jouissent. Loin de vouloir lui sacrifier quoi que ce soit, ils entendent bien qu’elle leur épargne tout sacrifice, qu’elle leur permette de s’engraisser en paix, et même qu’elle facilite leur engraissement. »

Georges Bernanos, Le lendemain c’est vous

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les blasphèmes de Nietzsche...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je la regardai avec haine, avec cette haine qui n'est séparée de l'amour, du plus violent amour, que par un cheveu, fait dire quelque part Dostoïevsky à Dimitri Karamazov. C'est d'une haine de cette nature que Nietzsche a poursuivi le Dieu qu'il voulait remplacer. Mais aurait-il voulu le remplacer s'il l'avait vraiment connu ? J'avoue pour ma part, que ses blasphèmes ne me troublent pas. Ils ne s'adressent qu'à des faux dieux que l'homme a créés à son image - et ces dieux-là méritent et appellent le blasphème. »

Gustave Thibon, Nietzsche ou le déclin de l'Esprit

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/07/2013

Quand la vérité n’a plus de soldat...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Certes tout est possible, sauf de soumettre par la force un esprit qui veut vivre libre. Quand la vérité n’a plus de soldat, elle en appelle aux martyrs. »

Georges Bernanos, Le lendemain c’est vous

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Quelle aventure effroyable ! Quelle effrayante responsabilité !

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il est effrayant, mon ami, de penser que nous avons toute licence, que nous avons ce droit exorbitant, que nous avons le droit de faire une mauvaise lecture d’Homère, de découronner une œuvre du génie, que la plus grande œuvre du plus grand génie est livrée en nos mains, non pas inerte mais vivante comme un petit lapin de garenne. Et surtout que la laissant tomber de nos mains, de ces mêmes mains, de ces inertes mains, nous pouvons par l’oubli lui administrer la mort. Quel risque effroyable, mon ami, quelle aventure effroyable ; et surtout quelle effrayante responsabilité. »

Charles Péguy, Dialogue de l'histoire et de l'âme païenne

11:16 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook